Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 12:35
SS Paul VI baisant le rocher où Jésus confia l'Église à Saint Pierre

SS Paul VI baisant le rocher où Jésus confia l'Église à Saint Pierre

Repost 0
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 09:44

Le thème de l'autorité dans la Sainte Écriture 1/2

Dans l'époque troublée que nous vivons la question de l'autorité se pose de façon cruciale en ce monde en folie.

«  La sainte foi de Dieu étant oubliée,chaque individu voudra se guider par lui même et être supériuer à ses semblables On abolira les pouvoirs civils et écclésiastiques;tout ordre et toute justice  seront foulés aux pieds.Le Saint Père souffrira beaucoup.....On attentera à sa vie » Voilà ce que nous dit Notre -Dame dans le secret de la Salette.Seule une intervention divine rétablira l'ordre et la justice. Cette restauration de l'autorité se fera si nous prions et faisons pénitence.

I -Toute autorité vient de Dieu

 

Ce principe, que formulera Paul (Rm13,1), est constamment supposé dans l'Ancien Testament : l'exercice de cette autorité y apparaît soumis aux exigences impérieuses de la volonté divine.

1. Aspects de l'autorité terrestre. - Dieu est l'Auteur de la Création .Dans la création que Dieu a faite, c'est de Lui que procède tout pouvoir: celui de l'homme sur la nature (Gn 1,28), celle du mari sur la femme (Gn 3,16), des parents sur les enfants (Lv 19,3). Quand on considère les structures plus complexes de la société humaine, c'est encore de Dieu que tous ceux qui commandent tiennent la responsabilité du bien commun, pour le groupe qui leur est soumis : Yahweh ordonne à Hagar l'obéissance à sa maîtresse (Gn 16,9); c'est lui qui confère à Hazaël le gouvernement de Damas (1 R 19,15; 2 R 8,9-13) et à Nabuchodonosor celui de tout l'Orient (Jr 27,6). S'il en est ainsi chez les païens eux-mêmes (cf Si 10,4), à plus forte raison dans le peuple de Dieu. Mais là, le problème posé par l'autorité terrestre revêt un caractère spécial qui mérite d'être étudié à part.

2- Conditions d'exercice de l'autorité.

- L'autorité confiée par Dieu n'est pas absolue; elle est limitée par des obligations morales. La Loi vient en tempérer l'exercice, précisant même les droits des esclaves. (Ex 21,1-6.26s; Dt 15,12-18). quant aux enfants, l'autorité du père sur eux doit avoir pour but leur bonne éducation (Pr 23,13s) C'est en matière d'autorité politique que l'homme est le plus porté à outrepasser lesbornes de son pouvoir. Enivré de sa puissance, il s'en attribue le mérite, telle l'Assyrie victorieuse (ls 10,7-11.13s); il se divinise lui-même (Ez 28,2-5) et s'élève contre le Maître souverain(ls 14,13s), jusqu'à l'affronter de façon blasphématoire(Dn II, 36). Quand il en vient là, il s'assimile aux Bêtes sataniques que Daniel voyait monter de la mer et à qui Dieu donnait pouvoir pour un temps (Dn 7,3-8. 19-25). Mais une autorité ainsi pervertie se voue elle-même au jugement divin, qui ne manquera pas de l'abattre au jour fixé (Dn 7,11s,26) : ayant lié sa cause à celle des puissances mauvaises, elle tombera finalement avec elles .. Tout ce qui vient d'être dit sur l'origine de l'autorité terrestre et ses conditions d'exercice concerne l'ordre de la création. Or cet ordre, l'homme ne l'a pas respecté. C'est pour le restaurer que Dieu inaugure dans l'histoire de son peuple un dessein de salut, où l'autorité terrestre va prendre un sens nouveau, dans la perspective de la rédemption . .

1. Les deux pouvoirs.

A la tête de son peuple, Dieu place des fondés de pouvoir. Ce ne sont pas d'abord des personnages politiques, mais des envoyés religieux qui ont pour mission de faire d'Israël « un royaume sacerdotal , une nation sainte » (Ex 19,6). Moïse, les prophètes, les prêtres, sont ainsi les dépositaires d'un pouvoir d'essence spirituelle, qu'ils exercent de façon visible par délégation divine. Cependant Israël est aussi une communauté nationale, un état doté d'une organisation politique. Celle-ci est théocratique, car le pouvoir s'y exerce aussi au nom de Dieu, quelle qu'en soit la forme: pouvoir des anciens qui assistent Moïse (Ex 18,21ss; Nb II,24s), des chefs charismatiques comme Josué et les Juges, des rois enfin. La doctrine de l'alliance suppose ainsi une association étroite des deux pouvoirs, et la subordination du politique au spirituel, conformément à la vocation nationale. De là, dans la pratique, des conflits inévitables: de Saül avec Samuel (1 S 13,7-15; 15), • d'Achab avec Élie (1 R 21,17-24), et de tant de rois avec les prophètes contemporains. Ainsi, dans le peuple de Dieu, l'autorité humaine est guettée par les mêmes abus que partout ailleurs. Raison de plus pour qu'elle soit soumise au jugement divin ; le pouvoir politique de la royauté israélite finira par sombrer dans la catastrophe de l'exil.

2. En face des empires païens.

Quand le judaïsme se reconstruit après l'exil, ses structures retrouvent les formes de la théocratie originelle. La distinction du pouvoir spiritucl et du pouvoir politique s'y affirme .d'autant mieux que ce dernier est aux mains des empires étrangers, dont les Juifs sont maintenant les sujets. Dans cette situation nouvelle, le peuple de Dieu adopte, suivant les cas, deux attitudes.

La première est une franche acceptation : c'est de Dieu que Cyrus et ses successeurs ont reçu l'empire (Is 45,ISS) ; puisqu'ils favorisent la restauration du culte saint, il faut les servir loyalement ct prier pour eux Jr 29,7; Ba l,l0s).

La seconde, quand l'empire païen devient persécuteur, est un appel à la vengeance divine et finalement à la révolte contre lui (Jdt; 1 Mc 2,15-28). ·Mais la restauration monarchique de l'époque maccabéenne ramène une concentration équivoque des pouvoirs qui sombre rapidement dans la pire décadence. Avec l'intervention de Rome, en l'an 63, le peuple de Dieu se retrouve sous la coupe des païens détestés. A suivre : nouveau Testament

Repost 0
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 08:20

Le thème du Rocher dans la Sainte Écriture

(Voir  l'article sur Saint Pierre Rocher de l'Église)

Paul, lorsqu'il identifie le Seigneur Jésus au Rocher du désert (1 Co 10,4), réunit deux thèmes jusque-là distincts. Dieu est le « Rocher d'Israël » (2. S 23,3) ; du rocher, signe de sécheresse, Dieu a fait jaillir l'eau qui donne la vie.

1. Dieu, solide comme le roc.

La dureté du rocher fait de lui un abri sûr comme la montagne pour le fuyard. Le creux du rocher offre refuge et salut (Jr 48,28). Dieu est appelé le Rocher d'Israël parce qu'il lui assure le salut. Les titres divins qui vont de pair avec celui-ci soulignent ce sens : Dieu est citadelle, refuge, rempart, bouclier, tour forte, abri (2. S 22,2; Ps I8,3,32; 3I,4; 6I,4; I44,2); en Lui il faut mettre sa confiance, car il est le Rocher éternel (Is 26,4; 30,29) et unique (44,8). Abri sûr, le rocher est aussi fondation solide : Dieu est rocher par Sa fidélité (Dt 32,4; Ps 92, l 6). Celui qui a foi en lui ne bronchera pas (Is 28,I6), mais celui qui refuse de s'appuyer sur ce rocher s'y heurtera, il se brisera contre la pierre de scandale (Is 8,14). Dans le NouveauTestament, c'est le Christ qui est la pierre de fondement (Rm 9,33; 1 P 2,6ss) ; celui qui écoute sa parole édifie sur le roc (Mt 7,24). Pierre, rocher sur lequel est fondée l'Église, participe à cette stabilité (Mt I6, I8).(cf article précédent sur Saint Pierre)

2. Le rocher sous la main de Dieu. -

Le rocher sur quoi rien ne pousse est le symbole de la stérilité. Abraham était un roc, car il était seul, avant que Dieu l'ait béni et multiplié (Is 5 I,2; cf Mt 3,9). L'existence du peuple d'Israël, taillé dans ce roc, est un signe de la toute-puissance de Dieu. Sous sa main, les rochers de Palestine portent des moissons (Dt 32, I 3) ; davantage, au désert de la sécheresse, Dieu atteste sa maîtrise des créatures, à nos yeux opposées, en faisant jaillir le liquide du sol aride : l'eau jaillit du rocher de Mériba (Ex 17,6; Nb 20, I0 s). Dans cette œuvre de Dieu, la piété voit une anticipation des merveilles eschatologiques (Ps 78, I5-20; I05,4I; Is 43,20). Dieu peut en effet triompher des cœurs sourds aux avertissements prophétiques (Jr 5,3; Ez 36,26). Cc miracle de grâce s'accomplit dans l'Évangile : Jésus, sur qui l'Esprit a reposé, ouvre aux siens la source de l'eau vive en leur donnant l'Esprit (Jn 7,37ss; I9,34);Il est le Rocher du peuple nouveau en marche vers la délivrance. Dès l'AncienTestament, dit Paul, il était le Rocher dont le peuple tirait les vraies bénédictions du désert (I CO I0,4), il reste Celui par qui nous pouvons tenir debout, non par une assurance humaine, mais par la grâce du Dieu fidèle (I0,I2S). (MP)

Repost 0
23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 09:31

L'Église ,bâtie sur le Rocher ;Saint Pierre dans la Sainte Écriture

. . 1. Vocation

Malgré sa traduction classique, le nom de Céphas imposé par le Christ à Simon (Mt 16,18; Jn 1,42; cf 1 Co 1,12; 15,5; Ga 1,18) signifie « rocher » plutôt que « pierre ». Par la grâce de ce nouveau nom, Simon-Pierre participe à la solidité durable et à la fidélité inébranlable de Yahweh et de Son Messie. C'est dire sa situation exceptionnelle. Si Pierre a été choisi, ce ne peut être à cause de sa personnalité, tout attachante qu'elle soit, ou de quelque mérite (N' a-t-il pas renié son Maître ?). Cette élection gratuite lui a conféré une grandeur et cette grandeur repose sur la mission que le Christ lui a confiée et qu'il devait accomplir dans la fidélité de l'amour (Jn 21,15ss).

2. Primauté.

- Sinon le premier, du moins l'un des premiers, Simon fut appelé par Jésus à Le suivre (Jn 1,35-42). La tendance des Synoptiques est même de transposer dans le temps la primauté de Pierre et d'en faire le premier disciple appelé (Mt 4,18-22 p). Quoi qu'il en soit, Pierre a parmi les disciples une place prééminente, en tête des listes d'Apôtres (Mt 10,2) ou du groupe des trois privilégiés ( Mt 17,1 p); à Capharnaüm, c'est dans la maison de Pierre que Jésus demeure ordinairement ( Mc 1,29) ; dans les moments plus solennels, c'est lui qui répond au nom de tous (Mt 16,16 p; Jn 6,68); le message confié par les anges de la Résurrection aux saintes femmes (Mc 16,7) comporte une mention. spéciale de Pierre; Jean le laisse pénétrer le premier dans le tombeau (Jn 20,1-10); enfin et surtout le Christ ressuscité apparaît à Céphas avant de se manifester aux Douze (Lc 24,34; 1 Co 15,5).

Partout, dans le Nouveau Testament, est mise en relief cette prééminence de Pierre. Même Paul, en rappelant l'incident d, Antioche (Ga 2,11-14) où Pierre pusillanime hésita sur la conduite à tenir dans un cas pratique pouvant comporter des accommodements (cf Ac 16,3), ne songe pas un instant à mettre en question son autorité (cf Ga 1,18) .

3:Mission.

Cette primauté de Pierre est fondée sur sa mission, exprimée en plusieurs textes évangéliques.

a) Matthieu I6,I3-23.

- Contre les forces du mal, qui sont des puissances de mort, l'Église bâtie sur Pierre est assurée de la victoire. Ainsi est confiée à Pierre, qui a reconnu en Jésus le Fils du Dieu vivant, la mission suprême de rassembler les hommes dans une communauté où ils reçoivent la vie bienheureuse et éternelle. De même que dans un corps une fonction vitale ne peut s'arrêter, ainsi dans l'Église, organisme vivant et vivifiant, il faut que Pierre, d'une manière ou d'une autre, lui soit perpétuellement présent pour communiquer sans arrêt aux fidèles la vie du Christ.****

b) Luc 22,31s et Actes.

- Faisant sans doute allusion à son nom, Jésus annonce à Pierre qu'il .devra « affermir» ses frères, et il lui laisse entendre , qu'il empêchera sa foi de défaillir. .C'est bien en effet la mission de Pierre, décrite par Luc dans les Actes: il se trouve à la tête du groupe réuni au Cénacle (Ac 1,13); il préside à l'élection de Matthias (1,15); il juge Ananie et Saphire (5,1-1I); au nom des autres Apôtres, qui sont avec lui, il proclame aux foules la glorification messianique du Christ ressuscité et annonce le don de l'Esprit (2,14-36); il invite tous les hommes au baptême (2,37-41), y compris les « païens» (10,1-11,18) et inspecte toutes les Églises (9.32). Comme signes de son pouvoir sur la vie, au nom de Jésus il guérit les malades (3,1-10) et ressuscite un mort (9,36-42). Par ailleurs le fait que Pierre soit tenu de justifier sa conduite au baptême de Corneille (11,1-18), le déroulement du concile de Jérusalem (15,1-35), ainsi que les allusions de Paul dans son épître aux Galates (Ga 1,18-2,14) révèlent que dans la direction, en grande partie collégiale, de l'Église de Jérusalem, Jacques avait une position importante et que son accord était capital. Mais ces faits et leur relation, loin de faire obstacle à la primauté et à la mission de Pierre, en éclairent le sens profond. L'autorité de Jacques, en effet, n'a pas les mêmes racines, ni la même expression que celle de Pierre : c'est à un titre particulier que ·celui-ci a reçu, avec tout ce que cela comporte, la mission de transmettre une règle de foi sans faille (cf Ga 1,18), et qu'il est le dépositaire des promesses de vie (Mt 16,18s). c) Jean 2I. - Sous une forme solennelle, et peutêtre juridique, par trois fois, le Christ ressuscité confie à Pierre le soin du troupeau tout entier, agneaux et brebis. C'est à la lumière de la parabole du Bon Pasteur Jn 10,1-28) qu'il faut comprendre cette mission. Le bon pasteur sauve ses brebis, rassemblées en un seul troupeau (10,16; Il,52), et celles-ci ont la vie en abondance; il livre même sa propre vie pour ses brebis (10,11) ; aussi le Christ, en annonçant à Pierre son martyre futur, ajoute-t-il : « Suis-moi », S'il doit marcher sur les traces de son Maître, ce n'est pas seulement en donnant sa vie, c'est en communiquant la vie éternelle à ses brebis, afin qu'elles ne périssent jamais (10,28). Comme le Christ, Rocher, Pierre vivante (1 P 2,4), Pasteur ayant le pouvoir d'admettre dans l'Église, c'est-à-dire de sauver de la mort les fidèles et de leur communiquer la vie'divine, Pierre, inaugurant une fonction essentielle à l'Église, est vraiment le « vicaire» du Christ. C'est là sa mission et sa grandeur.

( P.L)

A suivre ****Voilà notre raison d'être « survivantiste ».....Le Rocher,actuellement,c'est SS Paul VI successeur de pierre et nous prions pour son retour d'exil comme les premiers priaient pour Saint Pierre en prison ;il fut sauvé par un miracle.Nous, en espérons autant pour notre pape légitime.........Voir article suivant sur Le thème du Dieu notre Rocher

Repost 0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 11:49

A lire sur media -presse- infos ,la dernière" trouvaille" de la "miséricorde" façon B.....Comme il nous a promis une surprise tous les vendredis ,on craint le pire pour la suite... Parce Domine

 

Repost 0
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 09:30

Le thème de la réconciliation dans la Sainte Écriture

« Alors se fera la paix la réconciliation de Dieu avec les hommes » (Notre Dame dans le secret de La Salette)

Dès l'Ancien Testament, Dieu a préludé à la réconciliation des hommes avec Lui, en ne cessant pas de leur offrir Son pardon. Il s'est révélé Lui-même comme le « Dieu de tendresse et de pitié » (Ex 34,6), qui revient volontiers de l'ardeur de Sa colère » (Ps 85,4; cf 103,8-12) et parle de paix à Son peuple (cf Ps 85,9). C'est bien une réconciliation - même si le mot n'est pas utilisé - que Yahweh propose à Son épouse infidèle (Os 2,16-22), à Ses enfants rebelles (Ez 18 ,31).

Et tous les rites d'expiation: du culte mosaïque, ordonnés à la purification des fautes les plus variées, visaient finalement la réconciliation de l'homme avec Dieu.

Pourtant, le temps n'était pas encore venu de la complète rémission des péchés, et les fidèles du vrai Dieu restaient dans l'attente de quelque chose de meilleur (cf 2 M 1,5; 7,33; 8,29)· La réconciliation parfaite et définitive a été accomplie par le Christ- Jésus, « le Médiateur entre Dieu et les hommes» (1 Tm 2,5), et elle n'est d'ailleurs qu'un aspect de son œuvre de rédemption. Il reste pourtant légitime d'envisager le mystère du salut, à ce point de vue spécial, à la lumière de quelques textes de saint Paul (Rm 5, lO; 2 Co 5,18ss; Ep 2,16s; Col 1,20) : tel est l'objet propre de ces lignes.

I. NOTRE RÉCONCILIATION AVEC DIEU PAR LE CHRIST

1. L'initiative de Dieu.

- Par lui-même, l'homme est incapable de se réconcilier avec le Créateur qu'il a offensé par son péché(de désobéissance) L'action de Dieu est ici première et décisive, « et le tout vient de Dieu qui nous a réconciliés avec Lui par le Christ » (2 Co 5,18). Lui nous aimait déjà quand nous étions ses « ennemis » (Rm 5,10), et c'est alors que Son Fils « est mort pour nous » (5,8).

Le mystère de notre réconciliation rejoint celui de la Croix (cf Ep 2,16) et du « grand amour» dont nous avons été aimés (cf Ep 2,4).

 

2. Les effets de la réconciliation. - Dieu ne tient plus compte, désormais, des fautes des hommes (cf 2 Co 5,19). Mais loin que ce soit là une simple fiction juridique, l'action de Dieu est plutôt, au dire de saint Paul, comme « une nouvelle création » (2 Co 5,17). La réconciliation implique un renouvellement complet pour ceux qui en bénéficient, et coïncide avec la justification (Rm 5,9), la sanctification (Col 1,21). Jusqu'ici ennemis de Dieu par notre conduite mauvaise (Rm 1,30; 8,7), nous pouvons maintenant « nous glorifier en Dieu » (Rm 5,11), qui veut nous « faire paraître devant Lui saints, sans tache et sans reproche» (Col 1,22) ; nous avons tous, en un seul Esprit, accès auprès du Père (Ep 2,18).

3. « Le ministère de la réconciliation » - Toute l'œuvre du salut est déjà accomplie de la part de Dieu, mais, à un autre point de vue, elle se poursuit actuellement jusqu'à la parousie, et Paul peut définir l'activité apostolique comme « le ministère de la reconciliation » (2 Co 5,18). « En ambassade pour le Christ », les Apôtres sont les messagers de 1a parole de la réconciliation» (5,19s). Un ancien papyrus parle même ici de « l'évangile de la réconciliationli (cf Ep 6,15 : « l'Évangile de la paix »). Dans leur ministère, les serviteurs de l'Évangile s'appliqueront donc, à l'exemple de Paul, à être pour leur part les artisans de la paix qu'ils annoncent II (Co 6,4-13). 4 L'acceuil du don de Dieu. - Du fait que Dieu est l'auteur premier et principal de la réconci1iation, il ne s'ensuit pas que l'homme ait ici une attitude purement passive: il doit accueillir le don de Dieu. L'action divine divine n'exerce son efficacité que pour ceux veulent bien y consentir par la foi. De là le cri pressant de St Paul : « Nous vous en supplions ,au Nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu » (2 Co 5 ,20).

II. LA RÉCONCILIATION UNIVERSELLE

1. La création réconciliée.

2. En parlant de la réconciliation du monde (2 Co 5,19; Rm II,15), Saint Paul envisageait surtout jusqu'ici les hommes pécheurs. Dans les lettres de la Captivité, en Colossiens et Éphésiens, l'horizon de l'Apôtre s'élargit. La réconciliation semble désigner le salut collectif de l'univers. Parfaitement réconciliés avec Dieu, les êtres sont réconciliés entre eux (Col 1,20). Enfin le monde matériel lui-même apparaît solidaire. de l'homme, de son relèvement. comme il le fut de sa chute (cf Rm 8,19-22). C'en est même fini de l'attitude hostile que pouvaient prendre à notre égard' les puissances angéliques sous le régime périmé de la Loi (cf Col 2,15).

2. La réconciliation des Juifs et des païens. "Paul couronne son enseignement en Ep 2,11~22. L'action du Christ « notre paix» (2,14) y est mise en pleine lumière, et surtout les merveilleux bienfaits qu'iL procure aux païens d'hier: ils sont maintenant intégrés au peuple élu au même titre que les Juifs, l'ère de la séparation et de la haine est terminée, tous les hommes ne forment plus, dans le Christ, qu'un seul Corps (2, 16), un seul Temple saint (2,21). Peu importent à l'Apôtre des nations les souffrances glorieuses que lui attire l'annonce de ce mystère (Ep .3,1-13).

Saint Paul a été le théologien inspiré et le ministre infatiguable de la réconciliation, mais c'est Jésus qui, par Son sacrifice, en a été l'artisan « dans Son Corps de chair» (Col 1,22) ; et le premier, il en a aussi souligné les exigences profondes : le pécheur réconcilié par Dieu ne peut lui rendre un culte agréable s'il ne va d'abord se réconcilier lui-même avec son frère (Mt 5,23 S). L.R

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 08:02

« SS Pie VI, le 17 juin 1793 : «Le Roi Très Chrétien Louis XVI a été condamné au dernier supplice par une conjuration impie, et ce jugement s'est exécuté (…)

Qui pourra jamais douter que ce Monarque ait été principalement immolé en haine de la Foi et par esprit de fureur contre les dogmes catholiques (...)

Ah ! France ! Ah ! France ! Toi que nos prédécesseurs appelaient le miroir de la Chrétienté et l'inébranlable appui de la foi ; toi qui, par ton zèle pour la croyance chrétienne et par ta piété filiale envers le Siège Apostolique, ne marche pas à la suite des nations, mais les précède toutes, combien tu nous es contraire aujourd'hui !

Ah ! Encore une fois, France ! Tu demandais toi-même auparavant un roi catholique. Tu disais que les lois fondamentales du royaume ne permettaient pas de reconnaître un roi qui ne fut pas catholique. Et maintenant que tu l'avais, ce roi catholique, c'est précisément parce qu'il était catholique que tu viens de l'assassiner !... Jour de triomphe pour Louis XVI, à qui Dieu a donné et la patience dans les tribulations et la victoire au milieu de son supplice! »

(Allocution au Consistoire secret du 17 juin 1793 sur l'assassinat de Louis XVI) (SB)

Repost 0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 07:36

Ce 21 Janvier nous commémorons le martyre de Louis XIV.

 

Le plan de l'Adversaire était de commencer par décapiter la France,fille ainée de l'Église et soutien de la Papauté.Cette haine de la monarchie s'est prolongée en persécution des papes.Et nous en voyons les dégats immenses.

Mais le plan divin est tout autre.

Après de grandes purifications,la vie renaîtra.

Un grand Roi est promis à la France et un grand Pape à l'Église.De nombreuses prophéties se recoupent à ce sujet. Ces prophéties nous parlent d'un Pape ,relativement jeune, religieux , très sévère avec les imposteurs.Henri V de la Croix sera un nouveau Louis XVI » dit NSJC à MJJ.

La Sainte Vierge nous dit :

Extase du 19.9.1901 : : «Quand la terre aura été purifiée de ses crimes, de ses vices dont elle est vêtue, mes bien-aimés, je vous le dis par mon Cœur maternel, de beaux jours reviendront. Le sauveur choisi par nous, inconnu à nos enfants jusqu'ici, c'est une âme très belle, une fleur spéciale de vertu et de beauté. Le Cœur adorable de mon Divin Fils qui l'a préparée commence à le parer de ses nobles dignités. Il viendra au nom du Sacré-Cœur, avec sa poitrine parée de l'Adorable Cœur de Jésus. La grâce du Ciel sera avec Lui. Toutes les ruines seront relevées, mon cher peuple, protégé sous la bannière de mon Divin Fils en allant réparer les désolations et les crimes sur le lieu où Il a été adoré, prié, aimé et glorifié. »

Ceci est dit clairement dans le secret de La Salette. «Après le chatiment, « les nouveaux rois seront le bras droit de la Sainte Église » Cette promesse met en fureur bien des" impies" et est objet , hélas ! de dérision de la part de bien des catholiques.

Prions avec persévérance et confiance pour ceux qui ne croient pas, qui n'espèrent pas,

Nous en savons assez pour dire : « De la France,O Marie, obtenez le pardon. Rappelez au Seigneur Sa divine Promesse : « Un Chef que guidera la Divine Sagesse, dans le texte des lois remettra Son Saint Nom »

« Notre Seigneur dit à propos de cette prophétie à Marie-Julie du Crucifix :Je préfére que tu oublies toutes les autres prophéties plutôt que celle-là... »(Dossier Charbonnier)

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 18:17

Mise en garde urgente.

Du fait de « l'état d'urgence » tout « suspect » de relation avec des mouvements "extrémistes"  dits d'extrême droite est susceptible de recevoir la visite « d'enquêteurs »musclés.Les monarchistes sont dans le colimateur,de même que les tradis pratiquants.De toute façon,on est toujours à l'extrême droite de quelqu'un …. !Attention aux provocateurs qui font de la publicité pour des armes même si elles sont achetées dans un but « survivialiste ,ou à prétention seulement défensive»(?). Je peux vous dire que ce sont des arguments qui ne tiennent pas devant une « descente de police ». Ne pas confondre avec le survivantisme qui ne s'occupe que la thèse de la survie de Paul VI et n'a aucune intention de violence.

Rappelons que en France toute arme et ses munitions doit faire l'objet d'une déclaration en gendarmerie.Les amendes et les poursuites sont très lourdes.Attention:n'entretenez aucun rapport avec ces aventuriers directement ou par la toile.Regardez où vous risquer de mettre en danger votre personne et vos familles.

Repost 0
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 10:36

« Le prosélytisme est une absurdité, repéte B....... »au nom de son judéo- islamo- christianisme.....

Apparemment La Sainte Vierge n'est pas de  cet avis...Pas du tout

Dieu merci ...

 

.Le 20 janvier 1842 : apparition de Notre Dame à Alphonse Ratisbonne, qui se convertit. Juif et athée, le jeune Alphonse Ratisbonne, poussé par un de ses amis strasbourgeois, M. de Bussière, accepte de porter la Médaille miraculeuse et de copier, puisqu'il se refusait à le prononcer, le "Souvenez-vous" de Saint Bernard de Clairvaux.

Le 20 janvier 1842, il accompagne M. de Bussière dans l'église de Saint-André delle Fratte à Rome et la Vierge Marie lui apparaît, les mains ouvertes et étendues, lui faisant signe de s'agenouiller. Cette apparition a été reconnue le 03 juin 1842. Il écrira plus tard : « J'étais depuis un instant dans l'Eglise lorsque tout d'un coup, je me suis senti saisi d'un trouble inexprimable ; j'ai levé les yeux, tout l'édifice avait disparu à mes regards. Une seule chapelle avait pour ainsi dire concentré la lumière et au milieu de ce rayonnement parut, debout sur l'autel, grande, brillante, pleine de majesté et de douceur, la Vierge Marie, telle qu'elle est sur ma médaille ; elle m'a fait signe de la main de m'agenouiller, une force irrésistible m'a poussé vers elle, la Vierge a semblé me dire : c'est bien ! Elle ne m'a point parlé, mais j'ai tout compris.»

De cette apparition, Alphonse Ratisbonne retire des lumières extraordinaires sur les mystères de la foi. Le 31 janvier, il est baptisé, communie et reçoit la confirmation. Marie-Alphonse Ratisbonne entre dans la Compagnie de Jésus en juin 1842 et devient prêtre en 1848. En 1850, il est nommé aumônier des prisonniers de Brest. Deux ans plus tard, avec l'autorisation du supérieur général des Jésuites, Jean-Philippe Roothaan, et la bénédiction du pape Pie IX, il quitte la Compagnie de Jésus pour rejoindre son frère Théodore et les « Pères de Sion » à Paris. En 1855, il s'installe en Palestine et consacre sa vie au catéchuménat des convertis d'origine juive, au sein de la double congrégation (masculine et féminine) de Notre-Dame de Sion créée et dirigée, pendant plus de cinquante ans par son frère Théodore, lui aussi converti Prions- les

L'histoire de Notre-Dame de Sion se confond avec celle des relations entre judaïsme et christianisme. D'abord fondée dans le but de convertir les juifs au christianisme, la congrégation change radicalement d'orientation à partir du concile Vatican II (1962-1965) et la déclaration Nostra Ætate. Dans le monde catholique, elle devient alors l'un des principaux acteurs du dialogue avec le judaïsme, dans le respect de cette religion et en excluant toute volonté de conversion. Parce Domine.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens