Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 19:32

"Redécouvrir que l’Eglise est mission est fondamental pour son avenir, car seul ‘‘l’enthousiasme, l’émerveillement convaincu’’ des évangélisateurs a la force pour entraîner."

B...au  Mexique

 

Oui mais surtout " pas de prosélytisme"....

B et K à Cuba

 

On fait quoi patron????

Partager cet article
Repost0
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 07:29

PATRIE et Sainte Écriture

La patrie, « terre des Pères », est un des aspects essentiels de l'expérience d'un peuple. Pour le peuple de l' Ancien Testament, la patrie a tenu une place importante dans la foi et l'espérance. Mais ce n'était là qu'une étape préparatoire de la révélation, car Dieu a finalement fait connaître l'existence d'une autre patrie à laquelle tous les hommes sont destinés.

1. L'expérience d'une patrie. -

L'histoire du peuple. de Dieu commence par un déracinement: Abraham doit quitter sa patrie, pour aller vers un autre pays dont il ne sait encore rien (Gn 12,15). Or le nouvel enracinement de sa race tarde à se réaliser. Durant leur séjour en Canaan, les patriarches sont des étrangers et des hôtes (Gn 23,4; He II,13); l'héritage du pays leur est promis (Gn 12,7), mais non encore donné. De même, l'Égypte où ils séjournent est aussi pour eux une terre étrangère (cf 15,13). C'est seulement après l'exode et l'Alliance du Sinaï que la promesse de Dieu est tenue : Canaan devient leur terre à eux,une terre pleine de signification religieuse . En effet, non seulement elle est reçue de Dieu comme un don; mais le fait que Dieu y possède Son lieu de résidence - le sanctuaire de l'Arche, puis le Temple de Jérusalem - lui confère une valeur sacrée. A tous ces titres, elle apparaît liée à la foi.

 

2- L'expérience du déracinement.

- Mais Israël fait aussi l'expérience contraire. Un double désastre national ravage finalement cette patrie aimée. En même temps, le peuple est transporté loin d'elle, et il fait l'expérience du déracinement. L'exil ne fait qu'aviver l'attachement des Juifs à la patrie (Ps 137, 1-6) dont ils pleurent les malheurs (cf Lm). lls comprennent alors que cette catastrophe. a pour cause profonde le péché national, que Dieu a sanctionné de façon exemplaire (Lm 1,8. r 8s; Is 64,4 ... ; Ne 9, 29ss). Aussi longtemps que l'épreuve se prolonge, la patrie humiliée ou lointaine occupe une place centrale dans leur prière (Ne 9,36s), dans leurs soucis (Z,3), dans leurs espérances d'avenir (Tb 13, 9-17; Ba, 4- 30-5,9). Attachés aux institutions du passé, ils s'efforcent sans cesse de les remettre debout, ct dans une certaine mesure y réussissent. Mais en même temps, ils découvrent dans les oracles des prophètes une image transfigurée de la patrie à venir: c'est la nouvelle terre sainte et la nouvelle Jérusalem, centre d'une terre réunifiée, qui prennent l'allure du paradis retrouvé. Ainsi la patrie est-elle à la fois pour les Juifs une réalité concrète, analogue à toutes les autres patries humaines, et une conception idéale, qui tranche par sa pureté et sa grandeur sur toutes les idéologies nationalistes où se cristallisent les rêves humains. Sans être multinationale, comme l'est à la même époque la conception de l'empire romain, elle tend cependant à l'universalite, de par la vocation d'Israël ; en Abraham doivent être bénies toutes les familles de la terre (Gn 12,3), et Sion doit devenir la mère de toutes les patries (Ps 87).

 

2. Nouveau Testament

1. Jésus et Sa patrie. -

Pour être pleinement homme, Jésus a fait aussi l'expérience de la patrie. La sienne ne fut pas un pays quelconque, mais la terre que Dieu avait donnée en héritage à Son peuple. Il a aimé cette patrie de toutes les fibres de Son cœur, d'autant plus que Sa mission à Lui était pour elle l'occasion d'un nouveau drame. En effet, comme elle avait méconnu jadis la voix des prophètes, Ia patrie juive méprise finalement celui qui lui révèle sa vocation véritable. A Nazareth, Jésus est rejeté: aucun prophète n'est méconnu, sinon dans sa patrie.(Mt 13,54-57 p; Jn 4,44). A Jérusalem, la capitale nationale, Jésus sait qu'il ne va que pour mourir (Lc 13,33). Aussi pleure-t-il sur la ville coupable qui n'a pas reconnu le temps où Dieu la visitait (Lc 19,41; cf 13,34S ). La patrie terrestre des Juifs s'en va donc irrémédiablement vers sa ruine, car elle n'a pas accompli ce que Dieu attendait d'elle. Une nouvelle catastrophe signifiera aux yeux de tous que Dieu lui retire la mission dont elle était chargée jusque-là dans le dessein de salut (Mc 13, 14-I9; Lc ,19,43; 21,20-23) 2. La Nouvelle patrie.

3. - Le peuple nouveau qu'est I'Église ne supprime pas l'enracinement des hommes dans une patrie terrestre, comme tentent de le faire certaines idéologies actuelles. L'amour de la patrie restera toujours pour eux un devoir, prolongement de l'amour familial. C'est ainsi que les chrétiens d'origine juive demeurent attachés, comme Jésus l'était, à la patrie d'Israël; sur un autre plan, saint Paul revendique le droit de citoyenneté romaine qu'il possède de naissance (Ac 22,27). Mais la patrie d'Israël a perdu désormais sa signification sacrée, transférée maintenant à une réalité plus haute. L'Église est la Jérusalem d'en haut dont nous sommes les fils (Ga 4,26), comme les Israélites étaien les fils de celle de la terre. C'est là-haut que nous avons notre droit de cité (Ph 3,20). De la sorte, tous les hommes peuvent avoir part à l'expérience de la nouvelle patrie. Jadis, les païens étaient étrangers à la cité d'Israël (Ep 2,12.); mais maintenant, ils partagent avec les Juifs l'honneur d'être concitoyens des saints (2,19). Ainsi le ciel est la véritable patrie, dont celle d'Israël, choisie parmi les patries terrestres, n'était que la figure, pleine de sens mais provisoire. Nous n'avons pas ici-bas,la demeure permanente, et nous cherchons celle de l'avenir (He 13,14). C'est déjà cette patrie-là que Dieu préparait jadis aux patriarches; et eux, derrière la terre de Canaan, aspiraient déjà de toute leur foi vers cette patrie meilleure (He 11,14). Tout homme doit faire comme eux et, au-delà du coin de terre où il est enraciné avec les siens, discerner la patrie nouvelle où, avec eux, il vivra à jamais . PG

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 19:06

24. Orthodoxes et catholiques sont unis non seulement par la commune Tradition de l’Eglise du premier millénaire, mais aussi par la mission de prêcher l’Evangile du Christ dans le monde contemporain. Cette mission implique le respect mutuel des membres des communautés chrétiennes, exclut toute forme de prosélytisme.

texte signé par B....et K..... à Cuba.

En plus simple" chacun chez soi...."!

C'est tout à fait contraire à la mission des missionnaires qui est d'enseigner toutes les nations et à la miséricorde qui doit enseigner toute la vérité.

Il y a de  grandes différences entre l'orthodoxie et la catholicisme.Sur le plan théologique mais plus encore sur la pratique /Négation  de la nécessité d'un pape,mariage des prêtres,lien étroit avec les pouvoirs temporels,etc. Il faudra de grands évènements pour qu'une vraie unité soit possible.

ire des disciples

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 13:48

Aveux de l’enfer Suite

.Extraits d’exorcismes 13/10/86 (DFT)

SATAN TROMPE LE MONDE PAR MEDJUGORJE pour détourner des vrais lieux d’apparitions.

WOJTYLA EST "L’HOMME AUX NOIRS DESSEINS"-A BAYSIDE AUSSI SATAN A PU TROMPER.

D :C'est pourquoi la Ste Vierge a dit à Bayside qu'un homme à l'esprit de ténèbres s'assierait sur le trône de Pierre. C'étaient des paroles vraies. CET HOMME DES TÉNÈBRES, C' EST WOJTYLA, Karol Wojtyla…Voilà ce qu'il est … Et il nous faut dire cela ! …Je ne veux plus parler ! ... (exorcisme et adjurations) D :Nous avons dit pourquoi BAYSIDE A DEVIÉ. (En 1985, Véronika Lueken affirma que Paul VI était mort,sans infirmer ce qui avait été dit auparavant sur le sosie etc…) Il nous a fallu le dévoiler. Celui qui ne reste pas humble et caché court le risque que le Ciel se retire et que nous, nous parlions à la place du Ciel.

C'est aussi ce que nous faisons à Medjugorje … D : Là-bas, nous le faisons d'une façon encore plus désastreuse, en plus grand encore qu'avec la "Lueken". Je ne veux pas parler! Je ne veux pas le dire, cela ne me regarde pas! Mais laissez-moi ! .... - (Adjurations) D : Ce n'est pas difficile, quand ils reviennent de Medjugorje pleins de fanatisme et tout joyeux, quand ils sont totalement sous hypnose ***-c'est pour ainsi dire de l'hypnose collective, ce n’est vraiment pas difficile … Regardez-les quelques mois après, ou un à deux mois après, regardez à quoi ils ressemblent et ce qu'ils disent. Ne croyez pas ces paroles fanatiques. Elles sont comme l'airain retentissant et la cymbale sonnante. Elles s’évanouissent comme de la fumée et sèchent comme l’herbe.

CE N'EST PAS DE LA VRAIE PIÉTÉ , c’est de la piété seulement apparente, comme il nous a fallu le dire. Bien sûr, quand des gens pieux et de bonne volonté vont là-bas et se confessent, etc.. ils peuvent recevoir certaines grâces,**** s'ils sont et seulement s’ils sont de bonne volonté, mais au fond ils n’en reçoivent pas autant que  du négatif, c’est-à-dire qu'ils tombent sous une certaine fascination comme il nous a déjà fallu le dire, et il ne leur est pas toujours facile d’en sortir. Je ne veux pas dire qu'absolument tous tombent sous une fascination, mais un très grand nombre, un trop grand nombre. Gardez-vous d’aller dans de faux lieux de pélerinage et de penser saisir et toucher un vêtement du Très-Haut, alors que ce sont des pans et des lambeaux de celui de Lucifer. Ah ! Je ne veux plus parler, je ne veux pas parler! (il crie -Exorcisme et adjurations)

Il nous a déjà fallu dire un jour que ce n’est pas un vrai lieu de pélerinage. Tout cela en effet n’est que tromperie, parce que la Sainte Église va totalement à la ruine. Là-bas, c’est la franc-maçonnerie qui met tout en scène de cette façon, depuis les évêques jusqu’aux prêtres, et par certains fidèles qui ont été placés là pour tout organiser, même avec des moyens techniques. Ils font par exemple illuminer la croix qui est sur la colline par des moyens techniques (Laser ?); ils disposent tout alentour de sorte tous les fidèles poussent des cris de joie, alors que c’est une machine de l'enfer…! Nous pouvons également faire apparaître des lumières par des moyens techniques d’autant plus…. Je ne veux pas parler!(exorcisme et adjurations)

D : Nous pourrions faire apparaître nous-mêmes des lumières ou des croix- des croix, un peu moins -, mais maintenant où nous sommes si déchaînés à la fin des temps, peut-être que si…. ! Mais avec des moyens techniques, nous pouvons bien faire apparaître des croix lumineuses et les faire tourner, de sorte que les fidèles croient que c’est la croix du Christ, alors que c’est le charme et la fascination de l'enfer. Gardez-vous de tels faux lieux de pèlerinage ! N’écoutez pas ceux qui vantent ce lieu avec fascination et parlent de jeûne et de conversion ! Ils sont et restent sous hypnose. Sous hypnose, c’est très facile de jeûner. Sous hypnose, c'est très facile et nous pouvons tout faire par eux, c'est-à-dire que sous hypnose l'homme est capable de beaucoup de choses. Et ceux qui vont à Medjugorje pleins de fascination (et de curiosité )veulent là-bas admirer quelque chose, obtenir quelque chose, expérimenter quelque chose, courent facilement le risque d’être induits en erreur. Il vaut mieux prier chez soi ou dans d’autres lieux de pélerinage, à Fatima par exemple et à Montichiari, à Lourdes, Héroldsbach, à Marien …(fried).(Le démon ne se souvient plus de ce lieu qui contient le nom qu’il redoute par-dessus tout )Je ne veux pas parler! … (Exorcisme et adjurations)

 

Notes : ***L’hypnose est un état second de la conscience qui affaiblit la volonté personnelle et le jugement. Les grands rassemblements sont des occasions de mise en condition hypnotique, qui permet toutes les manipulations. Tous les agitateurs politiques ou autres en apprennent les techniques élémentaires.Fuyez les lieux où se répètent en boucle  les mêmes paroles (voir la liturgie de Taizé qui utilise ce mode d'envoutement sur la jeunesse.Voir aussi les jmj de W. Réveillez-vous,on veut vous endormir.....

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 12:39

Le maire de Lourdes (PRG=FM) s'inquiète de la baisse de fréquentation de Lourdes.Il trouve les pélérinages désuets et souhaite attirer plus de touristes et de pélerins.Les marchands du Temple : 220 marchands de souvenirs(Fabriqués en Asie....)159 hotels sont paniqués car ils ont

p erdu un quart de leur clientèle.Pour rendre le lieu  plus attractif le clergé innove/et organise des pélés touristes par thème la saint valentin par exemple. Bref on va paganiser pour séduireParce Domine

Par contre les pélerinages  de Medjugorje et ses illusions  font le plein

Lire' dans les aveux de l'enfer la vérité sur cette escroquerie charismatique  Pauvres nigauds....si faciles à berner.

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:57

"Ce signe de la Croix sera dans le Ciel lorsque le Seigneur viendra pour juger. Alors tous les disciples de la Croix, qui auront imité pendant leur vie Jésus crucifié,s'approcheront avec une grande confiance de Jésus-Christ juge. .Pourquoi donc craignez-vous de porter la Croix, par laquelle on arrive au royaume du ciel ? Dans la Croix est le salut, dans la Croix la vie, dans la Croix la protection contre nos ennemis. Rien n'est plus agréable à Dieu, rien ne vous est plus salutaire en ce monde, que de souffrir avec joie pour Jésus-Christ; et si vous aviez à choisir, vous devriez plutôt souhaiter d'être affligé pour Lui que d'être comblé de consolations, parce que vous seriez alors plus semblable à Jésus-Christ et plus conforme à tous les saints."Imitation de Jésus-Christ .Th.A Kempis)

Partager cet article
Repost0
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 07:33

Êtes-vous prêts à comparaître devant l'inévitable Justice divine?Les catastrophes actuelles sont des avertissements.

Priez, priez pour ceux qui refusent de voir et d'entendre... NSJC 

Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 09:01

Sainte Marie, Mère de Dieu 2/2

Qu'est-ce donc que le titre de Mère de Dieu?

Quelle est cette dignité?

Être Mère de Dieu, c'est être en quelque sorte supérieure à Dieu; c'est concevoir et enfanter un Dieu; c'est Lui donner l'essence humaine, sa propre substance, son corps, sa chair et son sang ; c'est avoir sur Lui les droits qu'une mère a sur son enfant, sur sa race; c'est Le voir soumis comme un fils, tellement qu'Il vous appelle Sa Mère, vous respecte, vous honore, vous aime comme Sa mère et vous obéisse.

Dieu doit combler Sa mère de dons et de grâces, comme il convient à une mère et à un Fils, Dieu de toute éternité; car l'honneur d'un fils est solidaire de celui de sa mère.

Pour demeurer dîgne de son fils, il faut que la mère d'un roi soit reine; ainsi, pour être digne deDieu, il faut que Sa mère suit mise en possession d'un pouvoir et d'honneurs presque divins. Il serait honteux pour un roi d'avoir une mère indigne de lui ; il ne conviendrait point à un Dieu d'avoir une mère qui ne serait pas ornée des vertus et des qualités qui conviennent à Dieu

Emerveillé et comme hors de lui-même à la pensée de l'honneur à la maternité divine, saint Bernard s'écrie : D'une et d'autre part, il y a de quoi s'étonner et crier au prodige : Dieu obéit à une femme; n'est-ce pas une humilité sans pareille? Une femme commande à Dieu; n'est-ce pas une grandeur sans pareille ? En dehors de l'union hypostatique du Verbe avec l'humanité,il n'y a pas d'union aussi étroite que l'est l'union du Verbe avec Sa mère par l'incarnation;

et Dieu, dit saint Thomas, ne saurait en établir une plus intime et plus sublime. On doit dire que l'humanité de Jésus Christ , par cela qu'elle est unie à Dieu; et la bienheureuse Vierge, par cela même qu'elle est Mère de Dieu, ont une certaine dignité infinie issue du bien infini, qui est Dieu; aussi ne peut-il rien exister de meilleur qu'eux, comme il n'est rien de meilleur que Dieu.

Concluons de là que la dignité de Mère de Dieu, quoiqu'elle ait des bornes, lorsqu'on l'envisage sous le rapport de l'être qui la reçoit, parce que de sa nature cet être n'est pas infini, est cependant infinie quant à son objet, qui est Jésus Christ , Fils de Dieu fait homme.

Sous Josué, le soleil s'arrêta ; du temps d'Ezéchias, il rétrograda; voici un prodige plus grand : une vierge devient Mère de Dieu; l'éternel soleil de justice descend dans le sein de Marie. Sous Moïse, parut un buisson qui brûlait sans se consumer et en conservant sa verdure ; ici parait une femme qui conserve sa virginité tout en devenant mère.

Quoique desséchée, la verge d'Aaron fleurit; ici , c'est la tige de Jessé qui donne le fruit désiré des nations.

Pharaon vit la verge de Moïse changée en serpent; ici nous voyons Dieu se faire homme et devenir semblable aux pécheurs. Le peuple de Dieu dans le désert vit la manne tomber du ciel chaque matin pendant quarante ans;

ici nous voyons le Verbe descendre du ciel et s'incarner dans le sein de Marie. Elisée vit Elie s'élever dans les airs; ici nous voyons la nature humaine s'élever jusqu'à la divinité et s'unir au Verbe éternel.

 

C'est donc à juste titre que l'Église fait entendre dans ses chants sacrés ces paroles en l'honneur de la Mère de Dieu : Ayez pitié des pécheurs, vous qui avez enfanté votre Créateur au milieu de l'étonnement et de l'admiration de la nature entière : Tu quae genuisti, natura mirante, tuum sanctum Genitorem, peccatorum miserere (Hym. Alma Redemptoris).

Marie, Mère de Dieu, est la merveille des siècles, l'étonnement de la nature , le prodige de l'univers.

0 miracle nouveau, inconnu, qu'on n'avait jamais vu, et qu'on ne reverra jamais ! Une femme est Mère du Verbe, le géant de l'éternité. Ce grand Dieu ne se déshonore pas en devenant le fils de Marie ; et Marie n'est pas consumée par les rayons de la majesté divine. Jésus -Christ est l'œuvre par excellence du Seigneur, la merveille qui éclate à tous les yeux . »

Deo gratias « Mère de Dieu,Mère de Jésus Christ ,Tête de Son Corps mystique,Marie est de plein droit Mère de l'Église comme a tenu à le définir SSPaul VI, Pape,notre Chef légitime. »

Partager cet article
Repost0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 19:16

"Dieu ne condamne personne, il nous sauve »

Dans son audience du 3 février,B......le magicien du verbe, a escamoté la justice divine. Il a le talent des déclarations à double sens, pour d'ailleurs aboutir à l'absurdité. Lisez dans MCI ce prodige de pirouette intellectuelle,véritablement perverse. Plus d'enfer,plus de purgatoire, plus de sacrifice,plus d'expiation, plus de rédemption Tout est saccagé,avec une  sorte de plaisir vandale.

En ce jour où nous fêtons Notre Dame de Lourdes qui supplie les âmes de changer de vie,il est impensable de laisser ainsi insulter notre Mère.Car à Fatime, c'est la même Mére qui a montré l'enfer aux enfants,décrivant ces damnés comme la neige qui tombe.

; Les aveux de l'enfer montrent l'horreur absolue de la damnation éternelle qui est le chatiment  des crimes,de ceux qui, jusqu'au bout, refusent la miséricorde.

Comment peut-on soutenir que Dieu nous a envoyé un tel antichrist,et qu'il est légitime vicaire de Jésus-Christ,Lien de la foi ????Cela dépasse l'entendement........! Au secours!

 

Com fr merci: tout arrive en son temps avec mesure et nombre.....

Partager cet article
Repost0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 07:56

Marie Mère de Dieu ½

 

Nous fêtons au jourdh'ui l'anniversaire des apparitions de Notre Dame à Lourdes.

Marie s'y présente dans la gloire de ses prérogatives,dont la plus merveilleuse ,la plus inouie est d'avoir été choisie comme l'Immaculée Vierge -Mère de Dieu.

Prions pour qu'éclate enfin la vérité.

Extraits des trésors de Cornelius a Lapide Tome III p 117 cf unacumpaulosexto

MARIE de qui est né Jésus : Maria de qua natus est Jésus ( Matth) Ces paroles signifient que Marie est mère de Jésus fait homme; mais Jésus fait homme étant uni hypostatiquement à Dieu, est homme-Dieu. Et comme il n'y a qu'une personne en Jésus Christ , qui est la Personne divine, Marie est vraiment Mère de Dieu.

Le Verbe s'est fait chair, dit l'évangéliste saint Jean: Verbum caro factum est . Et le Verbe était Dieu : Et Deus erat Verbum - Or, le Verbe-Dieu s'était incarné dans le sein de Marie, Marie est nécessairement Mère de Dieu

. 0 dignité sublime et unique!.., Marie Mère de Jésus! Saint Thomas enseigne que Dieu ne peut  rien faire de plus grand que l'incarnation du Verbe, et la maternité divine de la bienheureuse Vierge. En effet, l'incarnation unit l'humanité à la divinité par l'union hypostatique; et d'autre part, la maternité divine est la consanguinité même avec Dieu.

Par cette maternité, Marie est à Dieu ce qu'une mère est à son fils et, s'il se peut, davantage; car Marie est plus entièrement mère que les autres mères : les autres le sont de concert avec le père; Marie est à la fois le père et la mère de Jésus, puisque seule elle Le conçut, seule elle l'a engendré, non pas naturellement, mais surnatureilement, ce qui est bien plus parfait et plus intime ( Sum. theoL 1. p. q. ) ) .

De la dignité de Mère de Dieu découlent tous les dons et tous les privilèges accordés à Marie, non-seulement sur les hommes, mais sur les anges. Comme l'humanité de Jésus Christ , unie à la divinité, est Dieu, Marie, par cette union, est devenue Mère de Dieu, et a reçu tous les dons divins au suprême degré.

Qu'une femme , dit saint Bernard, ait conçu et enfanté un Dieu, cela a été le plus grand des miracles;, car il a fallu, si je puis m'exprimer ainsi, que, par une infinité de perfections et de grâces, cette femme fût élevée en une sorte d'égalité divine, égalité que jamais créature n'avait reçue. Aussi » je ne crois pas que l'esprit humain, ou même l'intelligence angélique, ait pu jamais pénétrer l'abîme insondable de toutes les grâces que la bienheureuse Vierge a reçues du Saint-Esprit à l'heure de la conception divine

Saint Bernard fait remarquer que la dignité de Mère de Dieu est une dignité presque infinie, qui exige un degré de grâce proportionné. De là , dit-il, on peut conclure que la bienheureuse Vierge, dans la conception du Fils de Dieu, a acquis par son consentement un plus grand mérite que n'en ont acquis par tous leurs actes, tous leurs mouvements et toutes leurs pensées, tous les anges et tous leshommes. En effet, tous ceux qui méritent, n'ont pu mériter autre chose que la gloire éternelle à différents degrés.

Par son admirable consentement, la Vierge, au contraire, a mérité l'extinction entière de la concupiscence, la première place parmi les créatures, l'empire de l'univers, la plénitude de toutes les grâces, de toutes les vertus , de tous les dons, de toutes les béatitudes, de tous les fruits du Saint-Esprit, de toutes les sciences, l'intelligence des lan gues, le don de prophétie, la connaissance des esprits, et la science des vertus.

Elle a mérité d'être féconde en demeurant Vierge, et de devenir la Mère du Fils de Dieu.

Elle a mérité d'être l'étoile de la mer, la porte du ciel, et par-dessus tout d'être appelée la Reine de la Miséricorde, et d'obtenir les effets d'un pareil nom.

Aussi lui applique-t-on à bon droit ces paroles des Proverbes : Beaucoup des filles des hommes ont amassé de grands trésors; mais vous, vous les avez toutes surpassées .

Saint Antonin croit que la bienheureuse Vierge, dans la conception du Verbe, a vu l'Essence même de Dieu, puisqu'elle La recevait en elle-même (Sum. theoh, p. IV., tit. xv, c. xv11.

Saint Augustin et saint Thomas disent que saint Paul vit l'Essence de Dieu lorsqu'il fut ravi jusqu'au troisième ciel. Mais si saint Paul reçut cette grâce, combien, à plus forte raison, la bienheureuse Vierge, Mère de Dieu?

Ce sentiment est celui d'un grand nombre de Pères, parmi lesquels il faut compter saint Bernard, et une foule de grands théologiens. Saint Jean Damascene et saint Anselme enseignent que Marie, au moment où elle devint Mère du Verbe, reçut une claire révélation de sa prédestination et de sa future exaltation au-dessus de tous les chœurs des anges ( De Dormit. Deipar.) .

 Heureux, ô Jésus, le ventre qui Vous a porté, et les mamelles qne Vous avez sucées! (Luc. XI. 21.)

Ces paroles de l'Evangile font dire à Methodius : Incomparable Vierge, vous contenez Celui qui contient tout; vous portez

Celui qui porte tout d'une seule parole; vous possédez Celui qui possède tout ( Orat. in Hyp. ) .

Quel trône glorieux que le trône où se tient le Verbe fait chair, quel char royal que celui qui Le porte !

Servir Dieu, dit saint Bernard, c'est régner ; Le porter. n'est pas un fardeau, mais un ornement. Vous, ô Marie, vous vêtez ce grand Dieu, et Il vous revêt; vous Le vêtez de votre chair, et Il vous revêt de la gloire de Sa majesté; vous prêtez un nuage au soleil, et Lui vous enveloppe de Ses rayons L'incompréhensible, dit saint Ambroise, opérait en sa mère d'une manière incompréhensible : ( Serm. de B. Virg. ). Qu'y a-t-il de plus grand que la mère de Dieu, qxii a renfermé dans son sein la grandeur de la majesté suprême. Contemplez la dignité des séraphins, ils sont au-dessous de Marie; Dieu seul est au-dessus d'elle (Serm. de Nativ. B. Virg.).

Marie a été mère de Dieu selon la chair, dit saint Jean Damascène ; son sein est le ciel dans lequel a habité Celui qu'aucun lieu ne peut contenir:

Marie est la créature qui a acquis le plus de mérites; car, pour arriver à concevoir le Verbe, dit saint Grégoire, elle a élevé ses mérites au-dessus de ceux des anges, et jusqu'au trône de Dieu : Voilà pourquoi elle a été conçue de toute éternité dans l'intelligence divine; le monde n'était pas, qu'elle existait déjà .

Si quelqu'un, dit saint Bernard, considère à quoi, dans l'incarnation , devait aboutir le consentement de Marie , il comprendra clairement que toute dignité et toute perfection, tant de l'âme que du corps, est renfermée dans le titre auguste de Mère de Dieu. Marie «surpasse infiniment en mérites tout ce qu'on peut imaginer ou exprimer au-dessous de Dieu. Pour que Jésus Christ , terme ineffable de toutes choses, s'incarnât dans son sein virginal, il a fallu qu'il trouvât en elle une perfection digne de Lui ( Serm. LI, art. m, c. x ).

Le titre de Mère de Dieu l'emporte sur toutes les dignités possibles, comme l'or l'emporte sur le plomb et le ciel sur la termaternité divine est une dignité incomparable et incompréhensible; car , ainsi que nous l'avons déjà dit, cette maternité est une étroite consanguinité avec Dieu, Par elle, la bienheureuse Vierge est élevée si haut, qu'elle devient de l'ordre divin, et qu'elle a pour fils consubstanticl en tant qu'il est homme, le même Dieu que le Père a pour Fils consubstantiel en tant qu'Il est Dieu.

C'est pourquoi, comme le Père dit au Verbe : Vous êtes mon Fils; Je vous ai engendré aujourd'hui : (Psal. ir. 7); Marie peut lui dire : Vous êtes mon fils; je Vous ai engendré aujourd'hui. Marie est supérieure à toutes les créatures; elle est la Mère, la Fille et l'Épouse de Dieu, la Mère du Verbe, la Fille unique du Père, l'Épouse du Saint-Esprit, Comme le Père, Marie a pour fils la seconde personne de l'auguste Trinité. Le Verbe, qui a Dieu pour Père, a Marie pour Mère.

A suivre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens