Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 09:31

                                         Les « extraterrestres », prodiges diaboliques

 

Un mot sur ce genre de contre-façon diabolique qui « rôde dans le monde pour la perte des âmes » .Il y eut,  au cours des années 70, une véritable épidémie de visions d’objets volants, de phénomènes inexpliqués de prétendus « miracles ». Il est très probable que cette épidémie reprenne de plus belle sur le terrain  fertile des angoisses humaines. La peur engendre la peur et la peur est mauvaise conseillère. Ce ne sont pas des imaginations ni des hallucinations. Les témoins ne sont pas tous des fabulateurs. Ces phénomènes sont réels. Mais ils ne restent pas «  non identifiés » par ceux qui voient clairs dans leur cause véritable, c'est-à-dire faisant intervenir des « puissances et des dominations » douées de pouvoirs supérieurs à la nature humaine, sans être pour autant du domaine de la grâce qui est surnaturel don divin. Les merveilles de la grâce, les charismes extraordinaires, les signes authentiques du ciel sont reconnaissables à leurs fruits. Ils engendrent la charité, la paix, la confiance. Ils sont clairement identifiables à leur insertion dans un but providentiel. Nous en verrons à l’heure de Dieu ; d’ici là pas de curiosité déplacée ou malsaine.

Si j’insiste sur la prudence extrême en cette matière , c’est que l’on peut lire dans des « messages » récents -depuis 1980- très courus des amateurs -l’annonce de l’imminence de la Parousie et de la nécessité de venir en tel lieu bien précis rechercher des faveurs  personnelles, car dit un de ces sites « Des vaisseaux célestes viendront vous chercher »(Sic)Ces douteux « messages » depuis 1980 sont d’ailleurs facilement reconnaissables, car les « messagers » mettent  sans exception dans la bouche de « l’apparition » des louanges très appuyées, et maintes fois réitérées, des pseudo-papes que nous connaissons bien, approuvant leurs doctrines et leurs actions. C’est un signe infaillible. Des messagers d’abord authentiques peuvent être également déviés ,faussés, trompés et tomber dans l’erreur.

Ainsi se propage une « bouillie » étouffante, piège pour les trop crédules. Restons donc dans nos catacombes. Attention à tout ce qui n’est pas clairement « identifié » par la bonté de ses fruits.

 Que Notre Dame du Bon conseil, notre Ange gardien, nos saints patrons nous guident et nous évitent de tomber dans les pièges que l’enfer  nous tend sous les masques les plus trompeurs ! Nous ne sommes qu’au début d’un combat terrible et le « père du mensonge » joue ses dernières cartes : la séduction et la peur.

Partager cet article
Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 06:21

605090227

« On ne parle pas assez du Ciel » NSJC2

 

Accueil fait par le Seigneur à l’âme glorifiée

Notre bon Seigneur, rapporte Julienne de Norwich, me dit : "Je te remercie de ce que tu as fait pour Moi, et spécialement de ce que tu m’as consacré ta jeunesse." Puis Dieu me montra trois degrés de béatitude au ciel pour l’âme qui l’a servi de bon cœur :
Le premier, quand le Seigneur la remercie à sa sortie du purgatoire, remerciement si élevé et si glorieux qu’elle se sent comblée et suffisamment récompensée.
Le second, c’est que toute la Cour céleste en est témoin, car Dieu fait connaître à tous les élus les services qu’on Lui a rendus.
Le troisième, c’est que la joie donnée à l’âme au moment où elle est ainsi remerciée doit durer toute l’éternité. (VIe Révélation, ch. XIV.)

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 05:00

605090227

«  On ne parle pas assez du CIEL » NSJC

L’entrée d’un élu au paradis

Le Fils de Dieu, donnant à Sainte Brigitte Ses instructions, lui parla en ces termes d’un généreux chevalier qui avait pratiqué les vertus chrétiennes : " Quand cet ami de Mon Cœur fut arrivé au dernier moment de sa vie et que son âme quitta son corps, cinq légions d’anges furent envoyées au-devant de lui. On entendit alors dans le ciel des voix mélodieuses qui résonnaient purement et qui disaient : " Ô Seigneur et Père, n’est-ce pas là celui qui s’est attaché à Vos volontés et qui les a parfaitement accomplies ? "Puis une voix de la part de la Divinité, lui dit : " Je t’ai créé et t’ai donné le corps et l’âme. Tu es Mon fils et tu as fait la volonté de ton Père. Viens donc maintenant à ton Créateur tout-puissant et à ton Père très aimant. L’héritage éternel t’est dû, puisque tu es fils et puisque tu as été obéissant. Viens donc, ô Mon doux enfant, je te recevrai avec joie et bonheur. "

Une seconde voix, qui était celle de l’Homme-Dieu, lui dit : " Viens à ton frère, car Je me suis offert pour toi, J’ai répandu Mon sang pour l’amour de toi. Viens à Moi, car tu as suivi Ma volonté ; viens à Moi, car tu as versé sang pour sang, tu as donné vie pour vie et mort pour mort. Donc toi qui M’as suivi, viens à Ma vie, à ma joie qui ne finira jamais. "

Une troisième voix parla ainsi de la part du Saint-Esprit : " Viens, ô mon chevalier, toi qui M’as tant désiré et en qui Je me suis plu à établir Mon séjour. Pour les travaux de ton corps, entre dans le repos ; en retour des tribulations de ton esprit, entre dans les consolations ineffables ; en récompense de ta charité et de tes généreux combats, entre en Moi-même ;
Je demeurerai en toi et tu demeureras en Moi. "

Ensuite les cinq légions d’anges firent résonner leur voix. La première disait : " Allons au-devant de ce généreux soldat et portons devant lui ses armes ; c’est-à-dire présentons à notre Dieu la foi qu’il a gardée sans chanceler et qu’il a défendue contre ses ennemis. "

La voix de la deuxième légion dit : " Portons devant lui son bouclier et montrons à notre Dieu sa patience ; bien qu’elle soit connue de Dieu, elle en sera plus glorieuse par notre témoignage. "

La troisième légion dit : " Allons au-devant de lui et présentons à Dieu son glaive, c’est-à-dire l’obéissance qu’il a rendue, tant dans les choses pénibles que dans les choses faciles. "

La quatrième : " Allons et rendons témoignage à son humilité, car l’humilité précédait et suivait toutes ses bonnes œuvres. "

La cinquième voix dit : " Donnons témoignage de son désir divin ; par lequel il soupirait après Dieu. A toute heure il pensait à Lui dans son cœur ; il l’avait toujours en sa bouche, toujours dans ses œuvres ; il Le désirait par-dessus toutes choses ; pour l’amour de Lui, il s’est montré comme mort au monde."

" Voilà comment mon ami vient à moi et de quel prix il est récompensé. Et bien que tous n’aient pas répandu leur sang pour l’amour de Mon Nom, ils recevront néanmoins les mêmes récompenses, s’ils ont la volonté de donner leur vie pour l’amour de Moi quand le temps et l’occasion s’en offriront. Vois que de biens apporte la bonne volonté. " (Liv. II, ch. XI.)

NDLR  Ce temps et cette occasion, c’est aujourd’hui ou jamais ; Fidèlité au Pape légitime SS Paul VI, exigence et défense  de la Vérité, dans la Charité

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 06:17

imagesCAIKAA2A-copie-1.jpgL'église doit revenir à la simplicité primitive "B... Pour toutes transactions tel 666-666-666 imagesCAHVW0XA.jpgimagesCAYIG6L1.jpg

Partager cet article
Repost0
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 04:49

x240-axI.jpg

Comment le Christ ressuscité a été glorifié dans Son Corps

Sainte Mechtilde priant le Seigneur de rendre grâces à Dieu de sa résurrection future, Il lui dit : " Je le fais présentement pour toi et pour chacun des Miens, aussi volontiers que pour Moi-même, parce que Je considère la gloire de Mes membres comme la Mienne elle-même, et l’honneur qui leur est rendu comme rendu à Moi-même. L’âme pour laquelle J’acquitte ainsi ces louanges et ces actions de grâces, tandis qu’elle est encore sur la terre, en recevra une grande joie dans les cieux. " Et, comme  Sainte Mechtilde cherchait en elle-même ce qu’avait été la glorification de l’Humanité du Christ lors de Sa résurrection, le Seigneur lui dit : "La glorification de Mon corps a consisté en ceci, que Dieu le Père M’a donné tout pouvoir au ciel et sur la terre, en sorte que Je fusse tout-puissant dans l’humanité comme dans la Divinité, pour récompenser, élever et combler Mes amis des témoignages de Mon amour, selon toute la générosité de Mes désirs. La glorification de Mes yeux et de Mes oreilles M’a donné de pouvoir pénétrer jusqu’au fond de tous les besoins et dans toutes les tribulations de Mes fidèles, entendre et exaucer leurs vœux et leurs prières. Tout Mon corps a aussi reçu cette gloire, que Je puis être partout en l’humanité comme J’y suis en la Divinité avec tous et chacun de Mes amis, partout où Je veux ; ce qu’aucun autre, si puissant qu’il soit, n’a jamais pu et ne pourra jamais. " (Ire part., ch. XIX ; éd. Lat., p. 67.)

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 07:13

resurrection.jpg

    

                                  LOUANGES A JÉSUS, Vrai Dieu et Vrai homme,

                                                         PAR L'ALLELUIA.

 

 Dans la liturgie israélite et chrétienne Alleluia signifie : gloire à Dieu, louer Dieu .Glorifier signifie révéler, proclamer la perfection d’un être et de l’action de cet être  Ce mot exprime l’allégresse et la joie .C’est pourquoi il comporte toutes les voyelles, sauf le O voyelle qui exprime la douleur.

 

Sainte Gertrude ayant dit à Jésus-Christ, le Jour de Pâques: O le plus généreux des maîtres, enseignez-moi un moyen de VOUS louer par l’Alleluia; Il lui répondit : Vous Me louerez très-dignement, si vous vous unissez aux louanges que  M'adressent sans cesse les habitants du Ciel, de la manière suivante.

 

Je vous loue, O mon Jésus, et je m'unis à ces louanges, par lesquelles les Saints exaltent, avec d'unanimes transports,  les charmes infinis que la Divinité répand dans Votre Humanité déifiée en se communiquant à elle, dans cette Humanité  levée maintenant sur le Trône immortel de Sa gloire, en récompense de cette extrême amertume que Vous avez supportée dans Votre  Passion et dans Votre Mort, pour notre salut. ALLELUIA

 

Je vous loue, 0 mon Jésus, et je m'unis à ces louanges, par lesquelles les Saints exaltent de concert cette ineffable jouissance qu'après le triste hiver de Votre vie mortelle, Vous éprouvez dans l'éternel printemps des cieux, en reposant avec amour les yeux de Votre Humanité sur la Suprême et Indivisible Trinité, pour embrasser à la fois tout entière et savourer les fleurs de cet ineffable jardin de délices. ALLELUIA

 

Je vous loue, O mon Jésus, et je m'unis ces louanges par lesquelles 1es Saints exaltent de concert la très-suave jouissance dont est inondée l'ouïe sacrée de Votre Humanité déifiée, au milieu de ces divines caresses et de ces louanges d'amour dont vous comblent sans cesse la Très Auguste Trinité, les chœurs des Anges et la troupe entière des Bienheureux. ALLELUIA

 

Je vous loue, O mon Jésus, et je m'unis ces louanges, par lesquelles les Saints exaltent de concert le délicieux parfum que porte vers Vous ce céleste zéphyr qui, du sein de l'Auguste Trinité, se dirige sans cesse vers Votre Personne adorable, pour réjouir, par une odeur infiniment suave, Votre sainte  et immortelle Humanité. ALLELUIA

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 02:48

giotto

 

 

.                                Semaine sainte : Semaine de la manifestation de la sainteté de Dieu suite 2/2

 

Pensez souvent à Ma Passion, vous ne sauriez rien faire qui puisse M'être plus agréable : de toute éternité, Je pensais à la réparation de l'homme par Ma passion. Pendant ma vie terrestre, il ne s'est point passé de jour où Je ne me rappelasse cette grande semaine, et depuis que Je suis remonté au ciel, Je continue sur l'autel les prodiges du Calvaire. Imitez-Moi, Ma fille, en pensant vous-même au perpétuel objet de Mes pensées.

Pensez-y souvent, et vous trouverez là, force, courage et soutien; pensez-y souvent et vous trouverez là, consolation et félicité dans vos abattements et vos tribulations; pensez-y souvent et cette pensée attirera sur vous les plus grandes grâces et les plus grandes bénédictions.

Pensez-y souvent, jamais votre pensée ne trouvera de dégoût à s'y arrêter, jamais votre pensée ne trouvera de terme ni de fin à ces considérations: vous y découvrirez toujours quelque chose de nouveau. Des souffrances de Mon corps, passez aux souffrances de Mon âme et des souffrances de Mon âme et de Mon corps, passez à l'acceptation qu'en fait la Divinité.

Rappelez-vous Ma dernière Cène, Ma prière et Mon agonie aux jardins des Oliviers, l'abandon de Mes disciples, la trahison de Judas, le reniement de Pierre, la condamnation inique de Mes juges, les clameurs du peuple contre Moi, les injures des soldats, Ma flagellation, Mon couronnement d'épines, le dépouillement de Mes habits, le Crucifiement de Mes mains et de Mes pieds sur la croix, Ma mort, l'ouverture de Mon côté, Ma sépulture et J'inspirerai toujours à votre cœur reconnaissance et amour pour votre Sauveur, crainte et horreur pour le péché, soif et désir pour la souffrance et les tribulations (pour Me ressembler).

Entrez surtout pendant ces jours dans les sentiments de la Sainte Église; elle est plongée dans le deuil; et cela à cause des souffrances de son Époux. L'Église pleure à cause des peines de Celui qui lui a donné le jour; elle pleure à cause des insultes continuelles que lui prodiguent encore les méchants; elle pleure à la pensée de l'inutilité de Mes souffrances pour un si grand nombre d'âmes. Elle pleure, elle prie aussi, comme j'ai prié Moi-même sur la croix; elle prie pour ses enfants révoltés contre elle, comme Je priai pour Mes bourreaux; elle prie pour ses enfants qui la trahissent en secret ou l'abandonnent, comme J'ai été Moi-même trahi et abandonné par Mes disciples; elle prie pour ceux qui la dépouillent et voudraient la mettre à nu, comme J'ai été Moi-même dépouillé de Mes habits. Priez, Ma fille, et votre prière sera écoutée; priez, et vous verrez votre prière exaucée, et un jour vous vous réjouirez, vous bénirez et louerez Dieu pour Sa grande miséricorde.

Ma fille, Je vous laisse Ma Passion, Je la donne à votre esprit, à votre âme, à votre cœur. Que ce bien vous suffise, n'en désirez jamais aucun autre, vous trouverez tout en celui-là, parce que vous M'y trouverez. »

 

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 03:40

giotto

                     La Semaine Sainte, semaine de la manifestation de la Sainteté de Dieu 1/2

                                  Enseignements divins à Sœur Marie du Sacré-Cœur

« C'était le troisième jour de la Semaine sainte. J'étais venue dans l'église pour faire un retour sur ma conscience ct me disposer à recevoir en mon âme l'effusion du Sang de mon Sauveur. J'avais reçu l'absolution de mes fautes, et je remerciais Dieu intérieurement. Voici ce que me dit en cette circonstance le Sauveur Jésus:

 

«Ma fille, cette semaine est appelée la Semaine sainte, la grande Semaine, la Semaine de la Passion, parce qu'en cette semaine la sainteté a été rendue aux hommes; parce qu’en cette semaine J'ai opéré les plus grandes \merveilles que le monde ait jamais vues depuis sa création, et que J'ai souffert le supplice de la croix.

C'est la Semaine sainte .  Voyez en effet combien la sainteté apparaît d'une manière admirable. La sainteté de Dieu ne pouvait être compatible avec le péché de l'homme, et il fallait ou que l'homme fût éternellement séparé de Dieu, ou que le péché fût détruit par Dieu. Que verrez-vous dans cette semaine, sinon le Fils de Dieu, Dieu comme Son Père, Saint comme Son Père, le Fils de Dieu fait homme, prendre sur Lui toutes les iniquités du monde et les clouer sur l'arbre de la croix par Sa passion et Son trépas ? Oui, voilà ce que vous verrez : la manifestation de la Sainteté de Dieu, la Sainteté de Dieu fait homme lutter contre le péché, la sainteté de Dieu effacer le péché du cœur de l'homme, la sainteté de Dieu pénétrer dans l'homme, la sainteté de Dieu élevée entre le ciel et la terre; pour dire au ciel que le péché de la terre est expié, pour dire à la terre que la Sainteté du ciel vient la couvrir et s'étendre sur elle comme un voile d’une blancheur éclatante.

« C'est la grande semaine, la semaine des plus grands mystères qu'il ait été donné à la terre de voir et de contempler. Le mystère de l'union et de l'embrassement de la justice et de la miséricorde, le mystère de la manifestation de l'amour de Dieu pour les hommes et de l'aveuglement des hommes pour Dieu; le mystère de la mort d'un Dieu donnant la vie aux hommes et des hommes donnant la mort à un Dieu; le mystère de la rédemption de l'homme et de sa réconciliation avec  Dieu; le mystère d'un Dieu mourant et ressuscitant; le mystère de la mort d'un Dieu renouvelée par la volonté de ce .Dieu, non plus d'une manière sanglante, mais mystique, afin que sa mort et les mérites de sa mort fussent reproduits chaque jour, et que, dans cette reproduction, Dieu retrouvât chaque jour réparation, et l'homme miséricorde et pardon.

 

« La semaine de la Passion, c'est-à-dire la semaine de Mes souffrances les plus considérables, de l'effusion de Mon sang, de Ma mort et de Ma sépulture. C'est par Ma Passion que J'ai été la Victime de Dieu, la victime de la miséricorde et de la justice: la victime de la miséricorde, puisque J'ai été donné par Dieu à l'homme afin d'expier son péché; la victime de la justice, qui a réclamé à ce point ses droits qu'elle a voulu l'expiation d'un Dieu, parce que l'expiation même de tous les hommes ensemble eût été insuffisante; la victime de la miséricorde, puisque Dieu a préféré voir mourir Son Fils que de voir l'homme mourir pour l'éternité; la victime de la justice, qui ne M'a point épargné, quoique Fils de Dieu, et qui M'a laissé répandre jusqu'à la dernière goutte de Mon Sang; la victime de la miséricorde, qui a rendu à l'homme ses droits et les a même augmentés d'une manière considérable; la victime de la justice, qui par Moi seul a été satisfaite.

 

« O! la grande Semaine, la sainte Semaine, que celle de la mort du Fils de Dieu, de l'expiation du péché, de la satisfaction entière à la justice de Dieu, de la délivrance de l'homme, de sa réconciliation avec le ciel. Pensez souvent, Ma fille, à cette semaine admirable, à cette semaine fixée dans le conseil de Dieu pour la glorification de l’humanité par le plus grand abaissement de Ma Divinité. » A suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 03:55

giotto

                                                    Enseignements divins sur la Passion Suite 2/2

 

.le vis aussi et je compris, autant que je pouvais la voir et comprendre, la douleur de l'Ame de Jésus. La plus grande douleur d'une âme, c'est l'abandon de tous ceux qu’elle aime. S'il en est ainsi, comment représenter la douleur de l'âme du Sauveur? Ah! je crois que si cette douleur était une chose sensible, ni la distance qu'il y a entre le ciel et la terre, ni la profondeur, ni l'immensité du monde, ne serait capable de la contenir.

                   Jésus était abandonné de tous, même de Son Père. Si Dieu avait jeté en l'âme du Sauveur un regard miséricordieux., elle eût été consolée. Mais non, en ce moment , la Divinité seule de Jésus seule trouvait en Son Père l'amour éternel qu’Il a eu et qu'Il aura toujours pour elle; mais

l'âme de Jésus ne trouvait qu'une rigueur extrême et inflexible en Dieu, qui réclamait tous les droits de Sa justice. L'abandon de l'Homme-Dieu ! Jésus seul peut comprendre et comprit tout ce qu'il y avait de pénible en cet état de Son humanité abandonnée par Dieu Son

Père. Jésus était abandonné de toutes les créatures. Les unes le torturaient, exerçaient sur Lui toutes leurs cruautés, toutes leurs railleries et tous leurs affronts; les autres demeuraient dans la plus complète indifférence.

Il voyait pourtant quelques personnes debout près de Lui, qui prenaient part à Ses douleurs; mais leurs peines l'affligeaient bien plus qu'elles ne Le consolaient. Leur impuissance à diminuer Ses peines, comme leur présence qui les augmentait, n'étaient-elles donc pas encore plus pénibles que si elles L'eussent abandonné? Il voyait là Marie, sa Mère qui, en union avec Lui., offrait à Dieu Son sacrifice, et dont l'âme était véritablement traversée par un glaive de douleur. Il voyait là l'Apôtre bienaimé, le disciple seul demeuré fidèle, et cette vue pouvait-elle ne point Le faire souffrir plus que tous les autres tourments? .

                Quelles douleurs en Jésus ! Quel calme cependant en Sa douleur! Il garde le plus profond silence: silence de miséricorde pour Ses bourreaux, silence de soumission pour Son Père. S'Il le rompt, c'est par charité pour Sa Mère et Son disciple bien-aimé ; s'Il le rompt, c'est par pitié pour le larron pénitent; s'Il le rompt, c'est pour accomplir les prophéties; s'Il le rompt, c'est pour remettre Son âme entre les mains de Son Père; s'il le rompt enfin, c'est pour témoigner que la vie Lui appartient et que nul ne peut la lui ravir. 0 clameur dernière du Sauveur au moment de Son trépas, jetée au monde comme un mystère qu’il ne comprendra jamais, combien vous avez saisi mon âme! Ne m'avez-Vous point dit et montré comment Dieu use de plus de miséricorde envers nous, ses enfants adoptifs, qu'envers Celui qui est Son Fils par nature ?Ne m’avez -vous point fait comprendre qu'au milieu de mes souffrances j'avais toujours les grâces de Dieu comme un appui, un soutien, une consolation, et la parole d'un ami pour me donner courage et faire lever mes yeux au ciel ,la Parole du Sauveur ! Ne m’avez-vous  point fait sentir la nécessité de souffrir pour fuir le péché, de souffrir et de me soumettre à la volonté de Dieu, et de ne désirer qu'une seule chose, la pureté du cœur

 Je sens combien je ferais injure au Sauveur Jésus de me plaindre de mes souffrances. Il m'a montré la nécessité, l'avantage et la manière de souffrir; je saurai mieux le faire que le dire, pourvu que Dieu m’assiste de Sa grâce dans les épreuves. »

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 19:07

images-copie-10

« L’Église, quand elle est autoréférentielle, sans s’en rendre compte, croit qu’elle a sa propre lumière ; elle cesse d’être le “mysterium lunae”, ce qui donne lieu à ce mal si grave qu’est la “mondanité spirituelle” (selon De Lubac, le pire mal qui puisse frapper l’Eglise). C’est vivre pour se rendre gloire les uns aux autres. En simplifiant ; il y a deux images de l’Église : l’Eglise évangélisatrice qui sort d’elle-même, la Dei Verbum religiose audiens et fidentes proclamans, ou l’Église mondains qui vit en elle-même, d’elle-même, pour elle-même. » Jésus frappe sur la porte depuis l’intérieur pour que nous le laissions sortir ».

 

Voici le programme de B…tel qu’il l’a exprimé aux cardinaux avant d’être « élu » ; c’est d’une clarté  aveuglante…. !!Les dits « cardinaux » ont été enthousiasmés, et l’ont porté sur le pavois. Chers amis, qu’en pensez vous ?Moi je n’y vois que nuit et brouillard !A Suivre. Parce Domine

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens