Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 05:17

La dévotion au Chef Sacré de Jésus et la survie de l’Église :

Le contre-poison ½. (Zoom 150)

Extraits de « Térésa Higginson , servante de Dieu ».Ed. Tequi

"Notre Seigneur m'a montré comment l'homme outrage la Divine Sagesse par l'ABUS des trois puissances de son âme immortelle (intelligence, mémoire, volonté) et comment, par ses péchés, il efface en lui-même, autant qu'il le peut, l'image de Dieu en Trois Personnes, et par une folie inconcevable, s'efforce de dérober à la nature, son Dieu.

Il essaie de prouver que la matière est créatrice en elle-même; qu'il n'y a ni Dieu, ni besoin de Dieu. Il n'est donc pas besoin d'une puissance créatrice et providentielle pour donner l'existence et conserver les choses de la nature.

L'homme, par l'orgueil de l'intelligence et la perversité de la volonté, s'efforce de détrôner le Grand Éternel; Trois en Un, le Commencement et la Fin de toutes choses et de l'effacer du Ciel et de la terre. L'infidélité règne et l'homme, niant Dieu rejette toute Loi et toute contrainte contre ses passions... L'homme obscurcit son intelligence par son incrédulité. Otez le soleil et vous n'aurez ni lumière, ni chaleur. Otez la Foi qui est la lumière de l'âme et tout est ruine et désolation.

C'est la sagesse du monde, vraie folie, qui entraîne les âmes dans l'abîme des ténèbres, l'Enfer. Il faut que Dieu obtienne réparation. Autrefois, Jésus a donné aux hommes, dont l'amour se refroidissait, Son Sacré-Cœur, comme élément réparateur et les âmes furent réchauffées . Maintenant, (non seulement l'amour s'est à nouveau refroidi) mais l'infidélité, l'orgueil intellectuel, la rébellion ouverte contre Dieu et Sa Loi révélée, l'opiniâtreté, la suffisance remplissent les esprits des hommes... d'où résultent l'égoïsme et le refus de l'obéissance à Dieu et à la Sainte Eglise.

Alors, ce même Jésus, Verbe Incarné, la Sagesse du Père, qui S'est rendu obéissant jusqu'à la mort de la Croix, nous donne de nouveau un antidote, un élément qui peut réparer, répare et qui réparera en toutes manières et paiera au centuple la dette contractée envers la Justice infinie de Dieu. Oh ! quelle expiation pourrait-on offrir pour réparer une telle offense? Qui pourrait payer une rançon suffisante pour nous sauver de l'abîme? » Regardez, voici une Victime désignée : la Tête de Jésus, couronnée d’épines »

 O Sagesse du Chef Sacré, guidez-nous dans toutes nos voies .

O Amour du Sacré-Cœur, consumez-nous par Votre Feu.

« A Moi, le Roi des rois, le Tout-Puissant, on offre un simulacre de sceptre. Et si tu veux Me payer de retour, tu ne peux mieux faire que de dire de Ma part à Mon serviteur E. que Je désire maintenant que l'on fasse connaître la dévotion dont Je t'ai si souvent entretenue. Et je désire que le premier vendredi après la fête de Mon Sacré-Cœur soit réservé comme un jour de fête en l'honneur de Mon Chef Sacré, en tant que Siège de la Divine Sagesse, et qu'une adoration publique Me soit offerte pour réparer tous les outrages et les péchés qui sont continuellement commis contre Moi.» Il a dit aussi que vous ne vous découragiez pas des difficultés qui surviendront et des croix qui seront nombreuses. Il sera votre soutien et votre récompense sera grande. Et quiconque vous aidera à propager cette dévotion sera mille fois béni ; mais malheur à ceux qui la rejetteront ou agiront contre Mon désir à cet égard, car Je les disperserai dans Ma colère et Je ne connaîtrai plus leur place. Mais à ceux qui M'honoreront, Je donnerai de Ma Puissance ; Je serai Leur Dieu et ils seront Mes enfants ; Je placerai Mon Signe sur leurs fronts et Mon Sceau sur leurs lèvres. (p. 132-133).

Des bénédictions sans nombre sont promises à ceux qui essaieront de répondre aux désirs de Notre-Seigneur en propageant la dévotion (51)

Notre-Seigneur a dit que toutes Ses promesses relatives à ceux qui aimeraient et honoreraient dignement Son Sacré-Cœur seraient aussi le partage de ceux qui honoreraient eux-mêmes Son Chef Sacré, ou qui Le feraient honorer par d'autres.

O Tête Sacrée, que Votre Sagesse nous conduise toujours ! Que Votre Langue Sacrée nous bénisse à jamais et implore pour nous pardon et miséricorde ! Puissions-nous ne jamais entendre la malédiction prononcée contre ceux qui entraveront ou mépriseront cette dévotion

Notre-Seigneur m'a fait expérimenter dimanche la souffrance que fait éprouver à Son Sacré-Cœur le désir d'établir cette dévotion comme un couronnement du culte envers son Humanité Sacrée. Il m'a montré comment les mouvements et l'amour de Son Sacré-Cœur sont gouvernés par les puissances de Son Ame et les facultés intellectuelles, et comment le cœur, sans l'esprit, est incapable de mérite : si un homme est privé de connaissance, que peut bien faire son cœur ? Ou s'il est dépourvu de raison, quel cas faisons-nous de ses dons ou de ses œuvres ? Je comprends que la dévotion au Sacré-Cœur elle-même est incomplète sans la dévotion à la Tête Sacrée... Notre-Seigneur m'a remis devant les yeux tout ce qu'Il m'a enseigné, touchant la dévotion au Temple de la Divine Sagesse et Son désir de Le voir honoré.

Il a aussi imprimé de nouveau en moi tout ce qui se rapporte au Grand Mystère de l'incarnation et l'inséparable union qui existe entre Lui-même, le Père Eternel et le Saint-Esprit, et Il m'a fait connaître combien la Sainte Trinité est jalouse de la Beauté de Sa Maison et de la Demeure où réside Sa Gloire...

O Sagesse Infinie, Amour sans bornes, que Vos Voies sont impénétrables ! O Seigneur, faites connaître combien Vous désirez que Votre Chef Sacré soit honoré comme le «Temple de la Divine Sagesse» et que Votre Sainte Ame, triste jusqu'à la mort, soit consolée. Insufflez Vos plaintes, ô Seigneur mon Dieu, dans une âme qui ait puissance pour agir. Levez-Vous et montrez que Vous êtes le Dieu tout-puissant. Faites connaître le désir brûlant de Votre Sacré-Cœur. Hâtez-vous, Seigneur, pour Votre Propre Gloire. Ne différez pas ainsi, je Vous en conjure par Votre Très Précieux Sang et par Votre Amère Passion !

A Suivre

 

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 08:19
Tête et Cœur.....

"Je désire que le premier vendredi après la fête de Mon Sacré-Cœur soit réservé comme un jour de fête en l'honneur de Mon Chef Sacré,en tant que Siège de la Divine Sagesse et qu'une adoration publique Me soit offerte pour réparer tous les outrages et les péchés qui sont continuellement commis contre Moi""Je suis tourné en dérision,Moi qui suis le Dieu de la Sagesse et de la Science, revêtu et raillé comme un fou dans la maison de Mes amis. A Moi,le Roi des rois, leTout Puissant ,on M'offre un simulacre de sceptre"NSJC

Lettre de Térésa Higginson-2 juin 1880.L'image inspirée du Saint Suaire a été réalisée par une religieuse d'après une vision de Térésa.Elle montre bien la parfaite union de la tête(l'intelligence) et du cœur(la volonté) que réalise la Sagesse. Asuivre

Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 02:35

Jésus, « doux et humble de Cœur » bénit ceux qui Lui restent fidèles

à l’heure de la Passion .

(Sainte Angèle de Foligno)

Bienheureux les compatissants

.

« Soyez bénis, dit Jésus, soyez bénis par la Main du Père, vous qui avez partagé et pleuré Ma Passion, vous qui avez lavé vos robes dans Mon Sang! (par le Baptême et le Sacrement de Pénitence)

Soyez bénis, vous qui, rachetés de l'enfer par les immenses douleurs de Ma Croix, avez eu pitié de Moi! (En ne rendant pas Ses mérites inutiles par hostilité ou indifférence ,en sachant remercier et réparer en apprenant au prochain à mieux Le connaître et Le faire connaître pour Le mieux aimer)

Soyez bénis, vous qui avez été dignes de compatir à Ma torture, à Mon ignominie, à Ma pauvreté!

Soyez bénies, ô fidèles mémoires, vous qui gardez au fond de vous le souvenir de Ma Passion!

Ma Passion, unique refuge des pêcheurs, Ma Passion, Vie des morts, Ma Passion, miracle de tous les siècles, vous ouvrira les portes du Royaume éternel que J'ai conquis pour vous, par elle ! Dans les siècles des siècles, vous qui avez eu pitié, vous partagerez Ma gloire!

Soyez bénis par le Père, soyez bénis par l'Esprit-Saint, bénis en esprit et en vérité par la bénédiction que Je donnerai au dernier jour. Car Je suis venu chez Moi, et au lieu de Me repousser, comme un persécuteur, vous avez offert au Dieu désolé l'hospitalité sacrée de votre amour!

J'étais nu sur la Croix, J'avais faim, J'avais soif, Je souffrais, Je mourrais, J'étais pendu par leurs clous, vous avez eu pitié !

Soyez bénis, ouvriers de miséricorde! À l'heure terrible du Jugement, Je vous dirais: « Venez les biens aimés de Mon Père. Car J'avais faim sur la terre, et vous M'avez offert le Pain de la pitié ! »

Si, pendu à la Croix, J'ai crié, pleuré et prié pour Mes bourreaux

: « Père, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font! » Qu'est-ce que Je ferai, qu'est-ce que Je dirai pour vous qui avez eu pitié, pour vous qui M'avez tenu compagnie, pour vous, Mes dévoués, qu'est-ce que Je dirai pour vous, quand J'apparaîtrai, non pas sur la Croix, mais dans la gloire, pour juger le monde? »

 

La Passion actuelle de l’Église est en continuité et en conformité avec celle de Son Chef. La douleur du Cœur Immaculé de Marie y est toujours associée. Ayons compassion de ces deux Passions qui n’en font qu’une .Parce Domine. Ayons compassion de SS Paul VI, très injustement chargé des crimes personnels d’hérésie, de schisme et de scandale et de bien d’autres horreurs …Tenons lui compagnie dans son exil.Patience….Prions avec lui.

 

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 09:09
pour mémoire....

Un très bon profil de SSPaul VI à l'époque de son élection.Remarquez la finesse du nez ,les oreilles fines.Une impression de grande "classe" ,de grande sensiblité,

Partager cet article
Repost0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 05:29

La Passion du Sacré-Cœur

(Sainte Angèle de Foligno)2/2 (Zoom 150)

Parmi les suprêmes douleurs fut la compassion de Jésus envers Sa Mère, la très douce Vierge Marie. Il l'aima par-dessus toute créature. C'est d'elle qu'Il avait pris Sa chair virginale et elle partageait, par-dessus toute créature, les douleurs de son Fils, car elle avait une capacité de cœur haute et profonde, par-dessus toute créature. Jésus-Christ avait une immense compassion de cette immense compassion, qui de Son Cœur, de Son Corps et de son Ame ne faisait plus qu'une douleur immense. Sa Mère souffrait la douleur suprême, et Jésus portait en Lui la douleur de Sa Mère, et cette douleur était fondée sur la dispensation divine.

Une autre douleur fut l'offense du Père, objet de Son immense amour. Jésus voyait quel péché était Sa mort, et ce que faisait l'homme quand il crucifiait Dieu. Sa mort est le plus grand des crimes humains passés, présents et futurs. L'injure que Sa mort faisait à Dieu fut pour l'Âme de Jésus-Christ un océan de douleur. Percé de compassion pour le Dieu blasphémé, percé de compassion pour l'homme déicide, la douleur Lui arracha ce cri: « Mon Père, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font! »

A cause du crime sans nom, à cause du déicide, peut-être Dieu le Père allait-Il damner le genre humain, si Jésus, comme s'Il eut pour un instant oublié toute autre douleur, n'eût crié et pleuré dans la mort, pour nous et vers Dieu.

La douleur de compassion pour Ses Apôtres et disciples pénétra Jésus-Christ. Les apôtres, les disciples, les femmes qui L'avaient suivi souffraient horriblement. Jésus, qui les aimait d'un amour immense, porta en Lui la douleur des disciples dispersés et persécutés.

Outre ces douleurs, le Christ en supporta mille autres de mille natures. Parmi celles-ci, je compterais la cruauté des cœurs endurcis, obstinés, inventant et machinant les supplices et les calomnies pour exterminer le Sauveur, Son Nom, Sa mémoire et Sa suite.(Mystère d'iniquité qui s'étend à tous les temps)

La malice et l'abomination de la colère de Ses bourreaux contre Lui étaient un poignard qui perçait l'âme de Jésus.

La méchanceté et la duplicité des langues qui vociféraient, blasphémaient, maudissaient, mentaient, accusaient, Lui firent une meurtrissure spéciale.

          Enfin l'œuvre de Sa Passion, les affres de l'Agonie, puis les douleurs de la Flagellation, du Couronnement d'épines, du portement de Croix; de la Crucifixion par des clous mal équarris, l'affreux étirement de Son Corps sur la Croix, la soif intense, l'épuisement et la mort...

Pour nous manifester quelque chose de Sa souffrance insondable, pour nous avertir qu'Il la supportait pour nous et non pour Lui, pour nous apprendre une compassion inconnue au point culminant de la douleur, Il poussa le cri suprême: « Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'avez-Vous abandonné? » Mais Il cria pour nous. Il cria pour nous dire qui avait placé le fardeau sur Sa Tête, et quelle compassion nous devons à Ses douleurs...

C'est pour nous provoquer, nous demander notre compassion qu'Il dit: « Mon âme est triste jusqu'à la mort. »

Pour nous, Il soutint le fardeau depuis le jour de l'union de Son Âme et de Son Corps et jusqu'au jour de leur séparation... Non seulement, Il supportait les souffrances qui se présentaient, mais Il les cherchait, Lui, l'Innocent, Il les prenait, Il les aimait en actes et en paroles... Il proclamait bienheureux Ses imitateurs. Il affirma qu'aucune autre route ne menait à la vie éternelle, à Son Royaume...

Son Âme, en raison de Sa noblesse, de Sa sainteté, de Sa douceur était incroyablement sensible à l'injure et à la souffrance. Cette Âme animait un Corps qui fut le plus noble qui fut formé dans le sein d'une femme. C'est pourquoi Il trouvait dans toute injure et tout affront une incroyable matière à souffrance...

Au milieu de ces horreurs, je n'entends pas une menace, une impatience, une vengeance. Jésus se tait. Il Se livre à la volonté des hommes, et Se sert de leur scélératesse pour les racheter malgré eux. Il leur rend un bien plus fort que leur péché. Il se sert de la mort qu'ils Lui infligent pour leur ouvrir le Ciel. Il réconcilia le monde avec Dieu. Il nous fit rentrer en grâce, et au moment où la créature portait la main sur le Créateur, Il se servit de l'attentat qu'elle commettait pour restituer à Dieu Sa fille. Où l'iniquité avait abondé, la grâce surabonda, et la grâce n'a pas de limite.

Voilà pourquoi à Son exemple, nous devons rendre le bien pour le mal. Le choix de la Sagesse Éternelle est nécessairement le meilleur... Car Dieu sait mieux que nous de quoi notre âme a besoin pour être lavée et purifiée.

Là où est passée la Tête, là doivent passer la main, le bras, le pied, le corps tout entier... L'âme sage, qui veut pratiquer la sagesse, ne doit donc en vérité chercher que la Croix. Une âme qui aurait, une étincelle d'amour voudrait suivre au Calvaire Jésus-Christ... »

«Seigneur, par Vos Mérites infinis, sanctifiez-nous. Sauvez Votre Église Ayez pitié de nous et du monde entier ! »

 

Partager cet article
Repost0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 01:33

  Zoom 150                                     La Compassion du Sacré-Cœur 1/2

                                                  (Sainte Angèle de Foligno)-

« La souffrance est fille de la lumière »

« La douleur de Jésus fut multiple et ineffable. Parlons d'abord de Ses compassions.

Sa compassion pour le genre humain, qu'Il aimait d'un amour immense, le remplit d'une douleur aiguë et déchirante. Ce n'était pas seulement une compassion générale pour l'espèce humaine tombée et condamnée; c'était une compassion immense, particulière à chaque individu.

Et Il ne voyait pas seulement d'une vue générale les péchés de chaque individu. Il mesurait exactement chaque péché et chaque châtiment, dans le passé et dans l'avenir.

Chaque homme passé, présent ou futur, chaque péché de chacun de ces hommes, perça d'une douleur sans mesure Celui qui nous aimait avec une miséricorde et une compassion sans mesure... Il aimait chacun de Ses élus d'un amour inexprimable. La profondeur de cet amour, mesuré sur chacun d'eux, rendit continuellement présente à Jésus toute offense et toute peine passée, présente ou future, et telle était Sa compassion pour chaque douleur qu'Il les prit toutes sur Lui dans une douleur immense. Ce fut cette compassion immense qui précipita Jésus vers la Croix, vers la mort, vers l'abîme des tortures. Il voulait nous racheter! Il voulait nous soulager!

Une des douleurs les plus oubliées de Jésus-Christ fut Sa compassion pour Lui-même. Ses tortures innombrables, et l'ineffable douleur dont Il se voyait menacé firent qu'en Se regardant Lui-même Il eut le cœur déchiré. Voyant et considérant que la mission qu'Il tenait de Son Père était de porter le poids de tous les péchés et de toutes les douleurs des Élus, sentant que ces choses terribles étaient infaillibles, certaines, immanquables, et qu'Il était dévoué, corps et âme à leur étreinte, Il fut saisi, en Se regardant, d'une pitié déchirante... Sa Passion fut toute Sa vie dans Sa mémoire.

Mais voici une des souffrances les plus inconnues de Jésus-Christ. Ce fut Sa compassion pour Dieu le Père, pour le Père des miséricordes. L'amour de Jésus pour le Père, pour le Dieu de toute compassion, dépasse les conceptions de l'homme. Voyant Dieu, l'objet de Son immense amour, à ce point blessé de compassion pour nous, qu'Il livra Son Fils Unique, Son Bien-Aimé à la mort, et qu'Il Se fut livré Lui-même, si cela eût été convenable, Il fut saisi d'une douleur immense, et eut pitié de cette pitié.

J'affirme que la douleur du Christ fut chose ineffable, parce qu'elle fut une concession, une permission, un don de la Sagesse, une dispensation divine, antérieure à nos pensées, supérieures à nos paroles, Lui dispensait la douleur et c'était la douleur suprême. Plus la dispensation divine fut admirable, plus la douleur qui en résulta fut perçante et déchirante. C'est pourquoi aucun entendement créé n'a la capacité nécessaire pour embrasser cette douleur. Cette dispensation divine fut le principe de toutes les douleurs de Jésus-Christ, leur Alpha et leur Oméga.

Et s'il est impossible à l'intelligence de concevoir l'amour par lequel Il nous racheta, il est également impossible de concevoir la douleur dont Il souffrit. Impossible, car cette douleur était fille de la lumière. Elle provenait directement de la lumière donnée au Christ, et cette lumière était ineffable. Sa Divinité Elle-même, Lumière ineffable, illuminait le Christ ineffablement, et vivant en Lui avec la dispensation dont je parle, Le transformait en douleur au sein de la lumière divine. Cette douleur est un Sanctuaire dont la parole ne s'approche pas.

Jésus-Christ voyait, dans la lumière divine, l'ineffable immensité de la douleur qui faisait en Lui des prodiges; douleur cachée à toute créature par la vertu de l'Ineffable. Car cette douleur, je veux dire cette lumière divine, eut pour principe et pour origine la dispensation de Dieu. (Ne cherchons donc pas à comprendre plus clairement ces paroles, car nous entrons dans le domaine océanique du Mystère divin. Respectons-Le et adorons-Le dans la Foi)

A suivre

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 01:55

Fête du Sacré-Cœur

Offrande des mérites de Jésus-Christ pour nos péchés (Sainte Gertrude)

« Le sacrifice pour le Seigneur, c'est un cœur brisé; le parfum de bonne odeur pour le Seigneur, c'est un cœur qui rend gloire à son Créateur ". Prophète AMOS

 

Notre-Seigneur ayant présenté, sur les instances de Sainte Gertrude, cette offrande à Dieu Son Père, la Sainte parut comme revêtue d'habits plus blancs que la neige, plus éclatants que la pourpre, et magnifiquement décorée de toute sorte d'ornements d'une extrême richesse .. Et de fait, cette prière est très-efficace, et mérite d'être souvent répétée.

 

O Bon Jésus, puisque, par Votre impénétrable Sagesse, Vous connaissez mieux que moi, mieux que personne, les misères de la fragilité humaine; je Vous supplie d'avoir grandement pitié de ma grande fragilité, et de vouloir bien satisfaire par Vous-même à la Justice divine, pour tous mes défauts. Offrez donc en, mon nom à Votre Père très -bon, la réserve si parfaite de Votre langue sacrée, pour effacer et réparer tout le mal que j'ai fait, et suppléer  le bien que j'ai omis dans mes inutiles \discours.

 Offrez-Lui aussi, O bon Jésus, la  retenue de Votre très-sainte ouïe pour toutes les fautes que j'ai commises par l'ouïe; la retenue de Yos yeux pour tous les péchés que j'ai commis par des regards illicites; la retenue de vos mains et de vos pieds sacrés pour toutes les fautes dont je me suis souillé par mes actions et mes démarches coupables.

Offrez enfin, O très aimant Jésus, à Sa divine Majesté, Votre Cœur Déifié, pour tous les péchés que j'ai jamais commis par pensée, par désir ou par volonté.

 

 Par Vos mérites infinis, Pardon et Miséricorde ayez pitié de nous et du monde entier en si grand péril.Ainsi soit-il.

 

 

Partager cet article
Repost0
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 03:37

               Divins appels au Grand Règne spirituel. Après la purification Extraits

« Avant que le monde soit clos, avant que le Temps soit fini, J'ai l'immense désir de Me communiquer à Ma créature, de lui faire produire cent pour un , de jouir de l'œuvre de Mes mains, à Moi, Créateur, de Mon labeur sanglant, de Moi, Rédempteur, de Mes élans de feu, de Moi, Sanctificateur...

Je veux souffler sur le monde un souffle de feu et d'esprit surnaturel...

Je veux Me manifester de plus en plus et toujours, jusqu'à la manifestation suprême que sera le Face à face éternel.

O Épiphanie merveilleuse (où Dieu Se révèle dans toute Sa gloire)

...Je ne clôturerai le Temps que lorsque l'Évangile sera connu par toute la terre. Et, conséquemment, Je veux qu'avant la fin du temps, chacune de Mes perfections divines retienne l'attention d’âmes, fût-ce d'une seule ! ...

Avant de clore ce monde que J'ai fait, ce temps dont J'ai posé les limites, comme à l'immense océan J'ai posé les siennes, Je veux Me recueillir...

Avant de clore le Temps, avant de fermer pour jamais la possibilité qu'ont les êtres humains d'user en Ma faveur de la liberté que Je leur ai donnée pendant la durée de ce temps, Je Me recueille.., et dans un ineffable et puissant mouvement d'amour J'appelle à Moi avec véhémence, cette créature, de laquelle, en la créant, Je Me promettais de recevoir tant d'hommages (Cela n'infirme en rien la connaissance que Dieu a des siècles des siècles) Avant de fermer le cycle de l'amour libre de Ma créature (en effet Dieu l'a faite libre de lui donner ou de lui refuser cet amour) ,Je veux !... Je veux avec une ardeur indicible, essayer d'en tirer toute la dose d'amour la plus grande possible.

J'aime l'amour de Ma créature...

A la fin des temps, Je me reporte, si l'on peut ainsi dire, puisque devant Moi tout est un éternel présent, Je me reporte au Commencement, et avant de clore le Temps, Je veux comme épuiser toutes Mes puissances de Créateur.

Qu'on dise donc aux âmes que Je brûle du désir ardent de les voir toutes et chacune livrées à l'action, variée à l'infini, de Mon Esprit.

Là est l'apothéose que Je prépare à la terre avant de clore le Temps.

Il faut cette période de recueillement des âmes, même au milieu de la foule pour que l'Esprit puisse les travailler à l'aise n'importe où, n'importe quand !

Puis il y aura un renouveau magnifique, comme un splendide concert universel, chaque âme disant sa note, celle que lui aura apprise l'Esprit de lumière et d'amour, l'Esprit des divines transformations.

Que les âmes se recueillent.., qu'on jette partout des ferments de vie intérieure !

C'est ainsi que l'on préparera cette éblouissante et magnifique période où tout sur la terre Me louera , où chaque créature Me dira sur la terre comme Mes élus me disent dans le Ciel.

A suivre

Moi, Créateur, Je veux avant de clore le Temps, Je veux jouir comme en un éclair de Ma créature belle, étincelante. Je veux l'entrevoir belle ! avant de détruire cette terre que J'ai formée ( avant de la transformer, car, de destruction à proprement parler, Il ne saurait être question).

Comprenant donc Ma soif ardente de cultiver les âmes, de les livrer à l'action variée à l'infini de Mon Esprit, comprenant Mon désir d'avoir des âmes contemplatives dans le monde, il en est qui veulent M'être comme des cloîtres ambulants, des jardins fermés où l'Epoux prendra Ses délices, où l'Esprit s'emparera de l'âme et la transformera peu à peu jusqu'à la transfigurer dans une vie radieuse,irradiant de toutes parts Ma grâce, et, même à leur insu, rayonnant sur les autres. Que l'on place ici, là, un foyer.. ! ;

Inévitablement, ce qui est à proximité de ce foyer se trouve réchauffé.

Ainsi, par mes Foyers choisis, Je réchaufferai le monde.

En abaissant les yeux sur ce monde, Je pourrai les reposer et les réjouir sur les « cloitres ambulants » que Me seront spécialement les âmes recueillies et attentive à Mon action

Ces âmes seront des contemplatives sur place, c'est-à-dire que rien ne sera changé à l'apparence de leur vie ordinaire, de leurs occupations.

Qu’il y en ait partout de ces cloîtres : Dans la vie commerciale, dans les affaires, dans ce qu'on est convenu d'appeler plus spécialement le monde.

Qu’il y en ait chez les riches,

Qu’il y en ait chez les pauvres,

Qu’il y en ait chez les lettrés,

Qu’il y en ait chez les ignorants,

Qu’il y en ait partout !

Et avec ces multiples Foyers, J'embraserai le monde, Je le justifierai, Je le sauverai….

Ces âmes seront absolument livrées à l'Esprit-Saint.

Belles seront des pages blanches sur lesquelles Il pourra écrire à Son aise tout ce qu'Il voudra.

Elles seront des cires molles où Il pourra marquer telle empreinte du genre de sainteté qu'Il veut à chacune.

Elles seront des cloîtres ambulants, tout à la fois recueillis et mêlés à la foule.

Elles seront des solitudes au milieu du monde.

Elles seront des lacs calmes et limpides au milieu des flots de fange.. Et dans ces lacs paisibles, Je Me refléterai à l'aise n'importe où n’importe quand.

Que rien jamais n’interrompe Mon action en ces âmes! Qu'elles soient en état de réceptivité toujours… !

Et pour celles qui seront en état de totale réceptivité, oh ! pour celles-là, n'irai-Je pas jusqu'à opérer des prodiges ?

Il faut que le monde soit renouvelé.(Note :il faut qu’il soit auparavant purifié par les avertissements de la Miséricorde et les sanctions de la Justice) Il faut que la terre fleurisse encore sous Mon souffle et produise à profusion des fruits de sainteté.

Il faut que la terre tout entière chante son Créateur en une sublime apothéose.

Il faut que tout ce qui respire, tout ce qui pense, tout ce qui vit rende un hommage universel au Père, au Fils et au Saint-Esprit : à la Sainte et Adorable Trinité...

Des fleuves d'eau vive couleront pour celui qui croit en Moi... Qu'on ait une foi pleine en Moi, qui ne demande qu'à verser Mes grâces sur la terre.

Qu'on prie audacieusement, c'est-à-dire : qu'on Me demande des prodiges de grâces, des prodiges de conversion.

Je veux des saints !

J'ai soif des saints... Il m'en faut.

Je veux jeter à la terre la vie avec profusion...

Je veux pouvoir Me retrouver en tout ce que J'ai créé...

Avant de clore le Temps, Je veux, avec passion, voir la vie sur la terre...

La vie de l'âme, Ma Vie divine dans les âmes, ah ! celle-là, Je la voudrais voir accrue, accrue de telle façon que Je Me retrouve en beaucoup de Mes créatures avant la fin du monde. Et cela dépend d'elles et de ceux qui ont action sur elles...

Voilà pourquoi J'appelle les âmes à la vie intérieure.

Je veux des saints ! Je veux des saintes !... 

Je veux révéler les beautés, les puissances, les douceurs de la Vérité que Je suis Moi-même.

Je veux filtrer Ma lumière dans les âmes. Je veux, en certains la faire briller avec une puissance singulière.  

Je veux arriver à les posséder tellement que Je puisse Me découvrir à elles chaque jour davantage: un abîme appelle un autre Abîme...       

J'ai soif de me communiquer aux âmes.

Je suis infini en Moi-même, par Moi-même, sans sortir de Moi-même, mais j'ai voulu faire de l'homme comme une extension de Moi : et Je l'ai créé».

«Maintenant, en cet homme, Je veux être Créateur encore, et cela à toute heure; à toute minute, sans répit ! sans relâche ! Je veux créer en lui des saintetés nouvelles.

J'entends cela de deux façons : saintetés nouvelles, parce que, comme. Je l'ai déjà dit, Je veux avant la fin des temps être loué et exprimé dans chacune de Mes particularités.

Pour que Je puisse les attirer et former à Mes appels variés, il Me faut des âmes. receuillies, attentives, ouvertes du côté du Ciel.

Je veux créer des saintetés nouvelles d'une autre manière encore...'.c'est en agrandissant l'âme de plus en plus au souffle tout puissant de Ma grâce, en la creusant, en lui montrant des horizons infinis.

On comprend qu'avant de faire l'acte qui ferme le Temps, on comprend que Je veuille trouver en Ma créature tout ce que J'aspire à y trouver.

Quand on M'aura donné des âmes attentives et avides J'imprimerai en chacune d'elles les désirs spéciaux que J'ai pour elles

Puis, ce sera la période splendide dont J'ai déjà parlé, immédiatement avant la très courte période de la toute fin».

Je veux Ma créature toute abandonnée à Moi. S’il s’en trouvait une qui se jetât les yeux absolument fermés dans ce lendemain que Je lui voile, qui s’y jetât par la force de son amour pour Moi, de sa confiance sans borne.

 Ah !combien elle Me glorifierait. Elle séduirait Mon Cœur

Je veux des âmes de désir .Il faut, avant la fin des temps, des âmes de désir que Je puisse envahir à Ma guise, et comme à l’infini. Je veux être adoré, glorifié, comme Je ne l’ai jamais été, car Je veux que l’âme humaine parcoure, dans ses adorations et ses louanges, tout le cycle des perfections divines.***(note)

« Moi Créateur, J’aurai le dernier mot. »

 

***Not :/Voilà pourquoi nous allons reprendre l’étude et la méditation dans ce blog  de ces infinies perfections qui sont autant de Noms Divins. Le grand théologien Lessius S.J nous aidera à contempler ces mystères.. Chaque attribut Divin convient à Jésus-Christ en Sa nature divine. Merveilles des merveilles… bénissez le Seigneur….Le père Faber,grand missionnaire du Sacré Cœur ,aimait dire  que la méditation des Attributs Divins et de la Sainte Passion de Jésus-Christ était la vision béatifique commencée dès cette terre car la révélation de Dieu- Amour y resplendit,et  ,dans la foi,l’invisible devient évidence…

Demandons à la Sainte Vierge, Marie, Mère de Dieu, de nous apprendre à vivre comme Il le désire, afin que Son Règne arrive…. ! Que Sa volonté soit faite sur la terre comme au Ciel.. !

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 01:47

«Souvenez-Vous»

à Notre Dame du Sacré -Coeur


« Souvenez-Vous, ô Notre Dame du Sacré-Cœur, de l'ineffable pouvoir que votre divin Fils vous a donné sur Son Cœur adorable. Pleins de confiance en vos mérites, nous venons implorer votre protection. O céleste Trésorière du Cœur de Jésus, de ce Cœur qui est la source intarissable de toutes les grâces et que vous pouvez ouvrir à votre gré pour répandre sur les hommes tous les trésors d'amour et de miséricorde, de lumière et de salut qu'Il renferme, accordez-nous, nous vous en conjurons, les faveurs que nous sollicitons! (exposer ici la grâce que l'on désire) ... Non, nous ne pouvons essuyer de refus; et, puisque vous êtes notre Mère, ô Notre Dame du Sacré-Cœur, acceuillez favorablement nos prières, et daignez les exaucer! Ainsi soit-il »

La dévotion à Notre Dame du Sacré -Cœur(Issoudun) est comme incluse dans la spiritualité de la dévotion au Sacré –Cœur de Jésus. Marie est Toute puissance implorante, avocate  et secours des plus désespérés. Tout doit passer par elle, car elle doit purifier nos prières avant de les présenter à Son Divin Fils. Elle est Médiatrice de toutes les grâces, des grands miracles extraordinaires comme des secours de la vie de chaque jour. Elle doit être remerciée des unes et des autres .La meilleure façon de la louer, c’est de l’imiter dans les grandes et petites choses.

 

"Sur le calvaire, fécondé par le Sang et la Grâce du Christ qui s'échappent de Son Cœur Sacré, elle enfantera à Dieu tous les peuples (Jn 19, 27).

A Cana, elle obtiendra de son Fils le premier des miracles, établira les Apôtres dans la foi (Jn 2, 11) et recevra l'assurance de l'institution de l'Eucharistie et des autres sacrements."

Père J. Chevalier

                                      Missionnaire de Notre Dame du Sacré Cœur

Partager cet article
Repost0
4 juin 2013 2 04 /06 /juin /2013 07:21

« Nous portons l’Église dans l'exil!"

……En tout cas la Sainte Famille (réfugiée en Egypte) représentait l'Eglise. Eh bien nous, chers fidèles, dans la Tradition, la Fraternité Saint-Pie X et les sociétés religieuses et sacerdotales amies, nous portons l'Eglise dans l'exil! L'Église étant officiellement occupée par les Modernistes, nous sommes réduits, portant l'Église en nous, à l'exil, et ça pourra durer quelques années encore, jusqu'à ce que le Seigneur nous envoie son Ange et nous dise, "Maintenant tu peux rentrer dans la terre d'Israël", officiellement. Mais nous portons quand même l'Église en nous!......

 

…..Voilà donc la réponse à cette question, chers fidèles! De savoir la manière la meilleure de porter ce témoignage à la face de l’Église, d'être le pinacle publiquement condamné à l'exil, eh bien, c'est un avantage parce que notre témoignage est plus éclatant d'être considérés comme une pierre de scandale par les modernistes - comme Notre Seigneur l'était, pour Hérode, à ce moment-là - n'est-ce pas un avantage pour l’Église de voir où se trouve la Tradition? Cette pierre de scandale pour les modernistes, pour ce qu'on appelle l'église conciliaire, c'est-à-dire cette secte qui occupe l’Église catholique. C'est un avantage pour nous d'être regardés comme exclus, comme en exil, chers fidèles, d'être regardés comme la pierre rejetée par les bâtisseurs et qui deviendra et qui est déjà la pierre d'angle, la pierre qui soutient l'édifice. N'est-ce pas la Tradition, la foi catholique de toujours que nous représentons ? Alors voilà les raisons pour lesquelles nous ne pleurons pas si nous ne recevons pas de Rome les informations peut-être attendues, je ne sais pas. Restons tranquillement en exil tant que le Bon Dieu voudra. Et portons ce témoignage de la foi catholique que les martyrs ont donné…. »

Extraits du sermon de Pentecôte de Mgr Tissier de Maillerais(FSSPX) Mai 2013.

 

Un pape légitime en exil, de bons prêtres en exil ,tout est prêt pour la restauration .Il faut et il suffit que la Bulle rétablissant la Sainte Messe soit rendue publique.La victoire approche. « L’Église triomphera AVEC Paul VI .

Paul VI ET la Fraternité Saint Pie X finiront par l’emporter. »

Demandons ce miracle à Notre Dame du Sacré-Cœur, Notre Dame de Cana

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens