Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 09:10

               Pendant que les « prélats » jouent avec leurs ballons de B …audruche sur la place Saint Pierre… et ailleurs, des catholiques souffrent le martyre. Physiquement dans les pays arabes, en Syrie ou ailleurs, spirituellement partout ailleurs. Car si vous ne souffrez pas actuellement de la situation de l’Église , c’est que vous ne l’aimez pas.

 Ce n’est pas le cas des amis « survivantistes »exilés, moqués, exclus, clandestins, prisonniers du mur de silence, le pire des barbelés. Réjouissez-vous, amis, c’est bon signe. « Il est essentiel à la vérité d’être combattue, car ainsi elle révèle son invincibilité ». « Qu’est ce qu’un amour qui n’est pas mis à l’épreuve ? »

Pendant que les prélats s’amusent, des prêtres subissent des procès de type stalinien, des purges au sein de la FSSPx, mais aussi ailleurs…Des prêtres dignes de leur vocation ne peuvent plus cacher leur révolte contre les abus de langage et les déviations destructrices des pseudo- papes successifs. Le dernier, B…. ,est visiblement là pour détruire ce qui restait de l’édifice. Relire Catherine Emmerich. Elle décrit très bien le travail de destruction progressif  systématique de l’édifice ecclésial. Mais elle montre aussi que le chœur restera intact : on peut écrire aussi le cœur. Le cœur de l’Église, c’est l’Eucharistie, la Sainte Messe. Notre Seigneur nous l’a dit : «  Mon Cœur est dans l’Eucharistie, Ma Tête est à Rome »(MJC). Tant qu’il restera un prêtre valide, offrant le Saint Sacrifice, Satan sera en échec  et jamais il ne détruira le « Chœur » battant de  l’Épouse du Christ. Voilà pourquoi nous devons tenir et aider les prêtres fidèles à TENIR, forts dans la Foi Spirituellement et matériellement. Faites  dire  par eux des messes, des vraies «  Messes de Catacombes » d’un poids infini devant Dieu.

 Lisez sur le site Paul VI Martyr les révélations de Mgr Lefebvre, à propos de ses contacts avec le vrai Paul VI ; petit à petit, la Vérité reprend ses droits…Merci de votre fidélité. Si des articles vous aident, imprimez -les , car bientôt la voie internet sera inutilisable…

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 07:26

 

Le bonheur. Les moyens d’y parvenir.RP Sineux -7/10

 

Mot clé de recherche : bonheur

 

3- CARACTÈRES DE CHACUNE DES PASSIONS.

a) L'Amour.

 

L'Amour est la complaisance dans un bien. Ce bien une fois découvert, l'être épris d'amour s'élance vers lui ou l'attire à soi, de façon à lui appartenir et à le posséder tout à la fois, jusqu'à l'union la plus étroite et si possible la fusion totale et l'unité.

 

C'est la passion-mère, en quelque sorte, puisque non contente de leur donner naissance à toutes, elle les accompagne toujours pour les faire grandir et les intensifier. Elle s'empare de toutes les puissances et finit par imprégner la personne tout entière : la vie se laisse conduire et façonner par l'amour qui l'inspire, elle se modèle sur l'objet aimé. « L'âme est dans ce qu'elle aime plus que dans ce qu'elle anime », dit S. Augustin. .

Malheur, dès lors, à l'homme dont l'amour s'égare dans les faux biens!

Par contre, s'il s'attache au Bien authentique « l'amour est l'acte  suprême et le chef-d'œuvre de l'homme. Son intelligence y est, puisqu'il faut connaître pour aimer; sa volonté puisqu'il faut consentir; sa liberté puisqu'il faut faire un choix; ses passions, puisqu'il faut désirer, espérer, craindre, éprouver de la tristesse ou de la joie; sa vertu puisqu'il faut persévérer, quelquefois mourir, et toujours se dévouer! »(Lacordaire).

 

b) La Haine.

 

La Haine est un sentiment de répulsion pour un être considéré comme nuisible ou simplement désagréable. A l'encontre de l'amour qui cherche un rapprochement, elle fait tout pour éloigner l'objet détesté ; volontiers elle s'acharnerait à le faire disparaître et à l'anéantir,

Opposée à l'amour elle en est aussi complémentaire. On ne peut pas aimer simultanément deux êtres contraires : c'est parce que l'on aime l'un que l'on hait l'autre et vice-versa.

 

C'est une passion destructive. Si elle ne s'attaquait toujours qu'au mal, son action serait bienfaisante; mais trop docile parfois aux suggestions de la sensualité, de la cupidité, de l'orgueil, elle repousse parfois avec son implacable virulence des choses excellentes en elles-mêmes et fort utiles à l'homme, telles que les vertus et surtout les sacrifices qu'elles comportent. Alors elle fait le vide autour de lui, elle l'isole et le ruine peu à peu, n'ayant rien de bon à lui offrir, en échange des vrais biens qu'elle écarte. Ne dirait-on pas, à voir agir certains hommes, qu'ils se haïssent eux-mêmes? Ils croient s'aimer pourtant, et cherchent leur bonheur avec frénésie; en dépit de leurs protestations, l'amour et la haine ayant renversé leurs rôles. respectifs et confondu leurs objets, il ne peut en résulter que l'incohérence et le malheur. A SUIVRE

 

 

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 16:17
La B....audruche comme instrument d'évangélisation...!

La B....audruche comme instrument d'évangélisation...!

Voir les commentaires

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 08:11

 

Le bonheur, les moyens d’y parvenir. (RP Sineux) suite 6/10

 

Lire auparavant les chapitres précédents pour assimiler le vocabulaire et la démarche de pensée essentiellement réaliste et vivante. Taper sur  recherche : bonheur

 

 

2° MORALITÉ DES PASSIONS.

 

Inclinations et mouvements de la partie sensible, et non pas de la partie spirituelle, chez l'homme, les passions ne sont pas dans le domaine de la moralité; elles se classent par conséquent au nombre des actes en eux-mêmes indifférents.

Mais si les deux domaines sont distincts, ils ne sont pas disjoints.

 

L'être humain est unique, quoique complexe : il est si peu pur esprit qu'il est incapable d'agir, même spirituellement, sans un certain concours de ses organes corporels. C'est le même homme qui est libre et passionné tout à la fois, qui doit rester maître de ses actes par conséquent et subir les terribles poussées d'instincts aveugles.

 

C'est là que se situe le grand drame de la vie humaine, le conflit perpétuel entre « la loi de l'esprit et la loi des membres » (St Paul) selon l'énergique expression de l'Apôtre

 

Puissances inférieures, donc subordonnées et servantes par nature, les passions ne doivent faire que ce qui est autorisé par la raison et par la loi supérieure. Elles prennent alors la valeur morale de la volonté qui les gouverne. Telles les eaux d'un torrent judicieusement dominées, canalisées et exploitées, elles apportent à l'acte humain quelque chose de leur fougue qui devient, sous l'empire de la raison, l'enthousiasme, nouveau cachet de grandeur et de générosité.

 

Que si, hélas, la volonté abdique en faveur de l'une ou de plusieurs, si elle ne s'affirme que mollement et cède peu à peu à leurs empiètements si impétueux, c'est bien vite le désordre et l'anarchie dans la place; la personne livrée à des puissances aveugles et tyranniques, qui ne peuvent que la détourner de sa vraie destinée pour la mener à une condition inférieure, celle des sens d'où elles émanent et qu'elles entendent faire triompher. A suivre

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 19:16
Partager cet article
Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 18:46

 

Splendide cantique breton composé par Saint Hervé, ermite aveugle. 

Ecoutez sur gloria tv ; tapez :ar baradoz .

Pour fêter le bonheur du Ciel en union avec tous les saints.Un peu de joie et d'espérance dans ce monde désespéré.

"On ne parle pas assez du Ciel"NSJC

 

 

Jésus ! combien est grand
Le bonheur des âmes,
Quand elles sont devant Dieu,
Et dans son amour !

Je trouve le temps court,
Et légères les peines,
En songeant nuit et jour
A la gloire du Paradis.

Quand je lève les yeux vers le ciel,
Vers le ciel ma patrie,
Je voudrais y voler
Comme une petite colombe blanche.

Quand viendra l'heure de la mort,
Alors je quitterai
Cette chair douloureuse,
L'ennemie de Jésus.

J'attends avec joie
Le dernier passage,
J'ai hâte de voir Jésus,
Mon véritable époux.

Aussitôt que mes chaînes
Seront brisées,
Je m'élèverai dans les airs
Comme une alouette.

Je passerai la lune
Pour aller à la gloire,
Je foulerai aux pieds
Le soleil et les étoiles

Je serai loin de la terre,
Cette vallée de larmes;
Alors je jetterai un regard
A mon pays de Basse-Bretagne

Alors je dirai:
- Adieu, à toi mon pays,
Adieu à toi, monde de souffrance
Et à tes douloureux fardeaux

Adieu, pauvreté,
Adieu, affliction,
Adieu, troubles,
Adieu, péchés !

Je ne craindrai plus
Les ruses du malin esprit
Maintenant que l' heure de ma mort est passée,
Je ne me perdrai plus

Comme un vaisseau perdu,
Mon corps m'a conduit ici,
Malgré le vent, la pluie
Et le brouillard glacé

O trépas, tu es le portier
Qui m'ouvre le château
Contre les écueils duquel
Les flots ont brisé mon navire

De quelque côté que je me tournerai,
Tout ce que je verrai
Remplira mes yeux et mon coeur
De mille félicités

Je verrai les portes du paradis
Ouvertes pour m'attendre,
Et les saints et les saintes
Prêts à me recevoir

Je serai reçu
Dans le palais de la Trinité
Au milieu d'honneurs
Et d'harmonies

Et là, en vérité,
Je verrai Dieu le Père
Avec son Fils béni
Et l'Esprit saint

Je verrai Jésus,
D'un air plein de bonté,
Placer sur mon front
Une belle couronne

- Vos corps heureux,
Dira Jésus,
Etaient des trésors cachés
En une terre bénie

Vous êtes en ma cour
Comme des pieds de rosiers blancs,
De lis, ou d'aubépines,
Dans l'angle d'un jardin

Vous êtes dans mon paradis
Comme des bouquets de roses
Qui perdent leur fleur dans la saison
Et fleurissent de nouveau

Pour de légères souffrances,
Pour de courtes angoisses,
Nous serons bien payés par Dieu,
Notre véritable père

Elle sera belle à voir,
La Vierge bénie,
Avec les douze étoiles
Qui forment sa couronne

Nous verrons aussi
Les légions des archanges,
Qui chantent les louanges de Dieu
Chacun une harpe à la main

Nous verrons encore,
Pleins de gloire et de grace,
Nos pères, nos mères, nos frères,
Les hommes de notre pays

Des vierges de tout âge,
Des saintes de toute condition,
Des femmes, des veuves
Couronnées par Dieu

Des choeurs de petits anges
Portés sur leurs petites ailes
Si gentils et si roses
Voltigeront au-dessus de nos têtes

Voltigeront au-dessus de nos têtes,
Comme un essaim d'abeilles
Harmonieuses et embaumées
Dans un champ de fleurs

O bonheur sans pareil !
En pensant à vous, je vous aime !
Vous consolez mon coeur
Dans les peines de cette vie !

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 07:53

                                               FÊTE DU CHRIST ROI

 

"Sans Moi, vous ne pouvez rien faire" St Jean XV-V

 

Dans son Encyclique « QUAS PRIMAS » du 11 décembre 1925, SS Pie XI déclare que » le laïcisme est directement opposé aux droits de Dieu et de Son CHRIST sur les personnes et sur les peuples, parce que cette hérésie refuse de reconnaître l'autorité suprême de l'Être divin et de Jésus-Christ sur eux, et qu'elle organise la vie individuelle et sociale comme s’Ils n'existaient pas. Le Pape montre comment, par une conséquence désastreuse mais malheureusement trop logique, le même 1aïcisme est la perte de la société et la cause de sa ruine. Cette apostasie générale produit en effet les fruits amers de l'orgueil et de l'égoïsme qui remplacent l'amour de Dieu et du prochain ; elle engendre la jalousie entre les individus, la haine entre les classes et la rivalité entre les nations, et ces vices en se développant amènent des déchirements fraternels, des discordes civiles et des homicides. C’est la peste de notre société. Les nations renoncent tout devoir envers Dieu et choisissent comme religion : l’irréligion »

Parmi les actes liturgiques dont l’Église dispose comme réparation et manifestation de sa fidélité au Christ-Roi, il faut nommer avant tout la Sainte Messe. C’est en elle que la Sainte Église concentre donc l'enseignement qu’elle veut nous donner sur la Royauté de Jésus et c'est par elle qu’elle rend à ce divin Roi ses hommages suprêmes, puisque le Saint Sacrifice a pour but la reconnaissance en Dieu de la plus haute souveraineté et en nous de la plus profonde dépendance.

Le Saint-Père a voulu que cette fête se célébrât vers la fin du cycle liturgique, au dernier dimanche d'octobre, comme couronnement de tous les mystères par lesquels Jésus a divinement établi ses pouvoirs royaux et à la veille de la Toussaint où Il réalise déjà en partie ces pouvoirs comme « Roi des rois et Couronne de tous les Saints en attendant qu'Il règne sur tous les élus, qu'Il sauve au cours des générations humaines, surtout grâce à la Messe et en effet principalement par l'Eucharistie, qui est tout à la fois un Sacrifice et un Sacrement, que le Christ, maintenant dans Sa gloire, assure les résultats du Sacrifice conquérant du Calvaire en se rendant maître des âmes par l'application qu'Il leur fait Lui- même des mérites de Sa Passion et en se les unissant comme des membres à leur tête. Le but de l'Eucharistie de former un seul Corps mystique de tous les fidèles, et cela pour les entraîner dans le culte que le Christ, Roi adorateur, comme Prêtre et Victime, rendit d'une façon sanglante sur la Croix et qu'Il rend maintenant, de façon non sanglante, sur l'autel de pierre de nos églises et l'Autel d'or du Ciel . »

 

. Hymne « Te sæculorum Principem » des Vêpres du Christ-Roi

 

O Christ, nous Vous proclamons le Prince des siècles,

Le Roi des Nations, le seul Maître des esprits et des cœurs.

Une foule criminelle crie: Nous ne voulons pas que le Christ règne;

Nous, nous Vous acclamons comme Roi Suprême.

O Christ, Prince de la paix, soumettez-vous les esprits rebelles,

Et par Votre amour, réunissez en un seul bercail

ceux qui ont quitté la bonne voie.

C'est pour cela que Vous êtes suspendu, les bras ouverts, sur la Croix sanglante,

Nous montrant Votre Cœur percé par la lance et brûlant de flammes d'amour.

C'est pour cela que sur les autels Vous Vous cachez sous les espèces du Vin et du Pain,

Faisant jaillir de Votre sein transpercé le salut des enfants de Dieu.

Puissent les chefs des nations Vous honorer par un culte public;

Puissent les maîtres et les juges Vous vénérer.

Puissent les lois et les arts être l'expression de Votre Royauté.

Puissent les étendards des Rois mettre leur gloire à Vous être soumis ;

Faites s'incliner sous Votre sceptre de douceur la Patrie et les familles.

Gloire à Vous, ô Jésus, qui dominez et gouvernez les puissants de ce monde,

Ainsi qu’au Père et à l'Esprit-Saint, dans les siècles sans fin. Ainsi soit-il.

 

Ô Clavis David …Ô Clef de David et Sceptre de la Maison d'Israël, qui ouvres sans qu'on puisse fermer, qui fermes sans qu'on puisse ouvrir : viens, et tire de sa prison le captif prisonnier des ténèbres et des ombres de la mort.

Ô Emmanuel … Ô Emmanuel, notre Roi, notre Législateur et Sauveur des nations : viens-nous sauver, Seigneur Dieu.

Ces grandes antiennes de l’Avent doivent être particulièrement chères à ceux qui sont dans l’attente du Miracle qui sauvera l’Église : La Sainte Messe rétablie par le Pape légitime :S S Paul VI

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 07:37

 Le bonheur .Les moyens pour d’y parvenir RP Hugon Initiation à Saint Thomas suite 5/10                        mot clé dans recherche : bonheur

Avant d’entreprendre l’étude des passions humaines, il convient de bien se souvenir que la psychologie thomiste est réaliste. Saint Thomas aimait à rappeler qu’il fallait toujours « partir des faits » et à l’aide de la raison d’en comprendre l’ordre et la cohérence. Il s’agit donc d’une psychologie rationnelle, donc fondée sur du solide, et bien loin d’être « périmée » Elle peut dérouter les lecteurs de ce siècle déboussolés par les théories abstraites et invérifiables. Par exemple ,la psychologie freudienne est fondée sur des bases philosophiques erronées ; c’est une psychologie sans âme, matérialiste. « Toute la doctrine catholique est fondée sur la spiritualité de l’âme » (Dom Vonier) Il y a donc opposition fondamentale et obligation de ne pas tout mélanger. Laissons donc de côté la signification ordinaire du terme passion qui implique trop de sentimentalité, pour bien comprendre que « passion »est opposé à « action »L’action désigne ce que quelqu’un produit, la passion ce que quelqu’un subit ; c’est important en matière de responsabilité morale…et de bonheur.

 

b) Les Passions.

 

Si l'acte humain est essentiellement spirituel dans sa cause, œuvre de l'intelligence et de la volonté libre, il s'accomplit  néanmoins en connexion étroite avec des tendances innées que l'homme porte dans sa nature sensible : les passions.

 

Passion est le contraire d'action : l'action désigne ce que quelqu'un produit, la passion ce que quelqu'un subit.

 

Les passions dont nous parlons ont bien ce caractère : l'homme ne les fait pas, il les trouve en lui-même, et sans pouvoir les éliminer ou les dédaigner, se voit obligé de les prendre telles quelles, quitte à les contenir et les dominer afin de les utiliser avec sagesse. ,

 

Elles s'apparentent de très près aux instincts des animaux, tant par leur but que par leurs manifestations. Elles visent en effet à la conservation et au développement de l'être, soit dans l'individu, soit dans l'espèce; et cela avec une véhémence farouche tour à tour défensive et offensive. Attirance irrésistible vers tout ce qui est estimé bon et avantageux ; répulsion violente pour tout ce qui semble mauvais et nuisible.

                            I° HIÉRARCHIE DES PASSIONS.

Il est très important de conserver le vocabulaire très précis du thomisme;il ne s’agit pas d’un inventaire statique dévitalisé, mais d’une description dynamique, vivante, avec ses mouvements vitaux d’attirance ou de répulsion.Les modernes n’ont pas cette précision.

 

L'appétit,(les modernes parlent de « désirs, de pulsions») c'est-à-dire cet appe1 intime qu'un être lance vers son bien et le mouvement que déjà il esquisse pour le conquérir, ou, au contraire, l'animosité.(les modernes parlent de l’ « agressivité ») qu'il éprouve contre le mal et l'attitude qu'il adopte pour l'écarter, l'appétit prend deux aspects :

 

Il est dit « concupiscible »(de cupio :je désire)quand il  envisage simplement le bien ou le mal qui s'offrent à lui. A l'égard du bien il voit alors s'éveiller successivement trois passions : l'amour pour le bien comme tel; le désir quand il estime que ce bien lui convient; enfin le plaisir quand il le possède. A l'égard du mal, trois passions opposées: la haine pour le mal en général; l'aversion contre le mal qui le menace; et la douleur si le mal l'a touché.

 

L'appétit prend le nom « d'irascible » de (ira :la colère)lorsqu'il rencontre une difficulté soit dans la poursuite du bien, soit dans la fuite du mal. Devant un bien dont la conquête s'avère ardue, c'est l'espoir qui l'anime, pour faire place au désespoir en cas d'échec. En présence du mal qui surgit, il éprouve de la crainte, mais résolu à vaincre, il s'enflamme d'audace. Que ses efforts soient vains et ses ambitions frustrées, il ressent ce sentiment inutile mais inévitable qu'est la colère.

 

En tout onze passions, bien distinctes quand on analyse les divers états ou mouvements de l'appétit sensible; mais qui ne sont pas compartimentées par des cloisons étanches. Il est bien évident que, dans le courant de la vie et jusque dans les limites d'une même action, le concupiscible et l'irascible s'enchevêtrent, le second étant toujours au service du premier, pourquoi ce déploiement de forces, en effet, sinon en définitive pour jouir en paix du bien et se sentir à .l'abri du mal?

 

A y regarder de près, ne pourrait-on même trouver entre les diverses passions autant d'affinité que de disparité? Elles se fondent toutes sur l'amour, sans en excepter son opposé direct, la haine, laquelle ne naît que de l'amour contrarié. L'amour n'est-il pas à l'origine du désir, comme de l'espoir, comme de l'audace ... ? « Otez l'amour, conclut Bossuet, il n'y a plus de passions; posez l'amour vous.les faites naître toutes! ».(Connaissance de Dieu et de soi-même CH.IV)

A SUIVRE

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 08:07

                                

 

Le bonheur. Les moyens d’y parvenir. RP Sineux 4/10

 

4° MORALITÉ DES ACTES HUMAINS.

 

C'est donc de leur rapport avec le bonheur vrai que les actes humains tirent leur valeur; leur moralité se mesure à leur efficacité pour conduire à ce but: Car un être n'est bon que dans la mesure où il se rapproche de sa perfection.

1° Que la raison, une raison droite et éclairée, guide l'activité;

2° qu'elle se propose un but légitime, outre la fin suprême qu'il ne faut jamais perdre de vue, un objet immédiat qui lui-même ne soit en rien répréhensible;

3° puis, qu'elle tienne compte des circonstances ambiantes : temps, lieu, personnes ... de façon à ne léser qui que ce soit;

 

Telles sont les conditions essentielles de la moralité d'un acte humain.

 

Une «raison éclairée» c'est-à-dire informée avec exactitude du sens que doit prendre la vie humaine, et de la conduite que lui trace la Loi de son Créateur, loi naturelle ou loi révélée ... Mais surtout une « raison droite », autrement dit l'intention loyale de mauvais », Point n'est besoin que tout_soit mauvais en lui, c'est le cas d'appliquer l'adage philosophique: (« Le Bien est constitué par l'intégrité de tous ses éléments; le mal provient de la moindre privation » ).

 

Un geste héroïque ou charitable, apparemment digne d'éloges, mais qui cache une intention perfide: acte mauvais! Une intention excellente comme sauver une vie, mais au prix d'une injustice ou d'un crime; acte mauvais! Dire la Vérité, et dans le but d'instruire ou de corriger, mais maladroitement, à contretemps, sans tenir compte des personnes, de la manière et du .moment : acte mauvais!

Il y aura des degrés, bien entendu, dans la malice et la défectuosité. Et l'on trouvera, selon les cas, des responsabilités atténuées ou aggravées, sans qu'il soit possible d'ailleurs à un jugement humain d'en établir le dosage exact.

 

Dieu seul alors, sonde les cœurs et pèse les actes humains dans la balance de la vraie justice.

 

                   5° CONSÉQUENCES DES ACTES HUMAINS.

 

«Le tragique de la destinée consiste en ce que l'homme est quotidiennement et continûment l'agent de son propre sort. A chaque instant de sa vie consciente (et même de l'autre indirectement) il pose un acte qui le sauve ou qui le perd )

 

L'homme de bien ne tire pas de la vertu la seule satisfaction orgueilleuse à laquelle prétendaient les stoïciens; et le viveur a beau dire qu'il ne cherche rien au-delà de la volupté du moment ... ; l'un et l'autre, quoi qu'ils en pensent, font du définitif et préparent la vie future. Ils méritent ou déméritent, se rendent dignes de récompense ou de châtiment, et ceci non pas au regard de leur propre conscience, moins encore aux yeux de leurs semblables qui ne sont pas en mesure de les apprécier avec exactitude, mais bel et bien vis-à-vis de Dieu leur Créateur qui, leur ayant assigné une fin et dicté une loi, les observe et déjà les juge, puis les attend pour la décisive reddition des comptes au terme de l'épreuve de la vie, terrstre comme un Maître requiert de ses intendants le bilan de leur gestion.

 

Est-il des actes indifférents, des actes qui «ne comptent pas  dans la vie morale, et donc n'ont aucune répercussion sur le sort définitif de l'homme? Il le semblerait à première vue : outre le sommeil et certains états inconscients, il est une quantité de mouvements purement mécaniques, actes de la vie végétative ou sensitive dans lesquels la raison et la volonté n'interviennent nullement.

 

De tels actes ne seraient pas du domaine de la moralité en effet si on les considérait séparément. Pourtant, s'ils n'ont pas les caractéristiques des actes humains, ils ne laissent pas d'être des actes d'une personne humaine. Et, à défaut d'une intervention actuelle de sa raison et de sa volonté, cette personne est dans un état habituel, elle entretient une intention générale, qui rejaillissent sur tout son comportement jusqu'à marquer de leur empreinte, et donc qualifier moralement, les gestes les plus anodins.

 

Manger et boire sont moralement indifférents, ne concernant que la. vie animale. Et pourtant, il y a diverses manières de s'y livrer; et on ne peut pas assimiler « l'homme qui mange pour vivre et celui qui vit pour manger », Plus encore il y a l'intention, ne fût-elle pas explicitement exprimée au cours de l'opération elle-même; l'ascète qui consent à prendre sa nourriture « en vue de glorifier Dieu », comme dit S. Paul, est aux antipodes du goinfre qui ne songe qu'aux plaisirs du ventre.

 

Et le sommeil lui-même prend une tout autre signification chez le moine qui s'y résigne comme à une nécessité lui permettant de récupérer ses forces en vue de nouveaux labeurs, et chez le manœuvre qui ne voit dans sa couche qu'une heureuse diversion à son chantier, et se plaît à dormir pour oublier ses soucis.

Il n'existe donc pas d'acte humain complètement indifférent.

 

Une simple parole oiseuse, fût-elle inoffensive, sera passée au crible. Et il n'est pas jusqu'aux désirs enfouis, jusqu'aux projets refoulés et secrets, qui ne fassent l'objet d'un jugement équitable et n'apportent, ou leur rayon à l'auréole immortelle, ou leur étincelle ou feu vengeur.

A Suivre :

Les passions

b) Les Passions :

1- Hiérarchie des Passions. 2- Moralité des Passions.

3- Caractères de chacune des Passions:

 a) L'Amour .

. b) La Haine.

c) Le Désir.

d) L'Aversion.

e) Le Plaisir.

f) La Douleur.

g) L'Espoir.

h) Le Désespoir.

i) La Crainte.

j) L'Audace.

k) La Colère.

 

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 16:34

                                                 SS Paul VI, un Pape «  formidable »

 

Le crépuscule de la vie est le moment de témoigner des expériences acquises, des épreuves traversées. Voilà pourquoi je voudrais vous confier pourquoi je dis que SS Paul VI est et restera dans l’histoire de l’Église un Pape « formidable » Le Larousse nous dit : Formidable vient du latin « formidare » avoir peur. Exemple : une puissance formidable .Qui est à craindre Familièrement : extraordinaire, inimaginable – Syn : étonnant,  incroyable, remarquable, sensationnel, stupéfiant.

En juillet 1968, j’avais fini mes études .Mais , étant parisien à l’époque, j’avais subi les désordres de Mai qui m’avaient ouvert tout grands les yeux sur le « nombre infini des sots »et la fragilité de certaines façades…laïques et cléricales J’étais assez perplexe devant les dérives post-concilaires dans l’Église. Qu’allait faire le pape ? Le clergé penchait à gauche. Les « tradis » n’existaient pas encore …ou se cachaient…

 

C’est dans ce climat  confus qu’éclata la bombe .Le 25 Juillet 1968 était promulguée la lettre encyclique « Humanae vitae » sur le mariage chrétien et la régulation des naissances. C’est un texte qu’il faut avoir lu, car il comporte plusieurs volets.

D’un côté refus des moyens artificiels de contraception en particulier « la pilule » De l’autre, ouverture aux méthodes naturelles de maitrise de la fécondité. D’où hurlements, déception chez les progressistes, réprobation chez les intégristes. On était au bord de l’explosion. (Voir Wikipedia ou autre pour plus de détail.)

SS Paul VI tint tête contre la tempête avec une grande noblesse. Je compris alors que nous « avions un pape », un vrai , remarquable, bref formidable ; Ce qui me rassura c’est que cette décision brisait en miettes les calomnies dont il était abreuvé, de soumission à l’Onu, à la franc–maçonnerie, et de plus odieuses…Rien n’est plus injuste. Je fus réconforté quelque temps plus tard en lisant dans le Message de Notre -Seigneur aux petites âmes que cette lettre était « un éclair de lumière »’(C’est alors qu’avec le Pr Huant fut fondé le centre Humanae Vitae pour l’expliquer et pour lutter contre l’avortement … il fut adressé ,entre autres ,aux politiques un projet d’objection de conscience pour les professions de santé. Sans réponse ,car tout le plan des loges verrouillait l’opinion....)

 

Mais ce coup de force  « stupéfiant »valut à SS Paul VI la mise à l’écart que l’on sait. Le plan subversif se trouvait dévoilé ; il ne lui serait pas pardonné.

 

C’est pourquoi je pense que SS Paul VI NOUS ÉTONNERA ENCORE

Et que ses ennemis doivent avoir peur.. !Tant dans l’Église qu’au dehors !

 

Pardon du ton personnel de ce billet, mais les jeunes générations doivent savoir que leurs ainés ne sont pas restés oisifs et ont beaucoup souffert.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens