Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 06:41

             L’Adversaire et sa tactique 2/23         

 

 

II. Les Anges et les Hommes dans la Pensée Divine

 

L'homme a trois ennemis à redouter : le démon, le monde et lui-même. C'est sur le premier de ces trois ennemis, le démon, que nous ferons porter notre investigation. Nous allons étudier l'affrontement des hommes et des démons. Tel est le sujet de cette étude.

Or les démons sont des anges chassés du ciel.

Ils ont conservé, en grande partie, leur nature angélique. Pour connaître nos ennemis il faut donc que nous connaissions d'abord la nature angélique. Mais pour étudier la nature angélique, il faut que nous remontions à l'aurore de la création.

 « Au commencement Dieu créa le ciel et la terre.» [ Gen. 1-1 ]. Dans ce texte, d'après la plupart des commentateurs, le mot Ciel désigne l'ensemble des esprits célestes ; il désigne le monde des esprits invisibles, c'est à dire les anges. Et La Terre désigne l'ensemble du monde matériel, en y incluant l'homme, qui en fait partie, puisque le Créateur a tiré de la terre la substance du corps humain.

 

Ces deux mondes, le monde invisible des anges et le monde visible de l'homme, Dieu les créa en même  temps. « Celui qui vit dans l'éternité créa tout en  même temps.- Qui vivit in Æternum creavit omnia simul.» [ Ecclesi. XVIII-I ]. Il créa, d'un seul coup, tous les anges et, en même temps, Il fit sortir aussi du néant, d'un seul coup également, toute la substance dont Il allait avoir besoin et dont il constitua ce que l'on nomme « le Chaos ». Ce Chaos, qui n'était d'ailleurs pas le désordre mais seulement la matière informe de l'univers, Il en poursuivit l'organisation au cours de six interventions divines où s'exerça encore Sa puissance créatrice. Ces six opérations divines successives sont les six jours de la Création.

C'est donc "au commencement" que les anges ont été créés pour corroborer cette croyance tout à fait universelle dans l'Église, on invoque en particulier ces trois versets du livre de Job: « Qui a fixé les dimensions de la Terre? Le sais-tu? Qui a tendu sur elle le cordeau ? Sur quoi ses bases reposent elles ? Ou qui en a posé la pierre angulaire, quand les astres du matin chantaient en chœur et que tous les fils de Dieu poussaient des cris d'allégresse» [Job. XXXVIII-5.7 J. Les "fils de Dieu" et "les astres du matin", ce sont les anges. Ils sont dits "du matin" précisément parce qu'ils ont été créés au commencement.

Ce point bien établi, avançons dans notre raisonnement. Les moyens par lesquels Dieu procède à ses œuvres extérieures sont appelées Ses voies. Or que , nous révèle l'Écriture concernant les voies de Dieu? «

 

« Universae viae Domini Miséricordia et Véritas (Ps .XXIV -10 (Vulgate)Toutes les voies du Seigneur sont Miséricorde et Vérité »

Cette idée qu'il existe une dualité et un équilibre entre la miséricorde et la vérité, l'Écriture Sainte la répète avec une insistance qui ne peut pas passer inaperçue et qui a certainement une signification.

Seulement pour bien observer cette insistance, il faut recourir à la version latine de la Vulgate car des traductions françaises, sans doute pour éviter la monotonie dans l'expression, traduisent "misericordiae" et "veritas" par une série de termes approximatifs, ce qui empèche de remarquer la répétition qui existe dans le texte lui-même. Voici quelques passages parmi les plus notables. 0

 

« Que Votre Miséricorde et Votre Vérité me soutiennent toujours. » [Ps. XXXIX-I2]. « Chargez Votre Miséricorde et Votre Vérité de le garder. » [ Ps. LX (Vulg.)-8 ]. « La Miséricorde et la Vérité se sont rencontrées. » [ Ps . LXXXIV-Il]. « La Misericorde et la Vérité préparent le bien. » [ Proverbes XIV -22 ]. « La Miséricorde et la Vérité rachètent les iniquités. » [ Proverbes XVI-6 ). « La Misericorde et laVérité veillent sur le roi. » [ Proverbes XX-28 ].

 

Tous ces passages sont résumés par le verset que nous avons cité le premier. Reprenons-le maintenant car il convient de bien le garder en mémoire : « Toutes les voies du Seigneur sont Miséricorde et Vérité.» [ Ps XXIV-IO ]. Cela signifie que parmi les œuvres de Dieu, les unes relèvent plus spécialement de Sa Miséricorde, tandis que les autres sont destinées à faire apparaitre plus particulièrement Sa Vérité.

 

Définissons maintenant ce que sont la Vérité et la Miséricorde de Dieu. La vérité de Dieu, c'est Sa rigueur. Les commentateurs assimilent la Vérité de Dieu à Sa justice. Les deux mots de vérité et de justice sont même souvent employés l'un pour l'autre. Or la justice de Dieu est rigoureuse, elle est exacte, c'est-à-dire vraie. Elle rend à chacun ce qui lui est dû et elle"ne fait acception de personne". Elle demande à être satisfaite avec rigueur.

 

On entend par miséricorde divine tout ce qui relève de Sa bonté, de Sa bénignité, (La bénignité est la propension à faire le bien ;contraire de la malignité, propension à faire le mal)de Sa condescendance, de Sa dilection et de Sa prédilection. Alors que la justice (ou vérité) de Dieu définit la règle, la miséricorde règne sur l’exception. C’est la miséricorde qui inspire toutes les tendresses du Cœur Divin. Elle préside aux préférences. Il est une créature qui personnifie la Miséricorde divine d'une manière suréminente, c'est la Vierge Marie. Dieu l'a comblée de la plénitude de Ses grâces . Elle est la créature de prédilection par excellence.

Mais alors comment Dieu, qui "ne fait pas acception de personne", selon Sa justice, peut-il avoir des préférences selon Sa miséricorde? Va-t-on-définir la miséricorde comme étant l'injustice? Comment la miséricorde et la vérité de Dieu sont-elles compatibles C'est évidemment bien mystérieux. A ce mystère s'applique la fameuse sentence de l'Écriture: «  Mes pensées ne sont pas vos pensées et Mes voies ne sont pas vos voies. Mes pensées sont autant au dessus de vos pensées, et Mes voies autant, au dessus de vos voies que le ciel est au dessus de la terre. » [ Isaïe LV- 8 ].

Et pourtant, il ne faudrait pas s'autoriser de ce mystère pour penser qu'il y ait en Dieu la moindre trace d'injustice, c'est à dire de mal. Saint Paul, qui connait l'objection, la devance en affirmant bien: « Y a-t-il de l'injustice en Dieu? Loin de là ! Car Il a dit à Moïse: "Je ferai miséricorde à qui Je veux faire miséricorde, et J'aurai compassion de qui Je veux avoir compassion." » [ Rom. IX-15 ].

Dieu, qui est juste envers chacune de Ses créatures, manifeste des 'préférences pour certaines, sans pour cela porter aucun préjudice aux autres. C'est tout le sens de la parabole des ouvriers de la onzième heure. Faudrait-il que notre œil soit mauvais parce que Dieu est bon? Il n'y a pas en Dieu la moindre trace d'injustice ni la moindre trace de mal.

 

Nous savons maintenant que Dieu fait tout, soit conformément à Sa miséricorde, soit en fonction de Sa justice. Sachant cela nous allons mieux comprendre ce que peut représenter la nature angélique comparée à la nature humaine.

 

Les anges sont issus d'une pensée divine de justice (on dit aussi de vérité). Les anges adorent particulièrement la vérité de Dieu, Sa justice, il faut même dire sa rigueur. Et en retour Dieu glorifie en eux l'innocence, l'impeccabilité. Les anges sont placés autour de Dieu pour être Ses messagers rigoureux: « Bénissez le Seigneur, vous tous Ses anges, qui êtes puissants et forts, et qui exécutez Ses paroles, dociles à Sa voix et à Ses commandements. » [ Introït de la Messe votive des anges].

 

De leur coté, les hommes sont issus d'une pensée divine de miséricorde. Ce qui attire leur reconnaissance, c'est la miséricorde de Dieu. Et en retour Dieu glorifie en eux, non plus l'innocence comme pour les anges, mais la pénitence.

 

Telle est la position relative des anges et des hommes dans la Pensée divine.

 

A suivre

 

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2013 4 19 /12 /décembre /2013 07:35

                                                  L’Adversaire et sa tactique 1/23

 

                                                 I- La Science du Bien et la Science du Mal

 

  «   La Sainte Écriture donne aux démons des dénominations très diverses. Essayons de nous faire une idée de la fréquence avec laquelle ils sont nommés. Nous aurons ainsi une première opinion sur l'importance qui leur est réservée dans l'enseignement divin.

 

Un précieux instrument de travail va nous permettre d'opérer ce recensement: c'est le Dictionnaire des Concordances. Tous les mots que l'on rencontre dans le texte de l'Écriture y ont fait l'objet d'un décompte rigoureux. Chaque mot de la Bible constitue un article de ce curieux dictionnaire. On y indique les références des passages où chacun est employé, Il va nous être facile de totaliser les passages scripturaires dans lesquels apparaissent les démons quelle que soit la dénomination sous laquelle ils sont désignés.

Les noms les plus fréquents sont Diabolus, Satanas, Draco,Serpent, Léviathan, ,Belial, Baal, Beelzebuth, Beelphegor, Mamon, Malus- Bestia, infernum, gehenne, Tartare, Béhemoth.

Malus (le malin =celui qui agit avec malignité)) est cité 44 fois dans le Nouveau Testament, 651 fois dans l’AT,  Diable 34 fois,Bête 33.Enfer :58 ; AT, 11 ;NT

 Soit un total de 1073 mentions dans la Sainte Écriture. Ce total de 1.073 mentions scripturaires ne comprend pas les versets où les démons sont désignés par des locutions composées, parce que ces locutions ne figurent pas dans les dictionnaires de concordances. Ce sont par exemple: les esprits de malice, les légions de l'orgueil, les puissances des ténèbres, les fils de la désobéissance, les esprits de révolte, les enfants  de la colère, les fils de perdition, le Prince de ce

monde, l'Adversaire.

Et pourtant ces expressions reviennent très souvent dans le texte sacré. Si nous pouvions les recenser elles aussi elles augmenteraient notablement le total que nous venons de trouver.

L'Écriture Sainte nous apporte donc une abondante révélation concernant les esprits mauvais. Enseignement précieux car ces esprits appartiennent au monde invisible. Nous ne pouvons pas les observer par l'expérience sensible et nous ne saurions les connaître que par révélation.

Ainsi l'Écriture contient, non seulement la science du bien, c'est à dire la science de Dieu, mais encore la science du mal, c'est à dire la science de l'ennemi de Dieu, qui est aussi l'ennemi du genre humain. Et cette science du mal nous est aussi nécessaire que la science du bien puisqu'elle nous enseigne  la nature et les œuvres des ennemis invisibles contre lesquels nous avons à combattre au cours de notre périlleux chemin sur la terre.

 

La présence spirituelle des démons sur la Terre constitue ce que Saint Paul nomme le mystère d’iniquité. Elle a posé aux hommes, depuis toujours, le terrible problème du mal. Cet immémorial problème a été la pierre d'achoppement de bien des philosophes et de bien des fondateurs de religion qui n'ont pas su le résoudre correctement, privés qu'ils étaient de la véritable et authentique Révélation….A Suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 06:20

 

                                       L’ADVERSAIRE et sa tactique .  Plan  introduction /23

                       Pour lutter contre les « fumées de Satan »

 

 S’il est un petit livre (82 pages )de la plus haute utilité pour tout catholique soucieux de son salut,  de celui de son prochain et de la Victoire de l’Église, c’est l’ «abrégé de démonologie » que notre ami Jean Vaquié (Rip)publia aux éditions Sainte  Jeanne d’Arc – Les Guilliots-Villegenon-18260 Vailly sur Sauldre, en  1982.Le titre peut effaroucher un lecteur non averti. Il ne s’agit pas d’un ouvrage sulfureux et ésotérique. TOUT Y EST CONFORME A LA DOCTRINE TRADITIONNELLE …. MALHEUREUSEMENT TROP IGNORÉE. Son sous- titre en donne la teneur«  Les conditions générales du pouvoir et de la religion démoniaque » est un véritable manuel du baptisé contre «  l’Adversaire », une petite somme de « renseignements » sur l’ennemi et sa tactique, indispensable à tout combattant de la bonne cause, particulièrement en ces heures de ténèbres. C’est une arme solide, une arme claire et lumineuse. L’ignorance ou le mépris de l’existence et de la stratégie d’un ennemi est une lourde faute pour une armée (passible du conseil de guerre… !) Vous y apprendrez beaucoup de choses oubliées et pourtant bien utiles. Ce livre petit en volume mais d’une grande profondeur est un des plus intelligents qui ait été produit pour la défense de la doctrine catholique. En 1972, SS Paul VI a parlé haut et fort des « fumées de Satan » et de leurs ravages dans le monde et l’Église. Ce petit ouvrage nous donne le moyen de les dépister et d’avertir du danger, comme un bon « détecteur. »

 

Nous en publierons les principaux chapitres au jour le jour. Chaque partie mérite d’être méditée en prenant son temps… Il faut se procurer ce livre peu couteux, très lisible et le faire connaître, car son actualité est et sera de plus en plus brûlante.

 

En voici le sommaire : 1. - La SCIENCE du BIEN et la SCIENCE du MAL " . . .

Il. - Les ANGES et les HOMMES dans la PENSÉE DIVINE…. 4

III. - La NATURE ANGÉLIQUE des DÉMONS ..  9

IV. - Les HIÉRARCHIES ANGÉLIQUES…. 12

V. - Les CIRCONSTANCES de l'ÉPREUVE…. 15

VI. - Le RECRUTEMENT des RÉVOLTÉS … . 19

VII. - L'ABANDON DES DEMEURES 21

VIII. - Un COMBAT dans le CIEL… 23

IX. - Le TRÔNE au dessus des ÉTOILES…. 26

X. - Les DEUX ENFERS de l'ANCIENNE LOI 28

XI. - L'ASSAUT de la TERRE…. 31

XII. - Le PRINCE de ce MONDE ............ 34

XIII. - Le JOUR de l'HOMME …38

XIV. - Les COMBATS SINGULIERS… 41

XV. - La POSTÉRITÉ du SERPENT… 46

XVI. - HOMICIDE et MENTEUR… 50

XVII. - Le SINGE de DIEU… 56

XVIII. - Les DÉMONS du PAGANISME ANTIQUE .. 59

XIX. - GOG et MAGOG…. 64

XX. - Les AUXILIAIRES .................. 67

XXI. - Les FLUCTUATIONS de la BATAILLE… 72

XXII. - -Les POUVOIRS de l'ANTÉCHRIST…. 76

XXIII. - La GÉHENNE de FEU…. 80

A suivre

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 09:52

"Les juifs étaient prédestinés à recevoir le Messie et l'ont attendu pendant des siècles. Quand Il est venu, le peuple juif , non seulement ne l'a pas reconnu ,mais s'est opposé à Lui, et finalement l'a mis à mort".

Cette phrase provoqua la colère des rabbins et la consternation des progressistes conciliaires qui souhaitaient que non seulement on ne parle plus jamais de peuple "perfide"( Ce qui signifie infidèle) ,mais que l'Église cesse à tout jamais de faire prier pour sa conversion. Comme le dit le rabbin de Rome."Le peuple juif n'a pas besoin de Sauveur (sic)"et n'a nul besoin de nos prières, nul besoin de se convertir étant le peuple élu.

Cette phrase fut prononcée publiquement le Dimanche de la Passion 1965,par SS Paul VI qui maintint l'intention de la prière pour la conversion du Vendredi Saint. Il a tenu bon. Deo gratias.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 07:09

    Les mérites du Christ 3/3«  Offrez quotidiennement vos souffrances unies aux mérites de Jésus et de Marie »

 

  Extrait des révélations au cours d’exorcismes N°6, p 8-9  - Ed.DFT –Diffuseur exclusif

Mot clé/Recherche : exorcismes

J : Il faut et l'on doit prier quotidiennement: "Père céleste, je Vous offre la cruelle Passion de Jésus-Christ avec tous Ses mérites et toutes les souffrances de Sa très sainte Mère, ses peines, ses mérites et les mérites de tous les Saints et Bienheureux du Ciel. J'offre cela en union avec mes souffrances, mes luttes, mes misères, mes fatigues, mes travaux et mes peines. J'offre cela pour mes péchés et ceux de mon prochain, ceux du monde entier et pour la Sainte Église.

                Sainte Mère du Ciel, faites fructifier cela là où c'est le plus nécessaire et comme la Très Sainte Trinité le veut. Que se convertisse le pécheur qui peut être maintenant converti par mes souffrances et par celles du prochain qui les accepte de bonne grâce. ! J'unis toutes ces souffrances aux Vôtres.

            Aidez-moi ! Assistez-moi dans mon combat ! Assistez-moi, vous tous les saints Chœurs des Anges, tous les Anges du jour, tous les Saints du jour, et tous les Saints et Bienheureux du Ciel ! Ne m'abandonnez pas! Portez-moi! Que la Très Sainte Trinité, par Votre intercession, me donne la force de soutenir le combat du jour et l'heure de ma mort, ainsi soit-il!

 

 J = Priez maintenant, dans cette fin des temps, chaque jour dans cet esprit ! Unissez-vous au Cœur de la Très-Haute, de la très sainte et grande Dame, et au très Saint Cœur de mon Maître,(C’est Judas Iscariote qui est forcé par Notre Dame, par la puissance de l’exorcisme de faire ces révélations) le Très-Haut, qui s'appelle Jésus-Christ ! Unissez-vous et priez afin qu’Ils vous enferment dans leur très Saints Coeurs et qui Ils vous gardent des attaques du Malin, des mauvais esprits et des attaques des hommes mauvais par lesquels nous, les mauvais esprits, nous agissons aussi, et qui souvent ne sont plus eux-mêmes. Souvent, les mauvaises paroles, ce qu’ils disent et le mal qu’ils font, veulent et vomissent en écumant ne sont plus leurs propres paroles. Ils sont poussés par le mauvais esprit, par l’enfer, parce que maintenant l’enfer est déchainé comme jamais encore il ne l’a été. VOUS ETES MAINTENANT ENTRÉS DANS LA LUTTE FINALE. Vous avez maintenant particulièrement besoin de la protection d’en-Haut. Vous avez besoin de la protection de la Sainte Église. Mais vous ne pouvez plus la recevoir de l’Église Catholique toute entière parce que la plus grande partie de l'Église n'est plus l'Église. Je ne veux pas en dire davantage. - (Adjurations de l'exorciste)

 

Judas-             La sublime Reine du Ciel souffre un grand tourment à cause de l'état de la Sainte Église. Elle est, oui, la Dame des Sept Douleurs dont se sera demain la fête. Elle souffre pour tous ses enfants qui se perdent. Elle a souffert horriblement pour moi aussi. (Judas) Elle ne pouvait pas comprendre que je ne l'écoute pas.

                  Il en est ainsi maintenant dans beaucoup de familles aussi : des milliers et des milliers de mères et de pères doivent supporter de très grandes douleurs et souffrances, parce que leurs propres enfants ne les écoutent pas et ne veulent pas suivre leurs conseils. Ils se détournent froidement, ces enfants, pour se tourner vers le mal, contre leurs parents et leur propre mère qui n'a pourtant que de bonnes intentions. Une fois qu'ils sont dans le mal et sur le chemin de l'abîme, il est difficile de se relever (Ndt : mais pas impossible. En particulier lorsqu'après un certain temps d'égarement, le jeune expérimente les mensonges des paradis éphémères du matérialisme, il est amené à faire de salutaires réflexions et sa conscience avivée lui rappelle les conseils de ses parents). Il est de plus en plus facile de descendre et de suivre la voie facile que de la remonter avec beaucoup de peine et de travailler avec la grâce (Ndt : Surtout en ces temps de grande Apostasie où la voix du mal est si puissante contrairement à celle du bien, si faible). C'est comme pour une plante qui est traitée avec du poison. Elle devient jaune et beaucoup de feuilles tombent, avant qu'elle puisse en réchapper et pousser à nouveau non sans beaucoup d'amour et de soins. Je ne veux pas parler. - (Adjurations)

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 07:52

                                                           Les mérites de Jésus- Christ 2/3

Jésus Christ a mérité pour Lui-même*Voir article précédent

Il a aussi mérité aux Anges et aux hommes.

 

1- Il a mérité aux Anges les grâces qui leur furent données dans leur création, et même la gloire pour ceux qui s’y conservèrent. « De Sa Plénitude, nous avons tous reçu » ; les Anges ne sont pas saints autrement que par le seul Jésus –Christ dans le Saint Esprit (St Cyrille d’ Alexandrie)Il est parfaitement le Chef suprême des anges et des hommes. Le Dieu –homme est le principe universel de toute sanctification, Il est le Chef et le Roi dans l’ordre de la grâce et de la gloire. Il doit donc être appelé le Justificateur des Anges, leur Illuminateur, leur Sanctificateur, leur Glorificateur. Il ne peut être appelé le Rédempteur que pour les hommes pour lesquels Il a offert le prix de Son Sang comme prix de leur rachat.L’épreuve des anges fut de devoir obéir au Verbe incarné dans une nature inférieure à la leur et de Le servir. Les bons anges acceptèrent avec joie ;les mauvais anges refusèrent et dire à la suite de Lucifer « Non serviam »et furent réprouvés. Le salut éternel des hommes tient aussi à la reconnaissance et au service du Verbe incarné, Jésus Christ. Refuser, c’est rejoindre le camp infernal.

 

O Jésus, vivez toujours aimé et adoré de tous les Anges qui ont reçu de Votre plénitude, et Vous reconnaissent pour l’Auteur de leur félicité, pour la Voie, la Vérité et la Vie…. !

 

2- Jésus-Christ a mérité aux hommes non seulement la rémission du péché, la Grâce Sanctifiante, présence divine dans l’âme, la gloire éternelle, mais aussi la FOI, la grâce actuelle, celle qui dispose et porte l’âme aux dispositions et mouvements requis à la sanctification et au salut. Tous les biens spirituels découlent de la plénitude de Ses mérites. La Foi est un don qui vient d’en Haut, du fait des mérites, au Nom des mérites de Jésus-Christ, comme les vertus d’Espérance et de Charité

« Ce n’est pas comme le prétend le « modernisme » un sentiment qui vient des « profondeurs » de l’âme humaine. Le plus ne vient pas du moins. La lumière ne vient pas du sol…mais du soleil. Chacun des bienfaits que nous devons aux mérites de notre Sauveur mérite un long chapître. Nous y reviendrons en détail, …si Dieu le veut ».

Reconnaissons pour tous ces dons les obligations indicibles que nous avons envers l’Homme Dieu, Jésus-Christ.Gloire, adoration et louanges à Jésus par tous les esprits en reconnaissance de Ses mérites. O Sauveur du monde, que sommes nous dans l’ordre de la grâce sans Vous ? de pauvres néants… !Nous reconnaissons que Vous êtes la véritable Source vivante de tout bien spirituel  et nous nous unissons au Ciel entier pour proclamer : « Il est digne l’Agneau qui est immolé de recevoir la Vertu , la Divinité, la Sagesse, la Force, l’Honneur, la Gloire et la Bénédiction. »Amen 

(Apocalypse de Saint Jean V-12)

N’oublions pas  que la Sainte Messe est le point d’application essentiel de la force des mérites du Christ. Voilà pourquoi il faut la défendre jusqu’au martyre s’il le faut. Voilà pourquoi il est essentiel à la survie de l’Église et de l’humanité que la Sainte Messe traditionnelle soit reconnue et rétablie comme  le seul et unique sacrifice qui plait à DIEU, sous l’autorité infaillible du Pape légitime, SS Paul VI.

 

 

Offrande des mérites de Jésus-Christ pour nos péchés (Sainte Gertrude)

« Le sacrifice pour le Seigneur, c'est un cœur brisé; le parfum de bonne odeur pour le Seigneur, c'est un cœur qui rend gloire à son Créateur ". Prophète AMOS

 

Notre-Seigneur ayant présenté, sur les instances de Sainte Gertrude, cette offrande à Dieu Son Père, la Sainte parut comme revêtue d'habits plus blancs que la neige, plus éclatants que la pourpre, et magnifiquement décorée de toute sorte d'ornements d'une extrême richesse .. Et de fait, cette prière est très-efficace, et mérite d'être souvent répétée surtout en cette période cruciale..

 

« O Bon Jésus, puisque, par Votre impénétrable Sagesse, Vous connaissez mieux que moi, mieux que personne, les misères de la fragilité humaine; je Vous supplie d'avoir grandement pitié de ma grande fragilité, et de vouloir bien satisfaire par Vous-même à la Justice divine, pour tous mes défauts. Offrez donc en mon nom à Votre Père très bon, la réserve si parfaite de Votre langue sacrée, pour effacer et réparer tout le mal que j'ai fait, et suppléer  le bien que j'ai omis dans mes inutiles \discours.

 Offrez-Lui aussi, O Bon Jésus, la  retenue de Votre très-sainte ouïe pour toutes les fautes que j'ai commises par l'ouïe; la retenue de Vos yeux pour tous les péchés que j'ai commis par des regards illicites; la retenue de Vos mains et de Vos pieds sacrés pour toutes les fautes dont je me suis souillé par mes actions et mes démarches coupables.

Offrez enfin, O très aimant Jésus, à Sa Divine Majesté, Votre Cœur Déifié, pour tous les péchés que j'ai jamais commis par pensée, par désir ou par volonté.

 

 Par Vos mérites infinis, Pardon et Miséricorde ayez pitié de nous et du monde entier en si grand péril. Ainsi soit-il.

A SUIVRE

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 07:52

                                                           Les mérites de Jésus- Christ 2/3

Jésus Christ a mérité pour Lui-même*Voir article précédent

Il a aussi mérité aux Anges et aux hommes.

 

1- Il a mérité aux Anges les grâces qui leur furent données dans leur création, et même la gloire pour ceux qui s’y conservèrent. « De Sa Plénitude, nous avons tous reçu » ; les Anges ne sont pas saints autrement que par le seul Jésus –Christ dans le Saint Esprit (St Cyrille d’ Alexandrie)Il est parfaitement le Chef suprême des anges et des hommes. Le Dieu –homme est le principe universel de toute sanctification, Il est le Chef et le Roi dans l’ordre de la grâce et de la gloire. Il doit donc être appelé le Justificateur des Anges, leur Illuminateur, leur Sanctificateur, leur Glorificateur. Il ne peut être appelé le Rédempteur que pour les hommes pour lesquels Il a offert le prix de Son Sang comme prix de leur rachat.L’épreuve des anges fut de devoir obéir au Verbe incarné dans une nature inférieure à la leur et de Le servir. Les bons anges acceptèrent avec joie ;les mauvais anges refusèrent et dire à la suite de Lucifer « Non serviam »et furent réprouvés. Le salut éternel des hommes tient aussi à la reconnaissance et au service du Verbe incarné, Jésus Christ. Refuser, c’est rejoindre le camp infernal.

 

O Jésus, vivez toujours aimé et adoré de tous les Anges qui ont reçu de Votre plénitude, et Vous reconnaissent pour l’Auteur de leur félicité, pour la Voie, la Vérité et la Vie…. !

 

2- Jésus-Christ a mérité aux hommes non seulement la rémission du péché, la Grâce Sanctifiante, présence divine dans l’âme, la gloire éternelle, mais aussi la FOI, la grâce actuelle, celle qui dispose et porte l’âme aux dispositions et mouvements requis à la sanctification et au salut. Tous les biens spirituels découlent de la plénitude de Ses mérites. La Foi est un don qui vient d’en Haut, du fait des mérites, au Nom des mérites de Jésus-Christ, comme les vertus d’Espérance et de Charité

« Ce n’est pas comme le prétend le « modernisme » un sentiment qui vient des « profondeurs » de l’âme humaine. Le plus ne vient pas du moins. La lumière ne vient pas du sol…mais du soleil. Chacun des bienfaits que nous devons aux mérites de notre Sauveur mérite un long chapître. Nous y reviendrons en détail, …si Dieu le veut ».

Reconnaissons pour tous ces dons les obligations indicibles que nous avons envers l’Homme Dieu, Jésus-Christ.Gloire, adoration et louanges à Jésus par tous les esprits en reconnaissance de Ses mérites. O Sauveur du monde, que sommes nous dans l’ordre de la grâce sans Vous ? de pauvres néants… !Nous reconnaissons que Vous êtes la véritable Source vivante de tout bien spirituel  et nous nous unissons au Ciel entier pour proclamer : « Il est digne l’Agneau qui est immolé de recevoir la Vertu , la Divinité, la Sagesse, la Force, l’Honneur, la Gloire et la Bénédiction. »Amen 

(Apocalypse de Saint Jean V-12)

N’oublions pas  que la Sainte Messe est le point d’application essentiel de la force des mérites du Christ. Voilà pourquoi il faut la défendre jusqu’au martyre s’il le faut. Voilà pourquoi il est essentiel à la survie de l’Église et de l’humanité que la Sainte Messe traditionnelle soit reconnue et rétablie comme  le seul et unique sacrifice qui plait à DIEU, sous l’autorité infaillible du Pape légitime, SS Paul VI.

 

 

Offrande des mérites de Jésus-Christ pour nos péchés (Sainte Gertrude)

« Le sacrifice pour le Seigneur, c'est un cœur brisé; le parfum de bonne odeur pour le Seigneur, c'est un cœur qui rend gloire à son Créateur ". Prophète AMOS

 

Notre-Seigneur ayant présenté, sur les instances de Sainte Gertrude, cette offrande à Dieu Son Père, la Sainte parut comme revêtue d'habits plus blancs que la neige, plus éclatants que la pourpre, et magnifiquement décorée de toute sorte d'ornements d'une extrême richesse .. Et de fait, cette prière est très-efficace, et mérite d'être souvent répétée surtout en cette période cruciale..

 

« O Bon Jésus, puisque, par Votre impénétrable Sagesse, Vous connaissez mieux que moi, mieux que personne, les misères de la fragilité humaine; je Vous supplie d'avoir grandement pitié de ma grande fragilité, et de vouloir bien satisfaire par Vous-même à la Justice divine, pour tous mes défauts. Offrez donc en mon nom à Votre Père très bon, la réserve si parfaite de Votre langue sacrée, pour effacer et réparer tout le mal que j'ai fait, et suppléer  le bien que j'ai omis dans mes inutiles \discours.

 Offrez-Lui aussi, O Bon Jésus, la  retenue de Votre très-sainte ouïe pour toutes les fautes que j'ai commises par l'ouïe; la retenue de Vos yeux pour tous les péchés que j'ai commis par des regards illicites; la retenue de Vos mains et de Vos pieds sacrés pour toutes les fautes dont je me suis souillé par mes actions et mes démarches coupables.

Offrez enfin, O très aimant Jésus, à Sa Divine Majesté, Votre Cœur Déifié, pour tous les péchés que j'ai jamais commis par pensée, par désir ou par volonté.

 

 Par Vos mérites infinis, Pardon et Miséricorde ayez pitié de nous et du monde entier en si grand péril. Ainsi soit-il.

A SUIVRE

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 19:28

 

                  Dieu ne peut se contredire.

 

Boniface VIII :

« Nous déclarons, disons, définissons et prononçons qu'il est absolument nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d'être soumise au pontife romain. » (Bulle Unam Sanctam)

 

 

 

Pie XI :

«Personne ne se trouve et personne ne demeure dans cette unique Eglise du Christ, à moins de reconnaître et d’accepter, avec obéissance, l’autorité et la puissance de Pierre et de ses légitimes successeurs» (Mortalium animos, 1928

 

Pie XII :

"C’est pourquoi nul ne sera sauvé si, sachant que l’Église a été divinement instituée par le Christ, il n’accepte pas cependant de se soumettre à l’Église ou refuse l’obéissance au Pontife romain, Vicaire du Christ sur terre”. (Lettre du Saint-Office à l’Evêque de Boston, DS 3867)

 

 

Dieu ne peut commander une obéissance impossible ; Ce serait manquer à Sa promesse .Il éprouve mais n’éprouve jamais au-delà des forces des hommes.

Les survivantistes sont des catholiques soucieux avant tout de légitimité. Et leur position  mûrement réfléchie est la seule qui donne la paix, celle que donne la confiance en Dieu qui a tant donné de raisons de croire à la survie et à la légitimité de SS Paul VI, le pape souffrant en exil. Patience +confiance = sagesse.

Il n’y a pas d’autre solution connue à la confusion actuelle qui déchire la Tradition.

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 08:16

Du 17 au 23 Décembre, l'Église fait monter vers le Ciel l'expression de ses désirs les plus profonds dans les Vêpres de l'Office divin. Pour vous y associer sur ce Blog, taper "grandes antiennes" dans la case "recherche".Ne laissons pas inactif ce patrimoine sublime,en cette époque de vandalisme et de profanation.Merci

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 07:10

                           Les mérites de Jésus-Christ.1/3 .

Mot clé recherche :mérite

P Louis Bail : méditations sur la théologie de Saint Thomas

 « C’est en vertu de tous Ses mérites que nous avons tout reçu »…

 

 Très bref rappel de la définition du mérite au sens théologique.

(La Grâce, Don Divin, confère à l’homme des droits vis-à-vis de Dieu. Avec la Grâce, l’homme est mis en mesure de « mériter »c'est-à-dire d’imprimer à ses actes un caractère divin qui leur gagne l’agrément et l’estime de Dieu même ,et leur vaut de Sa part une rétribution.)

« I- Le mérite de Jésus-Christ

« Considérez que Jésus a grandement mérité par toutes Ses actions pendant Sa vie terrestre, depuis Sa conception jusqu’à Sa mort.

« Il a été  fait obéïssant , dit Saint Paul, jusqu’à la mort, mais jusqu’à la mort de la croix ;c’est pourquoi Dieu L’a exalté » (PHIL.2)

Le Concile de Trente enseigne qu’Il est la cause de notre justification. Il a eu en effet toutes les conditions requises pour mériter envers Dieu.

1-Il a eu la liberté pour exercer toutes Ses actions  si merveilleusement vertueuses.

2- Ces vertus ont été mises à l’épreuve. Il a été dans l’épreuve, quant à Son Corps et quant à Son âme.

3- Il a été dans l’état de Grâce sanctifiante qui fut en Lui incomparable, car par l’union de la Personne divine Son humanité était toute sainte et déifiée .

4-Il y avait la promesse de la part de Dieu de récompenser Ses œuvres :

« Demande-Moi et Je Te donnerai les nations en héritage »(PS 2)

 Quiconque avec ces conditions fait de bonnes œuvres pour Dieu et Lui est obéissant, mérite devant Lui.

 Le Mérite de Jésus est infini, à raison de Sa Personne Divine de laquelle procédait Ses œuvres méritoires, car les actions appartiennent aux personnes. Comme la grandeur du mérite se mesure non seulement sur la qualité de l’œuvre méritoire, mais aussi sur les circonstances et surtout sur la dignité de la personne qui mérite ,Jésus-Christ étant infini à cause de Sa Personne, et Son humanité étant infiniment sainte, Ses actions ont été d’une valeur et d’un mérite infini, et Dieu ne peut donner de grâce et de gloire en toute l’éternité qu’Il ne l’ait pu mériter par Ses saintes actions. Par ce moyen, la valeur de ce mérite est proportionnée à la valeur de Sa satisfaction : (satisfaction :action par laquelle on répare une offense)Car Il nous a rachetés par voie de satisfaction et de mérite ;par voie de satisfaction pour nous délivrez des misères du péché ;par voie de mérite ,pour nous combler de toute sorte de bonheur et de félicité. Car s’Il n’eut fait autre chose que de satisfaire, Il nous eut seulement retiré des misères, sans nous remplir de bien , Sa satisfaction étant pour nous retirer du mal, et Son mérite pour nous acquérir des biens. C’est pourquoi Il devait aussi mériter pour nous acquérir du bonheur, après nous avoir fait sortir du malheur. Si bien donc que comme Sa satisfaction est de valeur infinie, suffisante pour effacer les péchés infinis, aussi Son mérite infini est suffisant pour valoir des biens sans fin à des créatures infinies par Sa vertu admirable.

O Jésus, qui Vous est semblable en mérite ? Comme on a raison de Vous aimer  et de Vous faire connaître.. ! Pardon de notre ingratitude !

 

II- Ce que Jésus-Christ a mérité pour Lui-même, pour les Anges et pour les hommes.

Pour Lui-même, Il a mérité la résurrection et la gloire de Son Corps, l’exaltation de Son Nom avec la gloire et l’honneur universels, en tous les siècles des siècles et enfin la qualité de Juge des vivants et des morts.

 

Jésus a tout fait pour la gloire de Son Père, par amour et   Son Père a tenu largement Sa Promesse.

« Moi, dit-Il à Son Père Je Vous ai glorifié sur la terre ; J’ai consommé l’œuvre que Vous M’avez donnée à faire, et maintenant glorifiez-Moi, Mon Père » Et Il avait dit auparavant « Mon Père voici l’heure ; glorifiez Votre Fils, afin que Votre Fils Vous glorifie . »

 

Suivons donc l’exemple de Jésus, et méritons pour nous par son imitation. Faisons tout  à la « plus grande gloire de Dieu » en faisant connaître les mérites infinis de notre Sauveur et en les faisons valoir et fructifier comme un intendant fidèle. « Qu’as-tu fait de tes talents ? Qu’as-tu fait de Mes mérites » ?

A SUIVRE

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens