Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 07:47

                                         

L’Adversaire et sa tactique 9/23

 

 

IX. Le trône au dessus des étoiles

Voilà donc Lucifer et ses anges expulsés dans les ténèbres extérieurs. Ils ne vont pas s'y déplacer librement à l'état dispersé. Mais avant d'examiner dans quel lieu et dans quelles conditions ils vont être confinés, il faut essayer de comprendre quelles sont les dispositions spirituelles des anges déchus, à leur sortie du ciel.

Nous savons déjà que leur nature angélique ne leur a pas été enlevée. Elle s'est seulement enténébrée. Mais maintenant un caractère acquis est venu s'imprimer en eux. Ils vont désormais rester fixés dans la logique de la révolte. Ils vont pousser l'esprit de révolte , jusqu'à ses plus effroyables conséquences. (Cet esprit de révolte peut se résumer en quelques mots : Ne pas vouloir ce qui est et vouloir ce qui n’est pas. Normalement ,penser, c’est faire acte de présence d’esprit à ce qui est, à l’être. L’intelligence démoniaque est donc dans une position « infernale »,c’est une torture sans issue, sans remède, éternelle, effroyable.)

)Un texte capital du prophète Isaïe décrit les ambitions de Lucifer. Au chapitre XIV, il contemple, dans l'avenir, la ruine finale du grand dragon et il exprime sa stupéfaction devant la déchéance d'un esprit aussi puissant: «Comment es-tu tombé. du Ciel, Lucifer, fils de l'aurore? Comment t'es-tu renversé par terre, toi le destructeur des nations ?» [ Isaïe XIV - 1 ~ ] ,

Le prophète donne à Lucifer le nom de "fils de l'aurore" parce qu'il a été créé, comme tous les anges, au commencement, c'est-à-dire à l'aurore du monde:

Et Isaïe s'étonne de cette ruine quand il la compare aux ambitions inimaginables que Lucifer ruminait au moment où il excitait les anges à abandonner leur propre demeure: « Toi qui disais en tout cœur: « Je monterai dans le Ciel: j'établirai mon trône au dessus des étoiles de Dieu ; je m'assiérai sur la montagne du testament, dans les flancs de l'Aquilon ; je monterai au-dessus des hautes nuées ; je serai semblable au Très Haut.» [ Isaïe XIV - 12-15 ]

Et nous n'avons pas là seulement le programme de la révolte des anges. Le texte d'Isaïe nous révèle aussi le plan qui sera désormais celui de Lucifer dans

son action auprès des hommes.

Il faudrait bénéficier de l'assistance du Saint Esprit pour comprendre ce que signifie des images comme: "au dessus des étoiles de Dieu", "la montagne du testament", "les flancs de l'Aquilon", "au dessus des hautes nuées".

 

Bien que ne les comprenant pas parfaitement, nous devons conserver ces expressions prophétiques présentes à l'esprit. Elles ont eu ou elles auront certainement leur application au cours de l'histoire humaine puisqu'aucune parole de Dieu ne revient à Lui sans avoir été exécutée.

Comment le grand dragon peut-il nourrir des ambitions aussi exorbitantes? comment gravir la montagne du testament? Comment établir son trône au-dessus des nuées ? Comment sortir en conquérant des flancs de l'Aquilon? Par qui se faire adorer comme semblable au Très-Haut ? Sur qui exercer cette suprématie pour laquelle il se croit fait?

Ces prétentions sont d'autant plus irréalisables pour l'instant que le dragon, c'est-à-dire le cortège des réprouvés, serpente maintenant dans les ténèbres extérieures, vers l’abîme où il va être confiné.

A Suivre

 

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 07:27

 

L’Adversaire et sa tactique 8/23

 

 

VIII. Un combat dans le ciel

 

Abandonnant donc leurs principautés et leurs demeures, les anges révoltés se rassemblent sut le parvis du ciel. C'est là que va se dérouler la grande bataille: « Et il y eut un combat dans le ciel: Michel et ses anges combattirent contre le dragon; et le dragon et ses anges combattaient ; mais ils ne purent vaincre, et leur place même ne se trouva plus dans le ciel.» ( Apoc. XII - 7-8 J

A cette époque, il n'y avait encore ni enfer, ni schéol. C'est dans le ciel même que la mêlée s'est produite, au milieu de ce que nous avons appelé le parvis pour emprunter une expression concrète.

Le cortège des anges révoltés prend déjà le nom de dragon, selon l'Apocalypse. Et le grand dragon, c'est Lucifer. Il est plein de lui-même, d'une prodigieuse intelligence, d'une impeccable logique, d'une implacable volonté, d'une activité sans repos, d'une redoutable habileté manœuvrière. Il se sait extrêmement fort.

Et comme ses troupes sont nombreuses, il peut penser qu'elles vont dominer le parti des humbles et des obéissants. Elles vont le vaincre. Et il faut reconnaître que, selon l'état des forces naturelles qui sont en présence, c'est certainement ce qui se serait produit.

 

Seulement voilà ! En face de l'archange de l'outrecuidance, l'archange de l'humilité a commencé à se distinguer. Ce qui inspire Saint Michel, c'est la double évidence du néant originel de toute créature et de l'infinie réalité de Dieu. En faisant de cette double évidence la base de sa stratégie, Saint Michel s'est montré encore plus intelligent que son brillant adversaire.

L'humilité de Saint Michel, qui fut contagieuse, attire la Puissance divine sur la milice céleste. Et c'est à une force surnaturelle que le "grand dragon" se trouve inopinément confronté. Il a contre lui non seulement la puissance des bons anges mais la Puissance de Dieu. Il est perdu. Quelle sorte d'épée les anges combattants utilisèrent-ils? La Révélation publique ne nous le dit pas. Mais quelques mystiques, qui ont pu contempler en vision cette bataille d'esprits, nous apprennent que les adversaires ressemblaient à des yeux qui se regardaient fixement, avec une intensité effrayante. Une tension spirituelle prodigieuse parcourait les hiérarchies célestes.

Mais les yeux des bons anges sont illuminés d'un insoutenable feu divin. Les révoltés, pleins d'eux-mêmes, c'est-à-dire de néant, et vides de Dieu, ne peuvent pas soutenir le regard de leurs adversaires. Ils baissent les yeux, c'est-à-dire les armes. C'est la panique. Et leur place même, dit l'Apocalypse, ne se trouva plus dans le ciel.

 

Le trait de génie stratégique du général qui commanda les troupes restées fidèles à Dieu, fut de se réfugier dans l'humilité. Il vit tout de suite que, selon le rapport des forces naturelles, il était vaincu le rapport des forces naturelles, il était vaincu, et qu'il fallait attirer l’aide divine par le moyen infaillible de l'abaissement. Il devina que « Dieu résiste aux orgueilleux »

Nous ne forçons pas les textes en disant cela.

 

Bien longtemps après son illustre victoire, Saint Michel eut, sur la terre, avec le diable, une altercation que l'Apôtre Saint Jude nous raconte en ces termes:  « L'Archange Michel lui-même, lorsqu'il contestait avec le diable et qu'il lui disputait le corps de Moïse, « n'osa pas porter contre lui une sentence d'exécration, mais il se contenta de dire: "Que le Seigneur te punisse."» [ Jude, verset 9 ] Voilà donc un ange d’une humilité telle qu’il peut requérir l’intervention de la Puissance Divine. Et Dieu ne la lui refuse pas….

A Suivre

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 18:52
Il tombe en moyenne un chrétien toutes les 5 minutes

L'archevêque de Malines-Bruxelles André-Joseph Léonard a consacré son homélie de Noël aux chrétiens d'Orient, particulièrement ceux de Syrie. Extrait :

"[...] Ne restons plus indifférents en Occident à tant de frères et sœurs chrétiens qui sont discriminés, menacés, persécutés, qui doivent quitter leur patrie pour assurer la sécurité de leur famille et, par cette émigration, affaiblissent encore la position de leur frères dans leur pays d’origine. Et n’oublions pas que, depuis que nous sommes confortablement rassemblés dans cette cathédrale, 5 ou 6 de nos frères dans la foi sont morts de mort violente à cause de leur foi en Jésus. Il en tombe, en moyenne, un toutes les cinq minutes. Par amour de l’enfant Jésus dans la crèche, portons-les dans notre prière ...."

En Afrique, en Asie, demain en Europe, ... le sang des martyrs est semence de Chrétiens?Souvenez- nous de ces frères et sœurs dans l'épreuve et de leurs bourreaux..

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 09:41

27 Décembre Prière à SAINT·JEAN L'ÉVANGÉLISTE, Modèle de fidélité

 

 Saint Jean fut le patron spécial de Sainte Gertrude Jésus le lui  avait assigné, l'engageant à réciter chaque jour un Pater en son honneur en lui rappelant sa fidélité,  comme suit :

« O bienheureux Évangéliste Saint Jean, je vous rappelle cette affectueuse et très douce fidélité que vous avez éprouvée dans votre cœur,  lorsque Jésus vous a enseigné, ainsi qu'aux autres Apôtres l'Oraison dominicale, et je vous prie de daigner m’obtenir la grâce de mériter de lui rester toujours fidèlement attaché, avec une persévérance assurée jusqu'à la fin de ma vie. Ainsi soit-il « Notre Père; qui êtes aux Cieux….»

 

Prions Saint Jean, si proche des Cœur de Jésus et de la Sainte Vierge Sa Mère pour l’Église dispersée comme au soir du Vendredi Saint. Prions pour les prêtres et !es fidèles en grande angoisse devant les décisions à prendre. Prions pour qu’ils restent attachés, par amour, jusqu’au bout, au Saint Sacrifice du Calvaire. Prions pour que l’Église retrouve  son Chef légitime, SS Paul VI qui, à son retour, rétablira la Vérité et regrouper les brebis de bonne volonté  dispersées. Un combat terrible s’annonce.

Pour tous demandons la grâce de la fidélité et de la persévérance, de la patience quoi qu’il arrive en cette époque de Passion mystique de l’Église

Dans les premiers temps de l’Église, on fêtait, juste après la Nativité, les grands Apôtres Jean, Jacques, (frère de Jean), Pierre et Paul. Demandons- leur d’intercéder pour qu’advienne «  le grand  Règne. »

 

 

Partager cet article
Repost0
26 décembre 2013 4 26 /12 /décembre /2013 06:24

 

L’ Adversaire et sa tactique 7/23

 

 

 

VII. L'abandon des demeures

On connait, par l'Épitre de Saint Jude, l'une des modalités de la révolte des anges. Il faut la noter avec soin parce qu'on en retrouve les conséquences sur la terre et à toutes les époques, dans le comportement des hommes et des rassemblements humains que le démon inspire.

Parlant des anges déchus que Jésus retient enchainés pour le Jour du Jugement, Saint Jude fait allusion à une circonstance particulièrement importante de leur révolte .. Il parle de «ces anges qui n'ont pas conservé leur principauté, mais qui ont abandonné leur propre demeure.» [ Jude 1 -5-6 ]

 

Saint Jude exprime ici deux idées, conjointes mais distinctes; par le mot "principauté", il exprime l'idée de désertion de la fonction; et par le mot  demeure  , l'idée d'abandon de la résidence. Les anges révoltés ne se sont plus contentés des principautés que Dieu leur avait confiées; ils ont visé plus haut. Puis ils ont abandonné leur demeure, c'est-à-dire qu'ils se sont exclus eux-mêmes de la hiérarchie angélique et qu'ils ont constitué un parti, contestant les pouvoirs du Verbe Incarné et exigeant de Le remplacer par un pur esprit n'ayant rien de commun avec la matière.

Dans le langage humain, nous pourrions dire que les mauvais anges, au début de leur révolte, sont "descendus dans la rue". Ils ont envahi les parvis du ciel pour s'y livrer à une véritable manifestation de désobéissance et de revendication.

En quoi cet abandon des principautés et des demeures peut-il nous intéresser aujourd'hui? C'est qu'il a marqué pour toujours la psychologie démoniaque .. Le démon s'obstinera désormais dans la logique de cet abandon primordial. Le voilà sans fonction et sans place attitrée. Avec lui tous les anges révoltés sont devenus des astres errants. Cette modalité de leur révolte est devenue pour eux un caractère acquis et définitif « Ces astres errants auxquels d'épaisses ténèbres sont réservés pour l'éternité.» [ Jude- verset13]

 

Ils vont tendre à l'ubiquité (être partout) qui est devenue leur manière d'exercer le pouvoir : être présents partout « cherchant qui dévorer ». Un des premiers versets du Livre de Job décrit ce comportement errant en des termes concrets : « Et Yahweh dit à Satan: «  D'où viens-tu ? » Satan répondit à Yahweh en disant : de parcourir le monde  et de m’y promener [ Job 1 - 7]

 

Les démons, d'âge en âge, vont communiquer ce goût de l'ubiquité aux hommes qu'ils auront sous leur coupe. L'esprit gyrovague dénote une influence mauvaise; il n'est pas autre chose que l'horreur et la crainte de se trouver en face de soi-même. Il est le symptôme des consciences qui ne sont pas en repos. Il est une forme de cette inquiétude indélébile qui tenaille les esprits révoltés, qu'ils soient anges ou hommes.

 

C'est bien souvent par la non-résidence que commencent les troubles: autrefois par la non-résidence  des évêques dans leurs cathédrales, aujourd'hui par la non-résidence des mères dans leurs foyers , (les voyages incessants des gouvernants etc…)

Le sage de l'Écriture, au contraire, "se tient sous son figuier", c'est-à-dire se contente de sa principauté et de sa demeure. Il n'aspire point à se trouver partout à la fois parce qu'il n'ambitionne pas de tout surveiller. Il a l'esprit de stabilité qui favorise la contemplation et qui procure la compagnie de Dieu. 'Dans la chrétienté du moyen-âge, bien des monastères ajoutaient, aux trois vœux habituels, le vœu de stabilité.

 

A suivre

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 08:01

                                                                Célestes enseignements .

La Sainte Vierge parle des mystères divins de la Nativité à Sœur Marie du Sacré-Cœur pour notre Joie.

                      « Ma fille, c'est à cette heure, en une nuit anniversaire de cette nuit, que je mis au monde mon Fils Jésus. Cette naissance est le mystère d'une triple  volonté au Ciel et sur la terre:

 La volonté de Dieu le Père, qui chérissait les hommes à ce point qu'Il leur donnait  Son Fils;

 La volonté du Verbe de Dieu, qui chérissait à ce point la Volonté de Son Père qu'Il voulait l'accomplir au moment fixé par Lui;

La volonté du Saint-Esprit, qui avait tout disposé pour opérer cette naissance étonnante, et dont l'opération devait manifester la Sagesse et la Puissance. Voilà la triple volonté du Ciel qui se manifeste en cette naissance, Cette volonté est une dans sa triplicité, elle n'a qu'un objet, la naissance de mon Fils ; elle repose éternellement au sein de la Divinité.

 

                La naissance de mon Fils Jésus renferme encore le mystère d'une triple volonté sur la  terre:

 La volonté de Dieu le Père, de Dieu le Fils et de Dieu le Saint -Esprit, qui s'est formée dans le Ciel et qui opère sur la terre ;

 La volonté du Fils de Dieu fait homme, qui est mon Fils,

 Et ma volonté.

 Ces trois volontés ne font qu'une volonté, elles étaient en moi, et opérèrent la naissance de mon Fils. Les trois Personnes divines voulaient la naissance de Jésus, et Jésus est né; Jésus voulait naitre, et Jésus est né; je voulais la naissance de Jésus, et Jésus est né.

 

Cette naissance s'est opérée dans ces admirables relations entre les Trois Personnes divines et moi, mère de Jésus. Les Trois Personnes Divines donnaient mon Fils au monde; je Le donnai aux Trois Personnes Divines. Les Trois Personnes Divines me regardaient comme mère de Jésus; moi, je me regardais comme l’humble servante des Trois Personnes Divines. Dès ce moment je me trouvai plus puissante et je sentis en moi la puissance même de Dieu; car Jésus fut mon Fils non-seulement en moi, mais hors de moi, et Celui qui commande au Ciel et sur la terre me fut soumis. Je Lui commandais; Il faisait ma volonté comme la volonté de Son Père, et ainsi quand la volonté des Trois Personnes Divines était la règle et le mouvement de ma volonté, ma volonté était aussi la règle et le mouvement de la volonté divine de mon Fils.

 

                    

 « 0 ma fille! Comprenez bien· l'exemple qui ressort pour vous de la naissance de Jésus. C'est un exemple de soumission, un exemple de volonté exécutée et suivie, un exemple de subordination, et cet exemple vient du Ciel, vient de Dieu. Dieu a voulu, et j'ai voulu avec Dieu. Dieu le Père a voulu, et Dieu le Fils s'est soumis à la volonté de Son Père. Dieu le Père et Dieu le Fils ont voulu, et Dieu le Saint-Esprit a voulu avec eux, et Il a disposé la réalisation et l'accomplissement de leur volonté. Ma volonté a toujours été conforme à la volonté de Dieu. Dieu a voulu que le Fils s'incarnât en moi, naquît en ce jour, et en tout j'ai conformé ma volonté à la volonté de Dieu. Ne l'oubliez pas, ma fille, le péché de l'homme a été une opposition à la volonté de Dieu; pour réparer ce péché, il a fallu une soumission à la volonté divine. Voici le commencement de cette soumission, soumission dans la naissance de mon Fils. Portez vos regards plus loin, vous trouverez cette soumission dans sa mort. De Bethléem au Calvaire, tout en Jésus, tout  en moi unie il. Jésus est soumission à la volonté de Dieu.

 

              « Eh bien, ma fille, soyez soumise aussi à la volonté de Dieu, que votre volonté soit toujours liée à la Sienne et ne fasse qu'une avec Elle ; rappelez-vous la naissance de mon Fils, sa soumission et ma soumission; et, quelque pénible que soit ce qui pourra vous être demandé, pensez que la soumission augmentera votre justice et vous unira plus à Jésus et à Sa mère. »

 

Note : Bien se souvenir que la Sainte Vierge Marie avait  environ 16 ans quand elle mit au monde Notre Sauveur.(Mgr Masson) On reste émerveillé devant cette plénitude de grâce , cette maturité spirituelle qui en font en vérité «  la Bénie entre toutes les femmes »Saint Joseph avait environ 30 ans. L’iconographie les dépeint souvent plus agés qu’ils n’étaient en réalité….

 

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 06:26

 

     L’ Adversaire et sa tactique 6/23                                

 

 VI. Le recrutement des révoltés.

Et voilà Lucifer parcourant les neuf chœurs des anges pour s'y constituer un parti, afin de faire pression sur Dieu par le nombre. Quel discours tint-il à tous ces esprits ? On connait les deux grands thèmes qu'il développait: « Je serai comme Dieu.» et« vous serez comme des dieux.»

 

Refusant la suprématie universelle de l'Homme-Dieu, Lucifer est entrainé par la fatalité de son insoumission et il se comporte lui-même comme s'il était l'Ange-Dieu. Sa logique implacable lui inspire une audace implacable ; il réclame un pouvoir et un culte. Il parcourt les neuf chœurs en prêchant sa révolte et en même temps sa suprématie. Et les neuf chœurs sont touchés par l'effervescence et la contagion ; pas un seul chœur n'est épargné, ni le plus élevé, celui des séraphins, ni le plus bas, celui des anges. Lucifer fit des adeptes partout. Mais aucun chœur non plus ne sombra en entier. '

 

On ne sait pas quel est la proportion des anges qui prirent parti pour Lucifer car aucune révélation ne nous renseigne sur ces évènements. Furent-ils plus nombreux que les anges fidèles ? C'est possible, mais il est bien difficile de le prouver. Ce que l'on sait, c'est qu'ils furent innombrables.

A l'opposé du parti luciférien, il se trouva des anges des neuf chœurs pour conserver la conscience de leur néant et pour accepter la grâce nécessaire à leur sanctification, de cet Homme-Dieu dont la cour céleste venait de recevoir la Révélation.

On sait qu'un héros se distingua parmi tous, Saint Michel, que l'on appelle "archange" mais qui était certainement beaucoup plus qu'un archange. A la devise du héros de l'orgueil: « Je serai comme Dieu.» il opposa la devise de l'humilité: « Quis ut Deus? Qui est comme Dieu ? »

Elle devint un mot d'ordre et circula dans les neuf chœurs. Les anges fidèles non seulement reconnurent le Verbe Incarné comme leur Maître, mais encore ils se mirent à en désirer l'avènement avec ce zèle ardent que les anges peuvent déployer. Et c'est pourquoi l'Oint du Seigneur, ce premier personnage de la Création, est appelé, dans l'Écriture Sainte: « le Désiré des collines éternelles.»

 [ Gen. XLIX - 26 ]

 

Qui sont les "collines éternelles" ? Ce sont les anges fidèles que l'humilité avait grandis et qui étaient devenus des "éminences". Quant au "Désiré" lui-même, c'est l'Oint du Seigneur.(en grec Chrestos signifie l’OINT)

 

Et pourquoi les anges L’ont-ils désiré ? C'est parce que Dieu ne veut pas descendre si l'on doit Lui rester indifférent. Il désire être désiré, car Il ne veut contraindre personne. Il montre Ses plans pour faire soupirer après leur réalisation. C'est une loi mystérieuse de l'action divine à laquelle l'Oint Lui-même se soumet, puisque le Père Le conjure en ces termes : « Demande-Moi et Je Te donnerai, les nations pour héritage et pour limites les extrémités de la Terre.» [Ps. II -8] C'est une des grandes lois de l'économie de la grâce que de devoir être désirée.

 

A suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 08:15

                               

                              L’Adversaire et sa tactique 5/23

V. Les circonstances de l'épreuve.

C'est une vérité de foi que : « une partie des anges s'est détournée de Dieu et se tient à Son égard dans une hostilité éternelle.» Une question se pose donc immanquablement à l'esprit: à la suite de quelles circonstances ces anges se sont-ils détournés de Dieu ? Quelle est l'épreuve qui a entrainé cette prévarication des anges? La prévarication c'est le refus d'exécuter ses obligations. .

La nature de cette épreuve n'est pas clairement connue. On est réduits à des hypothèses. Nous avons choisi celle de ces hypothèses qui coordonne le mieux les connaissances certaines sur les anges et sur le Verbe Incarné. Il est bien évident que les anges connaissaient, dès l'origine, la précarité de leur situation et de leur statut. Ils savaient qu'ils avaient été tirés du néant par Dieu et que par conséquent ils se trouvaient comme suspendus entre Dieu et le néant, tant qu'ils n'auraient pas été, d'une façon ou d'une autre, intégrés à Dieu qui est la seule réalité. La stabilisation de leur état bienheureux ne pouvait résulter que de leur participation à la vie divine hors de laquelle rien n'existe.

 

Les anges se trouvaient, c'était l'évidence, dans une situation transitoire et préparatoire. Les théologiens disent, très justement, qu'ils étaient en état de voie et ils ajoutent qu'ils en avaient conscience.

 

Les commentateurs s'accordent à penser que 1es anges, possédaient déjà une profonde science de Dieu. C'est ainsi qu'ils distinguaient les Trois Personnes de la Sainte Trinité. Ils connaissaient le Verbe, le Fils comme agent de la puissance extérieure de Dieu. Mais jusqu'où allait cette science? Et en particulier pouvaient-ils connaître par avance le mystère de l’Incarnation duVerbe?

 

C'est dans cet "état de voie", dans cette situation d'expectative, que les anges assistèrent à "l'Œuvre des six jours", c'est à dire à la Création de l'univers matériel et à celle de l'homme. C'est alors que vint leur épreuve. Voici en quoi elle a consisté.

 

Pour éprouver les anges, donc, Dieu leur montre, par anticipation, l'image du Verbe Incarné qui devait être, quand la plénitude des temps serait révolue, l'Adorateur suprême de Dieu et le Médiateur universel entre Lui et la Création, bref le Pontife et le Roi de l'Univers visible et invisible. Et il leur montra aussi la femme privilégiée qui devait être la Mère de cet Homme-Dieu.

 

On peut penser qu'à ce spectacle un frémissement immense pacourut les hiérar-chies célestes et qu'une prodigieuse émotion les sidéra. Ainsi l'Homme-Dieu qui leur était montré, s'interposerait un jour entre la Création et la Divinité. C'est lui qui assurerait la médiation. C'est Lui qui transmettrait à Dieu l'adoration des créatures célestes et terrestres. C'est Lui aussi qui dispenserait l'aide surnaturelle sans laquelle la participation à la vie divine n'est pas réalisable. C'est devant Lui que toutes les hiérarchies angéliques devraient s'incliner comme étant le premier personnage de l'univers.

 

Les anges, qui n'avaient jamais connu personne entre eux et le Tout-Puissant, et qui lui adressaient déjà directement leurs adorations, allaient devoir s'incliner devant le trône universel du Verbe Incarné non seulement pour lui confier leurs adorations, mais encore pour recevoir de lui, dans leur "état de voie" la grâce nécessaire à leur sanctification.

Il faudrait être un ange pour mesurer la tension et l'effervescence qui parcourut la cour céleste à l'annonce d'un décret aussi mystérieux et devant une telle mutation.

 

Lucifer refusa la souveraineté du Verbe Incarné. Son implacable logique lui dicta une décision effrayante, Il refusa sa soumission à "l'Adorateur Suprême" 'parce "qu'étant lui-même placé au sommet des hiérarchies spirituelles, il voulait transmettre directement à Dieu, comme il l'avait toujours fait, sa propre adoration qui était exemplaire.

 

Et il refusa de recevoir, du ~'MaIiateur Uni ver-sel", l'aide grâcieuse nécessaire à son adoption divine parce qu'il s'estimait capable de parvenir à la sanctification par les seules vertus naturelles dont il était abondamment doté.

 

De plus il ne voulait pas dépendre d'un Homme-Dieu qui ne serait pas un pur esprit puisqu'il tirerait de la terre la substance de son corps. Plus radical encore fut son refus de s'incliner devant la "Mère de-Dieu" qui serait une créature simplement humaine et.que l'on prétendait lui imposer comme Reine des

Anges. …

 

C'est lui, Lucifer, estimait-il, qui était désigné, en toute logique et donc en toute justice, pour devenir l'Adorateur suprême et le Médiateur universel par qui la. participation à la vie divine devait s'opérer. Bref, l'Homme-Dieu lui prenait la place qui lui était due, à lui Lucifer, en toute justice.

 

On comprend que cette épreuve ait comporté, pour un ange, une certaine difficulté. Mais elle n'était pas impossible à surmonter. Il n'était pas plus difficile, pour un ange, de s'incliner devant un Homme- Dieu qu'il est difficile pour un homme, de s'incliner devant une Hostie qui n'est, dans ses apparences, qu'un produit végétal. De plus l'intelligence angélique était faite pour apercevoir, en un éclair, les conséquences à long terme de la révolte.

 

C'est au Verbe Incarné que s'adresse le fameux « Non serviam »de Lucifer. Ce "Non serviam" s'est répercuté, d'écho en écho, parmi les anges et les hommes. Notre Seigneur l'entendit autour de Lui quand Il vint sur la terre, comme Il le dit Lui-même dans cette parabole : « Un homme de haute naissance s'en alla .dans un pays lointain pour prendre possession du royaume et pour y revenir par la suite ... Mais les citoyens de ce pays le haïssaient et ils envoyèrent une députation derrière lui pour dire: "Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. "» [ Luc XIX - 12-14 ]

 

 A suivre

 

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:48

              L’ Adversaire et sa tactique  4/23                   

 

 

IV. Les hiérarchies angéliques

 

Nous ne pouvons pas aller plus loin sans exposer la doctrine de l'Église sur la composition du collège angélique tel qu'il était avant la chute. Car c'est elle qui va nous éclairer sur la composition du collège démoniaque après la prévarication.

La description des hiérarchies célestes a donné lieu à quelques hésitations, comme bien d'autres notions religieuses. Il a fallu que le Magistère intervienne pour démêler le vrai du faux au milieu des opinions diverses. Finalement c'est la doctrine de Saint Denis l'Aréopagite, celle qui avait été la première exprimée, qui finit par triompher. Saint Denis déclarait tenir sa doctrine sur les anges de Saint Paul dont il était le converti à Athènes. Elle reçut plus tard l'appui de Saint Augustin puis celui, décisif, du Pape Saint Grégoire le Grand.

Selon Saint Denis, les anges sont répartis en trois hiérarchies. La première hiérarchie est la plus proche de Dieu. Elle comprend, à son tour, trois chœurs : le chœur des séraphins, celui des chérubins et celui des trônes.

Les séraphins sont des archanges brûlant du feu de l'amour de Dieu. Ils enflamment de ce feu les archanges qui sont au dessous d'eux.

Puis vient le chœur des chérubins. Leur intelligence diffère de celle des séraphins. Ils sont remplis de la science de Dieu. Ce qui les nourrit c'est plus la connaissance que l'amour de Dieu. A leur tour, ils reflètent cette science divine et ils en illuminent les chœurs inférieurs.

Vient ensuite le chœur des trônes dont le trait essentiel est la solidité. Ce nom de trône leur a été donné précisément parce que Dieu aime à se reposer sur leur robustesse comme on se repose sur un trône stable. On peut donc dire que les trônes ont l'honneur de soutenir Dieu.  (Au sens spirituel bien entendu d’affirmation de la Majesté de Sa Royauté absolue)

La deuxième hiérarchie, qui vient au-dessous comprend les trois chœurs des dominations, des vertus et des puissances.

Le chœur des dominations. Les dominations sont des archanges sur lesquels on ne peut pas faire pression. Ils sont libres de toute influence. Aussi sont ils, auprès des autres chœurs, même auprès de ceux qui leur sont supérieurs, les intermédiaires de l'autorité divine. On dit quelques fois qu'ils ont des fonctions d'ordre « militaire ». Et c'est pourquoi on a pu penser logiquement que Saint Michel, qui s'est opposé à Lucifer révolté au nom de la prééminence et de l'autorité de Dieu, pourrait bien appartenir au chœur des dominations. Mais ce n'est là qu'une supposition de la logique humaine qui n'est suggérée par aucun texte révélé.

Le chœur des vertus. Ces archanges diffusent la force divine aux chœurs inférieurs. On dit que c'est par les "vertus célestes" que se font les miracles, lesquels sont, en effet, des manifestations de la force divine, modifiant les lois de la création dans un cas particulier.

Le chœur des puissances. Certains commentateurs estiment que les puissances reçoivent la garde des cités terrestres, des grands collèges, des nations et des corps constitués.

La troisième hiérarchie est la plus « éloignée » de Dieu. Elle comprend, comme les deux autres, trois chœurs : le chœur des principautés, celui des archanges , et celui des anges.

Les anges et les archanges donnent  lieu à une particularité linguistique qu'il faut signaler. Il s'agit du phénomène bien connu de la prise de la partie pour le tout. Dans le langage courant on donne le nom d'anges à tous les esprits célestes sans distinction de hiérarchie. Dans ce sens, un séraphin est un ange. On prend la partie pour le tout en généralisant l'appellation d'ange qui n'est strictement exacte que pour le chœur inférieur.

Le même phénomène se reproduit pour le mot "archange". On appelle ainsi tous les esprits célestes qui sont supérieurs aux "anges au sens strict". On parlera de l'archange Gabriel, étant bien entendu qu'il appartient indubitablement à un chœur très supérieur à celui des" archanges au sens strict" .

 

Pourquoi cette habitude de langage ? Probablement parce qu'on est resté longtemps dans l'incertitude quant à la véritable composition du collège céleste. Et on les a tous confondus sous la même dénomination, ce qui n'est pas substantiellement faux puisqu'ils ont tous la même nature spirituelle.

 

Posons-nous maintenant une autre question.

 

D'où proviennent les noms des chœurs angéliques ? Ils viennent tous de l'Écriture Sainte. Ange et archange se rencontrent à chaque page de l'Ancien et du Nouveau Testament. Séraphins et Chérubins sont ainsi nommés par les livres prophétiques. Quant aux cinq autres noms, ils se rencontrent dans les Épîtres de Saint Paul aux Ephésiens et aux Colossiens : « .. .lui qui est le chef de toute Principauté et de toute Puissance.» [ Coloss. II-lO ]. « ... supra omnem Principatum et Potestatem et Virtutem et Dominationem ... » [Ephes. 1-21 ].

Nous pourrions évidemment entrer tans bien d'autres détails intéressants. Mais nous avons voulu seulement exposer ce dont nous avons besoin pour comprendre la composition du collège des démons. Car nous verrons plus loin que l'on rencontre en enfer des anges des neuf chœurs. La population de l'enfer est donc composée d'éléments très différents les uns des autres. On va y rencontrer de grands séraphins déchus, comme aussi de simples anges.

Cette large échelle de capacités spirituelles n'est pas sans influencer, d'abord le comportement des démons les uns envers les autres, et ensuite leur comportement à l'égard des hommes. La digression que nous avons faite était donc nécessaire.

A suivre

 

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 05:14

                                   

L’Adversaire et sa tactique 3/23

 

 

III. La nature angélique des démons

Connaissant maintenant l'origine des anges et des hommes dans la pensée divine, nous comprendrons mieux les raisons de leurs différences de nature.

La substance spirituelle constitutive des anges va rappeler la simplicité de la vérité de Dieu. Les anges sont constitués d'une substance spirituelle simple. Ils ne sont pas des êtres composés, comme les hommes. De cette simplicité constitutive, l'intelligence angélique va retirer ses deux principaux traits : la promptitude et la rectitude.

L'intelligence angélique s'exerce avec promptitude. Pas de parties diverses à mettre d'accord, pas de délibération préalable, donc pas d'hésitation. Ange signifie messager. Les anges sont créés pour être des messagers rapides. Rapides, ils le sont naturellement aussi dans leurs déductions. Ils voient, d'un seul regard de l'esprit, les ultimes conséquences de leurs décisions.

L'intelligence angélique s'exerce également avec rectitude. -Elle raisonne avec droiture, c'est-à-dire avec logique parfaite. Elle aime, en Dieu, ce qui est rigoureux.

Ainsi faits de promptitude et de rectitude, les anges ont été créés libres. Dieu veut qu'ils adhèrent librement aux lois qu'Il a établies pour régler leurs activités.

Que va-t-il se passer si les anges, usant mal de cette liberté, viennent à transgresser la loi divine, c'est-à-dire à prévariquer? (La prévarication est l’action de celui qui manque aux obligations de sa charge.) Ils vont encourir un châtiment, bien entendu, mais ils vont cependant conserver leur nature angélique, laquelle ne leur est pas enlevée puisque "Dieu ne se repend pas de ce qu'Il a fait". Ils vont conserver leur promptitude et leur rectitude constitutives. Mais alors cette promptitude et cette rectitude vont être détournées de leur finalité. Elles vont être déviées de leur finalité: elles vont s'exercer à rebours de leur activité normale; la nature angélique va subsister mais elle va subir une distorsion.

 

Nous avons vu que, du fait de la promptitude de leur intelligence, il n'y a pas d'hésitation chez les anges. Mais alors il ne va pas non plus y avoir de repentance chez les démons. Ils vont apercevoir, d'un seul regard, les conséquences de leur décision. Et s'ils prévariquent, c'est qu'ils se préfèrent à Dieu avec une volonté farouche. La pénétration de leur intelligence devait précisément leur éviter tout mouvement de révolte en leur en montrant l'aboutissement.

 

Nous tenons là un des traits essentiels de la "mentalité'" démoniaque, l'obstination. Tout ce que font les démons se retourne contre eux; ils le savent et pourtant ils le font. Ils ne veulent, ni rétrograder, ni même s'arrêter en chemin. Rappelons ici le proverbe chrétien bien connu: « errare humanum est, perseverare diabolicum.» L'obstination est, en effet, diabolique. Elle l'est chez les démons mais elle l'est aussi chez les hommes.

 

Que va devenir, chez les démons, la rectitude de l'intelligence angélique ? Elle va demeurer en eux mais elle sera désormais utilisée à contre-sens. Elle va . devenir la logique intempestive si caractéristique des raisonnements démoniaques. Le démon reste un logicien aux déductions rigoureuses parce que telle est sa nature d'ange. Mais, du fait de la prévarication, il n'y a plus de vérité en lui. Le mécanisme de son raisonnement restera le même, et c'est le contenu de sa pensée qui sera changé. Il appliquera à des pensées fausses, un raisonnement logique.

 

Quand il raisonne, le démon sait d'avance à quelle conclusion il veut aboutir. Et cette conclusion est évidemment fausse puisqu'il n'y a plus de vérité en lui. Alors de deux choses l'une: ou bien il est obligé de partir d'un postulat juste et dans ce cas il lui appliquera une série de déviations insensibles et géniales pour arriver à la conclusion préétablie - ou bien il posera, de toute pièce, un postulat faux afin de parvenir à la conclusion voulue, après un raisonnement d'une logique irréprochable. (Un postulat est un principe premier indémontrable ou indémontré, dont l’admission est nécessaire au départ d ’une démonstration )

 

Il faut bien se garder d'entamer la conversation avec un tel logicien car on est battu d'avance. La logique du démon est la logique de la révolte, révolte qu'elle va prolonger jusqu'à ses dernières conséquences, jusqu'à ses extrémités les plus folles. ,

 

L'enténèbrement des démons a envahi leur substance spirituelle tout entière 'parce qu'elle est homogène et ne présente aucune coupure capable de limiter l'invasion. Les anges ne sont pas des êtres fragiles et frangibles. Dieu leur avait donné une solidité qui les mettait à l'abri de toute perturbation, si leur libre volonté fut restée bonne. Il a fallu aux anges révoltés un haut degré de malice et une prodigieuse volonté, pour préférer les ténêbres à la lumière.; On comprend que Dieu ne soit pas tenu de leur faire miséricorde. .

 

 Nous connaissons maintenant les traits essentiels que l’intelligence démoniaque doit à sa nature angélique. Nous savons désormais que les adversaires spirituels que nous affrontons sur la terre sont obstinés et logiques.

 

\A suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens