Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 08:00

 

L’Adversaire et sa tactique 13/23

 

XIII. Le jour de l'homme

Le septième jour est le jour de l'homme. Comment cela? Quand Dieu eut achevé "l'Œuvre des Six Jours", Il se reposa, c'est-à-dire qu'Il cessa d'exercer Sa Puissance créatrice: « Et Dieu se reposa le septième jour de toutes les œuvres qu'Il avait faites.» [ Gen. II - 2 l Sa dernière œuvre créatrice est la formation de notre mère Ève.

Désormais commence le septième jour. La création est pourvue d'un dynamisme interne et d'une force d'inertie initiale. Dieu s'en retire comme Créateur et n'y laisse que Sa Providence. A l'homme maintenant de faire ses œuvres et ses preuves. Dieu va le confronter avec un adversaire spirituel contre lequel il faut qu'il se défende. L'épreuve sera difficile parce que la récompense doit être grandiose. Rien n'est médiocre en Dieu.

Si Sa miséricorde est immense, n'allons pas cependant Lui attribuer une douceur sans virilité .Le procédé de la tentation n'est pas dénué d'une certaine rigueur :

« Parce que vous étiez agréable à Dieu, il était nécessaire que la tentation vint vous éprouver.» [Job. XII - 13 ] Et inversement : « Le Seigneur votre Dieu vous tente pour qu'il apparaisse visiblement si vous l'aimez.» [ Deut. XIII - 3 ]  (Tenter ,c’est mettre à l’épreuve « tester »

Il va falloir un combat car, sans combat, pas de récompense: « Celui qui combat dans la carrière ne sera couronné qu'après avoir légitimement combattu.» [Tim. II - 5 ] «Bienheureux l'homme qui souffre la tentation, parce qu'après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie que Dieu a promise à ceux qui L'aiment.» [ Jacques 1- 12 ]

L'agent de l'épreuve, l'adversaire de ce combat, c'est Satan: « Le démon votre ennemi tourne autour de vous comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer.» [ 1 Petr. V - 8 ]

Nous avons un exemple de la main vigoureuse de Dieu dans le cas du Roi Saül qu'Il veut punir d'une faute grave: « L'Esprit de Yahweh se retira de Saül, et un esprit mauvais de Yahweh fondit sur lui. Les serviteurs de Saül dirent: Voici qu'un mauvais esprit de Dieu fond sur toi.» [ I Sam .. XVI - 14-15 ]

 « Le lendemain, un esprit mauvais envoyé par Dieu fondit sur Saül, et il eut des transports au milieu de sa maison.» [ 1 Sam. XVIII - 10 ]

Quelques temps plus tard encore: « Alors le mauvais esprit de Yahweh fut sur Saül, pendant qu'il était dans sa maison.» [ 1 Sam. XVIII - 10 ]

L'expression "un esprit mauvais de Dieu" est laconique mais claire. Les esprits de malice, tout réprouvés qu'ils sont, n'en restent pas moins, comme au temps où ils étaient des anges, "dociles à Sa voix et à Ses commandements" .

 

Permission est donc donnée aux démons de quitter l'enfer et de remonter sur la terre. Ils n'y remonteront pas tous en même temps. Ils y seront appelés par Dieu à proportion des fautes humaines qui seront commises, c'est-à-dire des droits que les hommes abandonneront sur eux-mêmes aux démons. Il est donc logique de penser que le nombre des démons qui hantent la terre est de plus en plus grand. C'est bien ce qui semble se passer en effet. Certaines âmes mystiques disent, pour l'avoir observer dans leurs visions, qu'à la fin des temps, il ne restera presque plus de démons dans l'enfer, ils seront, dans leur quasi-totalité*, sur la terre. Arrivés sur la terre, alors qu'ils chercheront qui dévorer, les démons vont-ils affectionner certains lieux particuliers ? Leur élément va incontestablement être l’élément de l'air .Quand Saint Paul veut nous fournir des précisions sur nos tentateurs, il nous dit : « Vous agissiez autrefois selon le prince de cette puissance de l'air, selon l'esprit qui maintenant opère dans les fils de désobéissance.» [ Eph. II - 2 ] (*voir secret de la Salette)

 

. On comprend que les êtres spirituels que sont restés les démons affectionnent l'élément aérien: « Car nous n'avons pas seulement à lutter contre la chair et le sang, mais contre les princes, contre les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans les airs.» l Eph. VI - 12] L'expression de Saint Paul est même forte puisqu'il dit "in cœlestibus", c'est-à-dire "dans l'atmosphère" .

 

A suivre

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 07:42

 

L’ Adversaire et sa tactique 12/23

 

XII- Le prince de ce monde

 

Il ne fait aucun doute que Adam fut constitué, dès l'origine, Roi et Pontife. Et sans le drame de la chute, il le serait resté jusqu'au jour où il aurait remis sa royauté et son pontificat au Verbe Incarné, "Adorateur Suprême" et "Médiateur Universel".

Comment Satan, prisonnier en enfer, reçut-il la permission de rôder sur la terre autour de nos premiers parents? Une épreuve était nécessaire aux hommes pour être confirmés dans leur état paradisiaque, comme elle avait été nécessaire aux anges pour la même raison. Mais une tentation extérieure, opérée par un démon d'une telle malice n'était-elle pas au dessus des forces de nos premiers parents?

L'origine de la première tentation reste mystérieuse car la Révélation n'en parle pas. Certaines âmes contemplatives ont pensé qu'Adam et Ève ont d'abord commis spontanément des fautes vénielles, c'est-à-dire sans y avoir été poussés par une stimulation du dehors. Ce sont ces premières fautes vénielles qui, constituant une première fissure, ont donné à Satan le prétexte à s'approcher d'eux en tentateur.

Satan, du fond de l'abîme souterrain, épie Adam, image de l'Oint qu'il exècre. Il demande à Dieu la permission de le mettre à l'épreuve, comme bien des millénaires plus tard, il se fera autoriser à "cribler" les Apôtres, en prenant aussi pour prétexte leurs fautes passées : « Voici que Satan vous a réclamé pour vous cribler comme le froment.» [Luc XXII - 31 ] (tribulation vient de tribulum le crible)

 Seule une permission divine a pu délier Satan de l'enfer, mais Dieu restait juste envers nos premiers parents en les soumettant à une épreuve difficile pour conserver une félicité surnaturelle qui ne leur était pas due, en stricte justice.

 

Le serpent n'apparait pas dans n'importe quel arbre mais précisément dans celui qui est destiné à révéler un jour la science du bien et du mal. Seulement il y apparait prématurément c'est-à-dire avant le moment voulu et préparé par Dieu. De sorte que le mal apparait dans l'arbre sans que le bien y apparaisse en même temps. L'arbre n'est donc plus ce qu'il aurait dû être, celui de la double science. Le mal est apparu avant le bien et voilà nos premiers parents en possession d'une science boiteuse qui ne montre que l'une de ses faces.

L'arbre était bon, comme Dieu l'avait déclaré à la fin de l'Œuvre des six jours. Mais le moment n'était pas venu d'en manger le fruit. Nous avons là une de ces anticipations si fréquentes dans la stratégie satanique. Ces anticipations sont le résultat de sa fébrilité. Il veut tellement copier Dieu qu'il Le devance.

L'épisode de l'arbre nous renseignerait encore sur une foule de questions religieuses du plus grand intérêt. Mais nous n'en retiendrons que ce qui con-cerne le détrônement d'Adam.

Voilà donc le roi-pontife de la terre renversé de son trône. Qui va s'y installer?

Selon le droit de la nature, qui consacre toujours le droit du plus fort, la royauté sur le monde revient désormais à Satan qui s'est, en effet, montré le plus fort. Et c'est bien ce qui va se réaliser en droit. C'est donc en toute rigueur que Jésus-Christ pourra appeler Satan le Prince de ce monde: « Je ne m'entretiendrai plus beaucoup avec vous, car le Prince de ce monde vient.» [ Jean XIV - 30 ]

Seulement Satan n'exercera pas visiblement une telle royauté et cela pour deux raisons. D'abord parce qu'il est un être sans personnification humaine visible. Cette personnification, c'est l'Antéchrist. Mais alors pourquoi l'Antéchrist n'apparait-il pas dès la chute d'Adam? Pourquoi attendre la fin des temps?

C'est parce qu'il y a une seconde raison qui retarde l'exercice visible de la royauté mondiale de Satan. La transgression d'Adam a certes modifié le statut de l'humanité. Mais elle n'a pas perverti le monde d'un seul coup. C'est très progressivement que la malice des hommes s'est aggravée. Pour justifier la royauté visible du fils de perdition, il faudra qu'au péché originel d'un seul, viennent s'ajouter les péchés actuels de tous. La royauté de l'Antéchrist personnifiera la malice commune de l’humanité. C'est pourquoi elle n'apparaitra qu'a la fin.

 

Selon le droit de la nature, c'est donc Satan qui s'installe, invisiblement pour le moment, sur le trône d'Adam. Mais au-dessus de lui, un autre personnage vient, invisiblement lui aussi, se placer: c'est l'Oint du Seigneur. Et il vient surmonter Satan, encore pour deux raisons.

 

D'abord selon la nature, la nouvelle principauté de Satan est frauduleuse. Elle résulte d'une manœuvre par surprise et d'un mensonge. Elle constitue une usurpation. Il est donc légitime que l'usurpateur soit surmonté par une autorité supérieure.

 

Cela est d'autant plus légitime que l'Oint du Seigneur est celui à qui la couronne d'Adam était destinée en tout état de cause, et à qui Adam devait la remettre un jour, comme à son bénéficiaire définitif.

 

Voilà donc un trône qui possède deux titulaires, le légitime et l'usurpateur, mais qui n'est officiellement occupé par aucun des deux. L'histoire du monde est celle de la lutte de ces deux rivaux, Jésus et Bélial, lesquels ne sont pas faits pour s'embrasser mais pour se combattre.

 

Tout est compliqué autour de la principauté terrestre de Satan. D'abord parce qu'elle est en cours de réalisation, "en état de voie", comme l'on dit. Ensuite parce qu'elle résulte d'une usurpation. Enfin et surtout parce qu'elle est, non pas voulue, mais permise par Dieu qui utilise avec justice le ministère de l'injustice. Mais ne nous étonnons pas de cette complication. Ce pouvoir de Satan sur le monde appartient au mystère d'iniquité. On peut méditer et contempler un mystère mais on ne le comprend jamais totalement.

 

Saint Bernard, dans son ouvrage" Des Erreurs d'Abélard", a clarifié cette complication autant qu'il est possible : « Ainsi cette sorte de pouvoir que le démon s'est acquis sans justice, qu'il a même usurpé avec malice, ne laisse pas de lui avoir été attribué avec justice. Mais s'il était juste que l'homme fut esclave, la justice ne se trouvait ni du coté de l'homme, ni du coté du démon; elle était tout entière du coté de Dieu.»

 

Le Prince de ce monde va maintenant réaliser, entre lui et les hommes, une formidable connivence par la tentation, "le séducteur de toute la terre" [ Apoc.

XII - 9 ], va faire de tous les humains des pécheurs, c'est-à-dire des complices, des sujets volontaires, des esclaves volontaires, dit le catéchisme.

 

Cette symbiose humano-démoniaque constitue ce que l'on appelle le monde: Notre Seigneur n'entre pas dans cette connivence : « Je ne suis pas du monde.»

 « Je ne prie pas pour le monde.» [ Jean XVII - 9 ] Il est même venu pour lui faire la guerre: « Moi, J'ai vaincu le monde.» [ Jean XVI - 33 ]

 « Un homme de haute naissance vint dans un pays lointain pour prendre possession du royaume et pour y revenir par la suite.» [Luc XIX - 12] Cet homme de haute naissance, c'est Notre Seigneur. Il est venu une première fois "prendre possession du royaume", lors de Son Avènement d'humilité. Il reviendra une seconde fois, lors de Son Avènement de Majesté.

Pour l'instant nous sommes encore dans "l'état de voie", c'est-à-dire dans l'état de guerre.

 

A Suivre

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 10:51

Avis de passage du cyclone…B…

 

 

Ce que nous prépare B…..Que chacun choisisse son camp !

Ce n’est pas autre chose qu’une déclaration de guerre à la Tradition.

« Une conversion de la papauté est nécessaire. Il faut une papauté plus fidèle à la signification que Jésus-Christ lui a donnée….On ne devrait pas avoir peur d’abandonner les coutumes de l’Église qui ne sont pas étroitement liées à l’Évangile…Il faut faire preuve d’audace et de créativité. Il faut abandonner une fois pour toutes le proverbe confortable : « Il a en a toujours ainsi » C’est mon rêve et j’ai l’intention de le réaliser »…(sic Source: interviews et sermons divers)

 

En commençant par l’insulte au Saint Esprit que constituent les pseudo- canonisations de 2014 où le Mal serait appelé Bien.PRÉPAREZ VOS CATACOMBES.......

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 00:10

  Bonne et sainte année à toutes et à tous : amis ou ennemis

  

Offrir des vœux , c’est bien ; offrir une prière ,c’est beaucoup mieux

 

 

Sainte Gertrude ayant, sur l'invitation de Notre-Seigneur, prié de cette manière pour les personnes qui lui étaient chères, notre Bon Sauveur usa envers chacune d'elles d'une compassion pleine de condescendance et d'amour, en remettant sous Ses yeux, dans la lumière de Sa connaissance divine, chacun de leurs besoins. L. 4, e, 5.

 

Prière pour les AMIS

« O bon Jésus, je Vous présente tous ceux qui se sont recommandés à mes indignes prières, et je les confie à cette divine connaissance et à cet amour qui sont en Vous, et qui Vous ont porté à descendre du Sein de Votre Père sur la terre pour sauver l'homme.

 En union de cet amour, avec lequel Vous avez remis Votre esprit à Votre Père, je les remets et je les renferme dans Votre très-doux Cœur; et je Vous offre et je Vous donne ce même Cœur divin, en union de l'amour qui Vous a fait unir ce Cœur humain avec Votre Divinité pour le salut des hommes : Je vous offre Votre Cœur, que Vous avez souvent donné à Vos amis , comme un gage spécial de Votre amour, afin que Vous y puisiez des biens à répandre sur ceux pour lesquels je Vous prie et je dois Vous prier. » -(C'est Jésus qui a appris cette prière à Sainte Gertrude »L.4,.c.5.

Dites ensuite un « Notre Père » et offrez-le comme suit :

 

« Bon Jésus, je Vous offre cette prière pour Votre éternelle gloire, afin que par elle Vous répandiez Vos bienfaits sur Vos amis et sur mes amis en particulier, selon le bon plaisir de Votre divine tendresse. Ainsi soit-il. »

De la même manière, Sainte Gertrude offrit, à la grande satisfaction du Sauveur, un « Miserere »  pour les personnes qui lui étaient chères,

 

« Si vous voulez savoir combien il est utile de prier pour les autres, écoutez les paroles de Notre Sauveur à Sainte Gertrude: « Comme il est impossible que le cœur de celui à qui on transperce les pieds, reste sans douleur, ainsi il est impossible à Ma tendresse paternelle de ne pas regarder avec amour, et de ne pas enrichir de Mes miséricordes celui qui ne cesse de Me supplier par charité pour le salut du prochain, bien que, chargé de ses propres péchés, il reconnaisse qu'il a besoin le premier des effets de Ma divine Miséricorde. » L.5,c.75.

 

 Prière POUR LES ENNEMIS .Sainte Gertrude ayant récité la prière suivante, Jésus se prosterna devant Dieu Son Père, et offrit pour elle le fruit de toute Sa Très-Sainte Vie, afin d'effacer tous les péchés qu'elle avait jamais commis. L. 4. c.

« Seigneur Jésus, en union de cette indicible douceur et de cet amour avec lesquels, même au milieu des inexprimables douleurs de Votre Passion et des tourments de Votre mort, Vous avez prié pour Vos bourreaux, en disant: Mon Père, pardonnez-leur ; je Vous supplie, du fond de mon cœur de daigner pardonner à tous ceux qui m'ont jamais offensé en quelque chose. Ainsi soit-il »

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 14:02

A propos de l’âge de SS Paul VI…1897-…..

« Des documents peu connus par les magazines de santé et de médecine attestent qu’à la fin du XVIIIe et au XIXe siècle, de nombreux hommes ont atteint des âges aujourd’hui inégalés.

À cet effet, l’Abbé Fulcran Vigouroux (1837-1915) (Dictionnaires de la Bible, 1895, article Longévité) rapporte : en Angleterre, le paysan Effingham mourut à 144 ans, un autre paysan Thomas Parre est mort à 152 ans ; le pêcheur Henri Jenkins est mort à 169 ans ; en Norvège, le marin Draakenberg atteignit 146 ans, et Joseph Surrington alla jusqu’à 160 ans. Le Hongrois Bowin mourut à 172 ans, laissant une veuve de 164 ans et un fils de 115 ans ; un Livonien mourut à 168 ans ; la comtesse irlandaise Desmond mourut à 145 ans et un vétéran russe s’éteignit en 1825 à l’âge bien constaté, dit-on, de 202 ans.

 Certains de ces cas « éternels » sont repris par le Bénédictin Louis-Mayeul Chaudon, Dictionnaire universel, historique, biblique, historiographique, t. XV, 9e édition, 1811. »FC

Ces cas démontrent que la longévité naturelle n’est pas impossible .(Cf Jeanne Calment 122 ans et demi)

Mais la survie du Pape Paul VI est de plus un fait miraculeux, fruit de protections toutes spéciales de la Providence, afin qu’éclatent plus clairement la Toute Puissance et la Gloire de Dieu. Fiat.

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 07:43

         L’Adversaire et sa tactique   11/23                             

 

XI. L'assaut de la terre

Saint Pierre vient de nous apprendre que les démons, dans l'enfer, sont gardés en réserve pour le jugement. [ II Petr. Il - 4] Saint Jude reprend la même idée dans un texte que nous avons déjà cité pour une autre raison: « Jésus retient pour le jugement du grand Jour, liés de chaines éternelles, les anges qui n'ont pas conservé leur principauté, mais qui ont abandonné leur propre demeure.» Jude  6

Avant donc que le jugement du grand jour ne soit intervenu, les démons sont dits "en réserve". Sans doute leurs chaines sont éternelles, c'est-à-dire que leur état de damnation ne sera pas révisé. Mais leur statut définitif ne leur sera infligé que par le jugement dernier.( Il n’y aura ni appel, ni cassation.) Ils subiront alors la seconde mort et seront jetés dans l'étang de feu: « Puis la mort et l'enfer seront jetés dans l'étang de feu: c'est la seconde mort, l'étang de feu.» [ Apoc. XX - 14] C'est donc seulement après le jugement dernier que les verrous seront refermés sur les démons avec « la Clef qui ferme et personne n'ouvre » [ Apoc. III - 7 ] (La Clé de David, c’est le symbole du pouvoir royal du Christ, le Sceptre « qu’Il porte sur l’épaule »(Isaïe XXII,22) :La Sainte Croix qui ouvre le Ciel à ceux qui l’ont portée et le ferme à ceux qui l’ont rejetée.)

 

Pour le moment les démons sont dits "en réserve" parce que Dieu les destine à exercer, sur la terre, pour son compte, un certain ministère. Pour exercer ce ministère, Dieu va leur permettre de conserver auprès de lui un certain droit d'audience. Et Il va aussi leur donner accès à la terre, dans certaines limites, pour hanter et tenter les hommes. Reprenons brièvement ces deux points.

 

Satan conserve auprès de Dieu un certain droit d'audience. Bien des passages de l’Écriture relatent des conversations entre Dieu et Satan. Dans l'Évangile, nous le voyons comparaître pour réclamer ses droits sur les apôtres; Jésus en avertit même Simon: « Simon, voici que Satan vous a réclamé pour vous cribler comme le froment.» [ Luc XXII - 31 ]

 

Le démon peut aussi parcourir la terre à la recherche des hommes à éprouver. Nous en voyons un exemple précis dans les premiers versets du livre de Job: « Il arriva un jour que, les fils de Dieu (les anges) étant venus se présenter devant Yahweh, Satan vint aussi au milieu d'eux se présenter devant Yahweh. Et Yahweh dit à Satan: « D'où viens-tu? » et Satan répondit à Yahweh en disant: «de parcourir le monde et de m'y promener.» [ Job II - 1-2 ]

 

Or précisément la population infernale vit dans l'obsession de l'évasion. On y trouve des anges des différents chœurs; mais leur hiérarchie n'a pas été reconstituée. Ils sont pêle-mêle. Il n'y a pas d'ordre en enfer. Le dragon est un monstre difforme. Tous ces esprits doués d'intelligence, d'énergie, de pénétration et de malice si diverses sont contraints à la promiscuité. Ils ne peuvent que se haïr. Ils se repoussent. Ils n'ont en commun que leur haine pour l'Oint du Seigneur.

 

Mais alors, dans ce désordre et cette répulsion réciproque, comment Satan domine-t-il? Il règne d'abord par la supériorité de son intelligence qui lui permet de dresser les autres démons les uns contre les autres. Il règne par la rivalité des membres .Il est le premier Machiavel. Notons que Jésus, au contraire, règne par l'harmonie et la paix qu’'il établit entre les membres: « pacem meam do vobis.- Je vous donne Ma paix.»

 

Satan possède-t-il d'autres moyens de coercition que la supériorité de son intelligence? Peut-il obtenir l'obéissance des autres démons par la menace d'augmenter leurs tourments? Peut-il les punir? C'est possible, mais à notre connaissance, la Révélation est muette à ce sujet. Cependant Saint Paul parle des « rectores tenebrarum » [ Eph. VI - 12 ] Les ténèbres ont donc leurs "recteurs". Mais il n'est pas précisé par quels moyens ces recteurs régissent.

 

Bref, l'enfer est le siège de formidables forces d'explosion. Et cela d'autant plus que la défaite subie au ciel demande vengeance. Il faut maintenant_donner l'assaut à la terre où les hommes vont proliférer. C'est par l'homme qu'il faut gravir « la montagne du Testament », qu'il faut entrer dans les « profondeurs du septentrion  pour en sortir un jour conquérants. On tirera vengeance de l'Oint, entouré qu'Il est, cette fois, de Sa garde humaine, à coup sûr moins redoutable que la terrible milice spirituelle de Saint Michel.

Les démons sont prêts à remplir, sur la terre, ce ministère de l'épreuve auquel Dieu va les utiliser. A SUIVRE

 

 Commentaire sur lynchage et lapidation : La photo montre comment se pratique de nos jours la lapidation. On commence par creuser un trou pour ensevelir vivante la victime, debout .On ne laisse dépasser que la tête. C’est cette face et cette tête qui est broyée par les pierres et l’agonie peut être longue selon le degré de sadisme  et de fanatisme haineux des bourreaux. Le démon veut toujours salir, défigurer et décapiter ses victimes, après les avoir réduites à l’impuissance Cette tactique durera autant que lui. Il a décapité la France, il veut décapiter l’Église, éliminer le Pape légitime . « Écrasez l’infâme » hurlent les complices humains du démon. Mais c’est Marie, Mère de l’Église et soutien des papes légitimes qui écrasera définivement la tête orgueilleuse de l’Adversaire. Prions

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:59

                                           Lynchage et lapidation

Un lynchage médiatique est une critique répétée et systématique par des médias d'une personne ou d'un groupe de personnes. Ces médias peuvent être des journaux, des livres, des bulletins, des discours , des « sermons », des blogs nominatifs ou anonymes, du bouche à oreille ,etc…C‘est un usage abusif de la communication.

On parlera aussi de procès médiatique pour désigner une couverture médiatique qui a impact négatif sur la réputation d'une personne accusée, indépendamment d’un verdict rendu par la justice. Le lyncheur fait sa justice lui-même.

L'expression fait référence à William Lynch, juge américain qui mit en place des procès expéditifs contre des esclaves noirs, et qui aboutissaient souvent à une pendaison.

Quand il souhaite la mort de l’accusé et qu’il persévère, le lynchage devient un crime, partagé par l’action ou le silence des complices .Il peut conduire à des horreurs physiques comme la lapidation, ou suggérer des assassinats .

En cette année 2014, nous prierons pour que cesse le lynchage de SS Paul VI, taxé dans des milieux bien intentionnés de « plus grand hérétique de tous les temps » (sic) Il n’est aucune insulte, même les plus ignobles, qui lui soit épargnée  et ce depuis un demi siècle. Nous prierons pour que Dieu éclaire ses bourreaux  en grand danger, car ils scandalisent les enfants. La réputation d’un homme est son plus grand bien. La réputation d’un prêtre et à fortiori d’un Pape légitime est sacrée. Dieu seul est Juge…de sa responsablité personnelle.

« …Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre… ! »

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 11:50
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 08:03

 

L’Adversaire et sa tactique 10 bis/23

 

X. Les deux enfers de l'ancienne loi

Quelle est la condition des démons dans l'abîme où ils ont été projetés?

Cet abîme occupe une position inférieure. Pour y accéder, selon tous les textes de l'Écriture, il faut descendre, c'est l'abîme d'en-bas. Saint Jean parle du  "puits de l'abîme" et de sa clef: « Et je vis une étoile qui était tombée du Ciel sur la Terre, et on lui donna la clef du puits de l'abîme.» [ AP.IX - 1 ] Ce séjour inférieur est appelé l'enfer.

Mais il porte aussi d'autres noms. C'est ainsi que Saint Pierre l'appelle le Tartare: « ... Dieu n'a pas épargné les anges pécheurs mais il les a précipités dans le Tartare et les a livrés aux abîmes des ténèbres, où Il les garde en réserve pour le jugement.» [ II Petr. Il - 4 ]

Peut-on connaître plus exactement la situation de ce Tartare ? Parlant de sa Résurrection qu'il annonçait pour le troisième jour après Sa mort, Notre Seigneur s'exprimait ainsi: « Cette génération mauvaise et adultère réclame un signe: « Il ne lui sera pas donné d'autre signe que le signe de Jonas ». Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, de même le Fils de l'homme sera trois jours et trois nuits dans le cœur de la terre (in corde terrae.» [ Math. XII - 39-40] Pourquoi les textes sacrés écrivent-ils souvent les enfers au pluriel? Parce que, sous l'empire de l'Ancienne Loi, il existait deux enfers: l'inférieur et le supérieur.

L'enfer inférieur est l'abîme qui reçoit les démons et les âmes des hommes criminels. C'est un séjour où l'on subit la peine du dam laquelle consiste à ne pas voir Dieu et donc à vivre sans soleil, dans les ténèbres. On y subit aussi la peine de la brûlure.

L'enfer supérieur est celui qui reçoit les âmes des justes. L'Ecriture lui donne en hébreu le nom de Schéol et en grec le nom de Hadès. Les scholastiques, plus tard, devaient l'appeler « limbus patrum » ou "limbes des patriarches". C'est ce même schéol qui est désigné par l'expression imagée le sein d'Abraham. Nous dirions le "giron d'Abraham"; les justes défunts étant supposés venir s'asseoir sur les genoux du Père des croyants, ou se réfugier sous son manteau.

Les habitants du schéol sont eux aussi privés de la vision de Dieu. Mais ils sont cependant illuminés par l'espérance d'en jouir un jour quand les temps seront révolus. De sorte qu'ils ne vivent pas dans les ténèbres comme les damnés, mais dans la pénombre. Le schéol n'est pas un séjour de malheur. L'âme y vit dans une attente pacifique. L'antique liturgie "romaine, au moment du memento des morts, parle encore de ceux qui dorment du sommeil de la Paix : « qui dormiunt in somno pacis. »

 

Ce que nous savons du schéol par l'Écriture nous permet de le définir comme une « anti-chambre du Ciel ». Les âmes des justes y attendent l'ouverture du ciel. Et pourtant il ne fait aucun doute qu'il appartient « aux enfers ». C'est une demeure inférieure, on ne monte pas au schéol, on y descend. (Les enfers sont désignés  déjà par le paganisme comme les lieux d’en bas, où siègent les « dieux d’en bas » les démons).C’est peu à peu que se fait dans la pensée d’Israël la distinction : enfer punition / schéol lieu d’attente) Le Saint homme Job, par, exemple, se lamente sur son âme infortunée et il dit: « qu'elle est descendue aux portes du schéol.» [ JOB XVII - 16 ] Les proverbes parlent des « ... profondeurs du schéol.» [ Prov. IX - 18 ] Le prophète Isaïe parle aussi du « schéol et de ses profondeurs.» [ Isaïe XIV - 9 ]

Il est certain que le schéol est voisin de l'abîme.

Nous l'apprenons de la bouche même de Notre Seigneur : « Or il arriva que le pauvre Lazare mourut et il fut emporté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche Lazare aussi mourut et on lui donna une sépulture. Dans l'enfer, il leva les yeux, en proie aux tourments, et il aperçut de loin Abraham et Lazare dans son sein.» [ Luc XVI - 22-24 ]

Tout est bien pesé dans ce texte de Saint Luc.

Le pauvre Lazare est bien "dans le sein d'Abraham", c'est-à-dire dans le schéol, tandis que le riche est bien en enfer. Le riche" lève les yeux" parce que l'enfer est plus bas que le schéol. Mais il peut quand même l'apercevoir de loin parce que le schéol est, sinon proche, du moins voisin de l'abîme où il se trouve lui- . même. Et  pourquoi le schéol et l’abîme sont-ils voisins ? Puisque le schéol est l’antichambre du ciel, il devrait être situé à proximité .S’il est voisin de l’abîme, c’est qu’il n’y a pas encore de ciel pour les âmes des justes défunts .Notre Seigneur n’est pas encore venu leur préparer une place auprès du Père.

Et nous serions encore sous le régime du schéol si le Sauveur n'était pas venu. Car enfin de quoi nous a-t-Il sauvé ? Il nous a sauvé « des enfers ». S'Il ne nous avait pas rachetés, les justes d'entre nous seraient promis à la pénombre du schéol et ils seraient privés de la Vision béatifique.

 

C'est la visite de Jésus-Christ « aux enfers » qui mit fin au régime d’attente qu'était le schéol.C’est un article de foi du Symbole (credo ) des Apôtres, « descendit ad inferos » Comme le disent les Pères, Il descendit « aux enfers » pour évangéliser les justes, c'est-à-dire pour leur "annoncer la bonne nouvelle du royaume". Il leur annonça qu'une place venait de leur être préparée, que le Royaume éternel allait s'ouvrir pour eux et qu'ils y feraient bientôt leur entrée avec Lui le jour de l'Ascension .

 A suivre

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 09:22

                                         

L’Adversaire et sa tactique 10/23

 

 

IX. Le trône au dessus des étoiles

Voilà donc Lucifer et ses anges expulsés dans les ténèbres extérieurs. Ils ne vont pas s'y déplacer librement à l'état dispersé. Mais avant d'examiner dans quel lieu et dans quelles conditions ils vont être confinés, il faut essayer de comprendre quelles sont les dispositions spirituelles des anges déchus, à leur sortie du ciel.

Nous savons déjà que leur nature angélique ne leur a pas été enlevée. Elle s'est seulement enténébrée. Mais maintenant un caractère acquis est venu s'imprimer en eux. Ils vont désormais rester fixés dans la logique de la révolte. Ils vont pousser l'esprit de révolte , jusqu'à ses plus effroyables conséquences. (Cet esprit de révolte peut se résumer en quelques mots : Ne pas vouloir ce qui est et vouloir ce qui n’est pas. Normalement ,penser, c’est faire acte de présence d’esprit à ce qui est, à l’être. L’intelligence démoniaque est donc dans une position « infernale »,c’est une torture sans issue, sans remède, éternelle, effroyable.)

)Un texte capital du prophète Isaïe décrit les ambitions de Lucifer. Au chapitre XIV, il contemple, dans l'avenir, la ruine finale du grand dragon et il exprime sa stupéfaction devant la déchéance d'un esprit aussi puissant: «Comment es-tu tombé. du Ciel, Lucifer, fils de l'aurore? Comment t'es-tu renversé par terre, toi le destructeur des nations ?» [ Isaïe XIV - 1 ~ ] ,

Le prophète donne à Lucifer le nom de "fils de l'aurore" parce qu'il a été créé, comme tous les anges, au commencement, c'est-à-dire à l'aurore du monde:

Et Isaïe s'étonne de cette ruine quand il la compare aux ambitions inimaginables que Lucifer ruminait au moment où il excitait les anges à abandonner leur propre demeure: « Toi qui disais en tout cœur: « Je monterai dans le Ciel: j'établirai mon trône au dessus des étoiles de Dieu ; je m'assiérai sur la montagne du testament, dans les flancs de l'Aquilon ; je monterai au-dessus des hautes nuées ; je serai semblable au Très Haut.» [ Isaïe XIV - 12-15 ]

Et nous n'avons pas là seulement le programme de la révolte des anges. Le texte d'Isaïe nous révèle aussi le plan qui sera désormais celui de Lucifer dans

son action auprès des hommes.

Il faudrait bénéficier de l'assistance du Saint Esprit pour comprendre ce que signifie des images comme: "au dessus des étoiles de Dieu", "la montagne du testament", "les flancs de l'Aquilon", "au dessus des hautes nuées".

 

Bien que ne les comprenant pas parfaitement, nous devons conserver ces expressions prophétiques présentes à l'esprit. Elles ont eu ou elles auront certainement leur application au cours de l'histoire humaine puisqu'aucune parole de Dieu ne revient à Lui sans avoir été exécutée.

Comment le grand dragon peut-il nourrir des ambitions aussi exorbitantes? comment gravir la montagne du testament? Comment établir son trône au-dessus des nuées ? Comment sortir en conquérant des flancs de l'Aquilon? Par qui se faire adorer comme semblable au Très-Haut ? Sur qui exercer cette suprématie pour laquelle il se croit fait?

Ces prétentions sont d'autant plus irréalisables pour l'instant que le dragon, c'est-à-dire le cortège des réprouvés, serpente maintenant dans les ténèbres extérieures, vers l’abîme où il va être confiné.

A Suivre

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens