Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 05:23

Eucharistie  (5)

Les bienfaits de l'Eucharistie

1) l'union avec Dieu

2) la transformation en Dieu

1-Le premier bienfait qu'on trouve à la participation de la Divine Eucharistie, c'est l'union avec Dieu ~Communion veut dire, communis unio , commune union , communication ..... Dans la sainte communion, Jésus-Christ dit à l'âme fidèle ce qu'Il disait à Son Père: Tout ce qui est à Moi est à vous; et tout ce qui est à vous est à Moi.

Et (Joann. XVII, 10). Je suis en Mon Père, dit Jésus Christ à Ses apôtres, et vous en Moi, et Moi en vous (Joann. X. 21). Je suis en Mon Père par l'unité de l'essence divine; Moi en vous, et vous en Moi par la communion .....

Jésus--Christ , dit Saint Hilaire, est dans Son Père par la nature divine; nous sommes en Lui par la communion, car Il dit: Celui qui mange Ma chair et boit Mon sang, demeure en Moi et Moi en lui (De Trinit., lib.III). La communion, en nous unissant à Jésus Christ, communique à tous et à chacun en particulier le Sang de Jésus Christ., le prix de Sa pPassion et tous Ses mérites L'Ame, unie à Dieu par la communion, est pleine de beauté «  Vous êtes belle, ô Ma Bien-aimée, lui dit le céleste Époux; vous êtes belle »: (Cant. 1. 14). L'âme qui communie dignement est deux fois belle : l° par la grâce; 2° par la gloire qui l'attend dans le ciel.

Oh! quelle admirable société, s'écrie Hugues de Saint-Victor; celui qui est la Beauté s'unit à celle qui est toute belle ! Moi Époux, Je suis la Beauté même, et vous, Ô Mon épouse, âme chérie, vous êtes toute belle. Je suis beau par nature , et vous par grâce. Tout en Moi est beauté, car tout ce qui est beau est en Moi: vous, vous êtes toute belle, car il n'y a en vous aucune souillure.

Sainte Thérèse d'Avila :C'est pour cela que la Sainte Eucharistie est appelée par les saints Pères, communion, commune union, parce qu'elle unit réellement au Corps de Jésus-Christ.; en sorte que celui qui communie n'est qu'un avec Jésus-Christ L'union qui s'opère dans la sainte communion est si intime, qu'Elle est semblable à celle qui existe entre le fer placé dans la fournaise et le feu ..

Sainte Thérèse d'Avila compare l'union qui se fait entre l'âme et Dieu à la table sainte, à celle des eaux de la pluie qui tombent dans une fontaine; ces eaux se mêlent si bien qu'elles ne font qu'une même eau. Elle la compare aux eaux d'un fleuve qui, une fois dans l'Océan, n'en sont plus distinctes. C'est enfin, dit-elle, comme les rayons de la lumière qui, entrant dans une chambre par deux fenêtres, sa mêlent d'une manière si parfaite, que ce n'est plus qu'une seule et même lumière » ( vie)

 

 2°Second Bienfait :la Communion nous transforme en Dieu.

Nous devenons participants de Jésus-Christ , écrit Saint Paul aux Hébreux : (III. 14).

Nous sommes mêlés au Corps de Jésus Christ, dit saint Cyrille; conséquemment, à Sa Divinité; c'est pourquoi nous ne faisons qu'un même corps, qu'un même sang avec Jésus-Christ  : (Catech. IV ).

Nous devenons participants de la nature divine, dit l'apôtre Saint Pierre:( II. 1. 4 Le premier homme voulut se faire Dieu; il ne le put et il commit un crime: qu'a fait Dieu dans Sa sagesse et dans Sa miséricorde . Il a dit:L'homme veut être Dieu, il ne le peut pas; c'est un crime pour lui d'en avoir même la pensée. Je vais trouver un moyen de satisfaire le désir de l'homme, et de le satisfaire sans le rendre coupable: Je Me ferai homme, Je Me donnerai à lui dans l'Eucharistie; et en Me faisant homme, l'homme sera fait Dieu; en Me mangeant, il vivra de Dieu, et sera Dieu. . .. C'est ici que ce qu'avait dit le serpent s'accomplit. Il avait prophétisé sans le vouloir la future élévation de l'homme à la divinité. Vous serez comme des dieux, si vous mangez ce fruit, dit-il à nos premiers parents: (Gen. Ill. 5 ). Satan, tu as cru tromper l'homme, tu t'es trompé toi-même. Oui, l'homme sera Dieu, non en mangeant le fruit du paradis terrestre, mais en mangeant à la table sainte, dans le jardin de l'Église, le fruit divin du paradis céleste: (Gen,III. Par l'incarnation du Verbe, la nature divine s'est tellement unie à la nature humaine qu'il n'y a dans ces deux natures qu'une seule personne. Or, c'est à l'honneur de ce rang suprême, c'est à la participation d'une alliance si sainte; si parfaite, si sublime, si excellente et si divine, que nous sommes pour ainsi dire appelés et associés par l'Eucharistie. Car la parole de Dieu et la théologie nous enseignent que Jésus Christ a institué ce sacrement, pour étendre, dilater consommer en nous le mystère de l'incarnation. En effet, la Divinité étant unie à Son Corps Sacré par l'union hypostatique, qui est une union substantielle, personnelle, et Son Corps étant uni au nôtre, non hypostatiquement, mais intimement et admirablement par la communion, notre corps est uni à la Divinité même dès cette vie par l'entremise de la Chair sacrée de Jésus-Christ. Il y a une chaîne unique , admirable, précieuse, et surpassant toute estime et toute valeur , par laquelle le Père éternel lie et conjoint, dès cette vie, le corps terrestre et mortel des hommes à l'Essence suprême de la Divinité: chaine composée de trois anneaux attachés l'un à l'autre.

Le premier, c'est la résidence essentielle substantielle de la Divinité du Père en la Personne du Fils, par la génération éternelle.

Le second , c'est la résidence substantielle et personnelle du Fils dans le Corps de Jésus Christ par l'incarnation.

Le troisième est la résidence substantielle et corporelle du Corps déifié de Jésus- Christ dans les nôtres, par l'Eucharistie. Ainsi, par certains degrés et échelons, nous sommes unis substantiellement à l'Essence de Dieu, même dès cette vie; union si grande qu'elle ne peut être suppléée en ce monde par aucun autre sacrement!

Et de là cette maxime universelle des Pères et de tous les martres de la vie spirituelle et intérieure, que par rapport à ce lieu d'exil où nous sommes, et pendant que nous y sommes, le plus grand mal que nous ayons à craindre , est d'être séparés du Corps de notre Dieu, de la communion; comme notre plus grand bien est de Le recevoir .... » A suivre

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 06:43

B..... veut en finir avec la papauté et ses pouvoirs. 

  Le Conseil pontifical pour l'unité des chrétiens   a annoncé qu'il veut renoncer à sa "Suprématie"   en faveur de la "synodalité" pour permettre l'union avec   les orthodoxes. Il pense que cette « suprématie » fait peur...   Il semble vouloir faire ce que les sectes protestantes font maintenant :  mettre aux votes la doctrine, la morale, et le culte dans les Synodes. On voit ce que cela donne....chez les anglicans.... ! (Source traditio)Parce Domine

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 05:59

L'Ingratitude 2 /2

Cornelius a Lapide(1567-1637) Trésors

...La cause des chatiments est l'abus des grâces. « Et maintenant Je vous apprendrai ce que Je destine à Ma vigne ingrate, dit le Seigneur: J'enlèverai la haie qui l'environne , et Je la livrerai au pillage; Je détruirai ses murailles, et elle sera foulée aux pieds: ( Isaïe v, 1)), Je la rendrai déserte; elle ne sera plus ni taillée, ni cultivée ; les ronces et les épines la couvriront; J'ordonnerai aux nuées de ne plus répandre leur rosée sur elle: (Id. v. 6)

. Ceux qui abusent des grâces, dit saint Paul aux Romains, amassent un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu : (II. 5)

. Nous, dit Saint Grégoire, nous qu'on a vus recevoir plus de grâces qu'un grand nombre d'autres, nous serons jugés plus sévèrement; car, à mesure que les grâces augmentent, le compte qu'il faudra en rendre augmente aussi; nous devons donc être d'autant plus humbles et plus prompts à servir Dieu au moyen des grâces que nous avons reçues, qu'en raison de leur nombre et de leur valeur , nous serons plus tenus d'en rendre compte: (Homil. IX in Evang.).

Une terre reçoit la bénédiction de Dieu, dit Saint Paul aux Hébreux, lorsque étant abreuvée, elle produit les plantes nécessaires à ceux qui la cultivent; mais, quand elle ne produit que des ronces et des épines, elle est abandonnée, on la maudit, et il la fin on y met le feu: (VI. 7-8).

Le Seigneur, dit la Sagesse, aiguisera Sa colère comme une lance contre ceux qui abusent de Ses dons.( v.21) .

Or, dit Saint Grégoire, nous abusons de tout; nous serons donc frappés par tout. Tout ce que nous recevons pour l'usage de la vie, nous le consacrons à pécher; mais aussi tout ce que nous aurons detourné le son but pour l'employer au mal, deviendra un instrument de vengeance: s (Lib. Moral.).

L'univers entier combattra avec Dieu contre les insensés qui abusent de Ses grâces, dit la Sagesse :(v.21)

Le soleil, les astres, la terre, les plantes, les arbres, les animaux, les éléments demanderont vengeance contre ceux qui auront abusé de leurs dons, qui sont autant de bienfaits de Dieu. .....

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 05:58

L'ingratitude 1/2

 

Extraits des « trésors » de Cornelius A Lapide-(1567-1637

 L'abus des grâces est la cause des chatiments. (Abus : usage mauvais ou injuste.

O Ville ingrate, s'écriait Jésus Christ. en versant des larmes sur Jérusalem qui abusait de tant de grâces; ô ville malheureuse! Ah! si tu savais, du moins en ce jour, ce qui peut t'apporter la paix! Mais maintenant tout est caché à tes yeux (Luc. XIX ,41-42) ; tu ne veux pas voir Mes faveurs pour ne pas en profiter.

O fille de Sion, toi que J'ai tant aimée, honorée, enrichie, instruite , non-seulement tu ne Me connais pas, mais tu Me rejettes, tu Me condamnes, tu Me poursuis, tu Me crucifies ... Je suis descendu pour toi du ciel sur la terre; pour toi Je suis né, J'ai vécu dans des travaux continuels, dans les douleurs, dans la pauvreté; Je t'ai visitée, Je t'ai enseignée; J'ai guéri tes lépreux, tes malades, tes démoniaques; J'ai ressuscité tes morts: et tu Me fuis, tu Me méprises , tu Me persécutes par haine .

Que les chrétiens infidèles et ingrats se reconnaissent à ce tableau: n'imitent-ils pas les Juifs?

.... , Écoutez Saint Augustin mettant dans la bouche de Jésus- Christ ces paroles :

O homme, Je t' ai fait, de Mes mains, du limon de la terre; Je t'ai donné le souffle de la vie; J'ai daigné te créer à Mon image et ressemblance; et toi, méprisant Mes commandements faits pour te donner la vie, tu as préféré le démon à ton Dieu. Lorsque tu as été chassé du paradis, que tu as été enchainé par les liens de la mort, à cause de ton péché,

Je me suis incarné, J'ai été exposé dans une crèche, couché, enveloppé de langes; J'ai enduré des affronts, des privations sans nombre; J'ai reçu les soufflets et les crachats de ceux qui se moquaient de Moi ; J'ai été flagellé, couronné d'épines; J'ai expiré, attaché sur la croix. Pourquoi as-tu perdu le fruit de ce que J'ai souffert pour toi? Pourquoi, ingrat, as-tu méconnu et refusé les dons de la rédemption? Pourquoi as-tu souillé, par l'impureté ou l'intempérance, la demeure que Je m'étais 'réservée en toi? Pourquoi M'as-tu attaché à la croix de tes crimes, croix infiniment plus douloureuse que celle du Golgotha? La croix de tes péchés est beaucoup plus pénible pour Moi que celle du Calvaire ; car J'y suis cloué malgré Moi, tandis que Je me suis chargé de la première croix par compassion pour toi; J'y suis mort afin de te rendre à la vie( Enchiridion).

 

Voilà ce que fait l'homme qui abuse des grâces; voilà les malheurs où cet abus le conduit. .., La vigne de mon bien-aimé , dit Isaïe, a été plantée sur une colline fertile. Il l'a entourée d'une haie; Il en a enlevé les pierres; Il a choisi les plus beaux plants; au milieu, Il a bâti une tour, Il y a établi un pressoir: Il en espérait des fruits excellents; elle n'en a produit que de sauvages . Habitants de Jérusalem, et vous, hommes de Juda, soyez donc juges entre Ma vigne et moi. Que pouvais-Je de plus pour elle? Pourquoi, au lieu de bons fruits , n'en a-t-elle produit que de sauvages? ?

(v.-t-4.) N'est-ce pas là la condamnation de celui qui abuse des grâces? Ne sommes-nous pas tous la vigne du Seigneur? N'a-t-Il pas mis tous Ses soins pour arracher de notre cœur les ronces et les mauvaises herbes? Ne nous a-t-Il pas choisis, comme le vigneron choisit les plants de sa vigne, pour porter du fruit? "Ne nous a-t-Il pas environnés de soins et comblés de grâces? Qu'a pu faire de plus pour nous le Seigneur? Il nous a créés à Son image; cette image, nous l'avons profanée, déchirée, trainée dans la boue par le péché; Il nous a rachetés au prix de Son Sang; Il a établi les sacrements comme une tour invincible qui devait servir à nous protéger, et nous avons abusé de tous ces bienfaits.

Quelle responsabilité et quel malheur ! ... Nous abusons de la création, de la rédemption, des sacrements, des saintes inspirations, de la parole et de la loi de Dieu. Nous abusons de nos yeux, de nos oreilles, de notre langue, de nos pieds, de nos mains et de tout notre corps; nous abusons de notre santé, de nos forces, de nos années. Nous abusons de tous les éléments, du jour et de la nuit. Nous abusons de notre âme et de ses facultés, de la mémoire , de l'intelligence et de la volonté. Nous abusons de notre cœur. Nous abusons des richesses, des honneurs, des plaisirs. Nous abusons de la nourriture, de la boisson ; nous abusons des vêtements. Nous abusons de la vie, du temps, de l'éternité. Nous abusons des anges, des hommes, de toutes les créatures. Nous abusons de Dieu Lui-même! ... Quel crime et quel malheur ! PARCE DOMINE

A suivre

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 08:26

« Au Synode des évêques sur la famille il ne s’agira pas simplement de rappeler la doctrine mais de trouver des solutions : pour les divorcés remariés et pour tous » a affirmé Mgr Vincenzo Paglia, président du Conseil Pontifical pour la Famille qui indique les objectifs et les intentions de ces importantes assises qui seront consacrées à la famille en octobre prochain. « Le synode, explique-t-il, doit s’équiper comme pour un hôpital de campagne, afin de soigner les innombrables blessures ouvertes et pour garantir un futur plus robuste. Sous le signe de la miséricorde. Car sont en jeu des questions fondamentales que l’on ne peut plus remettre à plus tard. »Source R.C

Rassurez-vous;braves gens,sauf miracle,les décisions sont déjà prises. ....et pas dans le bon sens.Chacun pourra faire ce qu'il voudra.... 

Il s'agit de désacraliser petit à petit les sacrements fondamentaux  Mariage, l'Eucharistie ,l'ordre etc...Au nom de l'urgence et de la pratique pastorale tout en jurant "qu'on ne touche pas aux principes"fondamentaux"

Les adversaires d'Humanae vitae vont revenir à la charge,au nom du" pragmatisme"

 Le principe du" pragmatisme," c'est de n'avoir aucun principe....Ce synode ne fera qu'approfondir le schisme latent.On pourrait en faire l'économie...

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 07:04

LE 26 JUILLET Sainte Anne,Mère de la Bienheureuse Vierge Marie.

L'Église célèbre, avec les anges,dans une sainte joie, la mère de la Sainte Vierge Marie,celle que « tous les peuples diront Bienheureuse »

Elle se pensait à jamais stérile ce qui était une sorte de marque de réprobation à l'époque.Elle en souffrit beaucoup,s'abandonnant à Dieu à qui rien n'est impossible.Elle fut abondamment bénie de Dieu qui lui donna de devenir la mère de la mère de Son Fils. Remplie des vertus que l'Esprit Saint donne à la femme forte,l'épouse de Saint Joachim surpassa toutes les autres femmes,par ses deux trésors,qui sont Marie,l'Immaculée dont elle est la mère et Jésus, le Sauveur, dont elle est l'aieule .Deo gratias

 

La Puissance, la Sagesse et l'Amour de Dieu signent Ses œuvres de grandes »choses »,de miracles ,d »événements qui paraissent impossibles aux hommes.Souvenons nous de la naissance d'Isaac,de Samuel le prophète,de Saint Jean Baptiste...Rien n'est impossible à Dieu. Que Sainte Anne nous obtienne assez de foi pour croire au miracle de la survie de SS Paul VI malgré son grand âge … ! Lui seul peut assurer la continuité de la maternité de l'Église ?

Sainte Marie, Mère de l'Église ,donnez nous la patience d'attendre l'heure de Dieu et de Le glorifier quoiqu'il arrive.

Le site « images saintes » diffuse un cantique magnifique à Sainte Anne:ne pas manquer. Excellente protection du patrimoine et réparation de l'apostasie de trop de bretons. Un exemple : En 1946 le prénom préféré des bretons était Marie.Il a pratiquement été éclipsé.depuis 1960 ...par des prénoms mode-télé De Même pour les garçons en 1946 Jean était le prénom préféré , maintenant c'est Enzo ou Kevin.....La notion de Saint Patron(ne) a disparu. C'est triste.On restaure quelques chapelles, mais surtout pour le tourisme et des concerts «  culturels ».

La Bretagne ne sera un refuge qu'après de très sévères purifications.NSJC à MJC. « Si on ne répond pas à mes demandes, la Bretagne deviendra comme un désert »ND Dame à Kerizinen. « Potius mori quam fœdari » Plutôt mourir que trahir. Bretagne, qu'as tu fais des serments de tes pères... ? »Da feizh on Tadou kozh » Parce Domine

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 15:58
Sainte Anne,protégez la tradition

Sainte Anne,protégez la tradition

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 08:54

« LES IMPIES-COUREURS »

(Extrait de l'extase de Marie Julie du Crucifix du 21 Janvier 1878)

En 1878,cette révélation était peu comprèhensible .En 2014, elle devient claire ,d'une terrible actualité.La France apostate ne sera pas épargnée

Lire à la suite le post du S B

. « La Sainte Vierge est triste. Elle dit : «Mes enfants, depuis bien longtemps mon cœur souffre. Comme vous, j'en suis arrivée à la plus profonde douleur.

- Ah! bonne Mère, comment pouvez-vous tant souffrir? -

Parce que je lève les yeux au ciel et que j'y vois l'heure fatale. qui n'est plus qu'à un point de son accomplissement .

- Plus tôt ce sera, plus tôt nous serons délivrés. - Mes enfants, ce qu'il y aura de plus douloureux dans le triste passage de la Justice de mon Fils, ce sera de voir l'apostasie des chrétiens en présence des impies-coureurs; mais cette apostasie ne sera pas le fait de tous les chrétiens. -

Je ne comprends pas ce mot. -

Mon serviteur le comprendra. Les impies-coureurs sont déjà en pleine liberté. Ils feront régner leur pouvoir d'une manière qui fera frémir. Ces faux christs ne tarderont pas à parcourir les villes, les bourgades et les campagnes, toutes les contrées enfin ...

- Parlez, ma très sainte Mère, votre serviteur écoute. Mais n'allez pas trop vite afin que je saisisse bien vos paroles.

(le serviteur est Mr Charbonnier qui prend note des extases)

- Mes enfants, voilà donc ces faux christs.(Faux sauveurs) Laissez-moi vous en faire la peinture, mon divin Fils le veut. Les impies-coureurs, enfants de Satan, porteront des croix véritables qui auront à souffrir de la méchanceté de ces cœurs impies.(croix mutilées) Et, avec ces Croix, un barbare instrument de mort ( Un registre... et une arme.(épée , ?). Ils diront aux chrétiens « Voilà la Croix. Signez de votre sang que vous êtes de notre parti, reniez votre foi et votre baptême. » Les Croix seront posées à terre et celui qui refusera d'obéir sera presque sûr de périr. Voilà le plus grand des crimes. Ceci sera comploté en secret.Je le dévoile pour que vous ne soyez point surpris.Si mes enfants sont fermes sur leur foi,dans leur réponse,cette parole sera capable de rendre doux le cœur de l'impie coureur »

Extrait du livre de Mr l' abbé Roberdel » « Les prophéties de la Fraudais Editions Résiac  »

Tous ces procédés des impies coureurs sont typiques des comportements terroristes .Ils peuvent être aussi le fait de sectes sataniques.Ces colporteurs de mort agiront en France « La France deviendra mahomète »(MJC) où ils commencent à sévir par le racket.Lire attentivement le post suivant (source sb)

Dhimmitude : pas seulement à Mossoul

"Le 6 juin, un État islamique "auto-proclamé" s'empare de Mossoul (Irak). Le 16 juillet, il décrète, avec hauts parleurs et minarets, que les chrétiens de Mossoul ont à choisir entre trois possibilités : - soit de se convertir à l'Islam, - soit de payer la jiziah (impôt d'assujettissement imposé aux dhimmis), - soit d'être tués "par l'épée" s'ils ne partent pas. Leurs maisons sont "taguées" avec un "N" (nazaréen !). Les chrétiens qui n'étaient pas encore partis (entre 100 et 200 familles… ils étaient 100000 il y a dix ans !) ont quitté la ville précipitamment. Ce qui n'a pas empêché qu'ils soient molestés aux barrages en sortant de la ville. Certains ont été pillés, frappés, dépouillés de leurs argent, bijoux, téléphones portables. Des passeports ont été déchirés…

[...] Où sont les réactions des organismes officiels de l'islam ? Entend-on la voix des musulmans "modérés" ?  En fait l'épuration de "Mossoul" est tout à fait conforme aux "us et coutumes" de l'islam. Entre la conversion forcée et l'élimination physique ou l'obligation de fuir, il est proposé le statut de dhimmi : celui qui n'a pas voulu se convertir, on le "protège" à condition qu'il paie un impôt spécial (jiziah) et subisse discriminations, vexations, restrictions de libertés (à géométrie variable selon que l'on a plus ou moins besoin des dhimmis…). Un musulman, même plus on moins modéré, ne peut pas aller franchement contre cette stratégie que l'islam applique depuis quatorze siècles en s'appuyant sur ses textes de référence. D'où ces silences. Il faut savoir que cette stratégie est déjà appliquée de façon feutrée en France. Ainsi, dans certaines zones urbaines (grands ensembles, zones pavillonnaires...) où musulmans et non musulmans cohabitent, la dhimmitude se met en place en douceur. Une opération "porte à porte". Deux ou trois musulmans sonnent chez des non-musulmans avec un Coran. Proposition faite : "vous vous convertissez... en échange, nous allons vous protéger". Exactement le schéma "protection-assujettissement" de la dhimmitude."

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 07:21

Ingratitude 1/2

Extraits des « trésors » de Cornelius A Lapide-(1567-1637)

L'abus des grâces est la cause des chatiments. (Abus : usage mauvais ou injuste.Tout don doit être reconnu à son juste sens et sa juste valeur de bienfait.Nier le bienfait , c'est nier le bienfaiteur.)

O Ville ingrate, s'écriait Jésus Christ. en versant des larmes sur Jérusalem qui abusait de tant de grâces; ô ville malheureuse! Ah! si tu savais, du moins en ce jour, ce qui peut t'apporter la paix! Mais maintenant tout est caché à tes yeux (Luc. XIX ,41-42) ; tu ne veux pas voir Mes faveurs pour ne pas en profiter.

O fille de Sion, toi que J'ai tant aimée, honorée, enrichie, instruite , non-seulement tu ne Me connais pas, mais tu Me rejettes, tu Me condamnes, tu Me poursuis, tu Me crucifies ... Je suis descendu pour toi du ciel sur la terre; pour toi Je suis né, J'ai vécu dans des travaux continuels, dans les douleurs, dans la pauvreté; Je t'ai visitée, Je t'ai enseignée; J'ai guéri tes lépreux, tes malades, tes démoniaques; J'ai ressuscité tes morts: et tu Me fuis, tu Me méprises , tu Me persécutes par haine .

Que les chrétiens infidèles et ingrats se reconnaissent à ce tableau: n'imitent-ils pas les Juifs? ....

, Écoutez Saint Augustin mettant dans la bouche de Jésus- Christ ces paroles :

O homme, Je t' ai fait, de Mes mains, du limon de la terre; Je t'ai donné le souffle de la vie; J'ai daigné te créer à Mon image et ressemblance; et toi, méprisant Mes commandements faits pour te donner la vie, tu as préféré le démon à ton Dieu. Lorsque tu as été chassé du paradis, que tu as été enchainé par les liens de la mort, à cause de ton péché, Je me suis incarné, J'ai été exposé dans une crèche, couché, enveloppé de langes; J'ai enduré des affronts, des privations sans nombre; J'ai reçu les soufflets et les crachats de ceux qui se moquaient de Moi ; J'ai été flagellé, couronné d'épines; J'ai expiré, attaché sur la croix. Pourquoi as-tu perdu le fruit de ce que J'ai souffert pour toi? Pourquoi, ingrat, as-tu méconnu et refusé les dons de la rédemption? Pourquoi as-tu souillé, par l'impureté ou l'intempérance, la demeure que Je m'étais 'réservée en toi? Pourquoi M'as-tu attaché à la croix de tes crimes, croix infiniment plus douloureuse que celle du Golgotha?

La croix de tes péchés est beaucoup plus pénible pour Moi que celle du Calvaire ; car J'y suis cloué malgré Moi, tandis que Je me suis chargé de la première croix par compassion pour toi; J'y suis mort afin de te rendre à la vie( Enchiridion).

Voilà ce que fait l'homme qui abuse des grâces; voilà les malheurs où cet abus le conduit. .., La vigne de mon bien-aimé , dit Isaïe, a été plantée sur une colline fertile. Il l'a entourée d'une haie; Il en a enlevé les pierres; Il a choisi les plus beaux plants; au milieu, Il a bâti une tour, Il y a établi un pressoir: Il en espérait des fruits excellents; elle n'en a produit que de sauvages .

Habitants de Jérusalem, et vous, hommes de Juda, soyez donc juges entre Ma vigne et Moi. Que pouvais-Je de plus pour elle? Pourquoi, au lieu de bons fruits , n'en a-t-elle produit que de sauvages? ? (v.-t-4.)

N'est-ce pas là la condamnation de celui qui abuse des grâces? Ne sommes-nous pas tous la vigne du Seigneur? N'a-t-Il pas mis tous Ses soins pour arracher de notre cœur les ronces et les mauvaises herbes? Ne nous a-t-Il pas choisis, comme le vigneron choisit les plants de sa vigne, pour porter du fruit? "Ne nous a-t-Il pas environnés de soins et comblés de grâces? Qu'a pu faire de plus pour nous le Seigneur? Il nous a créés à Son image; cette image, nous l'avons profanée, déchirée, trainée dans la boue par le péché; Il nous a rachetés au prix de Son Sang; Il a établi les sacrements comme une tour invincible qui devait servir à nous protéger, et nous avons abusé de tous ces bienfaits. Quelle responsabilité et quel malheur ! ... Nous abusons de la création, de la rédemption, des sacrements, des saintes inspirations, de la parole et de la loi de Dieu. Nous abusons de nos yeux, de nos oreilles, de notre langue, de nos pieds, de nos mains et de tout notre corps; nous abusons de notre santé, de nos forces, de nos années. Nous abusons de tous les éléments, du jour et de la nuit. Nous abusons de notre âme et de ses facultés, de la mémoire , de l'intelligence et de la volonté. Nous abusons de notre cœur. Nous abusons des richesses, des honneurs, des plaisirs. Nous abusons de la nourriture, de la boisson ; nous abusons des vêtements. Nous abusons de la vie, du temps, de l'éternité. Nous abusons des anges, des hommes, de toutes les créatures. Nous abusons de Dieu Lui-même! ... Quel crime et quel malheur ! PARCE DOMINE A suivre

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 17:48

 

Un livre important

 

Le catholicisme dans la voie d'une caricature du protestantisme

Etienne de Montety, directeur adjoint de la rédaction du Figaro et du Figaro littéraire, consacre un article aux Mémoires de Louis Bouyer, qui viennent d'être publiées aux éditions du Cerf.

Extrait : M"La liturgie est depuis quarante ans un sujet de réflexion et d'inquiétude au sein de l'Église catholique. Le cardinal Ratzinger, avant même qu'il ne soit devenu Benoît XVI, y consacra une part de son ministère: le concile Vatican II, en voulant revenir aux origines du Mystère, n'a-t-il pas laissé les célébrations catholiques s'appauvrir par de malheureuses initiatives de clercs imprudents ou de laïcs mal formés?

Cette question est au cœur des Mémoires inédits du théologien Louis Bouyer, mort en 2004, et que viennent de publier les Éditions du Cerf. Sait-on que cet oratorien né en 1913 venait du protestantisme et que c'est l'amour de la liturgie découverte dans la religion réformée qui le conduisit à l'Église catholique? Il y entre au moment où celle-ci s'apprête à vivre une crise profonde qui culminera dans les années 1970. La puissance intellectuelle de Bouyer, sa force de travail le conduisent, lui le converti, à être associé à diverses commissions préparant le concile Vatican II, notamment celle de la réforme de la liturgie romaine. S'il se réjouit de la redécouverte de textes des premiers temps insérés dans les prières eucharistiques, il est aussi le spectateur affligé de manœuvres menées par Mgr Bugnini, un lazariste napolitain dont il fait un portrait terrible. Celui-ci se prévalait de l'assentiment de Paul VI pour imposer ses vues, tandis que le pape s'étonnait des libertés prises par la commission. Bugnini, rapporte Bouyer, fut finalement écarté et envoyé comme nonce à Téhéran: au moment où y arrivait un autre religieux, l'ayatollah Khomeyni… [...]  Au fil des pages, on croise un Paul VI débordé par l'ampleur de la crise, un Jean Daniélou avec qui l'auteur rompt des lances - éternelle rivalité des théologiens -, un Jean Guitton accablé d'un mot cruel et (pour une fois) bien peu charitable. Karl Rahner est qualifié de spécialiste des «monologues sur le dialogue» - formule cocasse qui lui est glissée par Ratzinger. On pourrait croire à un livre féroce. C'est tout l'inverse. La justesse et la hauteur de vue autorisent la sévérité. Et Bouyer ne se prive pas de pratiquer la correction fraternelle. Mais ses flèches sont trempées dans l'encre de l'affliction.  S'il a rejoint l'Église catholique, ce n'est pas pour voir le catholicisme s'engager dans la voie d'une caricature du protestantisme - réflexion qu'il partage avec son ami Julien Green. [...]"Source sb

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens