Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 10:05

·  "Regardez le temps qu'il a fallu pour faire accepter à la religion Catholique le fait qu'il y a une religion suprême pour chacun d'entre nous : c'est la religion de la République. »

Claude Bartolone, président (PS)de l'Assemblée Nationale  01-15

 

Correctif au précedent courrier

Lire signes pas catholiques à ne pas faire....

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:07
Ce signe est sensé représenter l'amour;il infeste le milieu mondialiste.Le signe luciférien se fait avec le pouce dans la paume il est maléfique.

Ce signe est sensé représenter l'amour;il infeste le milieu mondialiste.Le signe luciférien se fait avec le pouce dans la paume il est maléfique.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 07:34

Voix du Ciel 1/37

« L'heure de témoigner »

« L'amour doit être mis à l'épreuve et prouver ainsi sa vérité »

Témoigner, c'est attester la réalité d'un fait,en donnant à son affirmation toute la solennité qu'exigent les circonstances.Le martyre, c'est le témoignage de la foi consacré par le témoignage du sang.Jésus est le « Témoin fidèle » par excellence.(Apocalypse1,5;3,1)Il témoigne de ce qu'Il a vu et entendu auprès du Père »Il témoigne de Lui-même devant Pilate.L'Esprit Saint rend témoignage à Jésus.La Foi est un longue succession de fidélités par amour de la Vérité,jusqu'au bout. Pour nous aider à témoigner à notre tour , la Providence veille.Elle nous donne des exemples à suivre. Un des moyens les plus adaptés à notre temps de ténèbres est l'enseignements des saints, qui ne se périme jamais

Nous utiliserons une source voulue par la Providence pour notre temps. C'est un petit recueil qui contient la relation d'extases de Marie-Julie du Crucifix, des années 1878-1879.(Extraits de « Voix du Ciel » bulletin n° 41-42 de l'Association des Amis de Marie Julie Jahenny,fondée en 1950,fidèle à la Tradition, BP 50034 85111Chantonnay cedex).

C'est une période très douloureuse de son ascension mystique, une période de grandes persécutions. C'est là qu'elle est entrée au « Saint Noviciat » de la Croix. Pendant plusieurs mois, le Saint Esprit va lui révéler les degrés progressifs de la prise de possession de l'âme par la Sainte Trinité, qui veut établir en elle Sa Demeure. Cette union transformante se fait par paliers, comme les marches de l'Autel, comme l'accession au Château intérieur, si bien décrit par Sainte Thérèse d'Avila. À son terme, l'âme est tellement transformée qu'elle s'oublie elle-même pour ne plus songer qu'à Dieu et à Sa gloire. Cette union ne peut se faire qu'après des phases d'intense purification, où les nuits alternent avec des jours lumineux. Le grand instrument de l'amour purifiant, de l'amour qui sépare de tout ce qui n'est pas Dieu, c'est l'amour de Jésus et de Sa Croix. C'est la Voie, et il n'y en a pas d'autre! « Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime! » Dieu a voulu révéler le plus grand amour, l'Amour infini, qui est LUI-même, en donnant Sa vie. C'est en donnant sa vie pour Dieu que l'âme révèle son amour pour LUI. Voilà un des secrets de la Croix. C'est le mystère du Don mutuel, qui est comparé au mariage, aux Épousailles, dans le langage des Saints. C'este que le Saint Esprit enseigne à Marie-Julie du Crucifix dans le Saint Noviciat. Ces entretiens célestes sont très régulièrement précédés d'un échange avec l'Ange Gardien, qui vient en précurseur et en guide spirituel. Ensuite vient « l'Élu du Ciel », revêtu de blanc, et portant les signes de sa dignité ct du degré de sa gloire céleste. (Palme et couronne plus ou moins riche pour les Saints martyrs, insignes du rang hiérarchique pour les prêtres, Évêques ou Papes ... ). Ce peut être un Saint théologien, comme Saint Thomas d'Aquin, Saint Bonaventure, très souvent cc sont des martyrs des premiers siècles de l'Église qui viennent faire le récit de leurs épreuves, récit très impressionnant .

Ensuite, le Saint-Esprit donne son long et céleste enseignement. Parfois c'est la Sainte Vierge qui introduit ce divin enseignement. Marie Julie était une paysanne Elle était absolument incapable d 'inventer ces paroles magnifiques et d'une grande surté doctrinale.Son entourage était au dessus de tout soupçon et partageait ses épreuves.Les textes complets du « Saint Noviciat » ne sont pas accessibles actuellement. Ce sont ces visites des Saints que nous confions à votre respectueuse attention, chers amis. Elles sont tirées du dossier Charbonnier, du nom des très dévoués « secrétaires » de la Fraudais. Nous en donnons la presque intégralité, réduisant quelquefois certaines répétitions, sans nuire à la richesse du message. L'amour de ces grands Saints et leur volonté de le transmettre est parfois d'une envolée lyrique dont nous n'avons plus l'habitude! Leur amour pour leurs frères et sœurs de la terre s'y exprime de façon presque palpable. On les sent tout près, tous prêts à vous serrer dans leurs bras pour nous venir en aide et intercéder pour nous.Confions leur nos intentions.Demandons leur de nous apprendre à connaître Jésus-Christ,afin de L'aimer et Le servir comme Il le mérite.L'Amour fait souffrir et « souffrir ,c'est apprendre Jésus-Christ » nous dit Marie-Julie Il est très conseillé, pour tous ceux qui souffrent persécution pour leur fidélité à la Doctrine traditionnelle et à la liturgie qui en est l'expression. Ces témoignages sont faits pour nous apprendre à témoigner par le martyre s'il le faut, en ces temps où l'enfer livre ses féroces combats.Ne les gardons pas pour nous. Nous publions les témoignages de ces saints, de ces martyrs dans l'ordre des dates des extases. Le thème général reste la Croix et ses mystères de salut,présents en tous les siècles.Pour mieux comprendre les grandes persécutions des premiers temps nous ferons un rappel historique A suivre Attention internet n'est pas éternel en ces temps de désordre.Si des articles vous intéressent, prenez- en copie imprimée.Ces copies ne peuvent être vendues.Notre blog est gratuit et à été créé pour aider spirituellement les chrétiens pendant les « événements »et pour préparer le grand Règne Eucharistique qui suivra les grandes purifications.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 07:59

La Création -9/9 Rappel de notions essentielles. RPSineux OP

 

4 Durée du monde.

Le monde créé a-t-il eu un commencement et aura-t-il une fin; ou bien est-il éternel comme Dieu Lui-même? La première ligne du Livre révélé situe l'apparition du monde ces termes : «  Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre »(Gen.I,1) ! Rien de plus imprécis; impossible de calculer l'âge de cette création! mais qu'on en recule tant qu'on voudra la date d'origine, il faut en venir à reconnaître que le monde a commencé, c'est-à-dire qu 'une époque s'est ouverte à partir de laquelle le monde a existé alors que dans l'époque antérieure le monde n'existait pas. D'autre part, le Fils de Dieu signale une Vie divine précédant l'existence du monde quand Il dit: «  Père, glorifiez-Moi de la gloire que J'ai eue près de Vous, avant que le monde fût »(ST Jean XVII,5! De ces affirmations il ressort que le monde n'est pas éternel, puisque l'éternité est une durée stable, exempte de succession, donc de commencement. Nous avons besoin de l'entendre dire, d'en être informés par le Créateur Lui-même. Car la raison humaine, laissée à ses seules lumières, resterait indécise. Le monde créé pourrait bien être éternel, Il est l'œuvre de Dieu, actuellement placée dans le temps, est vrai. Mais Dieu, éternel Lui-même, n'a jamais été privé de Son pouvoir créateur. Ce pouvoir, Il l'exerce par une décision libre de Sa volonté. Qui donc pourrait L'empêcher de vouloir et exécuter ce dessein de toute éternité? Et l'univers réalisé dans ces conditions n'en serait pas moins en dépendance absolue de son Créateur. La conciliation de cette possibilité d'un monde éternel avec la succession qui caractérise le monde créé, serait un mystère bien obscur cependant! Heureusement il est inutile de s'attarder cette hypothèse, puisque nous n'avons pas à rechercher ce que Dieu pourrait accomplir, mais seulement ce qu'Il accomplit, et ce qu'Il nous révèle. Or, nous savons qu'en fait, le monde a eu un commencement, qu'il a débuté avec le temps : et toutes choses s'expliquent beaucoup mieux ainsi pour nous, dont la vie et l'action sont aussi mesurées par le temps. « Dieu, dit Bossuet, n'a pas eu besoin de trouver un lieu pour y placer le monde, ni un temps pour assigner le commencement des choses. Lieu et temps sont Ses créatures comme le reste », Le monde a été créé, non dans le temps, mais avec le temps qui constitue la durée propre des êtres corporels. Ce qui est éternel, néanmoins, c'est le plan de la Création, la constitution idéale de l'univers, dans la pensée divine. Dieu n'apprend rien, n'acquiert pas d'idées nouvelles. Complet et immuable dans Son instant éternel, Il possède simultanément tous Ses projets réalisables, avec l'infini des possibles que recèle Sa Toute-Puissance.

 

Le monde finira. S'il faut en croire les prévisions de certains astronomes, prévisions fondées sur « I'infaillibilité » (?) de leurs calculs, le mouvement du monde le mène avec une régularité mathématique à un cataclysme universel, sorte de conflagration générale de toutes les forces de la nature aboutissant à la ruine totale de l'ordre présent.(Big Crunch...) - Quoi qu'il en soit de ces pronostics, qui se gardent d'ailleurs prudemment d'indiquer une date et de décrire les résultats de cet événement, le dogme catholique ne laisse aucun doute au sujet de la fin du monde. Les livres de l'Ancien Testament déjà l'annoncent en maint passage; et dans l'Évangile, le Christ y revient avec une telle insistance que Ses contemporains et la génération suivante (les Épîtres de St Paul en font foi) considèrent l'événement comme très prochain. Cependant, aucune révélation n'autorise à en préciser l'époque. Ce qui est certain seulement, c'est que la fin sera inattendue, et que chacun doit se tenir prêt, afin de n'être pas surpris. Même les « signes précurseurs »   dont il est question ici ou là, outre qu'ils sont difficiles à reconnaître, ne permettent pas non plus de déterminer le temps-limite accordé au monde. Quant à l'aspect de cette « fin du monde »; c'est aux dernières pages de ce traité qu'il conviendra d'en parler. Disons seulement maintenant qu'il ne peut pas s'agir d'un anéantissement complet. Dieu peut détruire les êtres, il ne peut pas les annihiler (du moins de puissance ordinaire agissant avec Sagesse). Ce sera un bouleversement, une transformation plus radicale, plus brusque que celles qui sont le fruit des lentes modifications auxquelles nous sommes accoutumés.

« Tout sera renouvelé » nous dit le secret de la Salette:Dieu sera servi et glorifié.Et c'est l'essentiel.Respectons les secrets de Sa Sagesse « qui fait toutes choses nouvelles »

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:27

"Les cardinaux Cormac Murphy-O'Connor, Walter Kasper, Karl Lehmann et Godfried Danneels ont été quatre promoteurs actifs de l'élection de Bergoglio."(Sandro Magister,vaticaniste)

On comprend que B....soit si fan de la théologie de Kasper,au point d'en faire la publicité du haut de sa "fenêtre",à peine élu.Kasper est partisan des "avancées" pour les divorcés remariés.Avis de tempête pour les prochains mois....

A suivre

 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 07:59

La Création

RP Sineux 8/9

« Supprimer la liberté et la remplacer par une force de cœrcition qui imposerait exclusivement le bien, serait évidemment un remède radical au mal. Mais quelle mutilation de la créature raisonnable, réduite dès lors à se laisser guider par un aveugle instinct! C'est au prix de ce mal qu'on éviterait l'autre mal: et en définitive, le résultat serait pire. Telle la mesure draconienne d'un tyran qui interdit tout usage d'une chose excellente, sous prétexte qu'elle prête à quelques abus; la crainte du mal arrêterait le plus magnifique essor du bien! Et si l'on songe que Dieu seul pourrait ravir aux créatures la liberté dont Il les a dotées, c'est Dieu qui, dans ce cas, se ferait l'auteur du mal, afin d'empêcher Ses créatures de le commettre! . Certes, si la liberté était la cause du mal, Dieu ne l'aurait pas concédée aux créatures, puisqu'Il ne peut produire que le bien. Elle est seulement l'occasion du mal, et cela par suite d'un mauvais usage que les créatures en font. Faibles sans doute, fragiles et déficientes de bien des manières, les créatures raisonnables ont cependant une certaine intégrité qu'il est en leur pouvoir de conserver : qu'elles la négligent ou la compromettent, c'est là le mal,le mal moral, le seul important. On ne fera pas reproche à un homme de laisser dépérir sa vigueur corporelle, parce que c'est l'effet d'une loi indépendante de sa volonté, qui d'ailleurs n'atteint que la partie infime de son être; et sa liberté ne joue pas dans ce domaine. Mais il sera répréhensible de laisser une passion charnelle prendre le pas sur sa raison, parce que ce renversement lui fait perdre sa dignité, va à l'encontre de sa destinée et de son vrai bien; et il appartient à sa liberté de maintenir entre ses puissances l'harmonie et la subordination! Pour les êtres humains, les souffrances physiques ne sont pour ainsi dire pas des maux :le seul mal réel, est le péché. Le Créateur qui donne la liberté de faire le mal, n'est donc pas Lui-même pour autant l'auteur du mal. Qu'un homme boite en marchant, la cause en est, non pas à la puissance vitale qui l'anime, non pas à la vertu motrice transmise aux extrémités de son organisme, mais à une simple infirmité de ses jambes; qu'un chef-d'œuvre musical soit saboté, la défectuosité n'est pas imputable au génie compositeur, mais à l'imperfection d'un instrument ou à la maladresse d'un exécutant. Qu'une action humaine tourne au mal, n'accusons que le pauvre homme qui a failli, alors qu'un peu d'attention ou de droiture, en le rendant docile à la motion divine, l'eût mené au bien. Si grave qu'il apparaisse, si injurieux pour le Créateur, et si désastreux dans ses conséquences pour les créatures, le mal peut-il être considéré comme une vraie lacune dans l'œuvre de Dieu? Il ne prend cet aspect que dans ses effets immédiats et chez les créatures qu'il atteint. Mais il a d'autres répercussions. Et Dieu le voit et le permet, n'en est pas le témoin attristé, impuissant, résigné à cet échec partiel ! Indéfectible dans Sa volonté du bien, tout-puissant pour le produire, Dieu se charge encore de combler les vides, de réparer les brèches, de secourir les faiblesses et de triompher de Ses ennemis. Justice et miséricorde mises en branle, sans trouble, Dieu attend les auteurs du mal, sûr qu'Il est de les mener par la force ou par le pardon, à rentrer dans l'ordre, à redevenir lés acteurs du grand drame qu'Il a conçu, et dont un instant ces pygmées ont cru pouvoir changer la trame au nom de leur liberté. « Si Dieu permet le mal, dit Saint Augustin, c'est qu'Il ait assez puissant et assez bon pour tirer le bien, même du mal ». A suivre

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 08:14

Le thème du BLASPHÈME dans la Sainte Écriture

"L'état d'esprit « Je suis Charlie »cela veut dire aussi le droit au blasphème »(Sic). Voir l'article précédent « l'aveu »sur cette sinistre affaire. Il nous a paru intéressant de nous remettre en mémoire ce qu'est le blasphème et son extrême gravité.Revendiquer un « impensable droit au blasphème » est un crime contre Dieu et contre l'humanité.Blasphémia signifie « parole impie,injurieuse contre la divinité et par suite ce qui mérite d'être respecté.C'est le comble de l'injustice, de l'ingratitude,de la Bêtise au sens apocalyptique du mot Bête.Parce Domine.Combien d'inconscients, d'ignorants se font berner par les faux prophètes de cette défiguration de la liberté.En l'espèce les dessins blasphématoires sont une atteinte plus grave car les écrits restent... « Un dessin vaut plus qu'un long discours »

 

Toute injure adressée à un homme mérite d'être punie (Mt 5,22.). Combien plus le blasphème, insulte faite à Dieu Lui-même ! II est l'inverse de l'adoration et de la louange que l'homme doit à Dieu, le signe par excellence de l'impiété humaine,l'accomplissement de l'inversion à 180° de la vocation de l'homme ,le règne de la Bête,la «  révolution » consommée.

. ANCIEN TESTAMENT

La présence d'un seul blasphémateur dans le peuple de Dieu suffit à souiller là communauté entière, C'est pourquoi la Loi dit: «Quiconque blasphème le Nom de Yahweh mourra, toute la communauté le lapidera» (Lv 24,I6;). Plus souvent, le blasphème se trouve sur les lèvres des païens, qui insultent le Dieu vivant lorsqu'ils s'attaquent à Son peuple» un Sennachérib (2 R I9,4ss),un Antiochus Épiphane, dont s'inspire sans doute le portrait de Nabuchodonosor dans le livre de Judith (Jdt 9,7ss).De même les Édomites qui applaudissent à la ruine de Jérusalem (Ez 35,I2) et les païens qui insultent l'Oint de Yahweh (Ps 89,51). A ceux-là, Dieu se réserve d'appliquer Lui-même le châtiment mérité: Sennachérib tombera par l'épée comme Antiochus, la Bête satanique (Dn 7,26), et le pays d'Édom sera réduit en désert (Ez 35,I4s). Le peuple de Dieu doit d'ailleurs se garder de provoquer lui-même les blasphèmes des païens (Ez 36,20; Is 52,5) car Dieu tirerait vengeance de cette profanation de Son Nom.

1. Le même drame se renoue dans le NouveauTestament autour de la personne de Jésus. Lui qui honore le Père, Il est accusé par les Juifs de blasphème parce qu'Il se dit Fils de Dieu (Jn 8,49.59); et c'est pour cela qu'Il sera condamné à mort(Mc 14,64; Jn 19,7) En réalité, cet aveuglement même consomme le péché des Juifs, car ils déshonorent le Fils (Jn 8,49) et, à la croix, ils L'accablent de blasphèmes (Mc 15,29 ).Si ce n'était là qu'une erreur sur l'identité du Fils de l'Homme, ce serait un péché rémissible (Mt 12,;2) au titre de l'ignorance , Mais c'est une méconnaissance plus grave, car les ennemis de Jésus attribuent à Satan les signes qu'Il accomplit par l'Esprit de Dieu (Mt 12,24.28 ) : il y a donc blasphème contre l'Esprit, qui ne peut être remis ni en ce monde ni en l'autre (Mt 12,32 ) puisque c'est un refus volontaire de la révélation divine.

2. Le drame se poursuit maintenant autour de l'Église de Jésus-Christ .. Paul était un blasphémateur quand il la persécutait (1 Tm 1,13); quand il prêche ensuite le Nom de Jésus, les Juifs s'opposent à lui avec des blasphèmes (Ac 13,45; 18,6). Leur opposition garde donc le même caractère jusqu'au Calvaire: Il s'y joint bientôt l'hostilité de l'empire romain persécuteur, nouvelle manifestation de la Bête à la bouche pleine de blasphèmes (Ap 1 V -6), nouvelle Babylone parée de titres blasphématoires (Ap 17,3) Enfin les faux docteurs, maîtres d'erreur, introduisent le blasphème jusque parmi les fidèles (2 Tm 3,2; , au point qu'il devient parfois nécessaire de les livrer à Satan (1 Tm 1,20). Les blasphèmes des hommes contre Dieu cheminent ainsi vers un paroxysme qui coïncidera avec la crise finale,. en dépit des signes annonciateurs du Jugement divin (Ap 16,9,11.21). 

En face de cette situation, les chrétiens se détourneront de l'exemple des Juifs infidèles « à cause de qui le Nom de Dieu est blasphémé» (Rm 2,24) Ils éviteront tout ce qui provoquerait les insultes des païens contre Dieu ou contre Sa Parole (1 Tm 6,1).Leur bonne conduite doit amener les hommes à « glorifier le Père qui est dans les cieux » (Mt. 5 ,16). P. RD

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 09:51

La Création 7/9

RP Sineux Le bien et le mal dans le monde suite

Autant vaudrait dire alors que le néant est préférable à l'être.Ou bien, si pour éviter tout mal, le Créateur s'oblige à ne produire que des êtres immuables, il Lui faut renoncer à la variété, à la succession, à la dépendance mutuelle, à l'enchaînement, à tout ce jeu merveilleux des êtres qui fait la splendeur de l'univers. Monotone, figé, serait-il meilleur? La Toute-Puissance de Dieu et sa Providence moins clairement manifestées, serait-ce un plus grand bien? L'action du mal, ou plutôt la destruction dans laquelle il consiste, n'est pas tellement redoutable puisqu'elle n'est qu'une mutation aboutissant fatalement à une production d'être, et coopérant à la réalisation du bien général. Dieu est donc la cause du mal? Évidemment, en ce sens précis qu'Il est cause du bien créé, donc limité. En déterminant pour chaque créature des lois qui lui donnent l'existence, mais dirigent son évolution, assignent son rôle, et la condamnent à céder la place, Dieu décide qu'elle perdra l'avantage et l'être qui lui sont momentanément concédés. Ce qu'Il veut donner cependant, même à cette créature chétive, c'est l'existence, donc le bien; indirectement, et comme par contrecoup, Il la soumet à ce que nous appelons « le mal» et qui n'est cependant que la limitation de son être, de sa durée et de son rôle 1 Le seul Mal digne de ce nom et qui mérite de retenir l'attention serait donc celui qui, s'attaquant aux créatures, réussirait à les spolier de prérogatives ou de propriétés dont leur nature exige le maintien (par exemple à abréger leur durée, à les profaner en usages inconvenants, à les priver d'un avantage auquel leur condition les appelle), de telle sorte que la nature des choses soit vraiment contrariée et le plan du Créateur compromis ou battu en brèche. Un tel mal peut-il exister? Son existence ferait supposer en effet que les créatures peuvent dévier de leur cours normal, contrarier l'harmonie établie de la nature, et tenir en échec le plan du Créateur. D'où leur viendrait une telle force? Les créatures en général ne sont pas autonomes; et les lois qui les régissent ne permettent aucune échappatoire. Elles sont incapables de s'opposer au mouvement de leur nature, elles suivent aveuglément le chemin que Dieu leur a tracé, elles ne commettent pas le mal. Seule la créature douée de liberté a ce triste privilège. Non pas que la liberté lui soit concédée dans ce but; car Dieu ne peut pas, de propos délibéré, se créer des ennemis. Non pas davantage que cette liberté lui soit octroyée comme un écueil; ce serait le fait d'un Dieu cruel et pernicieux! La liberté donnée aux Anges et aux hommes n'a pas d'autre but, dans l'intention du Créateur, que de permettre le choix volontaire du Bien, et d'attribuer à son complissement un mérite. Mais, qui dit « choix volontaire» d'une chose, dit simultanément possibilité» d'abstention, ou de choix d'un objet différent, possibilité qui n'est pas une autorisation; pas plus qu'une autre créature raisonnable ne devrait se soustraire aux lois de la nature et :au programme du Créateur. Qu'elle le fasse cependant, par un usage défectueux, par un véritable abus de sa liberté, c'est alors qu'elle commet le mal,le mal proprement dit, encore appelé « faute, coulpe ou péché »; mal qui tend à bouleverser l'ordre établi par le Créateur, à déformer la nature des choses, à violenter leurs aspirations; mal nuisible à celui-là même qui en est l'auteur. Car, quoiqu'il ait cessé momentanément de l'admettre, lui non plus n'a de droits et ne trouve de bien que dans la conformité à la volonté du Créateur. Conduite insensée par conséquent que celle de la créature qui, dans un accès de sotte suffisance, prétend non seulement se passer de Dieu, mais faire mieux que Lui ! Ce qui est plus inexplicable encore, disent les hommes déconcertés par ce mystère, c'est que Dieu permette le mal! Ou bien Il ne peut pas l'empêcher; alors que devient Sa Puissance? Ou bien, pouvant l'empêcher" Il le tolère néanmoins; dès lors, n'en est-Il pas le complice? Si l'on ajoute qu'Il se réserve de le punir, quel rô1e odieux on Lui prête! Au lieu d'arrêter les coupables sur la pente fatale, ou même de leur interdire de paraître puisque cela dépend de Lui, Il les laisse froidement s'aventurer dans la voie de la perdition, comme pour se réserver, en fin de compte, de savourer Sa vengeance! . Chose étrange : ce sont les hommes les plus enclins au mal, les plus prompts à revendiquer comme une prérogative sacrée la liberté de le commettre, qui ensuite reprochent le plus amèrement à Dieu de l'avoir permis, et l'accusent, Lui, le premier, de toutes les fautes dont ils se sont rendus coupables. C'est le cas de répéter: Dieu ne veut et ne réalise que le bien, mais ce bien dans la créature ne saurait être absolu. Intelligence et Liberté, les plus précieux de tous les dons qui soient sortis des mains du Créateur, n'en restent pas moins des choses créées, donc déficientes. Elles ont ceci de commun avec les autres créatures, qu'elles ne conserveront leur intégrité et n'atteindront leur fin que soutenues par la Providence, fidèles à leur loi. Mais elles se différencient en ce qu'elles peuvent se soustraire, partiellement du moins, à cette action et à cette loi divines. C'est l'infraction, le délit, qui cause une offense à Dieu et tourne au détriment du délinquant. A suivre

Ps Cat sujet difficile en effet;revenez-y un peu plus tard....L'important c'est de croire au Dieu créateur  qui vous aime .merci

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 12:22

"L’avocat du journal,(Charlie hebdo) Richard Malka avait rappelé lundi après-midi que les dessins de Mahomet et autres autorités religieuses étaient habituels dans le journal depuis des années. «Dans chaque numéro de Charlie Hebdo depuis vingt-deux ans, il n’y en a pas un où il n’y ait pas de caricatures du pape, de Jésus, de curés, ou de rabbins, d’imams et de Mahomet.» «L’étonnant serait qu’il n’y ait pas» de dessins de Mahomet dans ce numéro, avait-il dit. «On ne cédera rien, sinon tout ça n’aura pas eu de sens. L’état d’esprit "Je suis Charlie"», cela veut dire aussi le «droit au blasphème», avait averti Me Malka, déclarant également que Charlie Hebdo n’est «pas un journal violent mais irrévérencieux, qui porte le rire» et réfuté avec virulence toute accusation d’islamophobie. Interrogé sur la question de savoir si le journal est «islamophobe», Richard Malka a répondu que Charlie Hebdo «s’en est pris bien moins à l’islam qu’au christianisme» et critiqué un «relativisme de mauvaise foi indécent et obscène».Source libération 14 01 15

Note: le numero spécial financé par le gouvernement sous une couverture ambigûe est particulièrement ignoble à l'intérieur.Ne pas acheter.Perseverare diabolicum....Satan tire les ficelles de toute cette affaire....Vade retro

Partager cet article
Repost0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 10:07

" Il faut repérer et traiter ceux qui ne sont pas Charlie" Pour aller dans le sens de l'article de Minute cité par Michel, qui dit : "le terrorisme est fils de la Révolution française et de cette Terreur qui extermina des dizaines de milliers de Français qui refusaient "les valeurs de 1789", voici les propos de Nathalie Saint-Cricq, journaliste française et "compagne" de Patrice Duhamel. La bonne dame propose ni plus ni moins de traquer les opposants ou même les tièdes au mot d'ordre "Je suis Charlie", afin de les "traiter" : les rééduquer ? En faire de bons citoyens adeptes des "valeurs de la République",.... source sb14 -1- 15

Préparez vos catacombes.Protégez vos enfants par la prière en famille

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens