Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 08:57

 EXTASE DU 26 SEPTEMBRE 1878 - Marie-Julie Jahenny

VISITE DE SAINT PAMPHILE, MARTYR (EXTRAITS)

Saint Pamphile est un martyr d'Asie Mineure. Il était très réputé pour sa haute science. Il est mort en 309, durant les persécutions de l'empereur Dioclétien et des Césars, avec il partagea l'Empire menacé par les Barbares. L'un d'eux, son gendre Galère, détestait les chrétiens et fut très cruel. Il voulait imposer, pour maintenir l'unité dans ce vaste Empire menacé de dislocation, la même religion à tous les sujets, le culte des dieux et de l'Empereur. Dès 295, la persécution fit des ravages dans l'armée (massacre de la légion Thébaine - 6 000 victimes dont Saint Maurice et Saint Exupère qui refusèrent de sacrifier aux dieux). Puis ce fut "l'épuration" de la société civile. Successivement parurent quatre édits: - destruction de toutes les églises et des livres sacrés - Incarcération des clercs - Ordre aux prêtres de sacrifier aux dieux païens - Ordre à tous les chrétiew de sacrifier aux idoles et de rendre un culte à l'Empereur. Pour la gloire de Dieu, beaucoup de chrétiens refusèrent de se soumettre et furent massacrés selon des méthodes "d'épuration ethnique", que notre XXI siècle ne peut pas se vanter d'avoir oubliées! Il fallut attendre l'Édit de Constantin de l'an 313, pour que cessent ces persécutions en Orient. Fête le 1" Juin.

« Je suis Saint Pamphile, martyrisé, sous les Empereurs sacrilèges, pour Dieu et Son Saint Nom, pour la sainte Religion, la consolation des chrétiens. C'est à la fleur de mon âge que j'ai subi le martyre devant les juges de l'Empereur. J'ai soutenu ma Foi et le Nom de mon Dieu jusqu'au dernier instant de mon martyre douloureux. J'ai été étendu sur un chevalet de pointes très aiguës, sur lequel j'étais serré par de larges bandes de fer également garnies de pointes de toutes parts. À peine pouvais-je respirer sur cet instrument de supplice. J'eus sur moi, pendant un jour, un bandeau de fer rougi par les flammes. Rien n'est plus doux que de souffrir, quand on le fait pour la gloire de Dieu! J'étais écrasé, brisé, moulu, par ces instruments de supplice inventés par la malice et la cruauté des hommes. Je fus jeté, ensuite, dans de l'huile bouillante mon corps n'était plus qu'une plaie, mon sang se mêlait à cette huile. Ensuite, je fus étendu sur un arbre formant une croix, devant un mur. Là, je fus encore torturé. J'eus le corps transpercé, de part en part, avec des alènes de fer. La plus grande douleur se fit sentir à mon cœur, quand il fut traversé. J'eus ensuite les ongles arrachés, les dents brisées, les yeux luxés de leur demeure. C'est là que j'expirais dans les douleurs et dans les tortures. Mon amour pour Jésus au Calvaire était si ardent, que j'aurais voulu souffrir des années pour payer cette reconnaissance de bonheur et d'amour. J'avais aussi un ardent amour pour Jésus dans la Sainte Eucharistie; c'était mon soutien, ma force et mon bonheur. J'ai été martyrisé, comme les chrétiens si nombreux qui ont remporté cette couronne. Mon martyre eut lieu au plus fort des persécutions de l'Église. Un mot maintenant, de la part de Notre-Seigneur. Autrefois, Notre-Seigneur avait des ennemis, tous Ses bienfaits avaient des ennemis, l'Église avait des ennemis. Aujourd'hui il y en a encore. Aujourd'hui, les ennemis de notre Dieu n'ont plus de conscience, ils n'ont plus de pensée ; ils n'ont, pour ainsi dire, plus de cœur. La haine a étouffé la charité de leurs cœurs vivants dans leur corps. Eh bien! Chers frères de la Croix, soyez donc heureux et pleurez de bonheur, d'avoir aussi des ennemis pour vous rapprocher de Celui qui veut vous combler de grâce et de bonheur. Ne vous vengez pas; regardez le Calvaire et voyez la Charité de NotreSeigneur éclater à chaque instant, pour vous embraser, pour vous consumer, pour régénérer cette Sainte Charité qui vous porte et vous pousse à tout entreprendre, à tout souffrir, à tout endurer pour le Dieu du Calvaire. Toutes les persécutions, qui doivent vous suivre de la vie à la mort, ne font qu'augmenter votre bonheur, que de développer une science de paix profonde; et cette paix vous laisse entrevoir les mystères puissants de la Bonté de Notre-Seigneur. Frères et sœurs, vous pouvez dire en tout temps: « Nous portons des fleurs, nous respirons leur parfum, parce qu'en tout temps il nous faudra souffrir, en tout temps il nous faudra subir des persécutions. - Voilà vos fleurs et leur parfum! Le parfum des fleurs de la persécution ne s'arrête ni aux nuages, ni au firmament; il va jusqu'au Ciel aux pieds de notre Époux, sur Son Trône Éternel. . Chers frères de la Croix, prenez votre nourriture, dans les Blessures Sacrées de Jésus, dans vos accablements et dans vos délaissements. Allez à ce Repas Divin. Allez, vous, âmes que Dieu a choisies pour Lui gagner des âmes, pour les Lui présenter florissantes de  Grâce après vos travaux, après votre mission accomplie. ! Quelle joie! Quels transports pour vous d'avoir placé des âmes autour de Son Trône Éternel! Vivez d'amour au milieu des épines! Qu'il est doux de parler avec le langage de l'amour! Ce langage se puise à la pointe des épines, dans le poids des croix de Dieu.

Chers frères, étudiez vos sermons et vos conversations au pied du Crucifix et vous sentirez les doux effets de l'amour embrasé qui a fait les Séraphins et les Chérubins.

Sur la terre, chers frères de la Croix, vous vous nourrirez d'un Aliment précieux et fort, c'est l'Aliment de notre cher Époux, c'est Sa grâce, c'est Son amour, c'est Sa Tendresse; Il vous donne tout, Il vous invite à ce Banquet. Allez avec bonheur, allez vous fortifier, allez dilater vos âmes dans ce pur amour qu'aucune créature ne peut donner. Vos cœurs sont devenus des fontaines, tandis que vos yeux ont été creusés dans les sources, c'est-à-dire dans les larmes. . Notre cœur, dans sa fontaine, nage, surnage, surabonde de joie, mais de joie secrète, joie qui n'est point connue de l'humanité du corps, ni des misères du corps. Cette joie n'est connue que de Dieu, que de Ses Blessures Sacrées. Pourquoi ce secret? C'est pour te faire mériter, frère appelé par la grâce, à la participation et à la distribution des richesses, des biens, des gloires, de ton Dieu Éternel! Dans ce temps qui passe vous devez être tous comme des agneaux qu'on immole sur la Croix, sans vous plaindre, sans murmurer, sans dire: Mon Dieu, pourquoi cette peine? C'est l'heure du sacrifice, c'est l'heure où les brebis du Seigneur seront immolées par la langue, par l'esprit, par la vengeance du cœur ennemi. L'immolation est admirable; le souffle de vos cœurs redit à Dieu un cantique d'amour et d'action de grâces. Pourquoi? Parce que vous ne cherchez point à vous défendre, à vous excuser. Vous portez ce qu'on vous donne, vous chargez sur vos épaules la croix qu'on vous a préparée et qui est bien loin d'être juste, parce qu'on ne vous croit pas justes, ni justifiés dans la justice de Dieu .Aux yeux du monde, aux yeux de vos frères, vous paraissez coupables. Laissez faire, laissez agir, laissez vous dépouiller du premier)pmanteau: ce n'est pas le plus beau, le plus parfait. Il est, sans doute le manteau qui sauvegarde l'innocence, mais ce n'est pas le manteau de l'innocence. Celui-là est plus caché, ils ne l'atteindront pas. Quelle joie! Tressaillons ensemble de bonheur et d'amour, parce que vous êtes appelés du nom de martyrs, martyrs de patience, martyrs par la soumission, martyrs par la charité et la résignation, martyrs par l'amour aimant, c'est-à-dire par l'amour qui aime Dieu. Oh! Que votre part est belle! Ah! si ceux qui vous causent ce martyre connaissaient votre paix! ... Vivez dans l'amour de Dieu. L'amour se puise au pied de la Croix. Faites le Noviciat de la Croix, noviciat de paix, noviciat d'amour, cloître d'Espérance, avant d'aller faire la profession dans les Cieux, profession éternelle. La vie chrétienne est comme la vie religieuse. Avant de prononcer les vœux définitifs, la profession, la religieuse ou le religieux doit apprendre dans un noviciat, comme un bon ouvrier doit d'abord être apprenti, puis professionnel confirmé. Dans noviciat, il y a nouveau, il y a changement, ce qui renvoie au vieil homme qui doit faire place à l'homme nouveau en chacun de nous. En cela, nous sommes tous novices, et avons beaucoup à convertir en nous. La croix est faite pour cela. Le cloître est un lieu de silence et de prière, à l'écart de l'agitation du monde, le noviciat est école de recueillement.

Entrez dans la Sainte École des Plaies de Jésus Crucifié, c'est là que l'on apprend, c'est là que l'intelligence se développe.

( Entrer dans les Plaies de Notre-Seigneur, signifie comprendre qu'Il nous a aimés jusque-là, Lui qui, en tant que Dieu est impassible, a voulu nous montrer dans Son humanité souffrante les preuves de la Vérité de Son Amour « J'ai gravé ton nom dans la paume de mes mains et dans Mon Cœur », « Pour l'Éternité, Jésus porte Ses Plaies ineffaçables, dernier héritage et seul souvenir de l'infinité de la faute, lavée dans l'infinité de la souffrance, par l'infinité de l'Amour» (Mgr Ghika). Et, en se développant, elle devient Divine, parce que l'écoulement de la grâce de Notre-Seigneur la vivifie, la qualifie, l'embaume et la transforme ... La Croix a été le partage de Dieu, elle a été ensuite le partage des Saints, elle est votre partage! Chérissez-la, plantez-la dans le plus beau parterre de votre cœur, c'est-à-dire dans le lieu le plus orné,le plus riche !

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 09:23

"Par le fléau de la guerre,la terre est un purgatoire.Souffrez par amour le purgatoire de cette, vie militante et souffrante,vous mériterez ainsi de ne point souffrir de purgatoire après votre mort."

"Les calamités publiques sont des rappels aigus par miséricorde de cette grande vérité oubliée: toutes vos vies et tous vos biens doivent servir à Dieu,doivent entrer dans le Sacrifice d'adoration qui Lui est dû." (NSJC La Messe vécue)

Partager cet article
Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 08:25

 EXTASE DU 23 SEPTEMBRE 1878 Marie-Julie Jahenny

VISITE DE SAINT FÉLIX (EXTRAITS)

Saint Félix de Dunwich fut évêque et apôtre de l'Angleterre. Il est mort en l'an 648. Fête le 14 Février.

Je suis Saint Félix, qui a travaillé à la conversion des Anglais.

Je viens dire un mot de la part du Seigneur ...

J'ai souffert toutes sortes de peines d'accusations et de noires persécutions. Je ne me suis point rebuté, j'ai continué mon pénible travail. ... J'ai continué ma mission qui venait du Ciel. J'ai souvent été frappé par ces âmes infidèles éloignées de Dieu. J'ai comparu devant les tribunaux, mais je n'ai pas faibli. Après avoir gagné une multitude d'âmes à Dieu, je pris quelque repos au milieu des Anglais. Je fus soigné de leurs mains et leurs cœurs compatissaient à mes souffrances. Ce fut, dans cette grande souffrance, que le Seigneur m'ouvrit la beauté des Cieux. Ce fut sur la croix que j'entrais dans la douce conversation intime des secrets de Dieu. Pour me récompenser, le Seigneur m'envoya toutes sortes de douleurs. J'étais crucifié de tous mes membres, privé de convertir et de travailler au salut des âmes. Subitement, notre Bon Sauveur rendit la viejaux membres de mon corps desséché. Je pus encore, pendant quelques années, travailler à la conversion des Grands de l'Angleterre, qui étaient restés obstinés dans leur refus de la Foi. J'entrais à Londres, où il y avait un grand nombre d'âmes sous l'emprise infernale. Je fus deux fois lapidé, je fus insulté. Mais Dieu, dans Sa Puissance amoureuse, sait toujours tout faire pour Sa Gloire. Il me soutint. Au milieu de ces cruelles persécutions, j'étais meurtri, couvert de blessures. Dans la nuit, un Ange vint, avec une fiole, fermer mes blessures et, le lendemain, j'étais parfaitement et miraculeusement rétabli. . Je fis un grand nombre de conversions à Londres, et elles ont persévéré. Je revins alors au milieu des Anglais et je retrouvais leur Foi forte et puissante .... Mais j'eus encore des assauts terrible à souffrir, je fus menacé d'être mis en prison par les gardes. Je fus sur le point de passer en jugement, car j'étais calomnieusement accusé. Mais mon innocence devant Dieu état sans tache. Je fus délivré par la voix d'un jeune homme inconnu.

La veille de ce jugement, je vis entrer dans la cellule où je me retirais pour prier et faire pénitence. Il me dit: « Aujourd'hui, sors de l'Angleterre, et va dans la ville la plus proche de la France », Cette voix m'était inconnue, mais sa douceur ravissait mon âme. Je résistais. Dans la profondeur de la nuit, la même voix me rappela et me dit: "Sors vite, car on se dispose à venir te prendre et te conduire devant tes accusateurs". Aussitôt, je suivis le jeune homme, qui me conduisit dans cette ville qui touche le bord de la France (Douvres?) et là j'ai passé un mois et quelques jours la persécution s'était un peu relâchée, mais j'étais toujours menacé. Je retournais en Angleterre. Je m'armais d'une très grosse croix de l'ancien temps et je m'en fus au-devant de mes juges et de mes calomniateurs. Je leur dis: "Voilà la victime, je me mets à votre disposition, jugez-moi, condamnez-moi, mais, en me jugeant et en me condamnant Cette parole produisit la consternation sur les visages. Je remportais la victoire. Je fus, ensuite, poussé à prêcher fortement et je fus inspiré par le Ciel. Mes juges et mes calomniateurs tombèrent à mes pieds. Je les convertis. Voilà la récompense d'affreuses persécutions. Le Bien du Ciel tomba sur la pauvre victime accusée, innocente ... Ensuite, j'ai parcouru bien des pays, j'ai toujours souffert, toujours la persécution a suivi mes pas.

Chers Frères et amis de la Croix, faisons notre joie du pain de l'amertume, puisque ce n'est que par le mépris qu'on se rend dans la gloire, et ce n'est que par la persécution qu'on devient les vrais amis de Dieu ... Détachons-nous. Restons insouciants de ce qu'on dit de notre personne. C'est dans l'abandon à la Volonté Divine qu'on trouve une force puissante qui semble tout recréer en nous. »

L'Angleterre fut évangélisée sous le pontificat de Saint Grégoire le Grand (590-604) par Saint Augustin de Cantorbéry et ses moines Bénédictins. L'Irlande avait été christianisée en 432 par Saint Patrick. Saint Colomba fonda son premier monastère en Écosse en 563. C'est de ces contrées-là que partirent les Saints Évangélisateurs de la Bretagne. N'oublions pas, et rendons grâces à Dieu de tant d'héroïsme, dont nous devons être dignes.

Partager cet article
Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 19:00

Le pape Léon XIII dans son encyclique Libertas du 2 juin 1888 résume parfairtement la doctrine Catholique concernant la liberté d 'expression.

C'est le bon sens même :bon sens qui est, hélas ! en voie de disparition.

 

« Et maintenant, poursuivons ces considérations au sujet de la liberté d’exprimer par la parole ou par la presse tout ce que l’on veut.

Assurément, si cette liberté n’est pas justement tempérée, si elle dépasse le terme et la mesure, une telle liberté, il est à peine besoin de le dire, n’est pas un droit, car le droit est une faculté morale, et, comme nous l’avons dit et comme on ne peut trop le redire, il serait absurde de croire qu’elle appartient naturellement, et sans distinction ni discernement, à la vérité et au mensonge, au bien et au mal.

Le vrai, le bien, on a le droit de les propager dans l’Etat avec une liberté prudente, afin qu’un plus grand nombre en profite ;

mais les doctrines mensongères, peste la plus fatale de toutes pour l’esprit ; mais les vices qui corrompent le cœur et les mœurs, il est juste que l’autorité publique emploie à les réprimer sa sollicitude, afin d’empêcher la mal de s’étendre pour la ruine de la société. Les écarts d’un esprit licencieux, qui, pour la multitude ignorante, deviennent facilement une véritable oppression, doivent justement être punis par l’autorité des lois, non moins que les attentats de la violence commis contre les faibles. »

Partager cet article
Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 09:51

"Je règnerai et Me manifesterai. Il n'a fallu que douze hommes remplis de l'Esprit de Dieu pour transformer le monde. Il Me faut encore ces âmes de première Chrétienté: par ce petit troupeau Je recréerai, Je réparerai les ruines, Je sanctifierai la terre. »NSJC -La Messe vécue

Partager cet article
Repost0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 09:22

 EXTASE DU 19 SEPTEMBRE 1878 Marie Julie Jahenny

VISITE DE SAINT JEAN, PAPE ET MARTYR (EXTRAITS)

L'Élu qui se présente à Marie-Julie est Saint Jean 1er, Pape italien de 523 à 526. Il fut emprisonné par ordre de Théodoric, roi arien. L'hérésie arienne niait la Divinité du Christ et causa de grands ravages dans la Chrétienté, bien que condamnée par le Concile de Nicée en 325. Les catholiques fidèles à Rome et à ses enseignements furent longtemps persécutés par des rois et des Empereurs hostiles. Les Ostrogoths et les Wisigoths qui occupèrent l'Italie et l'Espagne furent tirés de cette hérésie par les Apôtres des Temps Barbares. - Saint Jean, Pape, mourut dans sa prison. Sa fête est célébrée le 27 Mai. · ,.

 

« Chers enfants de Dieu, que la paix la plus profonde règne dans vos âmes. Je suis Saint Jean, Pape, mort en prison. Je fus exilé pour la cause de Dieu, et je fus tourmenté par d'horribles tortures, dans la prison où j'ai rendu mon âme à Dieu ... J'ai subi d'amères douleurs pour n'avoir pas voulu renier le Nom de Jésus-Christ et pour avoir soutenu le Dogme de la Sainte Trinité et l'infaillibilité de l'Église. Depuis mon martyre, beaucoup m'ont suivi et ont remporté la même palme que moi. Après avoir porté des chaînes, frappé et privé de nourriture, je n'étais pas au bout de mon martyre. Je subis un deuxième interrogatoire par les Empereurs et leurs serviteurs. Rien n'ébranla ma Foi. J'ai gardé dans mon âme le Saint Nom de Dieu et, en même temps, la pensée de la Sainte Église exilée pendant ce siège. Ces deux pensées me firent accepter le trépas. Je fus frappé et soumis aux épreuves les plus terribles, après cet interrogatoire. Ce fut là que j'allais consommer mon martyre, après de longs jours d'exil. Je fus lié, pieds et mains, et suspendu par le cou avec une chaîne, après de rudes coups. Ce fut dans cette prison d'exil que mon âme prit son vol vers la récompense éternelle.

Nous sommes tous des martyrs sur la terre, chacun par la manière fixée par la Divine Volonté. Nous sommes placés sur une terre d'exil, et, aujourd'hui plus encore que jamais, car on veut exiler le Nom de Dieu, la Religion et l'Église. On veut que les chrétiens plient sous la loi. .. Chrétiens, préparez vos armes, c'est-à-dire votre courage, car les menaces sont grandes .Le coup qui est porté sera terrible par son retentissement ... L'Eglise est en péril. .. Il faudra du courage et du sang pour sauver le Temple de Dieu ... Notre Seigneur vous donne de lourdes croix, ce sont ces croix qui vous épargneront le grand coup Soyez donc heureux de porter la Croix de notre Divin Maître »

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:45

Préparer le grand Règne Eucharistique (suite)

 

« Je règnerai ,malgré Mes ennemis »

(NSJC La Messe vécue)

«Mes petits enfants, quand Je vous parlais de Mon Œuvre, vous faisiez comme Mes disciples qui voyaient humainement le Royaume de Dieu.

Je vous l'ai dit: il y aura des manifestatlons extérieures de Mon Œuvre ; elles seront le résultat normal de la poussée de vie qui est en vous.

Le Royaume de Dieu est au dedans de vous; Mon Œuvre est tout d'abord Mon Règne du dedans, par quoi Je vous possède et vous Me possédez.

Lorsque Je vous aurai gagnées, c'est par vous- âmes possédées de Dieu - que Je règnerai et Me manifesterai. Il n'a fallu que douze hommes remplis de l'Esprit de Dieu pour transformer le monde. Il Me faut encore ces âmes de première Chrétienté: par ce petit troupeau Je recréerai, Je réparerai les ruines, Je sanctifierai la terre. »

Partager cet article
Repost0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 08:03

 EXTASE DU 17 SEPTEMBRE 1878 Marie-Julie Jahenny

VISITE DE SAINT FRANÇOIS D'ASSISE (EXTRAITS)

Saint François d'Assise est le Père spirituel de Marie-Julie du Crucifix qui était tertiaire de l'Ordre Franciscain. C'est le Père Séraphique, celui qui la guide et la soutient dans la voie de lumière et d'amour, de don total d' elle-même, voie qu'il connaissait d'expérience personnelle. La mission de Saint François. dans le renouveau de l'Église, est primordiale: "Va, François et répare Mon Église". Ces paroles qui retentirent dans la chapelle effondrée d'Assise sont toujours d'actualité. La reconstruction sera l' œuvre de la coopération du Ciel et des fidèles de la terre,par la Croix et l'Hostie .Marie Julie fut ignoblement calomniée,méprisée et trahie.Elle est encore bien incomprise et moquée en particulier sur ses prophéties du grand règne Eucharistique La servante n'est pas plus grande que le Maître... Comme Jésus devant Pilate, elle se taisait....elle priait pour ses bourreaux...

 

Chers frères de la Croix, ne vous inquiétez de ce qu'on dira de vous! De ce qu'on fera contre vous! Gardez la paix et l'espérance car le chemin qui conduit à l'honneur et à la gloire vous est ouvert ... Pourquoi ne vous attaque-t-on pas en face? Parce que Dieu a versé en vous un respect que vous avez mérité, en vous dévouant à Sa gloire. C'est ce respect, venant de Dieu, qui empêche les affronts et empêche vos ennemis de s'approcher en face de vous, la tête et les yeux levés. Voilà pourquoi ils vous respectent par force. Il y a encore quelque chose qui les renferme; ils sont attaqués en eux-mêmes, sans savoir comment ils sont retenus par une puissance invisible qui leur souffle: "Tu respecteras l'âme choisie de Dieu, tu respecteras le corps de l'homme dont tous les mouvements se dévouent à l' œuvre de ton Dieu". Voilà le souffle qu'ils ne voient, ni ne connaissent, ni n'entendent, mais qu'ils ressentent ... Chers frères de la Croix, pourquoi déchire-t-on votre réputation? C'est que vous êtes des hommes d'une chair trempée et retrempée dans la source Divine qui n'est réservée qu'aux véritables et fidèles serviteurs de Dieu. Voilà pourquoi vous êtes solides comme le fer éprouvé par le feu. Mais on ne peut déchirer votre honneur, parce que votre honneur n'est pas un honneur naturel, comme celui de tous les autres. Cet honneur ne vient que de Dieu, que de Sa Croix, que de Ses promesses. Il ne vient que de la Divine volonté,Volonté, que de la confiance que mes frères ont en Dieu. Pourquoi invente-t-on? Parce que l'honneur jaloux des ennemis de mon Dieu s'élève en eux, qu'il les travaille, qu'il ne leur laisse aucun repos, c'est là un honneur, un orgueil qui vit dans les vices, dans la colère, dans la vengeance de tous vos ennemis qui sont les ennemis de Jésus-Christ. .. Cette rage vient de la jalousie, de l'orgueil, du désir que Dieu ne soit pas défendu, que Son Nom ne soit pas respecté, que Sa Croix n'ait pas de défenseurs, que tout ce qu'Il fait soit oublié et anéanti. Voilà pourquoi vous souffrez, pour Dieu, pour Son Nom, pour Sa Cause ... Le petit nombre des amis de la Croix est choisi et béni. C'est Dieu qui le veut ainsi. Il a pour lui les plus belles promesses divines ... Dieu a dit: « C'est sur vous, sur toi et sur toi, que j'arrête Mon Regard adorable. Je veux que tu Me sois dévoué dans Mes desseins. Je te choisis pour soutenir, pour défendre le commencement de Mon œuvre. Je te place dans Mon œuvre comme un poteau solide; tu l'appuieras, tu la soutiendras, tu la porteras sur tes épaules, quand elle sera dans les plus grandes menaces ... » Les victimes et les serviteurs sont destinés à aider Notre-Seigneur à soutenir l'œuvre, les murs de l'œuvre, pour la placer sur de belles pierres taillées et polies. Quelle belle couronne de Gloire! Quel honneur! ...

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 09:16

L’Église catholique peut-elle être détruite ou périr ? Non ; l’Église catholique peut être persécutée, mais elle ne peut être détruite ni périr. Elle durera jusqu’à la fin du monde parce que, jusqu’à la fin du monde, Jésus-Christ sera avec elle, comme Il l’a promis. Catéchisme de saint Pie X.....

 

Sa Sainteté Léon XIII,in « Satis Cognitum »:Encyclique du 29 Juin 1896 sur l'unité de l'Église Extrait

 

Mais comme l'Église est telle par la volonté et par l'ordre de Dieu,elle doit rester telle sans aucune interruption jusqu'à la fin des temps,sans quoi elle n'aurait évidemment pas été fondée pour toujours,et la fin même à laquelle elle tend serait limitée à un certain terme dans le temps et dans l'espace:double conclusion contraire à la vérité.

Il est donc certain que cette réunion d'éléments visibles et invisibles étant,par la volonté de Dieu,dans la nature et la constitution intime de l'Église,elle doit nécessairement durer autant que durera l'Église elle-même.

C'est pourquoi Saint Jean Chrysostome nous dit: "Ne te sépare point de l'Église;rien n'est plus fort que l'Église.Ton espérance,c'est l'Église.Elle est plus haute que le ciel et plus large que la terre.Elle ne vieillit jamais,sa vigueur est éternelle.

Aussi l'Écriture,pour nous montrer sa solidité inébranlable,l'appelle une Montagne." (Hom.de capte Eutropio,n6).

Saint Augustin ajoute: "les infidèles croient que la religion chrétienne doit durer un certain temps dans le monde,puis disparaitre.Elle durera donc autant que le soleil:tant que le soleil continuera à se lever et à se coucher,c'est à dire tant que durera le cours même des temps,l'Église de Dieu,c'est à dire le Corps du Christ,ne disparaitra point du monde" (In Psal.LXXI).

Et le même Père dit ailleurs: "L'Église chancellera si son fondement chancelle;mais comment pourrait chanceler le Christ?Tant que le Christ ne chancellera point,l'Église ne fléchira jamais jusqu'à la fin des temps. Ou sont ceux qui disent: "L'Église a disparu du monde". puisqu'elle ne peut pas même fléchir?" (Enarratio in Psal.CIII,sermo II,n.5). (...)

Au contraire,ce véritable pouvoir,dont nous parlons,est déclaré et affirmé dans ces paroles: "Et les portes de l'enfer de l'enfer ne prévaudront point contre elle".

"Qu'est-ce à dire,contre elle?Est-ce contre la pierre sur laquelle le Christ batit l'Église?Est-ce contre l'Église?La phrase reste ambigüe;serait-ce pour signifier que la pierre et l'Église ne sont qu'une seule et même chose?Oui,c'est là, je crois,la vérité:car les portes de l'enfer ne prévaudront ni contre la pierre sur laquelle le Christ batit l'Église,ni contre l'Église elle même" (Origenes,comment.in Matt.,t.XII,n.11).

Voici la portée de cette divine parole:l'Église,appuyée sur Pierre,quelle que soit la violence,quelle que soit l'habileté que déploient ses ennemis visibles et invisibles,ne pourra jamais succomber ni défaillir en quoi que ce soit."

Partager cet article
Repost0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 07:27

 EXTASE DU 16 SEPTEMBRE 1878. Marie-Julie Jahenny

VISITE DE SAINT LAMBERT, ÉVÊQUE ET MARTYR (EXTRAITS)

Saint Lambert, né en 640, est mort en l'an 709. Il fut Évêque de Maëstricht, et soutint l'apostolat de Saint Willibrord (658-739) Evangélisateur de la Frise et de la Saxe, qui baptisa Pépin le Bref, père de Charlemagne, l'Empereur très chrétien.

« Mon nom est Saint Lambert, Évêque et Martyr. J'ai souffert le martyre en soutenant les vérités de Dieu et de l'Église, parce que je n'ai pas voulu violer les lois chrétiennes et renier ma Foi. On a fait bien des martyrs à l'époque où je fus martyrisé. Il a été versé beaucoup de sang par les hommes barbares et impies, qui avaient rejeté la Foi en Jésus-Christ. Mon martyr fut long, par des tortures de toutes sortes; on ne pouvait m'arracher la vie. J'ai été torturé d'une manière affreuse et sans pitié. Mes membres ont été tordus, broyés sous une espèce d'instrument de fer. Puis, après avoir été ainsi moulu, pour ainsi dire, je fus exposé sur un grillage hérissé de pointes aiguës qui transperçaient ma chair et déchiraient mon corps. Je fus frappé avec des verges de fer sur toutes les parties de mon corps, de sorte que je ne pouvais faire aucun mouvement. Le dernier supplice fut encore plus douloureux; on fit des ouvertures sur toutes les parties de mon corps et j'ai ainsi versé mon sang pour soutenir la Foi.

 

Maintenant, je vais dire un mot de la part de Notre-Seigneur.

Il est bien doux de souffrir et d'endurer le martyre, quand on a la vraie Foi chrétienne. Rien n'épouvante, rien n'affaiblit, rien ne décourage, quand il s'agit de faire la Sainte Volonté de Celui qui est mort pour nous. Pendant toute ma vie, j'ai aussi bien souffert sur la terre; j'ai été accusé, j'ai porté des fardeaux d'accusations. Quand l'amour de Dieu est fondé dans les âmes, tout devient léger au point que l'on ne ressent pas l'atteinte des plus grandes douleurs. Souffrir de la part des hommes est bien doux, parce qu'on éprouve une force surhumaine, qui nous vient d'en Haut, et qui nous donne un courage tel qu'on est prêt à affronter tous les périls, toutes les menaces et toutes les condamnations ... Notre-Seigneur a planté, dans notre cœur, une vigueur de courage et d'Espérance.. qui ranime en nous une Foi si vive, un amour si ardent qu'on a pour Dieu une très grande reconnaissance. Dieu seul, connaît le prix de cette grâce amoureuse. Les souffrances de cette vie sont le plus court moyen pour arriver à la perfection. L'homme, qui ne souffre ni dans son corps, ni dans son âme, ni dans son cœur, doit beaucoup craindre et s'inquiéter, parce qu'il est loin de la Sainte perfection. La perfection laisse sur le visage de l'homme des traits rayonnants, qui annoncent l'élévation de son âme, de son cœur, de ses pensées vers Dieu, qui est son Espérance. Notre-Seigneur nous place, sur la terre, dans une espèce de prison obscure, fermée, noire, et cette prison, ce sont nos misères humaines, qui s'élèvent comme des murs, pour nous faire encore plus captifs. Notre-Seigneur adorable ne nous a pas placés sur terre pour jouir et nous reposer, et pour être parfaitement heureux. Il nous a placés sur terre, d'abord pour L'aimer et ensuite, pour nous faire participants de Son Divin Royaume. Passer sa vie sur terre sans aimer Dieu, c'est passer sa vie sans vie, sans attendre d'être récompensé. Notre-Seigneur adorable, dans Son amour de Père, permet quelquefois qu'on soit écrasé, mutilé, noirci. Ces moments sont bien riches, bien précieux et pleins d'amour. Si nous connaissions, en ce moment ce que Notre-Seigneur nous prépare, nous promet et nous donne, nous vivrions hors de nous-même, dans l'Espérance Divine. Notre-Seigneur regarde notre âme avec tant de tendresse, tant d'amour, qu'Il l' embellit par Son regard. Il écarte les grains de poussière, c'est-à-dire les misères qui entourent cette âme, et Il la pare de beauté, de splendeur. Il lui donne une liberté supérieure pour goûter combien il est doux de s'élever à la perfection désireuse d'aimer. Au moment de l'accablement et du délaissement, notre âme gagne un trésor de grâces, auprès de Dieu; elle entre dans l'amitié de son Créateur. C'est par là qu'il vous faut tous passer, plus ou moins profondément. Il faut vite retirer nos attachements de cette terre, pour les donner au Souverain Créateur de toutes choses. Dieu n'aime pas une âme qui a une attache montante vers le Ciel, et une autre attache descendante vers la terre; car toujours l'attache de la terre détruira la force de l'autre. Il faut trancher cette attache trop humaine, où la charité n'est pas toujours parfaite. Dans l'humanité, il n'y a qu'imperfection, misère, légèreté. Au contraire, dans l'attache Divine, tout est parfait, tout devient parfait, tout s'élève en perfection complète. Quelquefois, la faiblesse du cœur trouve la consolation dans la faiblesse de la voix humaine. Il ne faut pas trop rechercher et savourer cette consolation, parce que, dans cette recherche, pendant le temps qu'on y passe, la pensée de Dieu est oubliée. La pensée humaine est, dans toute sa force et son étendue, occupée de viles misères et d'affections imparfaites. Notre-Seigneur nous envoie Ses croix, avec tendresse, pour que notre âme, notre cœur, notre esprit, notre pensée, ne soient occupés que de Dieu seul et de Sa Croix. Quand Il envoie Ses chères croix, il veut que nous ne soyons occupés que de Lui et de Sa Croix. Il veut que tout le reste disparaisse. C'est pour nous faire penser à Lui qu'Il nous accable plus profondément, parfois ... Courage! Si Dieu vous accable, c'est un signe qu'Il vous aime, qu'Il vous prépare, qu'Il vous destine et vous prédestine, comme les ouvriers à une grande œuvre. Vivez sans consolations, sans assurances, sans soutien humain, pour ainsi dire, sans lumière, c'est la plus grande douleur, il est vrai, mais la plus méritante. Je m'en vais maintenant prier pour tous mes frères dans la Croix, et sur la Croix, puisque, sur la terre, vous êtes tous ouvriers pour la Croix, ouvriers pour l'œuvre de Dieu, ouvriers pour l' œuvre de la Sainte Trinité. »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens