Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 01:33

  Zoom 150                                     La Compassion du Sacré-Cœur 1/2

                                                  (Sainte Angèle de Foligno)-

« La souffrance est fille de la lumière »

« La douleur de Jésus fut multiple et ineffable. Parlons d'abord de Ses compassions.

Sa compassion pour le genre humain, qu'Il aimait d'un amour immense, le remplit d'une douleur aiguë et déchirante. Ce n'était pas seulement une compassion générale pour l'espèce humaine tombée et condamnée; c'était une compassion immense, particulière à chaque individu.

Et Il ne voyait pas seulement d'une vue générale les péchés de chaque individu. Il mesurait exactement chaque péché et chaque châtiment, dans le passé et dans l'avenir.

Chaque homme passé, présent ou futur, chaque péché de chacun de ces hommes, perça d'une douleur sans mesure Celui qui nous aimait avec une miséricorde et une compassion sans mesure... Il aimait chacun de Ses élus d'un amour inexprimable. La profondeur de cet amour, mesuré sur chacun d'eux, rendit continuellement présente à Jésus toute offense et toute peine passée, présente ou future, et telle était Sa compassion pour chaque douleur qu'Il les prit toutes sur Lui dans une douleur immense. Ce fut cette compassion immense qui précipita Jésus vers la Croix, vers la mort, vers l'abîme des tortures. Il voulait nous racheter! Il voulait nous soulager!

Une des douleurs les plus oubliées de Jésus-Christ fut Sa compassion pour Lui-même. Ses tortures innombrables, et l'ineffable douleur dont Il se voyait menacé firent qu'en Se regardant Lui-même Il eut le cœur déchiré. Voyant et considérant que la mission qu'Il tenait de Son Père était de porter le poids de tous les péchés et de toutes les douleurs des Élus, sentant que ces choses terribles étaient infaillibles, certaines, immanquables, et qu'Il était dévoué, corps et âme à leur étreinte, Il fut saisi, en Se regardant, d'une pitié déchirante... Sa Passion fut toute Sa vie dans Sa mémoire.

Mais voici une des souffrances les plus inconnues de Jésus-Christ. Ce fut Sa compassion pour Dieu le Père, pour le Père des miséricordes. L'amour de Jésus pour le Père, pour le Dieu de toute compassion, dépasse les conceptions de l'homme. Voyant Dieu, l'objet de Son immense amour, à ce point blessé de compassion pour nous, qu'Il livra Son Fils Unique, Son Bien-Aimé à la mort, et qu'Il Se fut livré Lui-même, si cela eût été convenable, Il fut saisi d'une douleur immense, et eut pitié de cette pitié.

J'affirme que la douleur du Christ fut chose ineffable, parce qu'elle fut une concession, une permission, un don de la Sagesse, une dispensation divine, antérieure à nos pensées, supérieures à nos paroles, Lui dispensait la douleur et c'était la douleur suprême. Plus la dispensation divine fut admirable, plus la douleur qui en résulta fut perçante et déchirante. C'est pourquoi aucun entendement créé n'a la capacité nécessaire pour embrasser cette douleur. Cette dispensation divine fut le principe de toutes les douleurs de Jésus-Christ, leur Alpha et leur Oméga.

Et s'il est impossible à l'intelligence de concevoir l'amour par lequel Il nous racheta, il est également impossible de concevoir la douleur dont Il souffrit. Impossible, car cette douleur était fille de la lumière. Elle provenait directement de la lumière donnée au Christ, et cette lumière était ineffable. Sa Divinité Elle-même, Lumière ineffable, illuminait le Christ ineffablement, et vivant en Lui avec la dispensation dont je parle, Le transformait en douleur au sein de la lumière divine. Cette douleur est un Sanctuaire dont la parole ne s'approche pas.

Jésus-Christ voyait, dans la lumière divine, l'ineffable immensité de la douleur qui faisait en Lui des prodiges; douleur cachée à toute créature par la vertu de l'Ineffable. Car cette douleur, je veux dire cette lumière divine, eut pour principe et pour origine la dispensation de Dieu. (Ne cherchons donc pas à comprendre plus clairement ces paroles, car nous entrons dans le domaine océanique du Mystère divin. Respectons-Le et adorons-Le dans la Foi)

A suivre

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens