Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 octobre 2012 2 30 /10 /octobre /2012 07:59

sans-titre

                                             Le culte de l'Humanité Sainte du Christ, seul moyen d’aller au Père

 

                                 Un des premiers à promouvoir ce culte fut Saint Bernard. C’est un des traits marquante de sa spiritualité: "l'intelligence et l 'amour», ou pour mieux dire "la passion de l’Humanité du Christ". Pour Saint Bernard "chacun des faits de la vie de Jésus renferme un enseignement et communique une grâce de conformité".

 Il s’arrête et s'attendrit devant la crèche et le crucifix. Et il entraine ses disciples dans cette voie. On peut dire qu’il a été le premier «  théoricien de l'imitation du Christ ».

                              Il revenait à Saint François d'Assise de recueillir dans l'Église cet héritage et de lui donner tout son éclat, "Le germe qui était dans Saint Bernard et dans son siècle s’épanouit dans le Petit Pauvre en une floraison dont le parfum a rempli le monde. »

                              Grâce à Saint Bonaventure, la piété ardente de Saint François trouvera sa solide armature doctrinale,  l'Humanité Sainte étant définie comme "la Porte de la Divinité". Conduisant pas à pas l'âme fidèle jusqu'au Christ, dans son "Itinéraire ", à travers les ombres, les vestiges, les images de Dieu, le Docteur Séraphique s’écrie: "Avec le Christ crucifié, passons au Père !" ». L'imitation du Christ et la contemplation aimante de l 'Humanité Sainte de Jésus: dans les étapes  et les mystères de Sa vie: C'est là le seul moyen d'aller au Père, la Porte unique, voulue de Dieu.

 

                                Une objection vient à l’esprit, et les théoriciens de la vie mystique n'ont pas manqué d'en faire état. L'objet de 1a contemplation ne peut être en définitive que l 'Essence divine, toute spirituelle, 1’esprit  ne doit-il pas, pour parvenir à ce terme, s’abstraire délibérément de 1'Humanité Sainte, considérée comme  un obstacle ? Il y a là un argument spécieux; un piège très subtil, contre lequel Sainte Thérèse d'Avila a réagi avec vigueur d'autant qu'elle s'était elle -même laissée séduire quelque temps par l'erreur. «  Pour moi, écrit-elle,  je le vois clairement et je l’ai  toujours admis depuis le jour où Dieu m'a ramenée  de mon erreur : nous ne pouvons plaire à Dieu que par la très Sainte Humanité de Notre Seigneur. C'est par elle qu'Il veut nous accorder des grâces signalées. C’est en Elle, comme Il l’a dit, qu'Il a mis Ses complaisances, J'en ai fait l 'expérience très souvent et le Seigneur Lui-même me l'a dit : telle est la Porte, Je l’ai vu clairement par Laquelle nous devons entrer, si nous voulons que la souveraine Majesté nous dévoile de grands secrets" (Vie, Chap. XXII). "Ainsi donc ne cherchez point d'autre chemin, alors même que vous seriez au sommet de la contemplation. En le suivant, on marche avec sécurité" - "Je vous l’assure, mes filles, je regarde comme dangereux de considérer comme un obstacle à notre perfection la Sainte Humanité de Notre-Seigneur. Le Démon pourrait nous amener par là jusqu'à nous faire perdre la dévotion envers le Saint- Sacrement. »

 (Château VI,  chap7 )

 

                Cette dernière remarque est éclairante: dans l'Eucharistie n'est-ce pas 1’Humanité du Christ, Son Corps, qui nous livre la Divinité ? Et en même temps nous trouvons là une juste réponse à ce que 1’objection des « spirituels » contenait de valable : l’Humanité Sainte, toute réelle et substantielle qu'elle soit dans l'Eucharistie ne s'y livre pas sous cette forme sensible qui peut provoquer un attachement "trop humain", devenir obstacle à la contemplation, faire écran  "l'adoration en esprit et en vérité" (Jn 4,23).

 

              C'est bien la Divinité que poursuit et qu'atteint le regard de foi mais toujours dans et par le Christ, par la seule Porte, par le Sacrement  des sacrements qu'est l 'Humanité Sainte. Au ciel même , l'Agneau sera le flambeau de la Cité Sainte, et «  c'est dans Sa Lumière que nous verrons la Lumière » (Ap 22.23 - Ps 35,10).· Et dans la condition présente, à plus forte raison en va-t-il ainsi : "Nul ne vient au Père que par Moi. Qui Me voit, voit Mon Père" (Jn 14,6-9). Car, nous dit Saint Paul, "c'est dans le Christ qu'habite corporellement toute la plénitude de la Divinité" (Col 2,9). "Il est plus que jamais l'image du Dieu Invisible, le rayonnement de Sa gloire, l'Empreinte de Sa Substance" (He 1.3) •

 

                     Ces vues ont-elles une valeur d'opportunité, par rapport à l'actuelle crise de l'Église ? Sans aucun doute. Pour qui réfléchit sur les causes profondes de cette crise de la foi, il apparait que la vivante redécouverte de l'Humanité Sainte serait le remède spécifique de beaucoup de nos maladies spirituelles. On comprend que Satan s’acharne à multiplier les coups sur ce point précis ! L'Humanité Sainte du Verbe Divin formée en Marie demeurée Vierge, conçue par  l'opération en elle du Saint Esprit. - Voilà le nœud de toutes les merveilles du Visible et de  l'Invisible ! Voilà l'agrafe précieuse, délicate, l'humble et solide lien qui tient ensemble, dans leur divine Harmonie, tous les dogmes , tous les mystères de notre Foi catholique. Que ce lien soit détruit et tout le corps cohérent du Credo catholique en subira le dommage à bref délai. Comme un bouquet dont les fleurs, brusquement dénouées, se dispersent  au sol et sont foulées aux pieds. Séparée de l'Incarnation privée de ce cordon d 'Amour et d 'humilité, qui les enveloppe toutes les vérités chrétiennes, même les plus sublimes, ne sauraient survivre longtemps. L’Humanité Sainte est leur gardienne, leur divine garantie par décret de la Sagesse d'En-Haut par convenance humaine aussi" puisque nous ne sommes pas de purs esprits. Méfions nous donc et fuyons ceux qui prêchent un « libérateur » abstrait, désincarné. Ce sont eux qui sont responsables des horribles crucifix grimaçants dont ils font l’ornement de leurs temples sinistrement dépouillés. Leur liturgie est à l’avenant, abstraite, passe partout et n’allant nulle part. En ces temps de peur, de terreur même, qu’il est bon de s’adresser à  Dieu fait homme dont on connaît le Visage, dont on connaît la sagesse et la tendresse. Quel refuge plus sûr ? Seigneur à qui irions-nous ?

                     Notre Maître nous a demandé au cours des siècles le culte de Son Sacré Cœur, le culte de Sa Sainte Face,le culte de son Chef Sacré,le culte de Ses Saintes Plaies.Avons nous mis en pratique ces désirs royaux? Ou croyons pouvoir nous sauver sans Lui ,qui se met tout à notre service,avec Son Corps,Son Sang, Son Ame,Son Humanité , Sa Divinité. Quel Conseiller est plus admirable et quel Maître plus puissant ? Quel ami plus sûr? 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens