Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 00:16

280px-Periferia Kritis

                       

VISITE DE SAINT TITE (EXTRAITS de l’extase de Marie-Julie du Crucifix du 8 juillet 1878

Saint Tite est un disciple de Saint Paul qui le rencontra lors de son troisième voyage (55-58) vers Ephèse, sur la Côte de la mer Egée. Après avoir accompagné Saint Paul dans plusieurs de ses missions apostoliques, Tite, que Saint Paul appelle son frère et son disciple bien-aimé, se fixa en Crète, désigné par l'Apôtre comme Évêque de l'île. C'est là que Saint Paul lui écrivit une lettre, dont la liturgie nous donne plusieurs extraits en particulier le jour de Noël. Il a le titre de Confesseur de la Foi, car il fit beaucoup pour l'évangélisation du bassin méditerranéen. Son nom est souvent associé à celui de Saint Timothée, autre compagnon de voyage de Saint Paul. Il fut Évêque d’Éphèse (Turquie actuelle) et mourut martyr pour s'être opposé au culte païen de Diane ,à l’âge de 94 ans.

« Je suis Saint Tite, disciple du grand Saint Paul  Je viens dire un mot avant que tu entres dans le Saint Noviciat.

J'ai souffert un martyre de persécutions de toutes parts, sur la terre. J'ai été rudement mené par le grand Saint Paul. J'ai vécu au désert pendant 33 années. J'étais parti de bonne heure, laissant tout derrière moi, pour suivre la voie qui m'a conduit dans cette affreu­se solitude. Dans la solitude du désert on n'est pas plus exempt des peines et des épreuves que lorsqu'on vit au milieu du monde.

J'ai prêché la Sainte doctrine de l'Évangile sous la dictée du grand Saint Paul. J'ai parcouru les villes et les bourgades. J'ai annoncé au peuple la Parole de Dieu. J'ai été poursuivi, frappé, lapidé par ce peuple obstiné qui rcgardait la Parole de Dieu com­me une parole de l'Enfer. J'ai vécu sur la terre sans or et sans argent, couvert d'un misérable vêtement, armé de mon bâton et de ma Croix; c'étaient là toutes mes richesses et tout mon trésor.

         J'étais, par l'obéissance, soumis à tout ce que le grand Saint Paul exigeait de ma volonté. Ce n'est qu'après ses prédications que j'annonçais la Parole de Dieu. Chaque jour, il nous réunissait sous ses ailes et nous apprenait la grande doctrine de Dieu. Après avoir prêché et parcouru le monde, je me sentis soudain inspiré de quitter la solitude et la Prédication Évangélique, mais je consultais le grand Saint Paul, comme je le consultais en tout, et il me dit: Non, il faut des disciples pour prêcher la sainte doctrine chrétienne!

J'obéis donc et je fus envoyé par Saint Paul au milieu des Lucifériens, où il avait longtemps prêché lui-même. Je prêchais donc l'amour de la Croix de Jésus-Christ. Mais je fus accablé de reproches et d'outrages. Je logeais sur le pavé des rues, le jour et la nuit, pendant que je prêchais, parce que ce peuple nous avait en horreur. J'entendis redire à mes oreilles que la doctrine de Dieu était une folie. J'ai souffert, j'ai enduré toutes les peines, mais je ne me suis pas rebuté. Ce n'est que dans les dernières années que je m'acquis le grand amour de la perfection Divine, parce que j'étais de plus en plus en butte à toutes les contradictions. Dieu a alors versé dans mon âme toutes sortes de bienfaits et Il m'a élevé dans la profondeur de Ses derniers secrets.

Cependant, je sentais de plus en plus le poids de ma mission qui m'accablait. Je n'y trouvais plus de goût, tout, en elle, était pour moi aussi amer, que ce que j'avais éprouvé de joie en y entrant. En sortant de chez les Lucifériens, j'entendis par trois fois une voix qui me disait: Sors de la prédication de l'Évangile et de la Croix. Va prêcher un peuple aussi obstiné que celui-ci. Cela m'effraya beau­coup et me bouleversa dans les parties les plus profondes de l'âme. Je consultais Saint Paul de nouveau: Reste encore, me dit-il, l'heu­re n'est pas venue; tu ne fais que commencer à goûter les souf­frances.

J'étais dans des tourments effrayants, que Dieu seul a pu connaître. Je suivis l'ordre de Saint Paul et m'embarquais pour une autre ville aussi hostile à Dieu, à l'Évangile et à la Croix. En entrant dans cette ville, j'entendis encore la même voix qui me parlait. Cette voix divine me terrassa. Je tombais le front sur le pavé et deman­dais à Dieu les lumières pour Le reconnaître. Je vis aussitôt un Ange vêtu de blanc, qui portait à la main une banderole blanche et m'y fit voir une écriture d'or sur laquelle je lus: Tu as assez prêché la doctrine de Dieu et de la Croix à ce peuple obstiné; fais-toi Évêque et va prêcher une autre population aussi païenne que la première. Lorsque j'eus lu cet écriteau, je devins calme et je fus rassuré. Cette lumière me montrait que Dieu m'appelait en ce lieu. Je consultais Saint Paul à nouveau et il me répondit: J'ai eu la même vision en même temps; tu iras par la lumière de la Croix au milieu de ce peuple sauvage et obstiné. J'ai habité la ville d'Afre (en Crête) qui se trouve auprès de celle de Saint Chaffre, ermite ascète. Dans cette grande population, je trouvais de grands obstacles. J'ai été sacré Évêque de cette ville à un âge très avancé et j'y ai vécu 19 ans et 10 mois et j'y finis ma carrière. J'eus beaucoup de persécutions et de tribulations dans cette ville. Chaque jour, dans mes prédica­tions, on m'entourait avec des murmures et des blasphèmes. Dieu réservait une punition à cette ville ingrate, car peu de temps après, Il envoya de nombreux fléaux, qui bientôt firent mourir la plus grande partie de la population.

De plus, établi dans cette ville, j'avais pour ennemis, mes frères d'alentour, qui me reprochaient d'avoir déserté ma solitude et qui me traitait de vagabond et de coureur. Mais Dieu permit que ma sainteté fût connue et éclatante. La plupart de mes frères dans le Sacerdoce devinrent aveugles ou infirmes dans leurs membres les plus nécessaires. Après que cette douleur eût visité ainsi mes confrères, Dieu m'envoya leur porter secours et ce fut la salive de ma bouche qui rouvrit les yeux de mes persécuteurs et ranima leurs membres paralysés. Voilà comment je suis sorti de ces rudes épreuves, que Dieu fut seul à connaître.

Après ces merveilles, je prêchais la doctrine de Dieu et de la Croix, et je convertis beaucoup d'âmes et les rendis à Dieu. Mon corps a reposé dans cette ville, mais pas en entier; une partie fut rapportée dans la solitude du grand Saint Paul.

Il n'est pas de voie plus nécessaire pour nous conformer à l'exemple de notre Divin Maître que les persécutions des hommes. C'est par là que j'ai tout acquis, que je me suis élevé à la haute per­fection divine. Toute ma vie n'a été que fiel et vinaigre, malgré les jouissances divines. Dieu a fait de moi un martyr de peines inté­rieures et de souffrances extérieures, cependant les grâces de la Croix me détachaient de la terre et me perfectionnaient ... »

 

Selon les informations que nous avons, SS Paul VI a été accueilli dans l’île de Crète, après  son départ de Rome en juillet 1981.Cette île dépend du Patriarchat de Constantinople, dont Mgr Athénagoras jusqu’en 1972 fut une grande figure et un ami personnel .Prions donc Saint Tite et Saint Paul de veiller sur lui et de hâter par leurs prières son nécessaire retour.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens