Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 07:29

Pintura preto e branco sobre missa

 

 LES EFFETS DE LA PASSION DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS -CHRIST

                                                           RP Sineux OP

«  Sans Moi,vous ne pouvez rien faire »Saint Jean XV-V

 

1) Les mérites du Christ, source de ces effets.

 

                 « Nouvel Adam Chef de l'Humanité, Tête du Corps mystique, le Christ fait rejaillir, sur le genre humain tout entier, le mérite salutaire de sa vertu, comme le premier Adam avait fait déferler sur toute sa descendance les conséquences funestes de sa faute.

             Si toutes les actions du Verbe incarné furent bonnes, et donc méritoires et bienfaisantes pour nous, incontestablement sa Passion eut une valeur suréminente.

              Par son caractère de peine, volontairement subie sous l'inspiration de l'obéissance et de l'amour, cette Passion faisait figure de satisfaction et réparation pour l'outrage proféré dans un mouvement de révolte et de haine. « « C'est Lui qui est victime de propitiation pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais pour ceux du monde entier ». Satisfaction surabondante même; car le moindre geste de l'Homme-Dieu avait infiniment plus de prix que les actions de tous les hommes ensemble.

                A ce premier aspect de satisfaction pour le péché, s'ajoute celui de sacrifice, au sens étymologique de « chose sanctifiée par l'offrande qui en est faite à Dieu », «« Le Christ nous a aimés, et Il s'est livré Lui-même pour nous comme une oblation et un holocauste de suave odeur ... ; Il a aimé son Eglise, et Il s'est livré pour elle, afin de la sanctifier après l'avoir purifiée dans l'eau du Baptême et par Sa parole; de telle sorte qu'elle soit devant Lui glorieuse, sans tache, sans ride, ni rien d'impur, mais toute sainte et immaculée « 

 

               Cette humanité qu'Il avait adoptée, dont Il voulait qu'elle ne fit qu'un avec Lui, le Christ ne s'en séparerait plus; Il l'associait à toute sa Vie, et plus spécialement à ce Sacrifice qui était le but suprême de sa Vie .

                  Enfin le mérite du Christ était Rédempteur : il avait une valeur de rançon pour libérer les captifs, parce que « celui qui commet le péché devient esclave de son péché », l'humanité coupable était réduite à une honteuse servitude.

              Faudrait-il en déduire que le prix de la Rédemption fut payé à Satan, puisque c'est lui qui se vantait d'être devenu le « prince de ce monde», depuis qu'il avait suscité le péché et tenait les nommes sous son odieuse tyrannie?

                Non! Satan n'était jamais qu'un infâme usurpateur: il n'avait aucun droit réel sur le genre humain, et « le Fils de Dieu ne lui devait rien» . Il le chasserait donc et le dépouillerait purement et simplement de cette prétendue royauté, sans lui offrir aucune compensation.

             Mais, comme un serviteur infidèle et un fils ingrat, afin de mériter d'être réintégrés dans leurs dignités primitives, doivent « se racheter» par un geste décisif qui soit tout ensemble la preuve de leur repentir, la réparation de leur insolence et la garantie de leur conversion, ainsi le genre humain rebelle et fugitif, pour reprendre sa place de serviteur et d'enfant de Dieu, devait « se racheter »! Or, du milieu de ce genre humain, quelqu'un s'est levé dont l'hommage a été si agréable à Dieu qu'il Lui a fait oublier toute l'offense de la multitude; et grâce à l'action d'un seul, toute la race a été considérée comme « justifiée », « Tous sont justifiés gratuitement, en raison de la Rédemption offerte par Jésus-Christ, en qui Dieu a daigné voir la Victime propitiatoire dont le Sang Lui a permis, tout en satisfaisant à Sa Justice, de pardonner tous les péchés » 1.

 

              C'est ce qui explique que la Passion du Christ, suffisante, surabondante même, pour le rachat de toute l'humanité pécheresse, ne profite, en fait, qu'aux hommes qui veulent bien se rallier au Rédempteur et se purifier dans Son Sang, pour redevenir dignes de se rapprocher de Dieu.

 

2) Les résultats chez les hommes.

 

                 «Si le Fils de Dieu vous a délivrés, vous serez vraiment libres ». Rompues les attaches du péché, l'homme est soustrait du même coup à l'empire de Satan. Ce n'est pas à dire qu'il ne sera plus en butte à la tentation !

              Bouté dehors, cet ex-prince du monde risquera encore quelques incursions dans ce domaine où il conserve, hélas, un trop grand nombre de fidèles et de complices. Il poussera l'audace jusqu'à « souffleter l'Apôtre du Christ »(S.Paul). Mais désormais, le Christ vainqueur assure la victoire des Siens : « Sa Grâce leur suffit », et « ils peuvent tout par la Vertu de Celui qui les fortifie ». Qui délivre du péché préserve, par le fait même, de la peine encourue par le péché.

                    Or, le châtiment du péché, ce sont les souffrances et surtout la mort. Si « le Christ a enlevé nos iniquités et emporté nos douleurs, Sa Passion accomplie, on ne devrait plus voir dans l'humanité ni souffrances ni mort?           N'aurait-Il donc pas tenu sa promesse? Ou bien les fruits de Sa Passion auraient-ils été neutralisés aussi tôt que produits?

               Cette question qui parfois fait scandale, trouve sa solution très simple dans la vraie notion des rapports du Verbe incarné avec le reste des humains. Jésus-Christ n'est pas un homme à part, qui gouvernerait les autres hommes de loin et de haut, et, dans certains cas, se substituerait à eux tous pour endosser à Lui seul leurs responsabilités; car alors Il les dispenserait de tout effort, tant pour réparer leurs fautes que pour pratiquer la vertu. Et ce serait vraiment trop commode de se retrancher dans cette confiance paresseuse : inutile de me gêner puisque Jésus-Christ a tout fait pour moi et à ma place!

             Alors, l'humanité ne serait en rien changée! Elle serait plutôt encouragée à la nonchalance et à la facilité! Ce serait l'effarante logique du principe luthérien qui, sous prétexte que l'homme est sauvé par la seule Foi au Christ , ferait oublier la gravité de l'offense et les funestes conséquences du péché. Heureusement les protestants ne poussent pas jusqu'au bout les conséquences de cette morale; ils valent mieux que leur règle de vie ... !

Non! Ce n'est pas ainsi!

Le Christ est le Chef du genre humain; Il est la Tête de l'immense Corps constitué par Son Église. Or, un chef précède sa troupe; mais il la commande et exige qu'elle le suive. La tête domine, mais reste inséparable des membres qu'elle gouverne et entraîne dans sa propre destinée.

L'humanité est donc « prédestinée à se conformer au Fils de Dieu ». C'est en tout point qu'Il se pose comme « l'exemplaire sur lequel chaque homme doit se modeler. Et en ce qui concerne spécialement Sa Passion, Il déclare sans ambages qu'on ne sera Son disciple qu'à la condition de porter la Croix tous les jours à Sa suite.

           Bien loin, par conséquent, que les souffrances du Christ nous dispensent des peines personnelles, elles sont une invitation constante à nous associer à la Réparation qu'Il a entreprise, « jusqu'à nous fixer à la Croix avec Lui , jusqu'à « nous laisser ensevelir avec Lui « , vraie manière de « nous faire adopter comme fils de Dieu, d'être reconnus pour Ses héritiers et les co-héritiers de Son Fils Unique, puisqu'ayant partagé Sa vie et Ses épreuves, nous mériterons de prendre part à la même gloire.

                  Ainsi tout se déroule avec harmonie, puisque « se poursuit et s'achève dans les membres ce que la Tête a commencé.

 « Dieu était dans.1e Christ pour se réconcilier avec le monde"

« Si, alors que nous étions ses ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils, à combien plus forte raison serons-nous désormais sauvés par Sa Vie! Nous sommes même glorifiés en Dieu maintenant, grâce à ce Jésus-Christ Notre-Seigneur duquel nous est venue la réconciliation." S Paul 

             La libération du péché était comme la phase préliminaire de l'action Rédemptrice; son but positif et définitif étant de renouer les relations intimes et familiales de l'homme avec Dieu.Et pourtant, Dieu n'avait-Il pas un nouveau motif de rejeter l'humanité et de l'écraser après l'horrible forfait du Calvaire?

              Il fallut donc que l'intercession du Christ fût bien puissante pour apaiser .la Justice de Dieu malgré tout. C'est bien « sur Sa Croix qu'éclatent Son pouvoir et Sa volonté de faire la paix entre la terre et le Ciel. Conséquence ultime de la Réconciliation et de la restauration du plan divin initial : à la suite du Christ sacrifié et ressuscité, les hommes passeront « par les douleurs de Sa Passion et de Sa Croix, à la Gloire de Sa Résurrection», jusqu'au Ciel où « Il les devance pour leur préparer une place » ; car« Il entend que les siens soient partout avec Lui » Et si le ·Chef reçoit la récompense méritée par Son action souveraine, chacun des membres sera rétribué à son tour dans la proportion de son dévouement à l'œuvre de Rédemption . »

 

Que ces clartés nous aident à mieux comprendre ce qu’est la Sainte MESSE « DANS TOUTE SA HAUTEUR , SA PROFONDEUR , SA  LONGUEUR ET SA LARGEUR … » et l’importance de l’imitation de notre Modèle pour vivre en conformité avec Lui…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens