Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 08:13

VISITE DE SAINT DIDIER, ÉVÊQUE ET MARTYR (EXTRAITS de l’extase de Marie-Julie du Crucifix du 15 octobre 1878).

Saint Didier (connu aussi sous le nom de Désiré) fut Évêque de Vienne, près de Lyon. Né à Autun en 540, il fut condamné à mort par la cruelle Reine des Wisigoths, Brunehaut, à qui il reprochait sa conduite. Il fut martyrisé en l'an 605. Les rois wisigoths étaient ariens et ne croyaient pas à la Divinité du Christ. D'où leurs persécutions contre les catholiques romains .Cette hérésie avait été condamnée par le concile de Nicée en 325..( Fête le 11 Février).

« Je suis Saint Didier, Martyr et Évêque de Vienne. Je viens te dire un mot de la part de Notre-Seigneur.

J'ai été martyr pour la défense de la Foi, en défendant la Sainte Église et l'honneur des Pères de l'Église. J’ai été mis à la torture pour cette cause, pour ainsi dire à la fleur de mon Saint Ministère; J'ai souffert grandement, mais mon courage ne m'a pas trahi, car il s'agissait de la gloire, ou de la perte de mon âme.

Quand je fus condamné, mes persécuteurs me firent une croix sur le front, en déchirant ma chair avec un couteau très aiguisé. Après cette première douleur, je fus mis à la torture et, par trois fois, on posa sous mes pieds ma croix épiscopale, afin que je renie mon Dieu et ma foi. Aussitôt, j'élevais mes yeux vers le Ciel, j'étendis les bras vers mon Dieu. Je Lui dis publiquement, du fond de mon âme:

        « Je suis prêt à ce que mon corps passe sous le pressoir et à être mo­ulu pour Votre gloire! » Cette invocation finit de jeter la rage dans les cœurs de mes bourreaux. Là, je fus mis en croix sur une espèce de plaque de fer. Je fus lié, enchaîné et torturé et mon corps fut déchi­ré en lambeaux avec fureur et rage. Mon martyre, le don de ma vie pour Jésus, m’était si doux, que je n'avais qu'un regret, c'était de ne mourir qu'une fois pour Celui que j'avais tant aimé! Ensuite ma tête fut, pendant quelques jours, suspendue à un arbre qui se trouvait non loin du lieu de mon mar­tyre, et quelques âmes, durant les ténèbres recueillirent avec res­pect ma tête et mes regards fermés, qui avaient adoré mon Sauveur, descendant sur l'Autel, dans mes mains consacrées. Mon corps res­ta quelque temps sans sépulture, car le chrétien était lapidé, sitôt qu'on s'apercevait d'une œuvre de charité. Ce fut quand la fureur s'apaisa un peu, que quelques âmes ramassèrent les restes disper­sés de mon corps et les emportèrent dans un linceul. Je fus enfin porté en terre chrétienne. Voilà un mot de mon martyre.

Chers frères, si vous pouviez concevoir la joie de mon âme en montant vers mon Dieu! Le martyre exempte l'âme du Purgatoire, quand il est souffert généreusement.

Maintenant un mot de la part du Céleste Époux.

Chers frères dans la même grâce au pied du Saint Autel, nous avons partout de chers ennemis qui travaillent à la gloire de notre précieux avancement. Réjouissez-vous, vous qui êtes sur la mer orageuse où la tempête gronde depuis longtemps! Soyez coura­geux jusqu'à la fin, car le Bon Sauveur va décider le bonheur de Ses enfants, et aussi sa terrible justice aux âmes ingrates qui oublient ses bienfaits. Souvenez-vous, chers frères et chères sœurs, qu'il faut être foulé sur la terre, comme les morts, pour ressusciter dans la pure gloire de la terre qui est la préparation de la gloire éternelle. Laissez-vous lapider, déchirer, insulter pour l'amour du Grand Roi. Votre récompense sera au-dessus de vos espérances. Il faut remer­cier, à genoux et du fond du cœur, vos chers ennemis de tout le bien qu'ils vous procurent, de tout l'honneur qu'ils vous font sur la ter­re. C'est par ce moyen qu'on creuse en son cœur un fleuve de cha­rité qui déborde de toutes parts. C'est par ce moyen que l'on ferme les Blessures de l'Époux du Calvaire. La persécution a existé en tous temps, mais cette époque sera un passage et une fleur remar­quable pour tous les regards qui seront protégés par l'Époux du Calvaire ...

         Attendez-vous à souffrir, ce sera le commencement de vos cou­ronnes, et une belle préparation pour recevoir votre palme triom­phante, car toute âme est martyre sur la terre. Mais l'amour est si fort et si noble dans vos âmes que toutes ces souffrances sont une semence féconde qui enrichira le Trésor de l'Église. Ô douce souf­france, si tu étais bien connue, que ta fécondité serait riche sur cet­te terre, qui n'est qu'une route de douleur! Vous qui êtes sur la Croix, chers frères et chères sœurs, cette croix n'est pas de bois, elle est de pierres précieuses et de perles d'amour, elle est composée de diamants célestes, parce que vous souffrez dans l'amour du Saint des Saints qui vous comble de Ses enivrantes faveurs.

Courage, âme affamée du désir ardent de l'Époux Adorable, prisonnier sur l'Autel! Cette faim sera rassasiée. Dieu se prépare pour ramasser Sa moisson. Voilà pourquoi Il a donné tant de peines, de larmes et de sacrifices. La route des Cieux s'ouvre; lève tes regards vers Son amour paternel, car il faut que les fleurs souf­frantes soient cueillies sur la terre, quand la Justice de Son courroux éclatera. Voilà pourquoi le Bon Sauveur donne tant de Foi et d'Espérance ...

Marie-Julie:

«C'est vrai que la mer agitée, les menaces, les mépris et les per­sécutions, rien ne ternit notre paix, rien n'affaiblit notre Espérance.

- Cette grâce est l'annonce d'un retour bientôt plus heureux, mais ce n'est plus sur la terre; il est tout entier dans la béatitude céleste. Chers frères de la Croix, vous êtes piqués par les épines, elles sont teintes de votre sang. Quelle marque de charité vous don­nez à Dieu sur cette terre, souffrant et priant pour vos chers enne­mis! Voilà le vrai, le précieux partage de tous les frères et sœurs qui ont souffert et qui reposent en paix! Je vais me retirer, en vous invitant, chers frères, à vous approcher du grand fleuve de l'amour et de la force; ce fleuve est caché dans la Croix. Approchez-vous et cette Sainte Croix vous ouvrira les immenses trésors du Bonheur. C'est le Fleuve où toute âme puisera la force et l'amour pour aimer ...

Ne craignez rien! Dieu sait ce qu'Il fera de vous. Acceptez sans voir, sans connaître la grandeur et la profondeur de ce que Dieu vous donne. Ne craignez rien, car le bien que vous attendez est si grand que toute persécution est une joie et un plaisir. Je vous lais­se au pied de la Croix, c'est là que vous puiserez la force dans les jours d'amertume. Le Seigneur ne tardera pas à abreuver d'amer­tume les méchants.

Priez pour l'Église, la tempête et l'orage grondent autour d'el­le, mais les flots sont sans force, car le Seigneur la garde et la pro­tège. Portez vos croix, chers frères et chères sœurs, c'est le plus beau partage ... »

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens