Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 08:23
R...démontre qu'il est le plus dangereux des" vers qui  rongent  l'Église" Il est celui qui a conseillé les cardinaux félons au Concile.Il fut le conseiller de W...Il poursuit son action subversive avec un habileté remarquable par ses écrits et par la nomination d'un ennemi juré de la Tradition au poste clé de la doctrine de la foi.Du texte suivant, on retiendra le lyrisme verbal cachant mal le flou doctrinal. et les contradictions qui lui font dire que le catholicisme n'a pas le monopole de la vérité,tout en étant dirigée par la Vérité en Personne...!!Mais comme les autres religions qui le recherchent "inconsciemment",tout le monde "chemine". Sur le plan pratique,surtout pas de volonté de convertir,donc pas de missions.Cette Recherche est celle de la vérité universelle philosophique qui dépasse les religions et unira tous les hommes dans le nouvel ordre mondial, fausse vérité qu'il appelle " Christ", abstrait, théosophique, gnostique,christ décrucifié,un faux-christ..Oui vraiment, les vers percent le linceul, comme le Ciel nous en a averti.Le faux pasteur envoie les brebis  aux loups, il disperse le troupeau et perd les âmes.Parce Domine

"Pour l’essence du dialogue interreligieux, deux règles sont aujourd’hui généralement considérées comme fondamentales :

1. Le dialogue ne vise pas la conversion, mais bien la compréhension. En cela, il se distingue de l’évangélisation, de la mission.

2. Conformément à cela, dans ce dialogue, les deux parties restent consciemment dans leur identité, qu’elles ne mettent pas en question dans le dialogue ni pour elles-mêmes ni pour les autres.

Ces règles sont justes. Mais je pense que, sous cette forme, elles sont formulées trop superficiellement. Oui, le dialogue ne vise pas la conversion, mais une meilleure compréhension réciproque – c’est juste. Cependant, la recherche de connaissance et de compréhension veut toujours être aussi un rapprochement de la vérité. Ainsi, les deux parties, en s’approchant pas à pas de la vérité, avancent et sont en marche vers un plus grand partage, fondé sur l’unité de la vérité. En ce qui concerne le fait de rester fidèle à sa propre identité, ce serait trop peu, si par sa décision pour sa propre identité, le chrétien interrompait, pour ainsi dire, de sa propre volonté, le chemin vers la vérité. Son être chrétien deviendrait alors quelque chose d’arbitraire, un choix simplement factuel. Alors, évidemment, il ne prendrait pas en compte que dans la religion on touche à la vérité. À ce sujet, je dirais que le chrétien a la grande confiance fondamentale, ou mieux, la grande certitude fondamentale de pouvoir tranquillement prendre le large dans la vaste mer de la vérité, sans avoir à craindre pour son identité de chrétien. Certes, ce n’est pas nous qui possédons la vérité, mais c’est elle qui nous possède : le Christ qui est la Vérité nous a pris par la main, et sur le chemin de notre recherche passionnée de connaissance, nous savons que sa main nous tient fermement. Le fait d’être intérieurement soutenus par la main du Christ nous rend libres et en même temps assurés. Libres : si nous sommes soutenus par lui, nous pouvons ouvertement et sans peur, entrer dans tout dialogue. Assurés, nous le sommes, car le Christ ne nous abandonne pas, si nous ne nous détachons pas de lui. Unis à lui, nous sommes dans la lumière de la vérité. [...]"

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens