Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 06:06

017_cascade.jpg

                                           Enseignement divin sur la Grâce -suite 5/7

 

 

                « Que pourriez-vous conclure de ce que Je viens de vous dire sur la grâce sanctifiante ? - Je ne sais, Seigneur; mais parlez à votre servante Marie, et la lumière se fera dans son intelligence. - Ma fille, ne vous ai-je pas dit que la grâce sanctifiante rend l'homme juste, saint, ami de Dieu? - Oui, Seigneur. - L'homme, Ma fille, naît-il dans cet état de justice, de sainteté, d'amitié de Dieu? Non, Seigneur. -- En quel état naît l'homme? ~ Il naît dans le péché. -. Comment sort-il de cet état ?- Par le Baptême. - Que dépose le baptême dans celui qui est baptisé outre et avec le caractère de chrétien -La grâce sanctifiante. - Que fait donc la grâce sanctifiante dans le baptisé? - Elle le justifie, elle le rend saint. La justification peut-elle exister sans la grâce sanctifiante? - Je ne le pense pas. - La grâce sanctifiante peut-elle exister dans une âme sans qu'elle soit justifiée ?-Non, Seigneur.

           - Au même moment où une âme reçoit la grâce sanctifiante, .reçoit-elle aussi la justification? -Oui, Seigneur.- Comment comprenez-vous cela ? - Seigneur, je me figure le pécheur comme un pauvre dénué de tout, et Dieu comme un roi infiniment riche. Ce roi vient vers le pauvre avec tous ses trésors qu'il met en sa possession; dès lors, ce pauvre cesse d'être pauvre et se trouve riche dès qu'il a reçu les dons du roi.

                - Il en est de même pour  le pécheur; il a le péché dans le cœur, Dieu lui donne la grâce, le péché s'en va. Le péché me semble incompatible avec la grâce sanctifiante, comme la pauvreté avec la richesse. - Ma fille, vous avez raison, l'homme ne peut être en même temps pécheur et ami de Dieu ; s'il est pécheur, il reste dans la mort, parce que le péché est la mort de l'âme ; dès lors il est séparé de Dieu, mais s'il a la grâce, il a la vie ; s'il a la grâce, il est ami de Dieu, et si Dieu l'aime, il doit nécessairement être justifié. Dieu hait le péché, mais il aime la justice; par conséquent, celui qui est l'objet de l’amitié de Dieu par la grâce sanctifiante est nécessairement justifié.

 

                     La grâce sanctifiante donnée à l'âme produit en elle autre chose que la justification. Elle renouvelle encore complètement l'intérieur de l'homme; elle le rajeunit, elle le rapproche de Dieu son Principe, elle l'éloigne des créatures. Or, si Dieu se rapproche de l'homme ou  l'homme de Dieu, il doit nécessairement y avoir changement ou en Dieu ou en l'homme. En Dieu, Ma fille, cela ne se peut pas, c'est donc l'homme qui change, et qui est changé. Il devient un homme nouveau, un homme sans péché, un homme uni à Dieu, un homme avec une inclination qui le porte vers le bien.

 

                      La grâce sanctifiante néanmoins n'enlève point de l'âme la concupiscence. (les désirs désordonnés)

Qu'est-ce que la concupiscence, Ma fille, ce n'est rien autre chose que l'inclination désordonnée de l'âme qui porte à s'attacher à la créature et à faire oublier le Créateur.

                 Le péché originel a mis dans l'âme l'amour du bien créé. En lui-même, cet amour n’est pas un mal, il n'est point péché, mais il le devient très-facilement; il l'est réellement dès que l'amour du bien infini n'est pas supérieur à l'amour du bien fini, dès que l'amour du Créateur n'est pas supérieur à celui de la créature.

                    Cela doit vous suffire pour vous faire comprendre que la concupiscence ne disparaît point par la grâce sanctifiante, parce que l'amour du bien créé, de ce qui est fini, terrestre, n'étant pas un péché, et n'étant pas incompatible avec la grâce sanctifiante, celle-ci ne peut le faire disparaître.

                 La grâce sanctifiante pourtant lutte contre la concupiscence ; elle est une arme contre la concupiscence, elle est une tendance opposée à celle de la concupiscence, car elle donne à l'âme un amour prédominant du bien infini, qui I'emporte sur celui des biens matériels et terrestres .

                                C'est là l'œuvre de la grâce dans l'âme. » A suivre

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens