Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 05:58

40373806kerizinen-jpg

 

        Le Très  Saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge Marie

 

 

                    C'était la coutume au Moyen Age, comme autrefois chez les Romains pour les personnes nobles, de porter des couronnes de fleurs appelées « chapels » qui, plus tard, furent transformés en ces diadèmes d'or qui ceignent le front des rois. Ces couronnes étaient offertes aux personnages; de distinction, à titre de redevance.

                     Souveraine du Ciel et des âmes, la  Vierge a droit aux mêmes hommages; aussi l'Église nous fait-elle reconnaître titre de Marie comme Reine du Saint Rosaire, et nous exhorte à lui offrir comme Fille du Père, Mère du Fils et Épouse du Saint-Esprit un triple « chapel »ou trois couronnes de roses dont elle nous montre toutes les beautés dans l'Office de ce jour, auquel elle donne le nom de Rosaire.

                  Le Rosaire, en même temps qu'une prière vocale, est une oraison mentale où l'on médite les mystères de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus, auxquels Marie a été intimement associée. L'Évangile nous montre que la formule principale de l'Ave Maria est constituée par les paroles mêmes  de l'Archange Gabriel saluant la Sainte Vierge (la « salutation angélique »).

               C'est spécialement pour rappeler l'insigne bienfait de la victoire de Lépante, le dimanche 7 octobre 1571, dû à la récitation du chapelet, et où furent brisées les forces vives de l'islamisme qui menaçaient d'envahir l'Europe, que fut instituée la fête de Notre Dame du Rosaire. Prescrite par Grégoire XIII pour certaines églises, elle fut étendue à l'univers catholique par Clément XI en action de grâces d'un nouveau triomphe sur les Sarrasins, remporté en Hongrie par Charles VI en 1716. Léon XIIl, ému des douloureuses épreuves que traversait l'Église, l'éleva au rang de fête de seconde classe, avec une messe et un office nouveaux.

                                             Hymne des vêpres « Te gestientem gaudiis »

 

A vous, tressaillante de joie, blessée par vos douleurs, parée de votre gloire immortelle, ô Vierge Mère, à vous nos chants. Amen

 

Salut, ô Marie, inondée de bonheur, lorsque vous concevez votre Fils, visitez Ëlisabeth, engendrez Jésus, l'offrez au Temple et L’y retrouvez.

 

Nous vous saluons, Marie, dans vos douleurs: lorsque vous ressentez, en votre

Cœur, l'agonie, les fouets, les épines et la croix de votre Fils.

 

Nous vous saluons dans les triomphes de votre Fils, dans les feux du Paraclet, dans l’honneur et l'éclat de votre Royauté, ô Reine rayonnante de gloire.

 Venez, peuples cueillir les roses de ces mystères, tresser des couronnes à la Mère du Bel Amour.

        

Gloire à vous, Jésus qui êtes né de la Vierge, ainsi qu’au Père et à l'Esprit-Saint, dans les siècles sans fin. Amen

 

Reine du Très Saint Rosaire, priez pour nous.

Afin que nous devenions  dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ.

 

 

Notes : 1 -Il est bon de rappeler que la triple couronne évoque le mystère de la Sainte Trinité .Quel plus grand titre que celui de Saint Mère de Dieu ? Il contient la plénitude de toutes les grâces. C’est pourquoi il n’y a rien à ajouter…au triple chapelet… D’autre part, les 150 Ave se réfèrent aux 150 psaumes de l’Office divin. Le Rosaire a été conçu comme la prière de ceux qui n’avaient pas accès à ce trésor liturgique. C’est le « psautier des petits et des humbles ». La méditation des mystères y est essentielle car elle doit conduire à l’imitation de Jésus et de Sa Mère, dans la joie comme dans la peine. Enfin les 153 Ave(150+3) rappellent les 153 poissons de la pêche miraculeuse, symbole de la fécondité de la prière. Et Il y a encore bien d’autres  significations…

               Le Rosaire traditionnel est parfait. Pourquoi rajouter des dizaines qui l’alourdissent et risquent de lui faire perdre des sens profonds ?

                Et puis cette répétition du Notre Père profané par le détestable « Ne nous soumets pas à la tentation »,plait-elle à Notre Dame ?

                           2 -L’image représente Notre Dame du Très Saint Rosaire de Kérizinen. La Sainte Vierge y a insisté sur la nécessité d’une vraie méditation, évitant la précipitation et la récitation trop « mécanique » « La méditation est l’âme du Rosaire » et « l’imitation en est le fruit ».Dont acte…Relire ses messages toujours d’actualité et si pleins d’espérance…

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens