Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 07:33

CATHDR-1.JPG

Quelques dates importantes ; 3/4

Le cardinal Schuster, archevêque de Milan depuis le 26 juin 1929, meurt le 30 août 1954. Peu de temps après, Pie XII annonce à Mgr Montini qu'il songe à le nommer à cette fonction.

Le siège de Milan était un siège éminemment cardinalice, et même papable. La preuve, c'est que Pie XI venait lui-même de Milan et que Mgr Montini, cardinal-archevêque de Milan, deviendra pape.

La consécration épiscopale de Mgr Montini est célébrée le 12 décembre 1954 en la Basilique Saint-Pierre. Pie XII, malade, ne peut procéder lui-même au sacre. Le cardinal Le pape avait néanmoins enregistré un message qui fut diffusé lors de la cérémonie, dans lequel il adressait sa bénédiction à son « fidèle collaborateur, devenu aujourd'hui son frère dans l'ordre épiscopal »[].

Mgr Montini est amené à choisir son blason et sa devise épiscopale In nomine DominiAu nom du Seigneur »)[].

Le 6 janvier, jour de l'Épiphanie, Mgr Montini fait son entrée officielle à Milan devant une foule nombreuse et les autorités civiles et religieuses de la ville. Arrivé au Dôme de Milan, il prononce un discours mêlant esprit de tradition (« Notre catholicisme doit être intègre et fidèle ») et esprit d'ouverture (il faut œuvrer à la « pacification de la tradition catholique italienne avec le bon humanisme de la vie moderne »).

Le diocèse de Milan, le plus important d'Italie avec plus de trois millions d'habitants, est en proie à la déchristianisation et à la libéralisation des mœurs. Le nouvel évêque va donc avoir la charge d'un diocèse difficile à gérer, lui qui n'a jamais eu à diriger de paroisse en tant que prêtre.

Mgr Montini se constitue progressivement un cercle restreint de clercs qui seront aussi ses conseillers, notamment le supérieur du séminaire de Milan qu'il recevra tous les mercredis. Puis, très vite, le prélat s'implique totalement dans la vie politique et sociale de son diocèse : visite de la Foire internationale de Milan en avril 1955[], visite des hôpitaux, des paroisses et des communautés religieuses de son territoire.

L'archevêque s'implique aussi dans la construction de nouvelles églises : à son départ en 1963, il aura fait construire soixante-douze églises, plus une vingtaine en chantier. Il redéfinit les paroisses, incitant les prêtres à y inclure des salles de spectacles et des équipements sportifs. Il crée des mouvements pastoraux comme un bureau d'études promouvant de nouvelles méthodes de catéchèse et éditant des manuels de liturgie ; un « Office pastoral social » pour insérer les immigrants dans les églises ; et enfin, un « Office d'assistance sociale » distribuant des secours aux nécessiteux.

Politiquement, il prend position contre l'ouverture à gauche de la Démocratie chrétienne, dont le secrétaire élu en 1959 était Aldo Moro.Peu après son installation, l'archevêque émet l'idée d'une grande mission diocésaine lors d'une réunion avec des prêtres. Cette mission, limitée à la seule ville de Milan, a pour but d'aller vers tous ceux qui sont éloignés de l'Église, les « égarés et les tourmentés, les perdus et les solitaires ».

La Mission se déroule durant vingt jours, du 5 au 24 novembre 1957. L'événement est considérable : deux cardinaux (Giuseppe Siri et Giacomo Lercaro), vingt-quatre archevêques et évêques, plus d'un millier de prêtres et religieux[38] sont mobilisés pour prêcher dans les lieux de la ville. Églises, places publiques, magasins, usines, hôpitaux, écoles et administrations profitent des prédications toutes construites sur le thème « Dieu le Père ». Montini insiste pour que la Mission n'offense personne et s'ouvre à tous les Milanais. Il utilise tous les moyens modernes (hélicoptère...)

Les fruits de la Mission seront pourtant médiocres car, après une courte ferveur, la situation religieuse et morale de la ville iront en se dégradant. Montini déclarera plus tard dans un synode diocésain : « L'impulsion de ferveur religieuse suscitée par la mission citadine de 1957 n'a pas eu les suites positives auxquelles nous nous attendions. La situation religieuse de la ville est alarmante. »

Pour fêter les cent ans des apparitions mariales de Lourdes, le prélat organise un pèlerinage sur ce lieu avec 4 500 fidèles de son diocèse, du 26 juin au 1er juillet 1958. Ils rendent grâces ensemble pour les fruits de la Mission de Milan..

Le pape Pie XII meurt le 9 octobre 1958 à Castel Gandolfo, après trois jours d'agonie »[3].

Bien que Mgr Montini ne soit pas cardinal, certains envisagent quand même son élection au trône de saint Pierre, ce qui est canoniquement possible mais ne s'était pas produit depuis l'élection de Urbain VI en 1378. Certains cardinaux, dont Giuseppe Siri, s'y opposent néanmoins farouchement[].

Le Conclave de 1958 s'ouvre donc le 26 octobre et, après deux jours et dix scrutins infructueux, le cardinal Roncalli est élu le 28 et prend le nom de Jean XXIII.

Peu de temps avant son couronnement du 4 novembre 1958, Jean XXIII écrit à Mgr Montini pour l'informer qu'il sera très bientôt créé cardinal, avec notamment Mgr Domenico Tardini (nouveau secrétaire d'État) L'annonce de la nomination de 23 nouveaux cardinaux devient officielle le 17 novembre suivant.

Mgr Montini est finalement nommé cardinal au titre de Santi Silvestro e Martino ai Monti lors du consistoire du 15 décembre 1958.A Suivre

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens