Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 08:28

Catherine Emmerich- Visions prophétiques 4/4

La restauration .Le grand Pape

«Alors, je vis un nouveau pape arrivant avec une procession. Il était beaucoup plus jeune et plus sévère que le précédent. Il fut reçu avec grande solennité. Il semblait qu'il allait bénir l'église, mais j'entendis une voix qui disait qu'elle n'avait pas besoin de bénédiction, car le Saint-Sacrement y était resté.

 

«Il devait y avoir une grande et double fête religieuse : un jubilé universel et la restauration de l'église. Avant de commencer la fête, le pape avait préparé ses gens, qui expulsèrent de l'assemblée et éloignèrent, sans rencontrer d'opposition, une foule d'ecclésiastiques, importants et modestes. Et je vis qu'ils quittaient l'assemblée furieux et en murmurant. Et il prit à son service des gens tout différents, des ecclésiastiques et aussi des laïcs. Alors commença la grande solennité dans l'église Saint-Pierre».

 

30 décembre: «De nouveau, je vis l'église Saint-Pierre avec sa haute coupole. Saint Michel se tenait au-dessus, éblouissant, avec un vêtement rouge-sang, tenant à la main un grand étendard de guerre. Sur la terre, il y avait un grand combat . Des verts et des bleus luttaient contre des blancs, et les blancs, que dominait une épée rouge, flamboyante, semblaient tout à fait succomber; tous, cependant, ne savaient pas pourquoi ils combattaient. L'église était rouge-sang, comme l'Ange, et il me fut dit : «Elle sera lavée dans le sang». Plus le combat se prolongeait, plus la couleur rouge de sang disparaissait de l'église, et elle devint de plus en plus transparente.

 

«Mais l'Ange descendit et rejoignit les blancs, et je le vis se dépenser de diverses manières devant toutes leurs cohortes. Alors, ils furent saisis d'un merveilleux courage, ils ne savaient d'où il leur venait; c'était lui qui frappait au milieu des ennemis, et ceux-ci s'enfuirent de tous côtés. Maintenant, l'épée de feu avait disparu au-dessus des blancs victorieux. Pendant le combat, des troupes d'ennemis passaient continuellement de leur côté et une fois il en vint une grande quantité. Au-dessus du combat apparurent aussi dans l'air des troupes de Saints, qui montraient ce qu'il fallait faire et faisaient des signes de la main ; ils étaient tous différents entre eux, mais inspirés du même esprit et agissant dans le même esprit.

 

Lorsque l'Ange fut descendu du toit de l'église, je vis au-dessus de lui une grande croix lumineuse à laquelle était suspendu le Sauveur, et de Ses Plaies sortaient des faisceaux de rayons lumineux qui se répandaient sur le monde. Les Plaies étaient rouges et semblables à des portes resplendissantes dont le centre était jaune comme le soleil.

 

 

Il ne portait pas de couronne d'épines, mais, de toutes les Plaies de la Tête, des rayons se répandaient horizontalement sur le monde. Les rayons des mains, des pieds et du côté jaillissaient en couleur d'arc-en-ciel et se divisaient en lignes très ténues; quelque fois, plusieurs étaient groupés, et ils se dirigeaient vers des villages, des villes, des maisons, à travers le monde entier.

 

«Je les vis (ces rayons), çà et là, tantôt loin, tomber sur toutes sortes de gens qui peinaient, et aspirer les âmes, lesquelles, se glissant dans l'un de ces rayons colorés, pénétraient dans la Plaie du Sauveur. Les rayons de la Plaie du côté s'écoulaient sur l'église placée en-dessous, en un flot très ample et large. L'église en était tout illuminée, et par ce rayonnement, je vis la plupart des âmes entrer dans le Seigneur.

 

«Mais je vis aussi planer au ciel un cœur rouge, lumineux, duquel un flot de rayons blancs conduisait à la Plaie du côté, et un autre flot de rayons se répandait sur l'Église et sur beaucoup de régions; et ces rayons aspiraient de très nombreuses âmes, qui à travers le cœur et la voie lumineuse, entraient dans le côté de Jésus. Il me fut dit que ce cœur, c'était Marie.

 

«Lorsque le combat sur terre fut achevé, l'église et l'Ange, qui alors disparut, étaient devenus blancs et lumineux. La croix aussi disparut, et à sa place se tenait au-dessus de l'église une grande Dame lumineuse qui étendait son manteau, rayonnant comme l'or, au loin au-dessus d'elle. Au-dessous de l'église, apparurent l'Humilité et la Réconciliation mutuelle.

 

«Je vis des évêques et des pasteurs (protestants) se rapprocher et échanger leurs livres; et les sectes reconnurent l'Église grâce à sa victoire miraculeuse et aux lumières de la Révélation qu'elles avaient vu rayonner sur elles-mêmes. Ces lumières venaient des rayons de la source du lac, qui venait de Saint Jean.

     

    «Lorsque je vis cette concorde, je conçus un profond sentiment de la proximité du royaume de Dieu. Je perçus dans la nature une splendeur et une vie supérieure, et une sainte émotion dans tous les hommes, comme à l'approche de la naissance du Seigneur; je compris que le Royaume de Dieu était proche, si bien que je me sentis forcée de courir à sa rencontre avec des cris d'allégresse»

     

    Partager cet article
    Repost0

    commentaires

    Présentation

    • : Le blog de senex
    • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
    • Contact

    Recherche

    Liens