Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 06:29

Nous avons longuement évoqués les « divines paroles pour temps de guerre »(taper dans recherche) .

Écoutons maintenant ce que dit Notre Seigneur au sujet de la vraie paix : Celle dont Il est le Principe et la Fin.

En réparation des propos de B...sur les religions qui "veulent toutes la paix" .Jésus seul est la Paix

-Extraits des enseignements à Sœur Marie du Sacré- Cœur (Marie Lataste) ed tequi ;½.

On peut télécharger ses écrits sur » jésusmarie.com » C'est un trésor de doctrine pour ces temps de famine, de confusion et de guerre

 

Le Sauveur Jésus m'a dit encore en m'entretenant sur la charité: " Ma fille, Je vous ai fait connaître d'une manière générale les fruits de la vertu de charité, Je veux vous les faire connaître en détail et en particulier. Les fruits principaux de la vertu de charité sont: la paix, la soumission à la volonté de Dieu, le détachement de soi-même, la pauvreté, la liberté entière et complète et le bon exemple.

La paix, Ma fille, est un fruit de la vertu théologale de charité, mais elle n'est pas une vertu spéciale et distincte des autres vertus.

La paix consiste dans la 'concorde de ses propres désirs ou celle de ses désirs avec les désirs d'autrui. Or, de quelque manière que vous l'envisagiez, la paix est un effet de la vertu de charité. La charité, en effet, opère en vous l'amour de Dieu de tout votre cœur, c'est-à-dire que vous rapportez toutes choses à Dieu, et ce rapport à Dieu est l'union ou la concorde de tous vos désirs.

La charité est encore la concorde de tous vos désirs avec les désirs d'autrui, en tout ce qui n'est pas contraire à la volonté de Dieu. La charité, en effet, opère en vous un amour du prochain égal à celui que vous avez pour vous-même, d'où il suit que la charité vous fait suivre la volonté d'autrui comme votre propre volonté.

« La paix n'est point une vertu spéciale, car tous les actes qui produisent la paix ne partent que du principe de la charité; les effets de la charité sont divers, mais ne réclament point chacun pour cela une cause diverse. " Tout le monde veut la paix, cherche la paix, mais bien peu la possèdent, parce qu'il y en a peu qui aient la charité.

« La paix a trois aspects sous lesquels on peut la considérer : la paix temporelle, la paix spirituelle et la paix éternelle.

La paix temporelle, c'est la paix dans la famille, dans les cités, dans les empires; elle vient de la charité parce que la charité est l'union des cœurs, et l'union des cœurs la paix des familles, et l'union des familles la paix des cités, et l'union des cités la paix des royaumes et des empires; car la charité c'est l'accord, l'entente entre deux hommes, entre plusieurs hommes, entre plusieurs peuples divers. Là où il n'y a point de charité il n'y a point de paix.

« La paix temporelle, c'est la paix ou le calme du corps, ,c'est la concorde entre l'esprit et la chair, c'est. l'entente dans les diverses opinions. Le corps est en paix, il a le calme, quand il ne souffre pas, quand il n'a point de maladies; la charité lui conserve ce calme et cette paix, même, dans la souffrance et la maladie, parce que la charité les fait aimer, et l'amour est le conservateur comme le producteur de la paix. « La charité conserve la paix entre la chair et l'esprit, parce qu'elle dompte la chair et permet à l'esprit de demeurer uni à Dieu, et cette paix contribue au bien- être temporel. " . La charité conserve la paix entre des opinions diverses, car la paix ne consiste pas dans la concorde des opinions, mais dans la concorde de ce qui est bien et mène à la vie éternelle.La diversité d'opinion n'est point une attaque à la paix, c'est l'usage rationnel et raisonné de la liberté dans le mouvement actif de l'intelligence, et rien dans cet usage légitime ne peut combattre la paix. La charité même la maintient, parce qu'elle voit et interprète en bien ce mouvement actif de l'intelligence d'autrui. Si vous avez la charité, Ma fille, vous aurez cette paix temporelle.

Car si vous avez la charité, si vous M'aimez, vous vous tournerez vers Moi dans les souffrances et les maladies de votre corps, dans l'affliction l'abattement de votre cœur, dans les contradictions ou les contrariétés de votre esprit; vous viendrez à Moi sans effort et Me faire part de votre état avec la sincérité et la confiance d'un enfant. Vous viendrez Me donner communication de vos peines les plus secrètes, les plus cachées, les plus intimes.

Je vous recevrai avec affection, et dans la tendresse de ces épanchements vous vous trouverez déchargée du poids qui pourrait vous oppresser, et vous conserverez la paix et l'égalité de votre âme.

Combien de personnes aflligées, souffrantes et durement éprouvées, supporteraient leurs épreuves, leurs souffrances, leurs afflictione, si elles avaient la charité, sans perdre jamais la paix ni le calme de leur âme; mais sans la charité elles se troublent et rien ne peut les consoler.

Elles Me prendraient pour leur confident et trouveraient combien Je mérite de l'être, parce que Je les aimerais Moi-même avec constance et fidélité, ne les abandonnant point alors que tous les autres les abandonnent ou se séparent d'elles, parce que Je compatirais à leur douleur et que Je les consolerais.

Chacun a ses peines ici-bas. Si vous entretenez toujours un ami de vos afllictions, votre conversation lui deviendra importune et désagréable. Mais moi, Ma fille, non-seulement Je vous écouterai, mais Mon attention et Ma constance vous feront tellement éprouver de consolation que vous oublierez même votre douleur, et que vos plaintes et vos épanchements ne seront qu'une conversation pleine de félicité avec votre Sauveur et votre Dieu. .

« Celui qui a la charité a la paix, parce qu'il sait de quelle manière il doit agir pour que la concorde soit en lui pour tout ce qui le concerne. Il a la paix, parce qu'il se hait lui-même, parce qu'il hait le monde, parce qu'il a confiance en Dieu.

« Il se hait lui-même, c'est-à-dire qu'il ne cherche point ses aises, ses commodités, ses satisfactions personnelles, et alors, malade; souffrant, pauvre ou malheureux, il est toujours calme et toujours en paix. Sa chair ne l'emporte point sur son esprit, il est calme et toujours en paix. Il ne se préoccupe point des pensées ni des sentiments d'autrui à son égard, il est calme et toujours en paix.

« Celui qui a la charité hait le monde et le méprise . Il sait que le monde passera et avec lui tout ce qui est dans le monde. Il ne s'offusque pas de ses paroles, de ses jugements .Il ne recherche ni son estime ni son affection.Il ne considère que Mon Jugement , la connaissance que J'ai de lui.

A Suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens