Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juillet 2016 7 17 /07 /juillet /2016 13:58

Ernest Hello et la colère de l'amour vrai. Suite

Que dirait -il de nos jours où tout est sentiment ,compromis, embrassades, fausse miséricorde ?

Hello , c'est l'anti- B..." La charité étant une chose sublime et la réalité par excellence, l’abus de la charité et le mauvais usage de son nom seront la pire des choses.(nous y sommes) « On tourne le nom de la charité contre la lumière, toutes les fois qu’au lieu d’écraser l’erreur, on pactise avec elle, sous prétexte de ménager les hommes.

On tourne le nom de la charité contre la lumière, toutes les fois qu’on se sert d’elle pour faiblir dans l’exécration du mal. En général, l’homme aime à faiblir. La défaillance a quelque chose d’agréable pour la nature déchue ; de plus, l’absence d’horreur pour l’erreur, pour le mal, pour l’enfer, pour le démon, cette absence semble devenir une excuse pour le mal qu’on porte en soi.

Quand on déteste moins le mal en l’autre, on se prépare peut-être un moyen de s’excuser celui qu’on caresse dans son âme. […] La charité, l’amour envers Dieu exige, suppose, implique, ordonne la haine envers l’ennemi de Dieu.

Dans l’ordre humain, l’amitié ne se mesure pas si bien à la vivacité de la tendresse qu’à la sympathie vis-à-vis de la souffrance. […] Si votre ami est victime, dans sa personne ou dans son honneur, d’un accident, d’un attentat quelconque et que vous sentiez faiblement son mal, vous n’êtes plus son ami. […]

La mesure de l’amour est dans l’exécration qu’on a pour la chose ennemie de l’ami. […] Celui qui transige avec l’erreur, celui-là ne connaît pas l’amour dans sa plénitude et dans sa force souveraine. « Après une longue guerre, quand on n’en peut plus, on a souvent vu les rois, lassés de combattre, se céder les uns aux autres telle ou telle place forte. Ce sont là des concessions qui fournissent les moyens d’en finir avec le canon. Mais on ne traite pas les vérités comme on traite les places fortes.

Quand il s’agit de faire la paix, en esprit et en vérité, c’est la conversion qu’il faut et non l’accommodement. […] La paix apparente est aussi contraire à la charité qu’à la justice, car elle creuse un abîme là où il y avait un fossé. La charité veut toujours la lumière, et la lumière évite jusqu’à l’ombre d’un compromis. Toute beauté est une plénitude. […] Que dirait-on d’un médecin qui, par charité, ménagerait la maladie de son client ? […] C’est le crime du dix neuvième siècle que de ne pas haïr le mal, et de lui faire des propositions. Il n’y a qu’une proposition à lui faire, c’est de disparaître. Tout arrangement conclu avec lui ressemble non pas même à son triomphe partiel, mais à son triomphe complet, car le mal ne demande pas toujours à chasser le bien ; il demande la permission de cohabiter avec lui. Un instinct secret l’avertit qu’en demandant quelque chose, il demande tout. » (Ernest Hello, L’homme, p. 80-85).

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens