Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 08:03

Le thème de la persécution dans la Sainte Écriture.

Thême d'une actualité chaque jour plus brûlante.C'est un devoir de miséricorde d'y préparer les chrétiens ,petits et grands, jeunes et vieux....la persécution est en ce jour interne et externe...par action et par omission....

 

Le peuple de Dieu, au long de son histoire, fait l'expérience de la persécution; celle-ci n'épargne pas le Fils de Dieu venu sauver le monde, et haï par lui (Jn 3,17; 15,18), elle culmine même en Sa Passion (Mt 23,31s); elle sera enfin le lot de Ses disciples : « S'ils M'ont persécuté, ils vous persécuteront » (Jn 1 5 ,20).

Connexe au mystère de la souffrance, celui de la persécution en est distinct; la souffrance fait problème parce qu'elle atteint tous les hommes, même les justes; le problème est plus aigu face à la persécution qui atteint les justes parce qu'ils sont justes. Il apparaît alors que la persécution se distingue des autres tribulations par son origine cachée.

Au moyen de la souffrance, Dieu veut purifier le pécheur et éprouver le juste dans un dessein d'amour; au moyen de la persécution, un être mauvais tente de s'opposer à ce dessein et de séparer l'homme de Dieu. Il, reste que, comme toute souffrance, la persécution est utilisée par Dieu : « En crucifiant le Seigneur de la gloire, les princes de ce monde » ne se savaient pas les instruments de sa Sagesse ( I Co 2,6ss). Et le Juste persécuté (Ac 3,14) a vaincu ,à jamais le monde (Jn 16,33). Sûrs d'être persécutés (2 Tm 3,12), Ses disciples s'en réjouissent (Mt 5,II); c'est le signe qu'ils ne sont pas du monde persécuteur (Gn 15,19), mais sont du nombre de ceux en qui sera glorifié le Seigneur Jésus, au jour où Il triomphera de toute persécution (2 Th 1,4-12).

I. LE MYSTÈRE DE LA PERSÉCUTION

1. Dans l'AncienTestament, non seulement le peuple saint dans son ensemble subit l'opposition violente des païens, depuis le séjour en Égypte (Ex 1,8-14) jusqu'à la domination romaine, en passant par les diverses crises de son histoire (cf Ps 44,10-17; 79,1-4; 80,5ss), mais les grands personnages, chefs, rois, et surtout prophètes, sont fréquemment persécutés à cause de leur amour pour Yahweh et de leur fidélité à sa parole: Moïse est rejeté par les siens (Ac 7,27 ... ); David est poursuivi (1 S 19-24) et de même Élie (1 R 19), Amos (Am 7,10-17), Jérémie (Jr II, 18-12,6), les martyrs maccabéens (2 M 6-7; I M 1,57-64), etc. Ces persécutions apparaissent à Jérémie comme inséparables de sa mission, et c'est grâce à elles que le Serviteur accomplit le Dessein de Dieu (Is 53,10). De même, le Livre de Daniel montre que la persécution des justes, leur résistance et leur fidélité préparent le Jour du Jugement et la venue du Royaume (Dn 7,25ss). Enfin le Livre de la Sagesse met en lumière le motif profond de toute persécution : l''impie hait le juste parce qu'il est pour lui un « reproche vivant» (Sg 2,12), en même temps qu'un témoin du Dieu qu'il méconnaît (2,16-20) ; appartenant au diable, le persécuteur vise Dieu à travers son témoin, et le salut du juste au dernier jour jugera l'incrédulité du persécuteur (2,24; 5,1-6).

2. Jésus persécuté achève et couronne cette lignée de souffrants, injustement opprimés par ceux-là même à qui ils étaient envoyés. En le condamnant, les chefs. d'Israël comblent la mesure des crimes, de leurs pères et témoignent qu'ils sont bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes (Mt 23, 31). Mais cette persécution, comme toutes les souffrances du Christ, est nécessaire à l'accomplissement de Sa mission et à la réalisation du plan de salut.

3. Les disciples ne peuvent prétendre à un autre traitement que leur Maître: à Sa suite, comme Lui et à cause de Lui, ils sont persécutés (Jn 15,20; 16,I), ils ont à boire Sa coupe et à être baptisés de Son baptême (Mc 10,39 p) ; en eux, Jésus revit Sa persécution (Ac 9,4S; cf Col 1,24) : c'est pour eux une grâce (Ph 1,29) et donc une source de joie (1 P 4,12). D'abord les Juifs les oppriment (Ac 4,1 ... ; 5,17 ... ; 8,1 ... ; 13,50), tout comme autrefois « l'enfant de la chair persécutait l'enfant de l'esprit» (Ga 4,29). Comme Jésus trahi par les Siens (Jn 13,18; 18,35; cf Jr 12,6), les disciples doivent être persécutés par leur propre famille (Mt 10,34ss). Il y a là plus qu'un simple parallélisme des situations : « Les Juifs, qui ont mis à mort le Seigneur Jésus et les prophètes et nous ont persécutés ... , comblent ainsi la mesure de leurs péchés en tous temps» (1 Th 2, 15). Les païens aussi poursuivent les disciples de Jésus. Rome, nouvelle Babylone, va à son tour « s'enivrer du sang des saints et du sang des témoins de Jésus» (Ap 17,6), tant il est vrai que « tous ceux qui veulent vivre dans le Christ avec piété seront persécutés» (2 Tm 3,12). 4. Le fond du problème. a) La persécution des amis de Dieu n'est qu'un aspect de la guerre séculaire qui oppose Satan et les puissances du mal à Dieu et à Ses serviteurs, et qui se résoudra par l'écrasement du serpent . Depuis l'apparition du péché (Gn 3) jusqu'aux luttes finales décrites dans l'Apocalypse, le Dragon « poursuit» la Femme et sa descendance (Ap 12; cf 17; 19). Cette lutte s'étend à toute l'histoire, mais s'amplifie de plus en plus à mesure que le temps s'avance. Elle atteint son sommet lors de la Passion de Jésus; c'est alors à la fois l'heure du Prince des ténèbres et celle de Jésus, celle de Sa mort et celle de Sa glorification-( Lc 22,53; Jn 12,23; 17,1). Dans l'Église, les persécutions sont le signe et la condition de la victoire définitive du Christ et des Siens. Elles possèdent à ce titre une signification eschatologique, car elles sont un prodrome du Jugement (1 P 4,17) et de l'instauration complète du Royaume Véritable « commencement des douleurs» (Mc 1 3,8), elles préludent à la fin du monde et conditionnent la naissance d'une ère nouvelle (Ap 7,13-17). b) Si les persécutés qui sont restés fidèles dans l'épreuve (Ap 7,14) sont dès maintenant vainqueurs et « surabondent de joie », leur sort glorieux ne doit pas faire oublier l'aspect tragique du châtiment des persécuteurs. La colère de Dieu, qui se révèle dès maintenant à l'égard des pécheurs (Rm 1,18), fondra à la fin des temps sur ceux qui se seront endurcis, en particulier sur les persécuteurs (1 Th 2,16; 2 Th 1,5-8; Ap 6,9; II,17s; 16,5S; 19,2). Leur sort était déjà annoncé dans la fin tragique d'Antiochus Épiphane (2 M 9) que répète celle d'Hérode-Agrippa (Ac 12,21). Ce lien des persécutions avec le châtiment eschatologique est souligné dans les paraboles des vignerons homicides (Mt 21,33-46 p) et du festin nuptial (22,1-14). Le dernier crime des vignerons et les mauvais traitements subis par les derniers serviteurs mettent le comble à une série d'outrages et déclenchent la colère du Maître ou du Roi. « C'est du sang des saints qu'ils ont versé, c'est donc du sang que Tu leur fis boire, ils le méritent bien» (Ap 16,6; 19,2). Asuivre

 

Com geo.... Merci Je vais me documenter.....attention aux récupérations politiques.Faisons confiance à la providence qui envoie celui qu'il faut quand il faut

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens