Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 07:56

Marie Mère de Dieu ½

 

Nous fêtons au jourdh'ui l'anniversaire des apparitions de Notre Dame à Lourdes.

Marie s'y présente dans la gloire de ses prérogatives,dont la plus merveilleuse ,la plus inouie est d'avoir été choisie comme l'Immaculée Vierge -Mère de Dieu.

Prions pour qu'éclate enfin la vérité.

Extraits des trésors de Cornelius a Lapide Tome III p 117 cf unacumpaulosexto

MARIE de qui est né Jésus : Maria de qua natus est Jésus ( Matth) Ces paroles signifient que Marie est mère de Jésus fait homme; mais Jésus fait homme étant uni hypostatiquement à Dieu, est homme-Dieu. Et comme il n'y a qu'une personne en Jésus Christ , qui est la Personne divine, Marie est vraiment Mère de Dieu.

Le Verbe s'est fait chair, dit l'évangéliste saint Jean: Verbum caro factum est . Et le Verbe était Dieu : Et Deus erat Verbum - Or, le Verbe-Dieu s'était incarné dans le sein de Marie, Marie est nécessairement Mère de Dieu

. 0 dignité sublime et unique!.., Marie Mère de Jésus! Saint Thomas enseigne que Dieu ne peut  rien faire de plus grand que l'incarnation du Verbe, et la maternité divine de la bienheureuse Vierge. En effet, l'incarnation unit l'humanité à la divinité par l'union hypostatique; et d'autre part, la maternité divine est la consanguinité même avec Dieu.

Par cette maternité, Marie est à Dieu ce qu'une mère est à son fils et, s'il se peut, davantage; car Marie est plus entièrement mère que les autres mères : les autres le sont de concert avec le père; Marie est à la fois le père et la mère de Jésus, puisque seule elle Le conçut, seule elle l'a engendré, non pas naturellement, mais surnatureilement, ce qui est bien plus parfait et plus intime ( Sum. theoL 1. p. q. ) ) .

De la dignité de Mère de Dieu découlent tous les dons et tous les privilèges accordés à Marie, non-seulement sur les hommes, mais sur les anges. Comme l'humanité de Jésus Christ , unie à la divinité, est Dieu, Marie, par cette union, est devenue Mère de Dieu, et a reçu tous les dons divins au suprême degré.

Qu'une femme , dit saint Bernard, ait conçu et enfanté un Dieu, cela a été le plus grand des miracles;, car il a fallu, si je puis m'exprimer ainsi, que, par une infinité de perfections et de grâces, cette femme fût élevée en une sorte d'égalité divine, égalité que jamais créature n'avait reçue. Aussi » je ne crois pas que l'esprit humain, ou même l'intelligence angélique, ait pu jamais pénétrer l'abîme insondable de toutes les grâces que la bienheureuse Vierge a reçues du Saint-Esprit à l'heure de la conception divine

Saint Bernard fait remarquer que la dignité de Mère de Dieu est une dignité presque infinie, qui exige un degré de grâce proportionné. De là , dit-il, on peut conclure que la bienheureuse Vierge, dans la conception du Fils de Dieu, a acquis par son consentement un plus grand mérite que n'en ont acquis par tous leurs actes, tous leurs mouvements et toutes leurs pensées, tous les anges et tous leshommes. En effet, tous ceux qui méritent, n'ont pu mériter autre chose que la gloire éternelle à différents degrés.

Par son admirable consentement, la Vierge, au contraire, a mérité l'extinction entière de la concupiscence, la première place parmi les créatures, l'empire de l'univers, la plénitude de toutes les grâces, de toutes les vertus , de tous les dons, de toutes les béatitudes, de tous les fruits du Saint-Esprit, de toutes les sciences, l'intelligence des lan gues, le don de prophétie, la connaissance des esprits, et la science des vertus.

Elle a mérité d'être féconde en demeurant Vierge, et de devenir la Mère du Fils de Dieu.

Elle a mérité d'être l'étoile de la mer, la porte du ciel, et par-dessus tout d'être appelée la Reine de la Miséricorde, et d'obtenir les effets d'un pareil nom.

Aussi lui applique-t-on à bon droit ces paroles des Proverbes : Beaucoup des filles des hommes ont amassé de grands trésors; mais vous, vous les avez toutes surpassées .

Saint Antonin croit que la bienheureuse Vierge, dans la conception du Verbe, a vu l'Essence même de Dieu, puisqu'elle La recevait en elle-même (Sum. theoh, p. IV., tit. xv, c. xv11.

Saint Augustin et saint Thomas disent que saint Paul vit l'Essence de Dieu lorsqu'il fut ravi jusqu'au troisième ciel. Mais si saint Paul reçut cette grâce, combien, à plus forte raison, la bienheureuse Vierge, Mère de Dieu?

Ce sentiment est celui d'un grand nombre de Pères, parmi lesquels il faut compter saint Bernard, et une foule de grands théologiens. Saint Jean Damascene et saint Anselme enseignent que Marie, au moment où elle devint Mère du Verbe, reçut une claire révélation de sa prédestination et de sa future exaltation au-dessus de tous les chœurs des anges ( De Dormit. Deipar.) .

 Heureux, ô Jésus, le ventre qui Vous a porté, et les mamelles qne Vous avez sucées! (Luc. XI. 21.)

Ces paroles de l'Evangile font dire à Methodius : Incomparable Vierge, vous contenez Celui qui contient tout; vous portez

Celui qui porte tout d'une seule parole; vous possédez Celui qui possède tout ( Orat. in Hyp. ) .

Quel trône glorieux que le trône où se tient le Verbe fait chair, quel char royal que celui qui Le porte !

Servir Dieu, dit saint Bernard, c'est régner ; Le porter. n'est pas un fardeau, mais un ornement. Vous, ô Marie, vous vêtez ce grand Dieu, et Il vous revêt; vous Le vêtez de votre chair, et Il vous revêt de la gloire de Sa majesté; vous prêtez un nuage au soleil, et Lui vous enveloppe de Ses rayons L'incompréhensible, dit saint Ambroise, opérait en sa mère d'une manière incompréhensible : ( Serm. de B. Virg. ). Qu'y a-t-il de plus grand que la mère de Dieu, qxii a renfermé dans son sein la grandeur de la majesté suprême. Contemplez la dignité des séraphins, ils sont au-dessous de Marie; Dieu seul est au-dessus d'elle (Serm. de Nativ. B. Virg.).

Marie a été mère de Dieu selon la chair, dit saint Jean Damascène ; son sein est le ciel dans lequel a habité Celui qu'aucun lieu ne peut contenir:

Marie est la créature qui a acquis le plus de mérites; car, pour arriver à concevoir le Verbe, dit saint Grégoire, elle a élevé ses mérites au-dessus de ceux des anges, et jusqu'au trône de Dieu : Voilà pourquoi elle a été conçue de toute éternité dans l'intelligence divine; le monde n'était pas, qu'elle existait déjà .

Si quelqu'un, dit saint Bernard, considère à quoi, dans l'incarnation , devait aboutir le consentement de Marie , il comprendra clairement que toute dignité et toute perfection, tant de l'âme que du corps, est renfermée dans le titre auguste de Mère de Dieu. Marie «surpasse infiniment en mérites tout ce qu'on peut imaginer ou exprimer au-dessous de Dieu. Pour que Jésus Christ , terme ineffable de toutes choses, s'incarnât dans son sein virginal, il a fallu qu'il trouvât en elle une perfection digne de Lui ( Serm. LI, art. m, c. x ).

Le titre de Mère de Dieu l'emporte sur toutes les dignités possibles, comme l'or l'emporte sur le plomb et le ciel sur la termaternité divine est une dignité incomparable et incompréhensible; car , ainsi que nous l'avons déjà dit, cette maternité est une étroite consanguinité avec Dieu, Par elle, la bienheureuse Vierge est élevée si haut, qu'elle devient de l'ordre divin, et qu'elle a pour fils consubstanticl en tant qu'il est homme, le même Dieu que le Père a pour Fils consubstantiel en tant qu'Il est Dieu.

C'est pourquoi, comme le Père dit au Verbe : Vous êtes mon Fils; Je vous ai engendré aujourd'hui : (Psal. ir. 7); Marie peut lui dire : Vous êtes mon fils; je Vous ai engendré aujourd'hui. Marie est supérieure à toutes les créatures; elle est la Mère, la Fille et l'Épouse de Dieu, la Mère du Verbe, la Fille unique du Père, l'Épouse du Saint-Esprit, Comme le Père, Marie a pour fils la seconde personne de l'auguste Trinité. Le Verbe, qui a Dieu pour Père, a Marie pour Mère.

A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens