Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 09:20

Guerre et Sainte Écriture 2/2

Nouveau Testament

Le Nouveau Testament accomplit ces promesses. La guerre eschatologique y est livrée sur un triple terrain : celui de la vie terrestre de Jésus, celui de l'histoire de Son Église, celui de la consommation finale.

I- Jésus

En Jésus se révèle pleinement la nature profonde du combat eschatologique : non un combat temporel pour un royaume de ce monde-ci (Lc,22-50S; Jn 18,36); mais un combat spirituel contre Satan, contre le monde, contre le mal. Jésus est le "Fort qui vient terrasser le Prince de ce monde (Mt 4,1-11 p; l2,27s; Lc 11,18ss). Aussi bien, celui-ci réagit-il en tentant contre lui un dernier assaut : la mise à mort de Jésus est son ultime tentative (Lc 22,3; Jn 13,2.27; 14,30); c'est lui qui suscite l'action des puissances terrestres liguées contre l'Oint du Seigneur (Ac 4,25-28; cf Ps 2). Mais, ce faisant, il précipite sa défaite. En effet, paradoxalement, la croix de Jésus assure Sa victoire (Jn 12,31) : quand Il ressuscite, les Puissances hostiles, mauvaises, dépouillées de leur seigneurie, figurent dans son cortège triomphal (Col 2,15). Vainqueur du monde par Sa mort même (Jn 16,33), Il possède désormais la régence de l'histoire (Ap 5); mais le combat qu'Il a personnellement livré va se prolonger à travers les siècles dans la vie de Son Église.

II. L'ÉGLISE DE JÉSUS

1. L'Église militante.(miles =soldat) -

L'Église n'est pas une grandeur d'ordre temporel, comme était encore l'ancien peuple d'Israël ; les guerres humaines ne sont donc plus son affaire. Mais, sur son propre plan, elle est à tout jamais en état militant. Ce que Jésus apporte par elle aux hommes, c'est bien, sous un certain rapport, la paix avec Dieu et la paix entre eux (Lc 2,14; Jn 14,27; 16,33). Mais une telle paix n'est pas de ce monde. Aussi les hommes qui croient en Lui seront-ils toujours en butte à la haine du monde (Jn 15,18-21) : au plan temporel, Jésus ne Ieur a pas apporté la paix mais le glaive (Mt 10, 34), car le Royaume de Dieu est en butte à la violence (Mt II,12 p).

Individuellement, chaque chrétien devra mener un combat, non contre des adversaires de chair et de sang, mais contre Satan et ses alliés (Ep 6,10SS; 1 P 5,8S), Collectivement, l'Église sera livrée aux assauts des puissances de ce monde, qui se feront les alliées de Satan , telle 1a Rome impériale, cette nouvelle Babylone (/Ap 12,17)

2-Les armes chrétiennes.

- Dans ce combat, l'Église et ses membres n'usent plus des armes temporelles mais de celles que Jésus a léguées.

Les vertus chrétiennes sont les armes de lumière que revêt le soldat du Christ (1 Th 5,8; Ep 6,11.13-17); c'est la foi au Christ qui vainc le Mauvais et le monde (1 Jn 2-14 4.4; ). En apparence, le monde peut triompher des chrétiens lorsqu'il les persécute et les tue (Ap 11,7-10); victoire précaire, qui prélude à un renversement de situation, comme la croix du Christ préparait Sa résurrection en gloire (Ap II,11.15-18) ,l'Agneau fut vainqueur du Diable par Sa mort; de même, ses compagnons en triomphent par leur Martyre (Ap 12,11; 14,1-5). L'héroïsme de tels combats surpasse de loin celui des anciennes guerres de Yahweh et il n'exige pas moins de vaillance.

III. LE COMBAT FINAL

1- Prodromes.

- Les « derniers temps » inaugurés par Jésus prennent ainsi l'allure d'une guerre à mort entre deux camps : celui du Christ et celui de l'antichrist. Nul doute que la lutte ne doive croître en subtilité, en brutalité, en intensité, à mesure que l'histoire s'approchera de sa consommation . Mais le monde mauvais, le monde de péché, est sous le coup d'une condamnation divine dont sa destinée porte désormais la marque. C'est ici que les guerres humaines révèlent la plénitude de leur sens. Au cœur de l'expérience temporelle des hommes, elles inscrivent les signes du Jugement qui vient (Mt 24,6 P ; Ap 6,1-4; 9,1-11). Elles révèlent les oppositions internes auxquelles est vouée l'humanité pécheresse dans la mesure où elle n'accueille pas la paix du Christ.

2. Images du dernier combat.

Car le temps coule infailliblement vers sa fin. Si d'un côté le Christ rassemble peu à peu dans Son Église tous les fils de Dieu dispersés (Jn 1l,52), de l'autre Satan, qui le singe, s'efforce lui aussi d'unir en une seule armée les hommes qu'il a séduits. Au terme des siècles, l'Apocalypse nous les présente, réunis sous sa conduite pour livrer leur dernier combat (Ap 19,19; 20,7SS). Mais cette fois, le Christ vainqueur fera éclater visiblement Sa Seigneurie, Verbe de Dieu apparu dans Sa gloire en fonction d'Exterminateur (Ap 19,II-I6.2I; cf Mt 24,30 p). Le visage temporel des faits à venir se dérobe pour nous derrière cette évocation surnaturelle, qui débouche, par delà le temps, sur le châtiment éternel de Satan et de ses suppôts (Ap 19,20; 20,10). Après, cela, toute contradiction étant surmontée, soit entre Dieu et les hommes, soit entre les divers groupes humains, la paix parfaite de la nouvelle Jérusalem réintroduira en paradis l'humanité sauvée (Ap 2I)

Vision de victoire finale, qui fonde la constance et la confiance des saints (Ap I2,10), car alors l'Église militante se muera pour jamais en Église triomphante, réunie autour du Christ vainqueur (Ap 3,2I ; 7). HC et PG

 

Note: lire et relire les articles  dans recherche/ paroles divines pour temps de guerre.Terriblement d'actualité....Soyons armés,formés spirituellement et.... combattifs....La politique de l'autruche n'est pas catholique....

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens