Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 08:20

Le thème du Rocher dans la Sainte Écriture

(Voir  l'article sur Saint Pierre Rocher de l'Église)

Paul, lorsqu'il identifie le Seigneur Jésus au Rocher du désert (1 Co 10,4), réunit deux thèmes jusque-là distincts. Dieu est le « Rocher d'Israël » (2. S 23,3) ; du rocher, signe de sécheresse, Dieu a fait jaillir l'eau qui donne la vie.

1. Dieu, solide comme le roc.

La dureté du rocher fait de lui un abri sûr comme la montagne pour le fuyard. Le creux du rocher offre refuge et salut (Jr 48,28). Dieu est appelé le Rocher d'Israël parce qu'il lui assure le salut. Les titres divins qui vont de pair avec celui-ci soulignent ce sens : Dieu est citadelle, refuge, rempart, bouclier, tour forte, abri (2. S 22,2; Ps I8,3,32; 3I,4; 6I,4; I44,2); en Lui il faut mettre sa confiance, car il est le Rocher éternel (Is 26,4; 30,29) et unique (44,8). Abri sûr, le rocher est aussi fondation solide : Dieu est rocher par Sa fidélité (Dt 32,4; Ps 92, l 6). Celui qui a foi en lui ne bronchera pas (Is 28,I6), mais celui qui refuse de s'appuyer sur ce rocher s'y heurtera, il se brisera contre la pierre de scandale (Is 8,14). Dans le NouveauTestament, c'est le Christ qui est la pierre de fondement (Rm 9,33; 1 P 2,6ss) ; celui qui écoute sa parole édifie sur le roc (Mt 7,24). Pierre, rocher sur lequel est fondée l'Église, participe à cette stabilité (Mt I6, I8).(cf article précédent sur Saint Pierre)

2. Le rocher sous la main de Dieu. -

Le rocher sur quoi rien ne pousse est le symbole de la stérilité. Abraham était un roc, car il était seul, avant que Dieu l'ait béni et multiplié (Is 5 I,2; cf Mt 3,9). L'existence du peuple d'Israël, taillé dans ce roc, est un signe de la toute-puissance de Dieu. Sous sa main, les rochers de Palestine portent des moissons (Dt 32, I 3) ; davantage, au désert de la sécheresse, Dieu atteste sa maîtrise des créatures, à nos yeux opposées, en faisant jaillir le liquide du sol aride : l'eau jaillit du rocher de Mériba (Ex 17,6; Nb 20, I0 s). Dans cette œuvre de Dieu, la piété voit une anticipation des merveilles eschatologiques (Ps 78, I5-20; I05,4I; Is 43,20). Dieu peut en effet triompher des cœurs sourds aux avertissements prophétiques (Jr 5,3; Ez 36,26). Cc miracle de grâce s'accomplit dans l'Évangile : Jésus, sur qui l'Esprit a reposé, ouvre aux siens la source de l'eau vive en leur donnant l'Esprit (Jn 7,37ss; I9,34);Il est le Rocher du peuple nouveau en marche vers la délivrance. Dès l'AncienTestament, dit Paul, il était le Rocher dont le peuple tirait les vraies bénédictions du désert (I CO I0,4), il reste Celui par qui nous pouvons tenir debout, non par une assurance humaine, mais par la grâce du Dieu fidèle (I0,I2S). (MP)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens