Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2015 2 07 /04 /avril /2015 06:11

Les sept œuvres de miséricorde corporelle 5/7 NSJC à Carmela Carabelli

5 - «VISITER LES MALADES» Vendredi 21 juin 1968 Jésus -

Ma fille bien-aimée, nous continuons la brève réflexion sur les œuvres de bonté et de miséricorde. Nous essayerons de réfléchir sur la Charité qui consiste à «visiter les malades». À quel point cette Œuvre est utile, tu peux le comprendre par le fait que Moi aussi, Je l'ai exercée sur une grande échelle, car les malades formaient l'un des centres d'attraction de Ma vie et l'un des motifs de Ma venue sur la terre. Je disais en effet: «Je ne suis pas venu pour les bien portants, mais pour les malades», même si c'étaient surtout les malades en esprit dont J'entendais parler. Mais on n'atteint l'esprit qu'en faisant du bien aux corps, et Moi, Je guérissais les corps pour atteindre l'âme, l'éclairer par la Lumière de la Foi et la transformer.

Toi, tu dois M'imiter et s'il ne t'est pas possible d'opérer des miracles de guérison, lorsque tu t'approches du lit d'un malade, songe que ta visite et ta parole peuvent apporter paix, réconfort, sérénité, espérance à une âme qui, peut-être, est dans le désespoir et plus encore dans la douleur morale que dans la douleur physique

. Suis donc les bonnes inspirations, quand tu te sens désireuse de faire du bien. Souviens-toi que c'est là un bien véritable, béni et désiré par Moi. Je bénis les pieds de ceux qui vont auprès des nécessiteux et leur apportent, outre le petit cadeau matériel qui exprime l'affection, le Don Immense de Ma Lumière, de Mes enseignements, la Joie de Ma Rencontre avec ces âmes que Je chéris.

Appelle-Moi auprès de toi quand tu vas rendre ces visites si précieuses et Moi, Je t'accompagnerai et Je mettrai sur tes lèvres les paroles qui conviennent. Je réchaufferai ton cœur, afin qu'il puisse comprendre les besoins d'autrui et les soulager. Écoute volontiers le récit de leurs misères et de leurs maux. Laisse-les parler, car tous ceux qui souffrent n'ont pas tellement envie, généralement, d'écouter les autres, mais ils ont hesoin d'épancher leur cœur, en racontant tout ce qu'ils ressentent et subissent. Écoute donc beaucoup et parle peu ; puis fais dévier la conversation sur des sujets religieux.Parle de Mon amour aux malades.Dis leur combien précieuses sont leurs souffrances; dis-leur que leur vie n'est pas inutile, mais précieuse. Tu diras que tout le monde, sur terre, a besoin du malade, car si la maladie est acceptée, offerte, elle devient la monnaie avec laquelle se rachètent les âmes. ! Il est certain que tu ne dois pas te mettre à prêcher. Mais recommande-toi beaucoup à ces malades; fais-le avec conviction, persuadée d'avoir besoin d'eux.

Ainsi, peu à peu, tu leur feras comprendre l'utilité de leur existence et de leur maladie pour le bien de la famille et de la société. Je t'assure que ceux qui approchent les malades dans cet esprit en retireront de grands avantages moraux et spirituels, au point de se sentir vraiment leurs débiteurs . Rappelle-toi Ma Maman: dès qu'Elle eut appris de l'Ange que Sa cousine Elisabeth se trouvait dans le besoin, Elle affronta un voyage long et malaisé, avec beaucoup d'amour, et courut auprès d'elle pour l'aider. Elle ne prêta attention ni à Sa propre personne ni à Ses conditions, mais Elle vola, pour ainsi dire, tellement Elle se hâta d'aller là où la charité L'appelait.

Toi aussi, va donc, avec beaucoup d'amour et dans cet esprit, auprès de ceux qui sont dans le besoin et dans l'impossibilité de subvenir à leurs nécessités. Rends-toi utile à ton prochain, si tu t'aperçois que cela fait plaisir, même sur le plan matériel; agis avec simplicité, sans faire remarquer ce qui peut être déficient dans la maison, sans modifier l'ordre des choses, afin de ne pas paraître vouloir commander.

Fais tout avec amabilité, douceur et sérénité, sans heurter et sans te donner une importance exagérée. Sois observatrice, afin d'interrompre ta visite dès que tu te rends compte qu'elle occasionne de la gêne ou de l'ennui. Parle toujours avec délicatesse. N'élève jamais la voix: ce n'est pas une preuve de bonne éducation. Que le malade et ceux de la maison comprennent que tu n'es pas venue chez eux pour bavarder inutilement, mais pour accomplir un devoir chrétien, précis et dicté par la Charité. Que de joie tu ressentiras dans ton cœur, si tu peux, par tes paroles, ouvrir la porte au prêtre afin qu'Il M'apporte dans l'Eucharistie! Et que de reconnaissance tu obtiendras, au Ciel, de la part de ces âmes que tu auras assistées et soignées et à qui tu auras peut-être fait retrouver Ma Grâce et la Lumière de la Foi!

Tous les Saints ont eu à cœur cette belle œuvre de miséricorde et l'ont pratiquée. Leur amour et la compassion qu'ils éprouvaient devant tant de misères étaient si grands que, très souvent, Je leur accordais d'accomplir des miracles de guérison.

Que ta Foi soit si grande qu'Elle Me contraigne à opérer encore des guérisons miraculeuses, sinon dans le corps, du moins dans l'âme, et rappelle-toi que les secondes sont plus importantes et plus grandioses que les premières. » A Suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens