Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 08:43

 EXTASE DU 5 SEPTEMBRE 1878 .Marie-Julie Jahenny

VISITE DE SAINT NESTOR, ÉVÊQUE ET MARTYR (EXTRAITS)

L'Élu du Ciel est Saint Nestor (mort en 251) Il fut Évêque de Magydos en Pamphilie (Sud de l'Asie mineure). Il fut martyrisé lors de la persécution de l'Empereur Romain Dèce. (249-251). Saint Nestor était si aimé, qu'ayant exhorté les fidèles du haut de sa croix, des païens s'agenouillèrent avec les chrétiens. (Fête le 26 février)

« Que la paix de Notre-Seigneur soit avec vous, chers frères de la Croix, que Son Amour vous fortifie! que Sa Bonté vous donne l'espérance! .

Je suis Saint Nestor, Évêque et martyr. Je suis mort pour mon Dieu, étendu sur des chevalets; je suis mort en croix.' J'ai vécu dans les siècles passés. J'avais d'abord le dessein de sortir du monde et d' entrer dans la solitude mais Dieu en décida autrement. Je fus élu Évêque et je fus destiné à prêcher la Foi parmi les peuples non Chrétiens.

Après peu d ennées dans le ministère d'Évêque, je fus martyr. Voici comment mon Dieu a décidé mon martyre. Je parcourais la terre pour convertir les infidèles. Une sorte de jalousie et de mauvaise volonté fut suscitée parmi ces peuples, et aussitôt je subis de mauvais traitements; Ce n'était pas encore l'heure du martyre. J'ai vécu trois ans encore après les premières persécutions. Je redoublais de prédications. Plus l'amour de Dieu était fort en mon âme, plus mon zèle me donnait un dévouement, une charité sans borne pour ce pauvre peuple.

Après que j'eus prêché la doctrine de Jésus-Christ, le peuple infidèle se rassembla et complota contre moi et il me mit à mort. Mon martyre a été très long dans les tourments. Ils me torturèrent sur des chevalets (Arête de bois sur lequel on faisait asseoir, à cheval, le sujet, en lui mettant des boulets aux pieds, sorte de supplice associant l'empalement et l'écartèlement, particulièrement cruel par sa longue durée et son caractère humiliant) Voyant que je vivais toujours et que rien ne m'arrachait la vie, on décida de me crucifier sur un arbre qui n'était pas mort. Je fus traîné, battu par ce peuple. Arrivé au lieu du supplice on me dépouilla, on me tordit les membres, on me brisa les dents avec des instruments que tu ne connais pas. On me transperça avec des aiguilles de fer, surtout dans les parties les plus sensibles. Je fus ensuite placé sur' l'arbre, très gros et très grand. J'y fus attaché avec quatre clous. Les tourments ne faisaient que rayonner d'avantage mon visage de bonheur. On me fixa la tête sur l'arbre. On me frappa la tête de telle sorte que j'eus la tête brisée et le visage décomposé. Ma tête était aplatie contre l'arbre du crucifiement. Voyant que je respirais encore, on me trancha la tête et j'expirais dans les tourments et les douleurs ; On voulut faire lécher mon sang et mes plaies par les animaux, Ils s'y refusèrent et pleurèrent mon martyre. Puis ces infidèles enfermèrent mon corps dans une boîte en bois, et leur dessein était affreux! Mais Dieu qui sait bien tout faire, envoya des âmes choisies demander mon corps. Elles aussi furent battues, mais les infidèles cédèrent à leur demande. Voilà comment. fus emporté et comment mon corps fut soustrait à l'infâme sacrilège, que le peuple infidèle avait dessein de faire

. Je vais, maintenant, dire un mot de la part de Notre-Seigneur. Nous sommes tous, plus ou moins, martyrs sur cette terre, nous le sommes tous. Il n'y a pas de Trésor plus riche, plus précieux que de souffrir pour Dieu. Laissez le monde se moquer de vous, laissez le vous persécuter de toutes les façons, pourvu que vous serviez Dieu et que vous L'aimiez surla terre. il n'y a qu'un seul bonheur, un seul amour, une seule joie, C'est Dieu qui a toutes ces richesses. Que sert d'avoir sur la terre la jouissance? Que sert d' avoir une liberté complète en toute chose? C'est un bonheur, mais un bonheur sans mérite. Pourquoi s'attache-t-on tant à cette terre? Pourquoi prend-on tant de goût à écouter ce que la terre redit? Il faut employer ce temps vain et sans mérite à penser à Dieu, à prier, à Lui demander les grâces dont on a besoin. Pourquoi encore néglige-ton la confiance en Dieu, pour s'occuper d'une autre confiance de boue et de poussière? Cette confiance, c'est la plus basse, c'est la dernière, c'est celle qui vient des créaturès ... Pour devenir parfait, dans toutes les grâces du Ciel, il faut se retirer, et en même retirer son esprit, ses pensées; il faut se recueillir dans son intérieur ... Ceux qui souffrent doivent savoir se retirer d'avantage, parce qu'ils sont dans une bonne voie ... Il faut prendre la souffrance pour épouse, et rejeter tout le reste ... Celui qui l'êl;épousée, n'a plus besoin d'autre chose, d'autre attache, d'autre compagne pour parler, pour se consoler, la souffrance lui suffit, ou bien rien ne peut lui suffire ... Dieu possède tout; Dieu est le souverain Consolateur, la terre ne console pas ... Plus on se détache, plus le jour d'une vie nouvelle approche. Souvent, on prolonge des existences douloureuses par trop d'attaches au monde et aux créatures. Le moyen d'abréger son existence malheureuse est de se retirer de tout, et de prendre Dieu pour seul Consolateur, de tout Lui dire, de tout Lui raconter ... Je souhaite aux enfants de Dieu et de la Croix, la force et le courage et surtout ce grand détachement, pour, vite, entrer dans la paix et dans la Demeure que le Seigneur vous prépare. Il faut vous rassurer, car le Seigneur vous promet Sa protection. »

ps /Merci S....i .....remarque très juste

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens