Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 06:23

Divins Enseignements suite 10/10

En conclusion de cette série des enseignements de Notre Seigneur à Sœur de la Nativité,voici le discours préliminaire de l'édition de ces écrits

.Il montre l'extrême prudence de l'éditeur,mais aussi son zèle à faire connaître ce trésor . Que ceci rassure tous ceux qui semblent atteints d'une véritable phobie des « révélations privées »suspectes d'être des illuminations diaboliques. Il ne faut pas, là encore jeter l'enfant avec l'eau du bain. Le Verbe Incarné est la Parole de Dieu.Qui peut Le baillonner ? Qui peut l'empêcher d'être Dieu avec nous -Emmanuel- réellement présent dans l'Eucharistie et donc parlant à qui Il juge bon, au moment qui Lui convient... ?

Une des causes de cette peur irraisonnée,comme d'ailleurs de l'autre côté d'une excessive crédulité, est la grave carence des études de théologie mystique dans les séminaires où l'on a plus enseigné le rationalisme de Descartes que l'Amour de Saint Jean de la Croix.Le mot « mystique » est devenu, hélas, une sorte d'injure et de mise en garde apitoyée Les mystiques sont comme des explorateurs des mystères surnaturels.Pourquoi les mépriser parce qu'ils témoignent de ce qui ont vu et compris ? In medio,stat virtus.... !

L'édition de 1819, qui est déjà une réédition, comporte quatre volumes épais, parus à Paris chez Beaucé (rue Guénégaud) libraire de S.A.R. Monseigneur Duc d'Angoulême. On y trouve un «discours préliminaire» de quatorze pages, écrit par l'abbé Genêt.

L'éditeur donne d'abord un avis. On y lit : «La première édition s'est épuisée en très peu de temps, et nous nous sommes trouvés dans la nécessité d'en entreprendre une seconde, pour répondre aux demandes qui nous ont été faites de tous côtés. « ... Pour remplir les intentions de cette sœur qui a toujours voulu, comme on le verra, se soumettre entièrement à l'Église et abandonner à ses ministres le jugement sur tout ce qu'elle rapporte, l'abbé Genêt communiqua son manuscrit à plusieurs prélats savants , et à plusieurs docteurs éclairés, dont on trouvera l'opinion au troisième volume. «Ils ont répété, pour la plupart, que le doigt de Dieu s'y manifeste à chaque pas, et que l'ouvrage, tel qu'il est, n'a besoin d'aucune autorisation. Il tire de lui-même ses preuves et toute sa force : Digitus Dei est hic . Cette universalité des suffrages, cette réunion d'opinions sur le point capital, m'a donné une certaine confiance qu'une production tant désirée pourrait un jour, selon l'annonce de l'auteur, contribuer au salut des âmes Comme à la gloire du Dieu qui prend tous les moyens de les procurer. Puisse l'événement répondre à notre attente! «Sans entrer en dissertation sur le degré de croyance qu'on peut donner aux écrits de cette fille extraordinaire, - ah ! que peuvent-ils produire sinon une foi particulière ! - j'ose espérer que l'Esprit-Saint éclairera mieux que personne les âmes de bonne volonté qui liront cette production, non par curiosité, ni pour trouver à redire, mais dans le seul dessein de s'instruire et d'en profiter en s'édifiant ... »

D'autre part, du long «discours préliminaire» de l'abbé Genêt, ne retenons que ces quelques lignes: . « ... Prévenu d'une juste méfiance contre mon propre jugement, écrit-il, j'ai présenté, suivant l'ordre reçu, mon recueil à des juges plus compétents et plus éclairés qui se sont trouvés en grand nombre dans les différens (sic) lieux de mon exil (l ) ... «C'est avec une vraie satisfaction que j'ai vu tant de dignes prélats, de docteurs respectables et de théologiens profonds se réunir à mon opinion. Tous, ils ont jugé cette lecture utile et propre à produire les fruits les plus désirables de conversion, d'avancement et de salut ... quoique la nature de cette production extraordinaire ne leur ait pas permis d'y joindre la sanction de leur jutorité ...

«L'ouvrage, ajoute l'abbé Genêt, a été lu et examiné par plus de cent théologiens: sept ou huit évêques ou archevêques, vingt ou trente vicaires généraux de différents diocèses, des professeurs de théologie, des abbés, des auteurs de livres estimés, des académiciens même, et plus de quatre-vingts curés ou autres prêtres, français ou anglais, sans parler de plusieurs personnes du monde très instruites ... «... Ils se sont, avec moi, plus à regarder ce recueil comme une nouvelle apocalypse; et l'auteur comme une personne suscitée de Dieu pour annoncer aux hommes le sort de l'Eglise jusqu'aux derniers temps de sa durée. Cela servira à les «prémunir » contre les erreurs et les scandales de cette époque finale». Ces remarques n'étaient que l'écho de ce que la Sœur de la Nativité avait affirmé elle-même à son directeur de 'conscience : «Dieu me fit voir, quoiqu'un peu confusément, que ce petit ouvrage, qui est le sien, doit être un jour reçu chez plus d'une nation et dans plus d'un royaume. Il doit suivre jusqu'à la fin le flambeau de la foi, avec ceux qui marcheront à sa lumière, sans que je puisse voir où il doit s'arrêter. Il sera lu jusqu'au dernier siècle du monde et jusqu'aux derniers temps de l'Église de Jésus-Christ. « ... Il sera lu, recherché et, comme l'évangile même, deviendra l'occasion du salut et de la perte de plusieurs». (Tome II, article 8)"

PS :

Nous publierons dans ce blog les textes de Sœur de la Nativité sur les Grands mystères qui sont l'objet de notre foi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens