Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 07:19

Après la peine ,la Joie

"Marie-Julie du Crucifix est transportée dans un désert aride et désolé au milieu de ténèbres confuses. Devant elle était un tombeau, celui de la France; il s'exhalait des odeurs méphitiques qui ne permettaient pas de s'en approcher. .

Tout à coup une lumière brillante et Jésus-Christ descend, ouvre le sépulchre, se penche sur le cadavre et le prend dans Ses bras, doucement et tendrement, comme Saint Joseph prenait l'Enfant Jésus.

La France se réveille et le Sauveur lui parle avec amour, dans un langage tout embaumé des divines ardeurs du Cantique des Cantiques. II lui promet de prochaines bénédictions, de prochaines gloires, de prochains triomphes QUI DÉPASSERONT TOUTES LES VICTOIRES PASSÉES parce qu'elle pleure ses fautes, qu'elle se repent, qu'elle se jette avec amour dans le Sacré-Cœur.

Puis Jésus la recouvre et disparaît.

Quinze jours après: encore le tombeau de la France, mais elle en est sortie.

Elle se tient immobile devant Jésus-Christ qui lui sourit tendrement, elle est enveloppée d'un long suaire noir : ce sont ses crimes. Jésus-Christ l'en dépouille jusqu'à la hauteur de la poitrine. II lui couvre la tête d'un voile éclatant de blancheur, puis Il arrache de Son Cœur un Lys fleuri et le plante dans le cœur de la ressuscitée ...(Le Lys représente le Roi )

Puis, encore quinze jours après, Marie-Julie voit la France, Fille de Jésus-Christ, presque montée au dernier degré du trône sur lequel Il était assis. Son suaire noir était entièrement tombé, le Sauveur le foulait sous Ses pieds et la France aussitôt se paraît d'un manteau blanc couvert de lys d'or qui l'enveloppait des pieds à la tête.

Et dans la vision suivante, quelques jours après, Jésus-Christ était assis sur un trône resplendissant; il y avait auprès de Lui sa Mère. La France se présente toute vêtue de blanc et de fleurs de lys. Elle est déjà couronnée, mais pas encore de la grande Couronne qui ne lui sera donnée qu'à l'heure de son salut. De son cœur sortait le lys que Jésus-Christ y avait déposé, elle était chargée de fleurs. Parmi ces fleurs, il y en avait une qui brillait plus grande et plus éblouissante. La France gravit les marches du trône, la Vierge priait, souriait et pleurait. Son Divin Fils s'écrie alors, qu'Il est vaincu, qu'Il ne peut plus résister, qu'Il oublie, qu'Il pardonne: «A Vous désormais, Ma Mère, à Vous seule, de commander et de fixer l'heure de la victoire de votre Fille bien-aimée» ! Et prenant dans Son Cœur une goutte de sang et une larme aux yeux de la Sainte Vierge, Il dépose ce mystérieux mélange dans la grande Fleur du cœur de la France.

A la droite du Trône était agenouillé le Pape (le Saint Pontife qui restaurera l'Église « après la grandissime purification » .) Jésus-Christ l'appelle et le nomme « Son cher Fils », Il le fait monter à Ses côtés, puis Il lui dit: « Tu as assez souffert; il est temps que tu sois consolé et que tes ennemis disparaissent afin que ta gloire règne en souveraine dans l'univers. » Le Pape, en pleurs et pressé sur le Cœur de son Maître, s'écrie qu'il ne mérite pas une telle récompense qu'il est indigne de telles splendeurs.

A gauche du Trône était le Roi, il monte à son tour, mais un peu moins haut que le Pape et reçoit lui aussi les divines promesses. Il est le Fils bien-aimé de la Vierge et il régnera avec son drapeau symbole de pureté et de gloire (c'est-à-dire le drapeau blanc fleurdelysé). Cependant, tous les grands saints qui protègent la France, planaient alentour.

Au premier rang, revêtu de ses armes, Saint Michel semblait attendre fièrement l'heure de la lutte contre le mal. Trois semaines après, vision analogue à la précédente. C'est encore le Roi amené par la Sainte Vierge qui l'aime comme son Fils à cause de son innocence. Il apparaît en Souverain couronné de grandeur et ombragé par les plis de son drapeau

. Bientôt le tableau change et se complète: la France suit son chef légitime, avance reposée sur le Cœur de la Vierge et sa petite couronne se transforme en diadème de victoire. Le Sacré-Cœur s'unit à Marie pour l'assurer de Son Amour et lui annoncer une fois de plus qu'Il vaincrait ses ennemis dans un triomphe sans égal

. « La France est sauvée ! » répète sans cesse Marie-Julie. Les bons amis du Sacré-Cœur sont groupés en masses profondes derrière la France, précédés de tous les Saints qui protègent la Fille Aînée de l'Église.

A suivre

Nous retrouvons dans ces textes les mêmes informations utiles. Le secours du Ciel ne surviendra que quand tout sera humainement considéré comme perdu.Il y aura beaucoup de martyrs.Nous devons nous y préparer. La majorité ne croira pas; seul le petit nombre verra la victoire et encore à la condition qu'il soit obéissant et fidèle. Il ne faudra jamais baissé la garde et s'endormir. Les desseins divins sont aussi justes qu' impénétrables.Dieu nous fait la grâce de nous en révéler les grandes lignes.Il sera grave de mépriser ces informations ou de les déformer.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens