Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 03:57

Faux et usages de faux.... suite 2/7

Le N°1 est sous le titre« L 'imposture des changeurs

Comme l’enseigne Saint Vincent Ferrier ( 1355-1419) : « le Pape légitime est le père universel des Chrétiens, et l’Église en est la Mère. Aussi, en prêtant obéissance à quelqu’un qui n’est pas pape et en lui attribuant les honneurs papaux, on transgresse le premier précepte de la première table, en lequel il est ordonné : Tu n’auras point de dieux étrangers, ni d’idole, ni de statue, ni aucune figure de ce qui est dans le ciel (Deut. V, 7-9). Or qu’est ce qu’un faux pape sinon un dieu étranger en ce monde, une idole, une statue, une image ou représentation fictive du Christ ? » (Traité du Schisme moderne, part 1, chap. III, Ed. San Vicente Ferrer, Biographia y escritosMadrid, 1956)

 

La séduction d'une continuité fictive. Un faux « conservateur »

Certains des catholiques qui mesurent la gravité des erreurs ou des équivoques contenues dans Vatican II, se trouvent rassurés lorsque Jean-Paul II indique, comme il l'a fait en quelques occasions, que" ce que l'Esprit' dit à l'Eglise' " par le Concile, " il le dit en même temps dans une pleine harmonie avec la Tradition et selon les exigences posées par les signes des temps ' (Discours aux évêques de France, Issy-les-Moulineaux, 1er juin 1980, OR 3.06.80, p. 15). Mais cette précision ne fait au contraire que mieux situer la portée de l'adhésion doctrinale de Jean-Paul II au Concile Vatican II : en y adhérant, il pense, ou du moins il affirme, qu'il adhère à un enseignement en pleine conformité avec l'enseignement traditionnel. Ce n'est nullement une" porte de sortie" qui est ouverte aux catholiques fidèles, et qui leur laisserait le loisir d'éliminer du Concile ce qui n'est pas conforme à l'enseignement antérieur du Magistère; c'est une affirmation claire et explicite que le Concile, tout le Concile, est un développement homogène de la doctrine traditionnelle. Que telle soit bien la pensée de Jean-Paul II, c'est lui-même qui l'a indiqué, en condamnant avec netteté et vigueur les interprétations dites" progressiste" et " intégriste" du Concile, à trois reprises au moins, à notre connaissance :

1 - Dans le discours d'ouverture de la réunion plénière du Sacré Collège déjà mentionné : " On ne peut pas prétendre, pour ainsi dire, faire remonter à l'Eglise le cours de l'histoire de l'Humanité. Mais on ne peut pas non plus courir présomptueusement en avant. " (DC 177 5, pp. 1002 et 1003). " La vraie voie de la réalisation de Vatican II " doit donc" se dégager des propositions contraires. " (ibid.).

2 - Dans le discours aux évêques de France à Issy-lesMoulineaux (ler juin 1980), il renvoie dos à dos le" progressisme " et "l'intégrisme" en précisant: "Il nous faut réaliser le Concile tel qu'il est, et non comme certains voudraient le voir et le comprendre." (DC 1788, p. 589).

3 - De façon plus explicite encore, aux évêques d'Allemagne le 17 novembre 1980, il développe la thèse selon laquelle la doctrine de Vatican II est un développement de celle de Trente et de Vatican I ; " Il convient d'expliquer à ces hommes, avec une grande fermeté mais aussi avec une grande prudence, que l'Eglise de Vatican II, de Vatican l, du Concile de Trente et des premiers Conciles, c'est la seule et même Église. " (DC 1798, p. 1151).

Voilà donc" l'héritage singulier" que Jean-Paul II recueille de ses prédécesseurs immédiats: - un Concile obligatoire, dont la réalisation est la ligne maîtresse de son pontificat;

- un Concile qui est censé être un don du Saint-Esprit; -

un Concile qui, tel qu'il est, est un développement (prétendument) homogène de la Tradition. En un mot, une triple fiction C'est donc en cette fiction qu'il faut nous attendre à voir Jean Paul II puiser les principes de sa pensée et de son enseignement .Il a été désigné(par qui?On en frémit) pour remplir cette mission de précurseur de «  l'homme de perdition » Il se présente avec l'humilité du serviteur obéissant et dévoué corps et âme au bien commun ; en fait c'est un renard rusé ,un loup vorace qui se déguise en brebis. Bien avant d'être"élu il fut un évèque très actif avant et oendant le concile notammant dans l'ouverture au monde de Gaudium et Spes...C'est terrible.... Parce Domine A Suivre •

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens