Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 08:16

 

  L’ Adversaire et sa tactique 21/23

XXI. Les fluctuations de la bataille

 

Voilà donc les deux corps mystiques en présence : l'Église et la Bête. Nous avons examiné les divers aspects de la bête et le comportement des démons qui la composent ou plutôt la stimulent. Il nous faut maintenant observer les phases et la physionomie de l'affrontement lui-même. Après avoir étudié les combattants, il faut étudier le déroulement du combat.

Écoutons d'abord le Pape Léon XIII, dès les premiers mots de l'encyclique "Humanum Genus", nous décrire les deux camps ennemis : « Depuis que, par la jalousie du Démon, le genre humain s'est misérablement séparé de Dieu, auquel il était redevable de l'appel à l'existence et des dons surnaturels, il s'est partagé en deux camps ennemis, lesquels ne cessent pas de combattre, l'un pour la vérité et pour la vertu, l'autre pour tout ce qui est contraire à la vertu et à la vérité.»

 

Quelle est d'abord la situation des deux chefs?

Le Christ est déjà apparu sur la terre où Il a créé des institutions spirituelles. Il a organisé hiérarchiquement la milice de Son corps mystique. Mais Il ne siège pas visiblement sur la terre. Il reste invisible, assis qu'Il est "à la Droite du Père. "

Quand à l'Antéchrist, lui aussi il est invisible pour le moment. Il n'apparaîtra qu'à la fin des temps, pour une durée très courte, et il sera immédiatement terrassé, lui et la Bête.

Les deux corps mystiques, de par la situation de leurs chefs respectifs, sont comparables à deux enfants jumeaux dont l'un "se présente bien", la tête étant sortie avant le corp et dont l'autre "se présente mal," la tête devant sortir la dernière. L'un est vivant, l'autre sera mort-né. Cette comparaison n'est pas sans intérêt parce qu'elle explique la position relative des deux chefs et qu'elle fait pressentir le statut des deux corps mystiques pour l'éternité.

Examinons maintenant les buts de guerre des deux chefs que nous venons de situer par rapport à leurs troupes. Faisons remarquer que, devant décrire un combat, il nous sera commode de recourir à des images et à des termes d'ordre militaire.

Commençons par les buts de guerre de Satan.

Ce qui lui importe avant tout c'est de préparer le règne de son "fondé de pouvoir",l’Antéchrist, parce que ce règne sera sa manifestation majeure; il marquera l'apogée de sa puissance terrestre. C'est pour ce succès fugitif qu'il travaille car, après-celui-là, aucun autre ne lui sera plus possible.

 

Les buts de guerre de Notre- Seigneur se résument en un mot: Il veut régner. Il aspire à exercer la royauté pour laquelle Il est envoyé. Mais Il veut régner sur la terre comme au Ciel. S'il lui suffisait de régner sur la terre, étant donné la supériorité de Sa puissance, il y aurait déjà longtemps que Satan serait vaincu et expulsé. Mais comme le Christ veut aussi régner au Ciel, il faut qu'Il laisse, à Ses sujets du Ciel, le temps de compléter leurs rangs, en subissant l'épreuve terrestre chacun à leur tour. Il s'attache donc à respecter la lenteur voulue. Il modère Son effort afin de le réduire à une quasi-égalité avec celui de Son adversaire. Il mettra fin aux hostilités et se décidera à remporter la victoire définitive quand le nombre des élus sera parfait.

De sorte que la bataille entre les deux corps mystiques ne sera pas la progression "en tâche d'huile" de l'Église. Elle présentera au contraire des fluctuations comme si elle était soumise "aux hasards de la guerre. "

Chaque victoire partielle de Notre Seigneur sera suivie par une contre-attaque du démon qui rassemblera ses énergies et se vengera. On pourra observer, pour chacun des deux camps, une alternance de défaites et de victoires, d'avances et de reculs.

Et certaines de ces fluctuations pourront même atteindre une amplitude considérable. Par exemple, après l'édification de la Chrétienté du Moyen-âge, l'Église, à partir de la Renaissance, n'a connu que des déchirements et des reculs, jusqu'à la situation actuelle qui constitue, d'après tant d'observateurs,  « l'abomination de la désolation dans le Lieu Saint », dont il est parlé dans le prophète Daniel.» [ Matth. XXIV -15]

Quand Notre Seigneur aura édifié un haut-lieu, Satan n'aura de cesse qu'il ne l'ait fait investir par la Bête, Quand Notre Seigneur aura remporté une victoire pour marquer un temps fort; Satan guettera la réapparition de ce même temps fort sur le cycle, pour riposter violemment, en ennemi jaloux et imitateur.

Néanmoins, malgré cette quasi-égalité des forces. qui entraine tant et de si graves fluctuations, Notre Seigneur conserve dans le  combat deux prérogatives absolues. D'abord il garde l'initiative des opérations et aussi il se réserve la victoire finale. C'est Jésus-Christ qui conserve l'initiative.

C'est Lui qui sème le bon grain et l'ennemi ne vient qu'en suite pour répandre l'ivraie [ Matth. XIII - 24- 25] . C'est lui aussi qui réalise le premier Son Avéne -ement sur la terre, à un moment où les démons ne l'attendent pas: «Tu es le Fils de Dieu venu pour nous tourmenter avant le temps» [ Matth. VIII - 29 1 " Avant le temps", c'est-à-dire avant la date ultime du Jugement Dernier. On peut dire, en toute vérité que Jésus-Christ, comme le fait un général avisé, a attaqué par surprise.

Quant à la victoire finale, il est bien évident qu'elle est acquise au Fils de l'Homme. Il nous est réconfortant de la savourer d'avance: «Car le mystère d'iniquité s'opère déjà, mais seulement jusqu'à ce que celui qui le retient encore paraisse au grand jour. Et alors se découvrira l'Impie que le Seigneur Jésus exterminera par le souffle de Sa Bouche et anéantira par l'éclat de Son Avènement.» (II Thess. II ,7)

L'Impie, c'est l'Antéchrist. Et le "mystère d'iniquité", c'est le mystère de la présence du démon sur la terre. Celui qui "retient" ce mystère, c'est-à-dire qui le prolonge encore, c'est l'Impie. On comprend très bien que le mystère d'iniquité prenne fin seulement quand la présence de l'Impie sur la terre cessera.

 

On peut logiquement penser que les fluctuations, dont nous venons de montrer les raisons, seront d'une amplitude de plus en plus grande. Le monde sera de plus en plus, ou totalement mauvais, ou totalement bon, jusqu'au moment où le monde mauvais et le monde bon seront séparés pour toujours.

 

 A Suivre

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens