Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 06:54

                    L’Adversaire et sa tactique 15/23

 

XV. La Postérité du Serpent

S'adressant au serpent, après l'épisode de la tentation, Dieu lui dit : « Je mettrai des inimitiés entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité.» [ Gen.III -15 ]

Que doit-on entendre par ce terme un peu mystérieux de postérité? Le texte de la Vulgate porte le mot « semen », littéralement "semence", que l'on traduit couramment par postérité ou semence. Il y a donc deux postérités, celle de la femme et celle du serpent.

Selon l'opinion traditionnelle, la postérité de la femme désigne Notre-Seigneur Jésus-Christ. En effet, la femme par excellence est la Vierge Marie à laquelle l'Église donne le nom de "Nouvelle Ève."

Qui est donc la postérité du serpent? Le serpent n'a pas de descendance humaine. Il ne peut donc s'agir que d'une filiation spirituelle. Le personnage qui sera le plus conforme à cette filiation spirituelle du serpent sera l'Antéchrist.

Le Christ et l'Antéchrist sont donc les deux "postérités" dont il est question dans la Genèse. Seulement ils sont aussi le type de deux postérités entendues cette fois collectivement. Ils sont les modèles de deux "lignées", c'est-à-dire de deux « corps mystiques «

Le Corps mystique du Christ peut être regardé comme la "postérité de la femme". C'est en effet La Nouvelle Ève qui l'a engendré, comme il est dit en maints endroits et en particulier dans le curieux verset que voici : « Numquid Sion : Homo et homo natus est in ea, et ipse fundavit eam Altissimus.» [ Ps LXXXVI (Vulgate) - 5] (« Mais on dira de Sion, un Homme et un homme est né en elle et c'est le Très Haut Lui-même qui l'a fondé. »)La citadelle de Sion est une image de la Vierge. Les deux hommes qu'elle a engendrés sont, l'un le Christ et l'autre son Corps Mystique.

 « Adam donna à sa femme le nom d'Ève parce qu'elle a été la mère de tous les vivants.» ( Gen. III – 20) 20] La descendance d'Ève est donc tout entière divisée en deux corps mystiques, celui du Christ et celui de l'Antéchrist. Ève est l'aïeule aussi bien de l'un que de l'autre.

Entre ces deux descendances, entre ces deux semences, il doit exister des inimitiés, jusqu'à la disparition de l'un des deux antagonistes, c'est-à-dire jusqu'à la fin des temps où l'Antéchrist sera terrassé par l'éclat de l'Avènement de majesté de Jésus-Christ. C'est Dieu qui a établi ces inimitiés: «Inimicitias ponam.» [ Gen. III - 15 ] Il existe donc une rivalité fondamentale entre l'Homme-Dieu et le Grand Dragon. Cette rivalité a déjà motivé l'expulsion de Lucifer hors du Ciel. Voici maintenant qu'elle se prolonge sur la terre.

Au moment donc où le serpent vient de remporter sa première victoire terrestre, Dieu annonce qu'Il suscite contre lui un "germe" mystérieux qui finira par triompher de lui. Un fils lointain de la femme que le serpent vient de tromper lui écrasera la tête: «Ipse conteret caput tuum.» [, Gen. III - 15] Ce texte capital, et pourtant très court, a été appelé le protévangile parce qu'il annonce la venue de celui qui doit détruire l'œuvre du serpent. Cette prophétie a alimenté la méditation des Grands Patriarches qui ont vécu sous la Loi Naturelle et qui l'ont transmis et jusqu'au temps d'Abraham. Dieu précisa alors à Abraham que cette prophétie se réaliserait dans sa propre descendance.

Deux religions, issues de cet antagonisme, vont prendre naissance parmi les enfants d'Adam: la religion d'Abel et la religion de Caïn. Elles diffèrent par 20] La descendance d'Eve est donc tout entière divisée en deux corps mystiques, celui du Christ et celui de l'Antéchrist. Eve est l'aïeule aussi bien de l'un que de l'autre.

 

Entre ces deux descendances, entre ces deux semences, il doit exister des inimitiés, jusqu'à la disparition de l'un des deux antagonistes, c'est-à-dire jusqu'à la fin des temps où l'Antéchrist sera terrassé par l'éclat de l'Avènement de majesté de Jésus-Christ. C'est Dieu qui a établi ces inimitiés: «Inimicitias ponam.» [ Gen. III - 15 ] Il existe donc une rivalité fondamentale entre l'Homme-Dieu et le Grand Dragon. Cette rivalité a déjà motivé l'expulsion de Lucifer hors du Ciel. Voici maintenant qu'elle se prolonge sur la terre.

 

Au moment donc où le serpent vient de remporter sa première victoire terrestre, Dieu annonce qu'il suscite contre lui un "germe" mystérieux qui finira par triompher de lui. Un fils lointain de la femme que le serpent vient de tromper lui écrasera la tête: «Ipse conteret caput tuum.» [, Gen. III - 15] Ce texte capital, et pourtant très court, a été appelé le protévangile parce qu'il annonce la venue de celui qui doit détruire l'œuvre du serpent. Cette prophétie a alimenté la méditation des Grands Patriarches qui ont vécu sous la Loi Naturelle et qui l'on'ransmiset jusqu'au temps d'Abraham. Dieu précisa alors à Abraham que cette prophétie se réaliserait dans sa propre descendance.

 

Deux religions, issues de cet antagonisme, vont prendre naissance parmi les enfants d'Adam: la religion d'Abel et la religion de Caïn. Elles diffèrent par les rites de leurs offertoires qui sont les symptômes de deux esprits différents.

 

Le rite d'Abel, inspiré par l'idée de l'universalité de la loi du sacrifice, est encore revendiqué par l'Église Catholique comme étant le rite primordial de la Vraie Religion. Cette revendication est particulièrement nette au canon de la Messe romaine, à l'oraison « Supra quae propitio » que le célébrant récite après la consécration. Cette oraison marque le rattachement de la Sainte Messe au sacrifice d'Abel à la Tradition primordiale.

Le rite de Caïn, on le sait, n'a pas été agréé par Dieu. Caïn, fils ainé d'Adam, fut le premier représentant de la "postérité spirituelle" du serpent: « Caïn était du malin.» [ l Jean III - Il ] Son rite d'offrande contient en germe toutes les fausses religions parce qu'il montre: « un zèle de Dieu, mais ce n'est pas selon la science» [ Rom. X - 2 ]

Ce même démon dont la postérité spirituelle proliférait déjà du temps de nos premiers parents, était encore au travail, bien des millénaires plus tard, à l'époque de Notre -Seigneur: « Le père dont vous êtes issus, c'est le diable et vous voulez accomplir les désirs de votre père.» [ Jean VIII - 44] Il est évident que ce même serpent opère encore parmi nous aujourd'hui le recrutement de son corps mystique.

En réalité, il existe, depuis le début de l'humanité, une dualité fondamentale des, qui ne sera au complet qu’à la mort de l’Antéchrist.

Cette doctrine des deux postérités, qui est l'un des plus anciens éléments de la Révélation Divine, est particulièrement nécessaire à connaître aujourd'hui. Car les adversaires de l'Église font grand bruit autour de la fameuse thèse de l'Unité transcendante des religions. Cette thèse, très ancienne elle aussi, est une vue de l'esprit. C'est une invention de type gnostique. Elle ne correspond pas à la réalité. Elle est en contradiction avec la Tradition apostolique et avec les plus anciens textes de la Révélation divine. L'histoire des hommes sur la terre est celle d'une lente formation de deux corps mystiques dont, après la résurrection de la chair, l'un sera celui des brebis et l'autre celui des boucs. « Or quand le Fils de l'homme viendra dans Sa gloire, et tous les anges avec Lui, Il s'assiéra sur un trône de gloire, et Il mettra les brebis à Sa droite et les boucs à Sa gauche.» [ Matth. XXV - 31-32]

A Suivre

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens