Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 06:40

'''

 

L’ Adversaire et sa tactique 14 /23

 

XIV. Les combats singuliers

L'homme et le démon sont maintenant face à face en combat singulier. Mais les deux adversaires sont très dissemblables. Le démon est un esprit simple, autrefois transparent; devenu trouble. L'homme est une  créature complexe, mi-spirituelle, mi-corporelle, qui appartient à deux mondes.

Le démon a d'emblée l'avantage car l'homme ne peut tenir contre lui ; il est réduit à la défensive. Les moyens d'attaque des démons vont évidemment être spirituels; il n'a pas de voix pour se faire entendre de l'oreille humaine. Il va parler à l'âme comme il parlerait à un autre esprit.

Et comment les esprits angéliques parlent-ils entre eux ? Pour se parler, les anges dirigent leur pensée vers leur interlocuteur spirituel par un acte de la volonté ; puis ils donnent, à la pensée ainsi orientée, un contenu et une intensité. C'est ainsi que le démon opérera à l'égard de l'homme. L'âme humaine va se trouvée interpellée du dehors. Comment réagira-telle? Deux cas peuvent se présenter.

Si l'homme est exercé à écouter sa conscience, il ne la reconnaitra pas dans la voix du démon qui tente de converser avec lui et, sentant une immixion étrangère, il se tiendra sur la réserve. Il se réfugiera dans son for intérieur . 0r le démon ne peut pas pénétrer au for interne ; il ne peut pas converser avec un esprit qui ne s'ouvre pas. Il y a là une première ligne de défense naturelle.

Mais Dieu en oppose une seconde, car il surveille Satan, qui est Son ministre de l'épreuve, et il limite son action : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine; et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au dessus de vos forces; mais, avec la tentation, Il ménagera aussi une heureuse issue en vous donnant le pouvoir de la supporter.» [ I Cor.X - 13 ]

Au contraire, la voix de la conscience devient trop faible, elle devient inaudible, chez un homme qui s'est habitué à la faire taire. Cet homme prendra la voix du démon pour celle de sa conscience et il croira délibérer avec lui-même. Dès lors il sera perdu car le démon possède, par sa maitrise du raisonnement, une redoutable force de conviction. Cet homme sera perdu pour avoir, par ses fautes antérieures, fait taire la voix de sa conscience: il aura ouvert son for interne et abandonné toute volonté de résistance.

 

Nous avons vu, en commençant cette étude, que l'homme a trois ennemis: le démon, le monde et lui- même. Il faut reconnaître que le monde et l'homme lui même ne sont des dangers que du fait de la présence du démon, lequel est par conséquent l'adversaire principal. C'est lui qui rend le monde mauvais en réalisant la connivence humano-démoniaque dont nous avons parlé. C'est lui aussi qui rend l'homme ennemi de lui-même par le péché originel et les péchés actuels, qui font de lui un esclave de Satan.

Quelle est la partie de l'homme que le démon va attaquer le plus volontiers ? C'est naturellement la partie spirituelle, avec laquelle il peut converser, et surtout dans sa zone la plus fragile: le point d'insertion de l'âme dans le corps. Or les psychologues s'accordent à penser que la zone de fragilité, c'est l'imagination. L'imagination est une faculté spirituelle mais elle reste placée sous la dépendance directe des sens dont elle combine et exacerbe les données.

Attaquant de préférence l'imagination, le démon va développer dans l'homme deux sortes de malices : la malice de la chair qui pénètre la partie inférieure de l'âme et la malice de l'esprit qui pénètre  sa partie supérieure. Cette malice de l'esprit est celle des grands intellectuels. Par elle "le grand logicien" les entraine dans des raisonnements aussi foncièrement faux qu'apparemment rigoureux.

Quelles sont les intentions du démon en se livrant, sur chaque homme et depuis tant de siècles, à ce travail de la tentation? Désire-t-il seulement augmenter la population de l'enfer en y faisant tomber le plus grand nombre possible de damnés? Certainement, car tout être actif tend à rendre les autres semblables à ce qu'il est lui-même, ~

Mais chaque âme qui tombe augmente le malheur du démon en augmentant sa culpabilité. Nous avons vu que tout ce que fait le démon se retourne contre lui. Il continue pourtant inlassablement tant est grande son obstination à ravir des âmes à son adversaire.

Toutefois son intention la plus incoercible est d'accroître sur la terre les transgressions de la Loi afin d'accroître proportionnellement ses droits terrestres. Car ce sont ces droits accumulés qui vont lui permettre d'édifier son pouvoir et sa religion, c'est-à-dire de réaliser, sur la terre, les ambitions qu'il n'a pas pu réaliser dans le ciel.

C'est grâce à d'innombrables victoires en combat singulier qu'il pourra ensuite édifier, de période en période, les organes de son futur pouvoir absolu. Il entrainera des dynasties de princes à gouverner selon ses principes de division. Les dynasties s'éteindront mais leur exemple demeurera. Il construira des cités sur le modèle de sa grande capitale Babel, qu'il n'a pas pu achever mais à laquelle il n'a pas renoncé.

Un très grand nombre de mauvais rois ont été des préfigurations, et aussi des préparations de l'Antéchrist: « Voici que je viens à toi, Pharaon, Roi  d'Egypte, toi le Grand Dragon couché au milieu de tes fleuves, qui a dit: Mon fleuve est à moi et c'est moi qui me le suis fait.» ( Ezéchiel XXIX - 3 )

 

Ces mêmes victoires individuelles, en s'accumulant, lui donnent le droit de créer les précédents de sa future religion universelle. Grâce à elles, il peut élever des

" hauts lieux" pour son culte. En face du Sinaï, la Montagne du Testament, il peut élever des Olympes, montagnes de l'assemblée des dieux. Il peut installer des Sibylles auprès des émanations de soufre. Il peut réunir des disciples autour de faux prophètes. Ce sont d'innombrables chutes personnelles qui lui donnent ces droits là .

Nous nous plaignons des mauvais maîtres temporels que la dureté des temps nous inflige. Et certainement ils le sont. Mais avec quelle permission sont-ils parvenus à nous régir, si ce n'est avec celle de Dieu. Or « Dieu fait régner l'homme hypocrite à cause des péchés du peuple » - Qui regnare facit hominem hypocritam propter peccata populi.» [Job XXXIV - 30] Tous punis parce que tous coupables.

 

Deux de ces combats singuliers ont particulièrement marqué le sort de l'humanité : celui de nos premiers parents et celui de Notre- Seigneur.

La tentation de nos premiers parents au Paradis terrestre a été abondamment commentée par les maîtres de la vie spirituelle et de l'exégèse. Nous en retiendrons seulement que notre Mère Ève a accepté la discussion avec le serpent ; elle lui a donné la réplique sans méfiance. Tout s'est passé, en somme, comme si elle avait eu une "fausse apparition", puisque le serpent n'était autre que le démon. Et c'est avec cette fausse apparition qu'elle a conversé. On peut voir là une première manifestation de cette fausse mystique par laquelle le démon suggéra tant et tant de détestables notions religieuses .

De la tentation de Notre-Seigneur au désert, qui a été commentée elle aussi par de si grands maîtres, nous retiendrons seulement le dernier épisode. Satan le. conduit sur "une très haute montagne" ; on songe à la. "montagne du Testament" [ Is. XIV - 13 ] où Lucifer à l'ambition de siéger un jour. Puis il propose àJésus de lui remettre, s'il se prosterne devant lui, tous les royaumes de la terre, car ils lui ont été confiés et il les donne à qui il veut. C'est vrai en effet : il cherche pour exercer la royauté universelle, un homme qui se sera prosterné devant lui. Bref, par cette proposition, par cette tentation, Satan aurait voulu faire de Jésus un Antéchrist, si cela eut été possible.

Ce même marché, il l'a proposé à tous les potentats, anciens et modernes, qui auront été finalement des précurseurs de l'Antéchrist.

Quant à nous, dans notre combat singulier: « nous avons pour nous aider un Pontife qui peut compatir à nos infirmités, ayant été Lui-même tenté et éprouvé en toutes choses.» [ Hebr. IV - 15 ]

En face du "lion cherchant qui dévorer", se dresse un autre Lion, celui qui est décrit dans l'Apocalypse comme : « le Lion vainqueur qui est sorti victorieux et pour vaincre.» [ Apoc. V - 2 ]

 

A Suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens