Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 07:42

 

L’ Adversaire et sa tactique 12/23

 

XII- Le prince de ce monde

 

Il ne fait aucun doute que Adam fut constitué, dès l'origine, Roi et Pontife. Et sans le drame de la chute, il le serait resté jusqu'au jour où il aurait remis sa royauté et son pontificat au Verbe Incarné, "Adorateur Suprême" et "Médiateur Universel".

Comment Satan, prisonnier en enfer, reçut-il la permission de rôder sur la terre autour de nos premiers parents? Une épreuve était nécessaire aux hommes pour être confirmés dans leur état paradisiaque, comme elle avait été nécessaire aux anges pour la même raison. Mais une tentation extérieure, opérée par un démon d'une telle malice n'était-elle pas au dessus des forces de nos premiers parents?

L'origine de la première tentation reste mystérieuse car la Révélation n'en parle pas. Certaines âmes contemplatives ont pensé qu'Adam et Ève ont d'abord commis spontanément des fautes vénielles, c'est-à-dire sans y avoir été poussés par une stimulation du dehors. Ce sont ces premières fautes vénielles qui, constituant une première fissure, ont donné à Satan le prétexte à s'approcher d'eux en tentateur.

Satan, du fond de l'abîme souterrain, épie Adam, image de l'Oint qu'il exècre. Il demande à Dieu la permission de le mettre à l'épreuve, comme bien des millénaires plus tard, il se fera autoriser à "cribler" les Apôtres, en prenant aussi pour prétexte leurs fautes passées : « Voici que Satan vous a réclamé pour vous cribler comme le froment.» [Luc XXII - 31 ] (tribulation vient de tribulum le crible)

 Seule une permission divine a pu délier Satan de l'enfer, mais Dieu restait juste envers nos premiers parents en les soumettant à une épreuve difficile pour conserver une félicité surnaturelle qui ne leur était pas due, en stricte justice.

 

Le serpent n'apparait pas dans n'importe quel arbre mais précisément dans celui qui est destiné à révéler un jour la science du bien et du mal. Seulement il y apparait prématurément c'est-à-dire avant le moment voulu et préparé par Dieu. De sorte que le mal apparait dans l'arbre sans que le bien y apparaisse en même temps. L'arbre n'est donc plus ce qu'il aurait dû être, celui de la double science. Le mal est apparu avant le bien et voilà nos premiers parents en possession d'une science boiteuse qui ne montre que l'une de ses faces.

L'arbre était bon, comme Dieu l'avait déclaré à la fin de l'Œuvre des six jours. Mais le moment n'était pas venu d'en manger le fruit. Nous avons là une de ces anticipations si fréquentes dans la stratégie satanique. Ces anticipations sont le résultat de sa fébrilité. Il veut tellement copier Dieu qu'il Le devance.

L'épisode de l'arbre nous renseignerait encore sur une foule de questions religieuses du plus grand intérêt. Mais nous n'en retiendrons que ce qui con-cerne le détrônement d'Adam.

Voilà donc le roi-pontife de la terre renversé de son trône. Qui va s'y installer?

Selon le droit de la nature, qui consacre toujours le droit du plus fort, la royauté sur le monde revient désormais à Satan qui s'est, en effet, montré le plus fort. Et c'est bien ce qui va se réaliser en droit. C'est donc en toute rigueur que Jésus-Christ pourra appeler Satan le Prince de ce monde: « Je ne m'entretiendrai plus beaucoup avec vous, car le Prince de ce monde vient.» [ Jean XIV - 30 ]

Seulement Satan n'exercera pas visiblement une telle royauté et cela pour deux raisons. D'abord parce qu'il est un être sans personnification humaine visible. Cette personnification, c'est l'Antéchrist. Mais alors pourquoi l'Antéchrist n'apparait-il pas dès la chute d'Adam? Pourquoi attendre la fin des temps?

C'est parce qu'il y a une seconde raison qui retarde l'exercice visible de la royauté mondiale de Satan. La transgression d'Adam a certes modifié le statut de l'humanité. Mais elle n'a pas perverti le monde d'un seul coup. C'est très progressivement que la malice des hommes s'est aggravée. Pour justifier la royauté visible du fils de perdition, il faudra qu'au péché originel d'un seul, viennent s'ajouter les péchés actuels de tous. La royauté de l'Antéchrist personnifiera la malice commune de l’humanité. C'est pourquoi elle n'apparaitra qu'a la fin.

 

Selon le droit de la nature, c'est donc Satan qui s'installe, invisiblement pour le moment, sur le trône d'Adam. Mais au-dessus de lui, un autre personnage vient, invisiblement lui aussi, se placer: c'est l'Oint du Seigneur. Et il vient surmonter Satan, encore pour deux raisons.

 

D'abord selon la nature, la nouvelle principauté de Satan est frauduleuse. Elle résulte d'une manœuvre par surprise et d'un mensonge. Elle constitue une usurpation. Il est donc légitime que l'usurpateur soit surmonté par une autorité supérieure.

 

Cela est d'autant plus légitime que l'Oint du Seigneur est celui à qui la couronne d'Adam était destinée en tout état de cause, et à qui Adam devait la remettre un jour, comme à son bénéficiaire définitif.

 

Voilà donc un trône qui possède deux titulaires, le légitime et l'usurpateur, mais qui n'est officiellement occupé par aucun des deux. L'histoire du monde est celle de la lutte de ces deux rivaux, Jésus et Bélial, lesquels ne sont pas faits pour s'embrasser mais pour se combattre.

 

Tout est compliqué autour de la principauté terrestre de Satan. D'abord parce qu'elle est en cours de réalisation, "en état de voie", comme l'on dit. Ensuite parce qu'elle résulte d'une usurpation. Enfin et surtout parce qu'elle est, non pas voulue, mais permise par Dieu qui utilise avec justice le ministère de l'injustice. Mais ne nous étonnons pas de cette complication. Ce pouvoir de Satan sur le monde appartient au mystère d'iniquité. On peut méditer et contempler un mystère mais on ne le comprend jamais totalement.

 

Saint Bernard, dans son ouvrage" Des Erreurs d'Abélard", a clarifié cette complication autant qu'il est possible : « Ainsi cette sorte de pouvoir que le démon s'est acquis sans justice, qu'il a même usurpé avec malice, ne laisse pas de lui avoir été attribué avec justice. Mais s'il était juste que l'homme fut esclave, la justice ne se trouvait ni du coté de l'homme, ni du coté du démon; elle était tout entière du coté de Dieu.»

 

Le Prince de ce monde va maintenant réaliser, entre lui et les hommes, une formidable connivence par la tentation, "le séducteur de toute la terre" [ Apoc.

XII - 9 ], va faire de tous les humains des pécheurs, c'est-à-dire des complices, des sujets volontaires, des esclaves volontaires, dit le catéchisme.

 

Cette symbiose humano-démoniaque constitue ce que l'on appelle le monde: Notre Seigneur n'entre pas dans cette connivence : « Je ne suis pas du monde.»

 « Je ne prie pas pour le monde.» [ Jean XVII - 9 ] Il est même venu pour lui faire la guerre: « Moi, J'ai vaincu le monde.» [ Jean XVI - 33 ]

 « Un homme de haute naissance vint dans un pays lointain pour prendre possession du royaume et pour y revenir par la suite.» [Luc XIX - 12] Cet homme de haute naissance, c'est Notre Seigneur. Il est venu une première fois "prendre possession du royaume", lors de Son Avènement d'humilité. Il reviendra une seconde fois, lors de Son Avènement de Majesté.

Pour l'instant nous sommes encore dans "l'état de voie", c'est-à-dire dans l'état de guerre.

 

A Suivre

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens