Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:48

              L’ Adversaire et sa tactique  4/23                   

 

 

IV. Les hiérarchies angéliques

 

Nous ne pouvons pas aller plus loin sans exposer la doctrine de l'Église sur la composition du collège angélique tel qu'il était avant la chute. Car c'est elle qui va nous éclairer sur la composition du collège démoniaque après la prévarication.

La description des hiérarchies célestes a donné lieu à quelques hésitations, comme bien d'autres notions religieuses. Il a fallu que le Magistère intervienne pour démêler le vrai du faux au milieu des opinions diverses. Finalement c'est la doctrine de Saint Denis l'Aréopagite, celle qui avait été la première exprimée, qui finit par triompher. Saint Denis déclarait tenir sa doctrine sur les anges de Saint Paul dont il était le converti à Athènes. Elle reçut plus tard l'appui de Saint Augustin puis celui, décisif, du Pape Saint Grégoire le Grand.

Selon Saint Denis, les anges sont répartis en trois hiérarchies. La première hiérarchie est la plus proche de Dieu. Elle comprend, à son tour, trois chœurs : le chœur des séraphins, celui des chérubins et celui des trônes.

Les séraphins sont des archanges brûlant du feu de l'amour de Dieu. Ils enflamment de ce feu les archanges qui sont au dessous d'eux.

Puis vient le chœur des chérubins. Leur intelligence diffère de celle des séraphins. Ils sont remplis de la science de Dieu. Ce qui les nourrit c'est plus la connaissance que l'amour de Dieu. A leur tour, ils reflètent cette science divine et ils en illuminent les chœurs inférieurs.

Vient ensuite le chœur des trônes dont le trait essentiel est la solidité. Ce nom de trône leur a été donné précisément parce que Dieu aime à se reposer sur leur robustesse comme on se repose sur un trône stable. On peut donc dire que les trônes ont l'honneur de soutenir Dieu.  (Au sens spirituel bien entendu d’affirmation de la Majesté de Sa Royauté absolue)

La deuxième hiérarchie, qui vient au-dessous comprend les trois chœurs des dominations, des vertus et des puissances.

Le chœur des dominations. Les dominations sont des archanges sur lesquels on ne peut pas faire pression. Ils sont libres de toute influence. Aussi sont ils, auprès des autres chœurs, même auprès de ceux qui leur sont supérieurs, les intermédiaires de l'autorité divine. On dit quelques fois qu'ils ont des fonctions d'ordre « militaire ». Et c'est pourquoi on a pu penser logiquement que Saint Michel, qui s'est opposé à Lucifer révolté au nom de la prééminence et de l'autorité de Dieu, pourrait bien appartenir au chœur des dominations. Mais ce n'est là qu'une supposition de la logique humaine qui n'est suggérée par aucun texte révélé.

Le chœur des vertus. Ces archanges diffusent la force divine aux chœurs inférieurs. On dit que c'est par les "vertus célestes" que se font les miracles, lesquels sont, en effet, des manifestations de la force divine, modifiant les lois de la création dans un cas particulier.

Le chœur des puissances. Certains commentateurs estiment que les puissances reçoivent la garde des cités terrestres, des grands collèges, des nations et des corps constitués.

La troisième hiérarchie est la plus « éloignée » de Dieu. Elle comprend, comme les deux autres, trois chœurs : le chœur des principautés, celui des archanges , et celui des anges.

Les anges et les archanges donnent  lieu à une particularité linguistique qu'il faut signaler. Il s'agit du phénomène bien connu de la prise de la partie pour le tout. Dans le langage courant on donne le nom d'anges à tous les esprits célestes sans distinction de hiérarchie. Dans ce sens, un séraphin est un ange. On prend la partie pour le tout en généralisant l'appellation d'ange qui n'est strictement exacte que pour le chœur inférieur.

Le même phénomène se reproduit pour le mot "archange". On appelle ainsi tous les esprits célestes qui sont supérieurs aux "anges au sens strict". On parlera de l'archange Gabriel, étant bien entendu qu'il appartient indubitablement à un chœur très supérieur à celui des" archanges au sens strict" .

 

Pourquoi cette habitude de langage ? Probablement parce qu'on est resté longtemps dans l'incertitude quant à la véritable composition du collège céleste. Et on les a tous confondus sous la même dénomination, ce qui n'est pas substantiellement faux puisqu'ils ont tous la même nature spirituelle.

 

Posons-nous maintenant une autre question.

 

D'où proviennent les noms des chœurs angéliques ? Ils viennent tous de l'Écriture Sainte. Ange et archange se rencontrent à chaque page de l'Ancien et du Nouveau Testament. Séraphins et Chérubins sont ainsi nommés par les livres prophétiques. Quant aux cinq autres noms, ils se rencontrent dans les Épîtres de Saint Paul aux Ephésiens et aux Colossiens : « .. .lui qui est le chef de toute Principauté et de toute Puissance.» [ Coloss. II-lO ]. « ... supra omnem Principatum et Potestatem et Virtutem et Dominationem ... » [Ephes. 1-21 ].

Nous pourrions évidemment entrer tans bien d'autres détails intéressants. Mais nous avons voulu seulement exposer ce dont nous avons besoin pour comprendre la composition du collège des démons. Car nous verrons plus loin que l'on rencontre en enfer des anges des neuf chœurs. La population de l'enfer est donc composée d'éléments très différents les uns des autres. On va y rencontrer de grands séraphins déchus, comme aussi de simples anges.

Cette large échelle de capacités spirituelles n'est pas sans influencer, d'abord le comportement des démons les uns envers les autres, et ensuite leur comportement à l'égard des hommes. La digression que nous avons faite était donc nécessaire.

A suivre

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens