Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 09:07

 

Les saints nous parlent du Ciel 9/12

 

La communion céleste ou l’union délicieuse des corps glorieux au Corps glorifié de Notre-Seigneur Jésus-Christ

" Que te dire de cette joie ineffable des corps dans l’humanité de Mon Fils unique, qui vous a donné la certitude de votre résurrection ! Ils tressailliront dans Ses Plaies, qui sont restées fraîches et ouvertes sur Son corps, afin de crier sans cesse miséricorde pour vous vers Moi, le Père éternel et souverain, et tous seront conformes à Lui dans la joie et l’allégresse. Oui, par vos yeux, vos mains, votre corps tout entier, vous serez unis aux yeux, aux mains, au Corps de l’aimable Verbe, Mon Fils bien-aimé. Étant en Moi, vous serez en Lui, parce qu’Il est une même chose avec Moi. " (Sainte Catherine de Sienne Dialogue, ch. XLI.) Paroles de Dieu le Père.

Toujours avides et toujours rassasiés

" Quand l’âme est séparée de son corps, son désir est rempli et l’amour est sans peine. L’âme alors est rassasiée, mais elle l’est sans dégoût, parce qu’étant rassasiée elle a toujours faim, sans avoir la peine de la faim ; elle déborde d’une félicité parfaite et elle ne peut rien désirer sans l’avoir. Elle désire Me voir et elle Me voit face à face ; elle désire voir la gloire de Mon Nom dans Mes Saints et elle la voit dans la nature angélique et dans la nature humaine. " (Dialogue, ch. XLI.)

Les élus voient reluire la gloire de Dieu sur la terre et même dans les enfers

" La vue de l’âme bienheureuse est si parfaite, qu’elle voit la gloire et l’honneur de Mon Nom, non seulement, dans les habitants du Ciel, mais encore dans ceux de la terre.
Qu’il le veuille ou non, le monde Me rend gloire. Il est vrai qu’il ne le fait pas comme il le devrait, en M’aimant par-dessus toute chose ; mais Moi je trouve dans les hommes la louange et la gloire de Mon Nom, puisqu’en eux brillent Ma Miséricorde et la grandeur de Ma charité.

Je leur laisse le temps et je ne commande pas à la terre de les engloutir pour leurs fautes ; Je les attends, au contraire, et Je dis à la terre de leur donner ses fruits, au soleil de les éclairer et de les échauffer de ses rayons, Je conserve au ciel la régularité de ses mouvements, et Je répands Ma miséricordieuse Bonté sur toutes les choses qui sont faites pour eux.
Non seulement Je ne les leur retire pas à cause de leurs fautes, mais encore Je les donne au pécheur comme au juste, et même souvent plus au pécheur qu’au juste, parce que le juste peut souffrir et que Je le prive des biens de la terre pour lui donner plus abondamment les biens du Ciel. Ainsi Ma miséricorde et Ma charité brillent sur eux.

Quelquefois, les persécutions que les serviteurs du monde font supporter à Mes serviteurs éprouvent leur patience et leur charité ; elles ne servent qu’à Me faire offrir par eux d’humbles et continuelles prières : elles tournent ainsi à la gloire et à l’honneur de Mon Nom ; qu’il le veuille ou non, le méchant sauve Ma gloire, même par ce qu’il fait pour M’offenser. (Dialogue, ch. LXXX.)

De même que les pécheurs servent dans la vie à augmenter les vertus de Mes serviteurs, de même les démons dans l’enfer sont les bourreaux et les ministres de Ma justice sur les damnés. Ils servent aussi Mes créatures qui, dans leur pèlerinage terrestre, désirent arriver à Moi, leur fin. Ils les servent en exerçant leur vertu par des attaques et des tentations de toute sorte, en les exposant aux injures et aux injustices des autres, afin de leur faire perdre la charité ; mais en voulant dépouil.ler Mes serviteurs, ils les enrichissent en exerçant leur patience, leur force et leur persévérance De cette manière ils rendent gloire et honneur à Mon Nom. " (Dialogue, ch. LXXXXI.)

 La vue des péchés, cause de la compassion, mais non de la tristesse dans le cœur des élus

" L’âme, au Ciel, voit l’offense qui M’est faite ; elle ne peut plus, comme autrefois, en ressentir de la douleur, elle en éprouve seulement de la compassion. Elle aime sans peine et prie toujours avec charité pour que Je fasse miséricorde au monde. En elle la peine est passée, mais non la charité. Le Verbe, Mon Fils, vit finir, dans la mort douloureuse de la Croix, la peine du désir de votre salut qui le tourmentait, mais le désir de votre salut n’a pas cessé avec la peine.

De même les saints, qui ont la vie éternelle, conservent le désir du salut des âmes, mais sans en avoir la peine ; la peine s’est éteinte dans leur mort, mais non l’ardeur de la charité. Ils sont comme enivrés du Sang de l’Agneau sans tache et revêtus de la charité du prochain. Ils ont passé par la porte étroite, tout inondés du Sang de Jésus crucifié, et ils se trouvent, en Moi, l’Océan de la paix, délivrés de l’imperfection, c’est-à-dire de la peine du désir, car ils sont arrivés à cette perfection où ils sont rassasiés de tout bien. " (Dialogue, ch. LXXXII)

A suivre

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens