Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 00:43

Le Bonheur .Moyens d’y parvenir 2/10

 

2° GENÈSE DE L'ACTE HUMAIN.

 

Comme tout être, par tendance naturelle, l'homme cherche son  bien, c'est-à-dire d'abord la conservation de son existence, puis le développement de sa personne conformément aux aspirations de sa nature.

Une force intime le pousse à s'emparer de ce qui lui est bon et profitable, de ce qui est capable de combler ses lacunes, de satisfaire ses désirs, de le rendre meilleur, en somme de l'aider à se rapprocher de sa perfection et à faire son bonheur.

Mouvement commun à toute créature, à l'origine duquel on retrouve évidemment l'action du Premier Moteur, la motion divine faute de laquelle aucun acte vital ne pourrait jamais se produire.

Mais cette impulsion initiale et constante, puissante et discrète à la fois, loin d'annihiler ou de contraindre la liberté humaine, la met en exercice, la poussant au bien en général et lui laissant tout loisir de faire son choix dans le fatras des biens particuliers semés sur sa route. L'action divine est comme le souffle qui entraîne irrésistiblement le navire dans la direction .marquée; les actes humains comme de petits moteurs intérieurs qui, sans pouvoir détourner tout à fait le vaisseau de sa ligne sont capables de freiner sa marche, voire de provoquer des écarts et des déviations qui, pour n'être que partiels, peuvent suffire à faire manquer le but final.

 

Ce serait simple si l'homme ne trouvait devant lui que ce qui lui convient strictement, ou s'il n'était jamais attiré que par son bien authentique. Il n'aurait alors, en effet, qu'à suivre son inclination instinctive, à satisfaire sans hésitation ses appétits.

 

Il en va tout autrement.

 

Si l'homme est justement fier de cette liberté qui lui confère l'autonomie dans le gouvernement de sa propre personne et fait de lui l'artisan de sa propre destinée, qu'il prenne garde aussi que cette liberté est un écueil. Très beau de choisir, mais il faut savoir choisir: et il y a grand risque de se tromper!

 

La difficulté n'existerait pas s'il n'y avait en présence que le bon et le mauvais nettement distincts. On ne verrait pas un être raisonnable aller à l'encontre de sa nature et donner délibérément la préférence à ce qu'il sait mauvais et nuisible.

 

Mais les apparences ne correspondent pas toujours à la réalité: le poison peut se présenter sous des dehors alléchants. Au surplus toute créature n'est-elle pas un mélange de bien et de mal? Elle a son bon et son mauvais côté; elle peut être utile ou nuisible selon l'aspect sous lequel on la considère et l'usage que l'on en fait. D'autre part la nature humaine est complexe; ses éléments, et donc ses besoins, sont fort disparates. Ce qui est avantageux pour le corps n'est pas toujours bienfaisant pour l'âme et vice-versa; il arrive même que le plaisir le plus flatteur pour la sensibilité porte le coup le plus fatal à la spiritualité. Agréable n'est pas toujours synonyme de vraiment bon; une joie partielle n'est pas nécessairement un écho du vrai bonheur; elle peut en détourner au lieu d'y acheminer.

 

Le discernement s'avère singulièrement ardu. Délicat par conséquent le travail de la volonté !

 

Tiraillée entre la chair et l'esprit, harcelée de leurs revendications acerbes, souvent inconciliables, mais toutes plus ou moins séduisantes et prometteuses, quelle lucidité il lui faut pour prononcer son jugement, et quelle sereine fermeté ensuite pour exécuter sa décision! A SUIVRE

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens