Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 04:32

                                 

 

Le bonheur, suite, moyens d’y parvenir. RP Sineux- 3/10

 

3° QUALITÉS ET DÉFAUTS DE LA VOLONTÉ.

 

Qu'elle soit éclairée, qu'elle ait une notion exacte de la destinée humaine, puis des moyens indispensables ou les plus appropriés pour y conduire; et qu'elle soit assez forte pour résister aux pressions du dedans ou du dehors qui tenteraient de lui arracher une capitulation ou un précepte erroné ; ce sont là ses deux qualités foncières.

 

Les défauts les plus graves, par contre, sont l'ignorance et la faiblesse. Bien qu'elle affecte directement l'intelligence, l'ignorance a une répercussion immédiate sur la volonté.

 

L'ignorance peut être une tare et non une faute. « Ignorance invincible » comme on dit, état du pauvre être qui n'est pas instruit parce qu'il n'en eut jamais les moyens, et qui alors ne trouve au fond de sa conscience rudimentaire que des notions très confuses du bien et du mal; condition du primitif arriéré par exemple, ou encore de tant de civilisés 'rétrogradés malgré eux, qui n'ont jamais entendu parler d'une destinée supérieure, spirituelle et surnaturelle, et sont incapables de soupçonner autre chose que le bien-être temporel. Comment leur faire reproche de n'aspirer à rien de plus ?

 

L'ignorance est coupable tout de même dans bien des cas. Elle est le fait de la négligence et de la paresse: l'ignorance crasse. Alors elle explique les erreurs, mais ne les excuse pas. Que les hommes ne l'invoquent donc pas trop vite pour justifier leurs incartades; car elle est une faute source d'autres fautes.

 

Et on rencontre parfois, si invraisemblable que cela paraisse, une ignorance à base de déloyauté: l'ignorance affectée .. Péché des hommes qui « préfèrent les ténèbres à la lumière », parce qu'ils se complaisent dans le crime que la nuit favorise et semble cacher. Flairant vaguement le bien que la vérité leur ferait connaître et redoutant le devoir qu'il leur tracerait, ils affectent de ne pas savoir et se targuent d'une licence qui se retranche dans l'incertitude. Est-il besoin de dire que ce « péché contre la lumière» loin d'atténuer la responsabilité, s'ajoute aux autres péchés et les aggrave de la plus perfide malice?

 

Quant à la faiblesse, elle est inhérente à tout ce qui est humain.

 

Mais la débilité morale est probablement le défaut le plus répandu, et en tout cas le plus désastreux dans ses conséquences. Un homme reste un homme malgré une santé physique ruinée; if peut se sauver avec un minimum d'intelligence; par contre, il déchoit et se perd s'il manque d'une volonté robuste pour demeurer fidèle à son devoir et tenir tête aux puissances néfastes liguées contre lui.

 

Chose curieuse, cette volonté qui apparaît audacieuse et tenace dans la révolte, si puissante alors qu'elle tient en échec l'autorité de Dieu, cette même volonté se montre lamentable devant une passion, impérieuse sans doute, mais vulgaire et dégradante, devant une poussée sensuelle, devant un exemple qu'elle sait blâmable ou une habitude qu'elle a mainte fois réprouvée.

 

Inexplicables défaillances, dont l'intéressé tout le premier gémit en murmurant l'humiliant aveu: « C'est plus fort que moi! » Faut-il accuser la sournoise habileté des tentateurs, le clinquant séducteur des biens périssables, ou la voracité des instincts charnels? Il Y a de tout cela sans doute pour provoquer la plainte d'un S. Paul: « Je ne sais pas ce que je fais; je ne sais pas ce que je veux, et je fais ce que je hais ... » ; Ce n'est pas moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi ... Je suis capable de vouloir, mais non d'accomplir ce que j'ai résolu; je ne fais pas le bien que je veux et je fais le mal que je ne veux pas »(Rom,VII,15-20). Mais le dernier mot de l'énigme est toujours une carence de la volonté, sans laquelle il ne saurait y avoir de responsabilité: pouvant et devant intervenir et s'imposer, la volonté s'efface devant un appétit secondaire qui usurpe le commandement et joue le rôle décisif,. et cela parce qu'une erreur de jugement pratique fait estimer définitivement suffisant un bien qui n'est que momentanément satisfaisant.

 

Le résultat c'est que la partie l'emporte sur le tout. L'instinct qui ne peut procurer qu'un plaisir partiel et fugitif supplante la volonté qui a la charge du bonheur de toute la personne. Véritable anarchie dans cet être humain où toutes les puissances d'action sont naturellement ordonnées, et sans être entièrement refoulées ou éteintes, restent normalement subordonnées à la puissance maîtresse, la volonté qui, elle-même guidée par la raison et par la Foi, capte tout l'élan vital, spontané ou laborieux, joyeux ou pénible, vers la destinée stable ou heureuse. A SUIVRE

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens