Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 14:24
Dire ce qu’il faut quand il faut….
A propos de: Réjouis-toi, Marie….

En Lc 1,28 l'ange s'adresse en disant "Khàire" à Marie.
Faut-il traduire par « Je vous salue » ou par « Réjouis-toi »?

"Je vous salue"

Dans la tradition des Pères latins, prise dans son ensemble, on a interprété ce verbe comme un simple "salut" en usage dans les relations sociales: « Ave Marie… je te (vous) salue, pleine de grâce! »

En soi, le verbe "Khàire"(dans sa forme à l’impératif présent) est aussi utilisé en un tel sens.

Par exemple, au moment de la Passion, la traduction correcte du mot "Khàire" est "salut !", "je te salue", quand il est dit à Jésus : Mt 26,49 : "Salut - (Khàire) Rabbi!"; Mt 27,29 : "Salut ("Khàire") roi des Juifs!".

"Réjouis-toi"

Cependant, dans le cas de Luc 1,28, "Khàire" a un sens d'invitation à la Joie: "exulte, tressaille de joie... ".
En effet,

- Il y a un parallélisme entre l'annonce à Zacharie et l'annonce à la Vierge, or il est dit en Lc 1,14: « Il (= Jean Baptiste) sera pour toi un motif de joie et d'allégresse et beaucoup se réjouiront de sa naissance. »

- - La tradition des Pères grecs, a entendu le "khàire" de l'Ange comme une invitation à la joie, à l'exultation (qui s’exprimera plus tard dans le Magnificat.)

Il n’est donc pas incorrect de traduire l’Evangile de saint Luc (Lc 1, 28) par "Réjouissez-vous Marie".

Lors de la prière du Rosaire,

Pour les mystères douloureux où l’on s’adresse à une mère en présence de son fils torturé qui agonise, il est, de toute évidence, impératif de dire « Je vous salue Marie » … ! en exprimant  profond respect et compassion…et bon sens… !

Mais lorsque l'on médite le mystère de l'Annonciation, il n’est pas inadéquat de dire "Réjouissez-vous Marie" (comme en Lc 1, 28).

 

Le Pater et l’Ave Maria, le Gloria Patri en latin en union avec la tradition catholique permettent d’éviter ces subtilités d’interprêtation

Conclusions :

Il y a donc lieu de  penser ce qu’on dit, surtout quand on prie.

 Ce ne parait pas être le cas quand on faire dire dans le « Notre Père »de ne pas mettre la vérité de notre amour à l’épreuve, comme si nous pouvions conseiller Notre Créateur… ! Alors qu’il faut Lui demander à genoux la grâce de la patience, de la force persévérante…pour vaincre les tentations et nous délivrer du Malin…

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de senex
  • : A propos de la survie et du retour à Rome de SS Paul VI Les trésors de la doctrine catholique à votre service pour préparer l'avenir
  • Contact

Recherche

Liens